Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

samedi 20 mai 2017

Passage au salon RVF 2017

Bonjour,

J'ai pu faire un tour au salon de la RVF invité par Michel Ginglinger (Merci !) passage de 11H à 14H vendredi.





Chez Michel, présentation des Pfersigberg et Eichberg 2015  superbes, bien évidemment... ;-) ! De l'essence de Riesling pour le Hertacker, de la profondeur pour le Ortel, et de la puissance pour le Eichberg, les amateurs de "Minéral" vont s'éclater avec ce Eichberg. Le pinot noir Rocaille mettant à l'honneur le savoir faire Alsacien, et pour les amis ;-) un Riesling Eichberg 2001 en Magnum de haute facture...


 La RVF a bien fait les choses car les 2 stands voisins font partie de mes tops domaines ! A commencer par le Châteauneuf Clos Mont Olivet avec des vins toujours aussi équilibrés, toujours dans le Top 5 des C9P pour moi. Tout comme son voisin, Charvin, superbe dégustation avec en spécial guest ce Châteauneuf blanc issu d'une nouvelle parcelle singulière (pente à 40%) exploitée par le domaine, avec presque 100%, si mes souvenirs sont bons, de clairette "hybride" blanche et rose. Un vin surprenant qui fait très Loire (entre Chenin et muscadet) avec des notes de foin humide, d'herbe coupée... Une vrai bouteille piège pour l'aveugle :-).

Poursuite au delà des voisins avec :
- En face chez Faiveley, de très beaux vin, a commencer par ce Mercurey, plein de fruit, qui pinote superbement jusqu'au Lavaux Saint Jacques 14 avec un boisé superbe, bien intégré classe, n'écrasant pas le cassis, les épices..; Et une structure très élégante dense, mais précise, et une très belle persistance, excellent vin.

- un petit coucou chez Alain Chabanon, avec un Campredon, franc, sincère, gourmand et un esprit de Font Caude, à l'élevage 2 ans en foudre qui lui apporte un soyeux formidable, dans un vin profond et d'un équilibre d'école. Vraiment un domaine hautement recommandable

- Passage chez Alphonse Mellot pour une Moussières d'entrée de gamme toujours aussi redoutable. Edmond et Génération 19 m'ont paru moins boisé/élevé que par le passé mais très fermé à la dégustation.

- Un coucou à Marcel Richaud avec cette fois une discussion apaisée sur l'évolution du domaine ou enfin j'ai pu échanger en toute sérénité sur ma perception de cette évolution (Ebrescade 96 et 98) VC Ebrescade d'aujourd'hui. Un Rasteau que je n'avais jamais gouté (produit depuis 4 ans, date de ma dernière visite au domaine) et de grande qualité. D'ailleurs, pour les amateurs, intéressant de gouter le Cairane puis le Rasteau, qui offre un surcroit de puissance et de structure en regard du cairane plus fin et délié.

- Passage chez Petit Village, avec des Pomerols 13 et 14, sincères, illustrant bien leur millésime, 13 plus souple, facile à boire, 14 plus de matière, à attendre que les tanins se fondent et s'assouplissent. De jolis vins, dans un style Bordelais classique sans ostentation.

- Superbe dégustation chez Ogereau. Un domaine que je connais mal mais dont j'avais une bonne image. et bien c'est confirmé, superbe Chenin de Savenières qui sont loin de l'austérité que l'on peut trouver généralement, et quelle profondeur, finesse, puissance. Très beau.

- J'ai dégusté chez Drohin, comme ça, pour voir, et bien, après Faivelay et au regard des prix, y'a pas photos.. Le Lavaux Saint Jacques est à peine au niveau du Gevrey VV de Faivelay... Je conseille à tous de faire le test de ces 2 Lavaux Saint Jacques, c'est assez formateur.

- Belle discussion chez Boyd Cantenac, qui propose le 2013 et le 2005 qui me confirme que le domaine fait de beaux vins entre classicisme et international, avec des boisés de grande classe, gourmand sans perdre une certaine personnalité. Le 2005 est clairement encore à attendre.

- un petit coucou à IdealWine avec la bouteille en aveugle, que je n'ai pas du identifier vue que je n'ai eu aucune nouvelle :-)

- Passage très intéressant dans le salon Libanais avec une confirmation, la grande qualité des vins du domaine Ixsis (dégusté lors de notre soirée méditerranée) , très international mais quelle qualité de tanins, de la profondeur, des boisés soulignant les fruits et les épices... Et bien sûr Chateau Musar avec un 2006 remarquable déjà prêt à boire et un 2001 aux notes de tabac, de camphre, d'orange sanguine, d'une grande complexité.

- Quelques autres stops. Albert Morot en Bourgogne avec des Beaune Modern style mais à qui il manque un peu de personnalité à mon gôut. Chapoutier, ou du Riesling qui ressemble à un chenin limite oxydé, au Syrah Rhodanienne, je ne suis pas convaincu, a la rigueur la Syrah Australienne a le mérite d'être fidèle à ce qu'on attend.

Au final, peu d'exposants mais plutôt de qualité, pas forcément de grands domaines mais quelques pépites.

Merci à Michel pour l'invit et bon courage pour aujourd'hui car les allées sont étroites...

Amicalement, Matthieu

Enfin le diner thème Bourgogne 99 au DOP, mais...

Bonjour à tous,


Avec ce thème prévu de longue date, la soirée s'annonçait belle. Mais finalement nous ne sommes que 6 avec 5 bouteilles dans le thème et franchement, j'espère que la nouvelle présidence à peine élue sera plus éclatante que cette dégustation :-)




Vin 1 : Un nez de cerise marquée, note fruit rouge, puis orgeat, fond léger noyau. La bouche est charnue, tendue, droite, tanins ronds pas assez dense pour enrober la vivacité, mais délicat, sur la cerise, la groseille, un profil acidulée friand, note orgeat, fond léger fumé. La finale est fraiche, voir vive, tout en délicatesse, sur le fruit rouge acidulée, note orgeat et un fond plus boisé fumé. TB 89 (15,5) que ce Pommard Epenot Voillot 2008.


Vin 2 : Un nez plus évolué, fruit noir, belles notes de cuir, puis champignons cèpes grillés, fond fumé. La bouche est charpentée, ample, tanins soyeux, précis, c'est plein,  mais assez brut, sur le fruit noir, pointe acidulée, note cuir classe, cèpe, champignon, profil sur l'amertume, fond fumé. La finale est fraiche, longue, puissante, fruit noir puis acidulée rouge, note cuir, cèpe et un début de fond moka. Très joli vin, manque juste un peu de finesse, de délié. Excellent 92 (16,5+) que ce Pommard Charmot Vaudoisey Creusefond 99


Vin 3 : Un nez corbeille de fruit rouge et noir, qui fait très jeune, note noyau, pointe ronce sous-bois, presque végétal, fond fumé. La bouche est corpulente, tendue, c'est très délicat avec des tanins soyeux, fins et précis, plus acidulée en bouche, groseille, note ronce sous bois, pointe animal, fond fumé. La finale est fraiche délicate, tonique, et persistance intéressante sur les fruits rouges, la ronce, le sous-bois et le fond léger fumé. Un vin plus fin et délié, qui fait encore jeune aromatiquement. TB-Excellent 90 (16) que ce Pommard Clos des Arvelets Rebourgeon Mure 99.




Vin 4 : Un nez pas net, pointe réduction, puis la bouche pourtant altière et délicate va s'avérer irrémédiablement bouchonnée... Nuits Vaucrains Dupasquier


Vin 5 : Un nez marqué moka, cuir sur le fruit noir mûr, note réglisse et un fond fumé avec un côté presque menthol. La bouche charpentée, grosse structure, ample, tanins soyeux, beaux touchers mais qui serrent en finale, sur le cassis, pointe acidulée, note cuir, puis plus épice réglisse, fond fumé. La finale est fraiche, pleine, et belle persistance de fruit noir, note moka, cuir, épice, fond fumé. Excellent 93 (17) Classe, plein mais ça reste quand même un peu austère, ça manque d'éclat à mon goût. Vosne Romanée, Aux Reignots, Bouchard 99


Vin 6 : Un nez à nouveau moka, cassis, note vanille, pointe alcool kirch, fond fumé. La bouche est charpentée, acidulée, tanins soyeux à l'attaque mais sèchent franchement en fin de bouche, dans une structure un peu lâche, sur le cassis, la réglisse, note cuir et fond moka. La finale est un peu fuyante, manque de densité, bien que fraiche, persistance interessante cassis, moka, réglisse fond fumé. TB 90 (16) que ce Clos de Vougeot, Grivot 99.


Bon, de jolis vins mais pas de grands vins dans cette série. Mais surtout je trouve que cela manque d'éclat. J'avais déjà constaté que ces 99 oscillent souvent entre fermés, ou manquant d'éclat, un peu mat. Même si j'ai bu d'excellentes bouteilles, je trouve ce millésime souvent un peu austère, et pour moi, ce n'est pas le très grand millésime souvent avancé.


Amicalement, Matthieu

samedi 6 mai 2017

Entre 2 tours

Bonjour à tous,


Je ne sais pas si on a bu pour oublier ce qu'il advenait, l'égocentrisme ultime... lâcheté... trahison coupable des ni-ni, ou pour se donner le plaisir de partager avec l'autre, et la force d'essayer de le convaincre Mais en tout cas, on a bu, Ensemble :-) !


Hermitage, Delas Marquise de la Tourette 2007 : Un nez qui commence à bien s'exprimer, cassis, note épice réglisse, puis plus poivrée, pointe violette, fond léger moka. La bouche est charpentée, large, tanins soyeux c'est plutôt rond, ample et charmeur, mais la profondeur arrive en 2eme partie de bouche, ça se tend, sur le cassis, puis plus fruit rouge, note épice poivre, fond fumé léger balsamique moka. La finale est fraiche, puissante, sur le cassis puis fruit rouge, note poivre, une pointe bacon arrive sur un fond fumé et moka. Excellent 91-93 (16,5-17)

Chassagne Montrachet, Morey Coffinet 2013 : Un nez charmeur de fruit jaune mûr, note pain d'épice puis noisette fraiche, chèvrefeuille, pointe beurré, fond amande léger sésame grillé. La bouche est ample, suave, belle matière soyeuse, soutenue par la fraicheur, ça reste droit, élégant, sur le fruit jaune mûr, note noisette fraiche, chèvrefeuille, pointe beurrée, fond amande, puis craie pointe sésame grillé. La finale est fraiche, pleine, belle densité, élégant et  persistance intéressante, classe, de fruit jaune, note chèvrefeuille, pointe sésame grillé, fond amande douce et craie. Excellent 91 (16,5)

Cote Rôtie Rostaing Ampodium 2010 : Un nez marqué d'une pointe réduc œuf, puis assez discret, cassis, note violette, pointe bacon, animal résiduel sur un fond épice et léger fumé. La bouche est corpulente, large, ample, tanins soyeux, puis de la fraicheur, assez friand, sur le cassis, le fruit noir, note violette, puis bacon, fond réglisse et un coté cacao. La finale est fraiche, tonique, puissante, fruit noir mur, un coté acidulé, note violette, pointe bacon grillé, fond plutôt cacao. Aujourd'hui discret et assez mat, fermé. A attendre... TB-Excellent 90-92 (16-16,5) A date 90 16

Sancerre, Vincent Pinard Nuances 2015 : Un nez classe, mûr, frais, citron, puis fruit jaune, note de buis, d'acacia, fraiche et classe, fond de roche, de terre. La bouche est droite, tendue, puis matière soyeuse enrobante, c'est parfaitement structuré, profondeur et friandise, sur le fruit blanc mûr, le citron sans le coté citrique, note buis et acacia, fraiche, tonique, fond de roche crayeux. La finale est fraiche mais bien enrobée, empreinte soyeuse, et belle persistance de citron, fruit jaune mûr, note buis et acacia, fond de roche et craie. tout ce que j'aime, très belle bouteille. Excellent 91 (16,5)

Beaune, Rebourgeon Mure Vignes Franches 2011 : Un nez de framboise marqué, plus expressif (4H ouverture) que les précédentes bouteilles, puis groseille, note ronce sous bois, fond réglisse. La bouche est charnue, large, tanins soyeux, pas très dense mais souple, friand, sur la framboise, note ronce, végétal fraiche, fond réglissé. La finale est fraiche, tonique, belle empreinte souple, persistance honnête de framboise, ronce, fond réglisse. B-TB 87 (15)




Muscat, Paul Ginglinger Caroline 2014 : Un nez ouvert, fin, délicat, sur la fleur blanche, le fruit jaune, puis peche de vigne, abricot, fond leger cire d'abeille. La bouche est droite à l'attaque puis ample matière soyeuse, précise sur le fruit jaune, abricot, pêche, note floral délicate, fond de cire d'abeille. La finale est ronde, acidulée, léger sucre, sur la structure avec une persistance intéressante, abricot, peche, note fleurie, fond de cire d'abeille. TB-Excellent 90+ (16+)


Chambolle Musigny, Amiot Servelle 2005 : Un nez expressif de framboise mûr, grenadine, note sureau, voir pruneaux, fond léger fumé. La bouche est ample, large, délicate, tanins soyeux pas très dense mais précis, et fin, sur la framboise, pointe mûre confite, pruneaux, note plus fraiche ronce, puis épice girofle, fond orgeat, léger fumé tourbé. La finale est fraiche, tonique, acidulée, pas très dense mais persistance intéressante de framboise mûr, note sureau, puis plus fraiche ronce, fond orgeat carroube. TB-Excellent 90-91 (16+)

Amicalement, Matthieu

dimanche 30 avril 2017

WE d'élection et semaine de reflexion

Bonjour à tous,


Quelques crus dégustés lors de ce WE électoral et dans la semaine précédente.


Pessac Léognan Blanc, Chateau Malartic Lagravières 2007 : Un nez très sauvignon bordelais, ananas, fruit jaune, note végétal buis, acacia, pointe épice vanille fond végétal sous bois. La bouche est droite, matière soyeuse, belle structure droite, de la fraicheur bien enrobée, sur le fruit jaune mûr, puis l'ananas, note buis et acacia, pointe vanille, fond beurrée boisé léger macadamia. La finale est fraiche et tonique, belle persistance d'ananas, note buis acacia, puis plus épicée qu'au nez, vanille fond plus marqué élevage beurre, macadamia caramélisé. Tb-Excellent 91 (16,5) Après un départ en fanfare jeune, cette 4 eme dégustation ne me fait entrevoir les promesses de jeunesses. Un peu mieux qu'il y a 2 ans, certes, très bon mais pas l'excellence que j'attendais... On verra pour les dernières d'ici 3 à 5 ans.

Cote Rotie, Guigal Brune et Blonde 2006 : Un nez plutôt discret mais qui gagne en intensité à l'aération (3H) sur le fruit noir compoté, note de cuir classe, de viande roti bacon grillé, pointe épice poivre, réglisse, fond fumé. La bouche est corpulente, large à l'attaque, aux tanins soyeux, puis un peu en dedans, entre profondeur et manque de fond, manque d'expression, un peu serré, de la fraicheur quand même sur le fruit noir mûr, note cuir, bacon grillé, pointe épice poivre, fond fumé. La finale est ronde, enveloppante, typé cote rotie et persistance intéressante de fruit noir, cassis mûr, note bacon grillé, cuir fond tabac. TB 90 (16)

Vouvray, Domaine Huet Le Mont sec 2007 : Un nez fin, discret, de pomme, note de miel, de pain d'épice, fond orgeat et amande. La bouche est droite, tendue, matière soyeuse, acidulée sur la pomme grany, note citron, pointe miel pain d'épice, d'orange confite, fond amande et orgeat mais manque de fond. La finale est fraiche, pleine, voir vive, limite agressive, acidulée, persistance honnête de pomme granny, citron, note miel pain d'épice fond amande et retour craie. TB 88 (15). Peu expressif, assez brut, moins réussi que la version Foreau dégusté en janvier voir ici

Haut-Medoc, Chateau La Lagune 1996 : Un nez séduisant, gourmand, classe, de cassis, note poivron rouge grillé, tabac blond, graphite fond fumé. La bouche est charpentée, droite, ample, fraiche, tanins soyeux bien enrobant, sur le cassis, puis plus groseille, note poivron rouge grillé, début champignon et cuir, fond tabac fumé boite à cigare très classe. La finale est fraiche, tonique, ample, belle persistance de fruit noir et rouge, acidulée, poivron rouge grillé, tabac et cuir. Excellent 92 (16,5+) mais pas la plus belle bue... Souvenir énorme de celle bue chez Mathieu qui avait estomaque tout le monde dans une dégustation de haut vol ! L'injustice des bouteilles...

Pouilly Vinzelle, La Soufrandière Les Longeoies 2012 : Un nez pointu, fin, de fruit jaune mûr, pointe sucre, maturité, note chèvrefeuille, tarte citron meringuée, fond amande et craie. La bouche est fine, droite, charnue, mais friande matière soyeuse, sur le fruit jaune, note chèvrefeuille puis aubépine amande, noisette, fond de craie. La finale est ronde, fine, délicate, bien enrobée, sur le fruit jaune et blanc, note tarte citron meringuée, fond amande et craie. Bien équilibrée, clair et lisible, fin et élégant. TB 90 (16)

Volnay, Mise négoce illisible 1964 : Un nez superbe de vieux Beaune, cassis, fruit des bois, groseille, mûre, etc, notes évoluées de cèpes grillés, de pruneau, fond moka et fumé. La bouche est tendue, fraiche, charnue, mais pas décharnée, tanins soyeux, c'est encore très vivant sur la groseille, le petit fruit rouge, note ronce puis cèpe grillé, fond moka. La finale est fraiche, bien enrobée, persistance intéressante de fruits rouges acidulés, groseille, note cèpe grillé et fond moka. Très joli et incroyable à cet age pour ce simple village. Ce millésime 64 est vraiment formidable (4eme ou 5 eme vin que je bois et jamais déçu...) mais je ne peux m'empêcher de me demander à quoi ressemblait-il jeune ? En tout cas, ouvert pour des amis qui ne connaissaient pas les vieux vins, ils ont été surpris... Excellent 90+ (16+)

Ouvert le soir des élections, un cru que j'affectionne particulièrement, tout comme la famille qui le produit.

Meursault, Buisson Charles Bouche Chères 2007 : Un nez fin, encore un peu réservé, sur la poire, note d'aubépine, de tourbe, pointe sésame, fond amande frangipane plutôt séduisant. La bouche est ample, délicate,  aérienne signant le cru, belle fraicheur, manque un poil de densité, sur la poire, note sésame, puis tourbée, amande, aubépine, fond frangipane, et craie. La finale est fraiche, profonde, belle persistance de poire, fruit jaune, note aubépine, pointe frangipane, fond tourbé sésame. Un cru que j'aime beaucoup même si ce 2007 n'est pas le millésime le plus abouti que je connaisse du cru... Excellent 92+ (17)

Nuits Saint Georges, Michelle & Patrice Rion Clos des Argillières 2002 : Un nez pointu, évolué, marqué végétal fortement typé ronce, sur la framboise, note sous bois, champignon, pointe carroube moka fond fumé. La bouche est charpentée, droite, tanins ronds, de la fraicheur qui tend le vin mais sans lui donner de la profondeur, c'est vif, pointu, sur la groseille, note végétal ronce, bourgeon de cassis, tige persil, puis évolué champignon, fond discret entre moka et fumé. La finale est austère, sur l'amertume, tendue, fraiche, persistance honnête de groseille, toujours ce cote végétal et fond moka amande carroube... Pas très complexe, très/trop vif, austère, manquant à mon avis clairement de maturité. B-TB 87 (15) mais une déception...

Amicalement, Matthieu

samedi 22 avril 2017

Vins de Pâques et pré-élection

Bonjour,


Au vu de ces semaines pré-électorales, on profite du WE de Pâques pour vider l'armoire, ce sera toujours ça de bu...


Pomerol, Chateau La Conseillante 2004 : Un nez expressif, fin, classe, mais pas très complexe, plutôt fruit noir, myrtille, cassis, belles notes marquées de noisette fraiche, fond discrètement fumé et pointe vanille. La bouche est charpentée, aux tanins soyeux, mais c'est droit, assez aristocratique, limite stricte, austère, belle densité, plein, sur le cassis, myrtille, note noisette, puis plus noyau, un peu mat, fond un peu fumé et pointe épice vanillée, amande. La finale est fraiche, équilibrée, belle empreinte soyeuse, et persistance intéressante de fruit noir, noisette a nouveau fraiche, fond amande, fumé, et légère pointe vanillée. petit Excellent 92 16,5+

Châteauneuf du Pape, Pierre Usseglio 2007 : Après 4H d'aération, nez gourmand de fruit noir mûr, confit presque, la prune, note presque lactée fraise vanille, pointe cerise léger kirch, puis épice souk marqué, orange sanguine, fond plutôt cacao. La bouche est large, ample, tanins soyeux caressant bien soutenus par la structure, c'est plein, sur la figue, la prune, note épice réglisse, puis orange sanguine, fond cacao. La finale est pleine, ample, belle empreinte tannique, sur la structure persistance intéressante de fruit noir, prune, figue, léger confit, note épice, puis fond cacao. TB-Excellent 91 (16,5)

Cote du Roussillon, Clos des Fées VV 2007 : Un nez séduisant, après 4H d'aération faisant disparaître le réduc oeuf, et plutôt pure ! de fruit noir, mûre sauvage (pour le coté frais bourgeon), note épice réglisse, florale aussi, violette, pointe viande fraiche quand même, fond cacao. La bouche est pleine, robuste, tanins fins, précis, belle densité, c'est structuré et plutôt profond, droit, bien équilibré, pas d'alcool, sur la mûre, la myrtille, note épice réglissée, toujours cette pointe violette, fond cacao et fumé. La finale, sur la structure, est presque fraiche, tonique, équilibrée sur le cassis, myrtille, note épice réglisse, pointe violette, fond cacao. C'est très bon, équilibrée, droit, précis. Excellent 92 (17)

Saint-Estèphe, Chateau Lafont Rochet 1998 : Un nez (après les 4H necessaires d'aération) de fruit noir, mûre, note poivron rouge grillé, pointe entre animal/œuf/cuir, fond tabac fumé. La bouche est droite, assez profonde, tanins ronds un poil de rusticité, ensemble un peu rigide, sur la mûre, note poivron rouge grillé, pointe cuir, fond tabac fumé, c'est assez lisible et sans surprise. La finale est fraiche, empreinte tanique plus soyeuse qu'en bouche, persistance intéressante de fruit noir, note fraiche entre poivron rouge et ronce, pointe cuir champignon, fond tabac fumé. TB 89 (15,5)

Macon Pierreclos, Guffens Tri de Chavigne 2011 : Un nez très appétant, fin, distingué, complexe, fruit jaune mûr, note fleurie et fraiche, typé noisette puis chèvrefeuille, pointe beurrée, mais aussi sésame grillé classe, fond frais, floral, aubépine, superbe, et léger amande grillé, whaouh…. La bouche est ample, à la matière fine, précise, délicate, belle densité, toucher onctueux enrobant une fraicheur qui tend le vin, lui donne la profondeur, sur le fruit jaune, puis le chèvrefeuille, le citron vert, avec un coté meringuée/beurrée, note noisette fraiche, pointe sesame grillé classe, fond aubépine, élégant, amande grillé. La finale est fraiche, tonique, profonde, empreinte soyeuse puis très belle persistance, pointe amertume, de fruit jaune, note chevrefeuille, citron vert, meringue beurre, fond aubépine, amande et retour crayeux. Superbe, complexe, précis, puissant mais délicat... Excellent 94-95 (17,5-18). J'ai adoré mais pas sylvia qui l'a trouvé un peu too much...

Ribera del Duero, Bodegas Pérez Pascuas Viña Pedrosa Reserva 2003 : Un nez assez discret de prune, pointe œuf, note épice marquée, souk, orange sanguine, fond léger plutôt cacao, pas très complexe. La bouche est large, précise, bien structurée, tanins fins ronds, de la fraicheur, de la finesse mais de la densité, sur la prune, note fruit noir, puis épice souk, orange sanguine, fond cacao pointe amer. La finale est fraiche, puissante mais équilibrée, empreinte légèrement asséchante qui serre, persistance intéressante plus acidulée,  prune, fruit rouge, épice, orange sanguine, fond cacao TB+ 90+ (16+)

Margaux, Chateau Durfort Vivens 1986 : Un nez classique, un poil austère qui s'ouvre sur le tabac, le fruit noir, note d'encre, graphite puis champignon cèpes, fond fumé. La bouche est charpentée, droite, de la structure, un poil rigide, c'est droit tanins ronds, profond, profil limite austère mais classe, sur le fruit noir, cassis, note tabac, boite à cigare, pointe encre graphite fond champignon cèpes et fumé. La finale est ample sur la structure, droite, belle profondeur classe, puis fraiche, sur le fruit noir, un peu mat, note tabac, boite à cigare fond champignon et fumé. Très classique du Bordeaux à point, classe mais un peu mat, rigide et un poil austère sur ce millésime. TB+ 90+ (16+)

Et maintenant on se prépare pour la soirée électorale !

Amicalement, Matthieu