Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

dimanche 25 septembre 2016

Si la RVF s'inspire de mes CRs, mon avenir est en bonne voie :-)

Bonjour à tous,


Cette semaine, qu'elle ne fut pas ma surprise de voir dans la RVF : non pas, un article sur les vins du Roussillon qui place le Domaine Gauby en tête des domaines, non, vu ce que j'ai dégusté cet été en les visitant, c'est tout à fait mérité, mais carrément le quasi même CR de dégustation des Calcinaires 2015, je cite : Jouant sur un bel équilibre...la cuvée a pris le meilleur de l'esprit nature, la finesse... 15,5 même mot quasiment et même note d'ailleurs que la mienne !!! C'est clair je devrais postuler pour les aider sur leurs CRs.
Et ce d'autant plus que j'ai l'impression qu'on goutte très proche avec cette équipe car sur l'autre article consacré à une dégustation comparative des vins de Sancerre, il place Chêne Marchand du Domaine Vincent Pinard comme le meilleur blanc !!! Depuis le temps que je le dis sur ce blog que Clément fait des vins formidables et pour moi les meilleurs du coin...
Ou alors, il lise mon blog et s'en inspire car ils n'ont plus le temps d'aller dans les vignes ;-)... Je blague, bien sûr, mais la coïncidence est troublante, ami de la théorie du complot, donnez vous en à cœur joie !


Et sinon, que retrouverez vous dans la prochaine RVF (je blague hein...) :


Haut-Medoc, Chateau Sociando Mallet 2004 : Un nez séduisant légèrement marqué bois classe, sur le cassis, note poivron rouge grillé, pointe tabac blond, fond fumé. La bouche est charpentée, droite, bien construite entre fraicheur et tanins soyeux enrobants, sur le cassis, un côté acidulé, note poivron rouge grillé, de cèdre, fond tabac blond, fumé. La finale est fraiche, équilibrée, empreinte un peu asséchante et un poil stricte mais de la gourmandise dans cette persistance intéressante de cassis acidulé, note de poivron rouge grillé, fond tabac et fumé classe. TB-Excellent 91 (16,5), une jolie réussite.

Saint Joseph, Guigal Lieux dit 2010 : Un nez gourmand encore marqué de son élevage "sexy", sur le cassis mûr, note camphrée, épice, réglisse, fond boisé balsamique moka encore marqué. La bouche est corpulente, droite, délicate, tanins soyeux précis, de la fraicheur qui tend l'ensemble et qui affine, sur la cassis mûr, note épice plus poivrée cette pointe menthol eucalyptus, fond moka balsamique. La finale est fraiche, plutôt puissante, un peu marqué alcool, persistance intéressante de cassis mûr, d'épice poivre fond balsamique, fumé et pointe eucalyptus. TB-Excellent 89-92 90+ (16+)

Macon Pierreclos, Guffens Tri de Chavigne 2010 : Un nez séduisant, fin, de poire, de fruit jaune, note beurre frais, de brioche, pointe chèvrefeuille citron, noisette, fond sésame grillé classe. La bouche est ample, au toucher suave, puis de la fraicheur, belle matière enveloppante fine et précise, sur la poire, le citron, note chèvrefeuille, noisette fraiche, fond sésame grillé. La finale est fraiche, équilibrée, bien enrobée, friand, sur le fruit jaune, le citron "confit", tarte citron meringuée, note noisette fraiche, fond sésame grillé léger classe. Super vin comme d'hab Excellent 92 (17)

Cote Rotie, Cuilleron Terre Sombre 2006 : Un nez séducteur, expressif, de cassis mûr, note bacon classe puis poivre, pointe fraiche violette, fond moka fumé. La bouche est charpentée, large, tanins soyeux, c'est plein, sur le cassis mûr, note bacon grillé, puis réglisse, poivre, fond moka. La finale est fraiche, un poil sèche dans son empreinte (passe très bien a table), c'est très friand dans une persistance intéressante sur le cassis mûr, note bacon grillé, de poivre, de réglisse, fond moka bien intégré ! Excellent 93 (17)

Amicalement, Matthieu



dimanche 18 septembre 2016

Et les vins du WE alors ?

Bonjour à tous,


Un diner dégustation en semaine n'empeche pas l'ouverture de belles quilles le WE, la preuve :


Sancerre, Domaine Boulay 2014 : Un nez de citron, d'agrume, pointe fermentaire genre bière, note de buis, d'acacia, fond roche et léger fumé fugace surprenant (grillé réduc ?). La bouche est charpentée, tendue, matière ronde, de la fraicheur, vivacité sur le citron, assez citrique, note buis, acacia, fond roche silex avec cette pointe fermentaire bière. La finale est fraiche mais bien enrobée, persistance honnête de citron, de buis d'acacia, fond roche silex, profil amer, et cette pointe bière. TB 88 (15) Mais a attendre 2 à 3 ans que l'ensemble s'harmonise.

Bandol, Domaine Pibarnon 2013 : Un nez très jeune bien sûr, cassis, léger confit gourmand, note noyau, puis épice, orange sanguine, pointe florale, fond boisé fumé léger et cacao. La bouche est charpentée, grosse structure mais bien dessinée, tanins concentrées mais fins et précis, soyeux, pas rustique pour 2 sous, sur le cassis, léger confit, note épice typé réglisse, puis orange sanguine, pointe floral, fond cacao et noyau de cerise. La finale, puissante certes, est fraiche et tonique avec une belle persistance intéressante de cassis mûr, d'épice, pointe floral, fond cacao et retour orange sanguine élégant. TB-Excellent 90-93 aujourd'hui 91 (16,5)

Cote Roussillon, Domaine Gauby VV 2013 : Un nez très séduisant une fois la réduc œuf dissipé, fruit noir, prune, léger confit/mûr gourmand, un côté presque banane !!!! note épice réglisse, poivre, puis plus floral, iris, fond cacao. La bouche est charpentée droite, bien construite, profonde, fraiche, bien encadrés de tanins ronds, à la juste maturité car on sent que pour conserver la fraicheur, l'équilibre, la finesse, on pousse pas sur la maturité... sur la prune, le fruit noir, note épice, réglisse puis plus floral, iris, fond cacao. La finale est fraiche, profonde, tonique, empreinte tannique impeccable, c'est plein, dense, mais élégant, très belle persistance de prune, fuit noir, épice réglisse, floral et fond cacao. Très joli vin, concentré, dense mais bien dessiné, pas brut, gardant équilibre et élégance, voir finesse (pour un vin du sud hein...). Excellent 90-92 (16,5)

Macon-Pierreclos, Guffens Chavigne 2014 : Un premier nez très coche sur le grillé (?), puis, après aération, fruite jaune mûr, note pralin, amande grillé, pointe chèvrefeuille, tarte citron meringuée, fond fumé grillé qui demeure plus marqué qu'à l'accoutumée. La bouche est droite, nerveuse, de la matière, suave, de la fraicheur, sur le fruit plus blanc, pomme typé granny, citron vert (noisette), note pralin, amande grillé, fond fumé grillé. La finale est fraiche, puissante, bien enrobée de cette matière suave et belle persistance de fruit jaune et blanc, de tarte citron meringuée, note pralin, amande grillé, fond fumé grillé. Bon, c'est très bon TB-Excellent 90 (16),  mais pour la première fois, je trouve le nez, et la structure très coche dans l'esprit même si après aération et réchauffement, on s'en éloigne quelque peu pour revenir vers du classique Guffens, "moderne" mais ou le fruit, et un coté moins technique reprend ses droits.

Vosne Romanée, Domaine Rion 2012 : Un nez éclatant de fruit, framboise, groseille, note sureau, réglisse, amande, fond fumé. La bouche est corpulente, large, tanins soyeux, belle fraicheur qui dynamise la bouche sur la groseille, la framboise, note épice, réglisse, pointe floral, pot pourri, fond fumé et amande. La finale est fraiche tonique, belle empreinte tannique et persistance intéressante de framboise, groseille, note épice réglisse, sureau, fond amande et fumé. TB-Excellent 90 (16).


Volnay Voillot VV 2013 : Un nez expressif, séduisant, de cerise burlat mûre, de framboise, note sureau, épice, amande pointe ronce, sous bois, fond léger fumé. La bouche est charnue, large, tanins soyeux, de la fraicheur qui tient l'ensemble, sur la cerise noire, puis framboise, note épice, sureau puis plus végétale, ronce, fleur, fond léger fumé et amande douce. La finale est large, tonique, bien enrobée, persistance honnête de cerise, framboise, note épice, ronce et fond amande, sureau. TB 89 (15,5)

Amicalement, Matthieu

samedi 17 septembre 2016

Le DEP devient le DOP à l'occasion d'une soirée Bordeaux 2002 qui ne restera pas dans les annales !

Bonjour à tous,


Reprise de nos dégustations, à nouveau au Roca dans le 17eme, ou nous avons encore mieux mangé que les fois précédentes... Mais pas forcément mieux bu avec ce thème Bordeaux 2002 dont on n'attendait pas non plus des merveilles, mais qui a confirmé sa faible réputation... Les diners des Dégustateurs de l'Est Parisien, devenus  Dégustateurs de l'Ouest Parisien, n'ont pas commencé sous les meilleurs hospices, en tout cas pas celles de Beaune pour cette première....


Le premier vin, blanc, présente un nez aux notes franchement oxydées d'olive verte et de noix, la bouche, bien construite, confirme une évolution jurassienne non maitrisée du breuvage. A revoir... ce Clos des Féées Blanc.


Puis on attaque les Bordeaux 2002 en aveugle :




Vin 1 : Un nez de cassis aux notes boisées marquées voir envahissantes, note kirchées  sur un fond moka. La bouche est charpentée, profil amer marqué, c'est droit, tanins ronds plutôt bien extraits, sur le cassis et toujours ce boisé moka fumé trop présent. La finale est ronde sur le cassis, puis ce boisé. C'est bien travaillé certes mais pas d'une grande typicité et surtout pas très complexe. B-TB 86 14+ Moulis Chateau Chasse Spleen.


Vin 2 : Un nez de cassis aux notes animal, puis encre, fond fumé. La bouche est charpentée, plus volumineuse, c'est droit plus profond, tanins ronds, un peu stricte, sur le cassis, note d'encre puis évoluant animal/gibier limite écœurant, fond fumé. Par contre, la finale est fraiche, présentant même une certaine délicatesse, presque élégante avant que ne surgisse ces notes animales mais moins marquées dans une persistance intéressante de cassis, d'encre, de graphite, fond fumé. TB 87 (15) que ce Moulis Chateau Poujeaux.


Vin 3 : Un nez boisé un peu marqué par la vieille futaille, sur le cassis, le tabac brin, note encre, fond fumé. La bouche est nettement plus élégante, corpulente, pas trop extrait, tanins pas très denses certes mais bien soyeux enrobant une structure droite sur le cassis, noite tabac plutpot blond cette fois, poivron rouge grillé, fond fumé, c'est bien plus élégant. La finale délicate est fraiche, ronde, empreinte tannique un peu asséchante mais belle persistance de cassis, mûres, note poivron rouge grillé, pointe encre, fond fumé tabac blond élégant. Une jolie bouteille qui va s'améliorer tout au long de la soirée, à qui il manque juste volume, profondeur et complexité pour passer dans l'excellence. TB 89 (15,5). Margaux Brane Cantenac



Vin 4 : Un nez de prune, de cassis, marqué d'un boisé exotique menthol, moka, balsamique, ça part dans tout les sens. La bouche est corpulente, tanins encore astringents, profil amer, très marqué bois, note menthol, moka mais avec des traits verts typé bourgeon de cassis, poivron vert. La finale est ronde mais tombe très vite sur le fruit noir et ce boisé exotiquo balsamique. Bon, pas facile de comprendre ce vin qui va dans tous les sens sans grande ligne directrice... Bof que ce Saint Emilion Chateau Les Gravières.

Vin 5 (mon apport, CR fait avant le diner) : Un nez de cassis acidulé, note de poivron rouge grillé, pointe fraiche typé cèdre, quelques épices lèger vanille lacté fond boisé léger entre fumé et moka, un début de complexité qui se sent moins au diner. La bouche est charpentée, droite, tanins ronds mais un peu rigide encadrant une structure assez stricte, fraiche, droite, mais profonde, et qui va devenir plus moelleuse lors du diner, c'est bien le plus équilibré sur le cassis, la mûre, note épice légère, puis plus tabac, graphite, fond fumé. La finale est fraiche, pleine, plutôt puissante, à l'empreinte tanique un poil marquée encore sur le cassis, à nouveau sensation acidulée, assez friande, note poivron rouge grillé, de graphite, fond fumé tabac. TB-Excellent 91 (16+) que ce Pauillac Pontet Canet que la majorité place à Pomerol, c'est dire comme la bouche est devenue plus moelleuse durant le diner (et surtout en comparaison des autres...)


Vin 6 : Un nez de cassis, avec une pointe futaille, animal qui évoluera plus boisé classe lors du diner, sur le cassis, l'encre, note épice et poivron rouge grillé, fond fumé. la bouche est charpentée, concentrée, tanins soyeux, c'est droit presque puissant, de la fraicheur, sur le cassis, note poivron rouge grillé, encre, pointe réglisse, fond fumé. La finale est puissante, acidulée offrant un coté friand, sur le cassis, note poivron rouge grillé, pointe épice, fond tabac fumé. La puissance me fait penser à Saint Estephe ou Pauillac, patatra, pas du tout, mais un joli vin que ce Saint Julien Léoville Barton. qui d'ailleurs s'affine en cours de soirée, perdant cette puissance un peu brute pour gagner en élégance. TB 90 (16)


Vin 7 : Un nez cassis, mûre, encore des note animal (décidément, c'est ma soirée) qui s'estompe à l'aération, note épice réglisse, poivron rouge grillé et fond boisé fumé encore marqué. La bouche est charpentée, tanins soyeux mais à "gros grain" c'est droit mais pas de profondeur, sur le cassis, puis ces notes légèrement animales, dommage, car on perçoit aussi du réglisse, du poivron rouge grillé et fond fumé. La finale est fraiche, tonique, bien enrobée, profil amer, persistance intéressante sur le cassis, note poivron rouge grillé, toujours cette pointe animale pas très élégante, encre, fond fumé. TB 89 (15,5+) que ce Saint Julien Leoville Poyferre je dirai manquant un peu de finesse et précision par rapport au Barton, et ce cote animal moins élégant sur cette bouteille


Bon, ben, c'était une soirée Bordeaux 2002, un millésime que j'apprécie peu. Des vins extraits, parfois un peu grossièrement, manquant de complexité et souvent trop marqué par le bois. Pas de mauvais vins pour autant, mais pas grand non plus...


Amicalement, Matthieu

dimanche 11 septembre 2016

Retour à la normal, dégustation des derniers WE

Bonjour à tous,


Reprise du rythme habituel de dégustations, les bouteilles des derniers WE.


Gewurztraminer, Ginglinger Eichberg 2007 : Un nez expressif bien sûr mais dans la finesse et pas dans l'opulence, sur le fruit exotique, litchee, fruit de la passion, note fraiche citron vert, avec la pointe noisette, fond cire d'abeille et roche silex. La bouche est ample, large, puis l'acidulée, frais et droit qui tient l'ensemble, sur le fruit exotique, fruit de la passion, litchee, c'est "sucré" mais bien équilibré par la fraicheur, une structure qui donne de la profondeur, note citron vert, noisette, fond cire d'abeille. La finale ronde est gourmande, très belle persistante, de fruit exotique mûr, passion, litchee, note citron vert noisette et fond cire d'abeille. Très beau Gewurz, offrant le plaisir de la gourmandise classique mais surtout la profondeur et la complexité bien plus rare... Excellent 93 (17)


Vin de Pays, Domaine Trevallon 2013 : Un nez superbe, gourmand, sur le fruit noir puis sur la fraise mûr, la framboise, note d'épice, poivre, fleur pot pourri presque souk puis plus fraiche de poivron rouge grillé, de bourgeon de cassis, fond fumé et moka classe. La bouche est charpentée, large, droite, précise, tanins soyeux, c'est profond, y'a de la fraicheur, c'est sapide sur le fruit mûr, noir cassis puis plus fraise, note épice souk puis floral fleur fanée, pointe poivron rouge grillé et fond moka fumé. La finale, tout en équilibre, est fine, précise mais tonique presque puissante et longue persistance de fruit rouge et noir mûr, c'est délié, harmonieux, déjà un début de complexité avec des épices, des fleurs, sur un fond fumé moka. Oups, grand vin à venir a mon avis, Excellent-Exceptiopnnel 94-96 (17,5 -18,5) très beau millésime chez Trevallon, un des meilleurs bus depuis 2009 !

Volnay, Voillot Fremiets 2006 : Un nez qui commence à montrer son évolution, entre 2 âges je dirai, marqué de belles notes de feuille morte, de champignons, sur la framboise, la groseille, note épice légère et fond léger fumé. La bouche est charnue, ample, large, aux jolis tanins satinés, fins, sur la framboise mûr, note feuille morte champignon, pointe épice et fond fumé et moka qui commence à pointer. La finale est acidulée, tonique, en finesse comme toujours avec ce cru, sur la framboise, note champignon, feuille morte, et fond entre fumé et moka. TB-Excellent 90 (16+) mais attendre qu'il ait totalement basculé pour profiter de son évolution...

Haut-Medoc, Chateau Agassac 2004 : Un nez séduisant de cassis mûr, fruit noir, pointe épice, note fraiche poivron rouge grillé, fond fumé grillé bien intégré. La bouche est charpentée, droite, tanins soyeux un poil marqué (le côté rustique), sur le cassis, une pointe acidulée assez friande, note épice légère, puis poivron rouge confit, grillé, fond fumé. La finale est fraiche, équilibré, structure marquée dans son empreinte, persistance intéressante de fruit noir, cassis, pointe acidulée, note poivron rouge grillé, fond fumé. TB 89 (15,5). Un style moderne au bon sens du terme, car c'est avant tout sur le fruit, les tanins sont bien travaillées et le bois ne fait que souligné et offrir la complexité et la classe nécessaire.


Madiran, Chateau Montus 2006 : Un nez opulant avec un côté alcooleux limite volatile qui écrase un peu tout, cassis mûr, note eucalyptus et fond boisé balsamique fumé. La bouche est charpentée aux note noyau évoluant pneu brulé pas très élégant ou surnage le cassis quand même et ce fond eucalyptus, mais drôle de rendu, pas de mon gout. La finale est puissante, empreinte tanique soyeuse mais légèrement poudrante en fin de bouche ou l'alcool, le kirch est bien présent, puis le cassis, cette pointe boisé qui fait pneu chaud et fond balsamique. Etonnant et pas convaincu sur cette bouteille, les 2 premières étaient bien meilleurs. Bof sur cette bouteille qui va de plus empirer avec l'aération... Une bouteille flinguée assez rare avec ce producteur... Du coup, j'ouvre la suivante :

Saint-Emilion, Chateau Tertre Daugay 2005 : Un nez encore bien jeune, un peu fermé, cassis mûr, note noyau derrière lequel on discerne du tabac blond, graphite, des épices, fond fumé. La bouche est charpentée, voir robuste, dense, grosse structure tanins serrés, fins, concentrés mais encore comprimés et astringents, cassis mûr, note épice réglisse, puis graphite, tabac blond, fond fumé. La finale est droite, fraiche, tonique, empreinte tanique qui accroche encore, cassis mur, tabac blond, graphite, pointe cèdre et fond fumé. TB-Excellent 88-91. Aujourd'hui 88 (15) Urgent d'attendre car il y a du potentiel.


Amicalement, Matthieu

samedi 3 septembre 2016

Quilles de rentrée

Bonjour à tous,


La fin des vacances, ça se fête ! Et dans ce cas, rien de mieux qu'un cru de Jean Pierre, et quel cru... Un Champans qui a survécu à la razzia estivale


Volnay, Voillot Champans 2009 : Un nez déjà expressif, plein et très séducteur, de cassis mûr, de myrtilles, de mûres, note fraiche de ronce, d'amande fraiche, presque cèdre, fond délicatement fumé et léger moka. La bouche est charpentée aux tanins soyeux, ample, large, dense puis belle structure droite, fuselée, tonique, sur la mûre, la myrtille, note fraiche de ronce, de grain de cassis, fond légèrement fumé et pointe moka. La finale solide, presque puissante, est précise, tonique et très belle persistance de fruit noir, mûre, myrtille, note ronce et grain de cassis, fond fumé et moka. Excellent-Exceptionnel 94-96+ Enorme potentiel (18, 19, 20?) tant la structure du vin d'un côté et ses tanins presque veloutés de l'autre, augurent d'un avenir radieux... Sylvia n'a pu s'empêcher de laisser échapper un "whaooh", et c'est pas son genre... Avec ce genre de cru, vous êtes content d'être rentré :-) Merci Jean Pierre, et bonne nuit ;-)

Riesling, Ginglinger Eichberg 2010 : Un vin dégusté durant l'été qui avait enchanté les convives. Un nez superbe de fruit blanc mûr, reine claude, prunes juteuses, aux notes de miel fleur d'oranger puis plus ambré/tourbé, fond léger terpénique entre cire d'abeille et pétrole. La bouche est ample, droite, à la belle matière soyeuse, superbe équilibre, entre tension et rondeur, plus sur l'agrume mûr, l'orange pointe prune puis plus floral typé iris, fond cire d'abeille et léger pétrole. La finale est ronde puis fraiche belle tonicité, empreinte soyeuse, délicate, et très longue persistance d'agrume mûr, de prune, note miel fleur d'oranger, fond cire d'abeille et pétrole. Excellent 93-95 (17-18) et très beau potentiel.

Vosne Romanée, Domaine Rion 2008 : Un  nez charmeur de framboise, de groseille, note plus végétale noble, groseille à maquereau, grain de cassis, ronce, pointe épicée réglisse sur un fond fumé classe. La bouche est corpulente, large, tanins soyeux, dans une structure fraiche tendue, c'est friand, sur la framboise et la groseille acidulée, note ronce, grain de cassis, pointe réglisse, fond fumé. La finale est fraiche, acidulée très friande, sur la groseille, la framboise, note réglisse, puis ronce, grain de cassis, groseille à maquereau, fond fumé. TB-Excellent 91 (16+)

Côte Rôtie, Rostaing Ampodium 2013 : Un nez friand, fin, séduisant de cassis, note floral typé violette puis épice poivre et un côté orange sanguine, pointe végétal noble fraiche, fond léger fumé. La bouche est corpulente, large, ample, tanins soyeux, fins et précis même si pas d'une grande densité (on peut pas tout avoir), sur le cassis, note floral violette puis épice poivre et fraiche, orange sanguine, sur fond léger fumé bacon grillé. La finale est fraiche, tonique, tout en friandise sur le cassis, les notes épices poivre et orange sanguine, fond léger fumé bacon grillé. J'adoooore, que ce soit l'aromatique, pure, harmonieuse, fraiche ou la structure droite, délicate, précise élégante... Excellent 90-92 (16,5+)

Cote du Roussillon, Gauby Calcinaires 2015 : Couleur violine, nez de fruit noir, mûre, myrtille, pointe réduction œuf qui se dissipe vite à l'aération, belle note florale marquée violette, puis des épices poivre sichuan, un côté orange sanguine sur un fond léger cacao, noyau. La bouche est corpulente, large, beaux tanins soyeux, de la tenue, tonique, précision, presque finesse des tanins, sapide sur le fruit noir, belle note florale, puis orange sanguine, épice poivre et fond cacao léger. La finale est presque fraiche, plutôt sur la structure, droite, précise, persistance intéressante de fruit noir, de fleur violette, d'épice d'orange sanguine et fond cacao. Bien dessiné, précis, bien structuré, pas une once d'alcool chaleureux, c'est juste mûr dans un style actuel, pure, esprit bio,  travaillé sans excès. TB+ 89 (15,5+)

Amicalement, Matthieu