Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

dimanche 13 janvier 2019

Une reprise tranquille avec une très belle Côte Rôtie de Rostaing quand même !

Bonjour à tous,

Semaine de reprise après les fêtes, avec quelques jolis vins quand même ! Surtout pour la traditionnelle galette des rois, que j'aime accompagné d'un noble chardonnay.




Chassagne Montrachet, Morey Coffinet Dent de Chien 2012 : Un nez très appétant, expressif, de fruit jaune mûr, note amande, frangipane, puis d'aubépine, fond de craie et sésame. La bouche est dense, ronde, grosse attaque, belle matière soyeuse, sur une structure droite sur le fruit jaune mûr, note frangipane, amande grillé, puis plus floral aubépine, fond de craie et de sesame. La finale est puissante, fraiche, et belle persistance de fruit jaune mur, frangipane, amande grillé, fond craie et sésame. Excellent 93 (17)






Volnay, Rebourgeon Mure 2017 : Un nez au joli fruit noir et rouge friand, note épice typé réglisse, puis plus carroube, pointe ronce fraiche fond noyau. La bouche est ronde, charnue, avec une matière soyeuse, de la fraicheur qui tend l'ensemble, et finalement pas si tendre que cela, il y a du volume et de la densité, sur le fruit noir, note épice réglisse, puis carroube, pointe ronce fond noyau, amande. La finale est fraiche, bien enrobée, presque puissante, vraiment pas si tendre, de la structure, de la fraicheur, et belle persistance fruit noir, épice, ronce, sur fond noyau. TB 88-90 (16). M'a fait plus penser à 2002 qu'à 2007 sur ce cru.




Beaune, Rebourgeon Mure Epenotes 2017 : Un nez frais, jeune, de fruit rouge et noir, note noyau, épice, pointe ronce agréable friand, fond noyau cerise. La bouche est charnue, ronde aux tanins tendres, soyeux, avec une belle expression de groseille, de framboise, note épice, pointe ronce fond noyau de cerise, c'est très friand, très agréable. La finale est fraiche mais avec une belle rondeur sympa qui enrobe et une persistance honnête de fruit, noyau, épice. B-TB 88 (15) Et cette fois c'est effectivement assez tendre mais je pense que c'est plus le cru que le millésime, car il y a une jolie matière, un peu de structure et de la fraicheur, même si, sur ce cru, je comparerai plus le millésime à 2007, 2011, que 2002.

Montlouis, Chidaine Les Bournais 2016 : Un nez expressif de coing, de fruit jaune, de pomme, note fleur d'oranger, pointe épice, miel, fond cire d'abeille. La bouche est ronde, ample, belle matière, puis de la fraicheur, c'est presque vif, à peine enrobé, avec un joli côté salin, sur la pomme granny, puis le coing, note fleur d'oranger, pointe miel, fond salin et crayeux qui fait saliver. La finale est fraiche, tendue, qui claque, persistance intéressante de pomme Granny, de citron, note épice pointe miel, fond cire d'abeille; TB-Excellent 90-91 (16-16,5). C'est tendu, voir vif, belle acidité mais tout juste enrobée, tout juste adoucie par quelques sucres. Equilibre sur le fil du rasoir en 2016 !



Bandol, Lafran Veyrolle Cuvée Spéciale 2004 : Un nez discret sur la réserve encore, sur la prune, le cassis, note bois de santal, puis plus animal/cuir, pointe épice difficilement identifiable et fond cacao. La bouche est robuste, droite, grosse matière dense mais précise et fine, un poil astringente encore, sur la prune, puis plus fruit noir, les épices sont plus expressives réglissées, poivrées, à nouveau le bois de santal, pointe de cuir classe, fond cacao. La finale qui poudre un peu, est puissante, fraiche mais qui garde sa finesse, de l'élégance, sur la prune, les épices plus poivrée, pointe de cuir, fond cacao puis plus cendrée/suie. Un vin plus de potentiel que de plaisir actuellement TB-Excellent 90-94 (16-17,5) mais attendre en espérant qu'il gagne en expressivité même si les tanins resteront poudrant je crains.


Côte Rôtie, Rostaing 2007 : Un nez très séduisant de cassis mûr, note de cuir/viande, pointe fraiche de violette, puis épice poivre, fond fumé/grillé assez marqué à l'ouverture (réduc? car cela diminue à l'aération). La bouche est corpulente, large, ample, tanins soyeux, plein, de la profondeur aussi, c'est délicat, classe, sur le cassis acidulé, note d'épice poivre, puis fraiche entre violette, et plus végétale ronce, fond de cuir, bacon, viande rôti. La finale est pleine, presque fraiche, alliant profondeur et friandise, et belle persistance de cassis, note épice poivre, fond cuir/viande et fumé. Excellent 92 (16,5+)



Amicalement, Matthieu


dimanche 6 janvier 2019

Les vins de la semaine du jour de l'an : Mouline, Bessards, Simone, Saint-Georges...

Bonjour à tous,

Cette semaine entre Noel et le jour de l'an fût à nouveau l'occasion de quelques diners. Et même si le jour de l'an fût plus tranquille que prévu, et improvisé au dernier moment, nous avons profité pleinement de cette soirée en ouvrant cette très belle Mouline….



Les vins dégustés cette semaine :

Vouvray, Huet Le Mont sec 2010 : Un nez expressif, très beau, de chenin à maturité sans notes excessives, sur le coing, presque rôti, note raisin de Corinthe, puis plus épicé, typé safran, pointe Tilleul/aubépine, fond cire d'abeille avec un léger tourbé. La bouche est droite, tendue, bien enrobée d'une matière dense et soyeuse, précise, sur le coing acidulée, puis plus agrume, pamplemousse/citron confit, note épice raisin de Corinthe, safranée, pointe Tilleul, fond cire d'abeille avec ce léger tourbé. La finale est fraiche, tendue, fine, précise, salivante sur le coing roti, le fruit jaune confit, presqu'agrume très légère amertume, note épice, raisin de Corinthe, fond cire d'abeille et tourbé. Excellent 93+ (17+)


Côte Rôtie, Rostaing Ampodium 2010 : Un nez élégant de cassis, note de poivre, de réglisse, pointe florale, fond bacon grillé, presque cuir/animal. La bouche est corpulente, ample, profonde avec de beaux tanins soyeux enrobant la fraicheur donnant de l'ampleur, c'est très élégant, délicat, fin, sur le cassis, un coté fruit rouge aussi, friand, mûr, les épices, réglisse, poivre, fond léger bacon fumé. La finale est fraiche, tonique et belle persistance de cassis, de framboise, note reglissé, poivre, fond bacon grillé et fumé. Excellent 91-92 (17) et elle commence vraiment à s'ouvrir après quelques années fermées



Hermitage, Delas Les Bessards 2001 : Un nez très expressif, presque opulent, sur le cassis acidulé, belle note d'épice, de poivre, de réglisse, puis une pointe moka, fond de bacon grillé, de cuir classe. La bouche est charpentée mais aux tanins fins, denses, délicats, soyeux, c'est droit, profond, tendue, bien enrobées par ces tanins diablement précis, sur le cassis, la mûre, note de poivre, de réglisse, pointe plus florale de violette, fond de cuir, de bacon grillé. La finale est fraiche, puissante, droite, sans perdre sa délicatesse dans son empreinte tannique, dans un profil frais et fin, sur la cassis acidulé, le poivre, pointe violette, puis le moka, par moment, et le fond bacon grillé et cuir, grande classe. Excellent 95 (18)


Meursault, Henri Germain Charmes 2009 : Un nez un peu marqué d'une réduc pétard grillé, sur le fruit jaune mûr, la peche de vigne, note amande aubépine, pointe presque menthol, fond crayeux a souhait et léger sesame. La bouche est ample, belle matière soyeuse, avec une touche de gras gourmande, c'est dense mais droit, bien tenue par sa structure marquée, de la tension, sur la peche de vigne, le fruit jaune mûr, note aubépine, amande douce, pointe réduc grillé petard plus discrete qu'au nez, fond de craie, et léger sésame. La finale est puissante, ample avec de la tension et belle persistance de fruit jaune, peche de vigne, note aubépine, amande douce, pointe frangipane, fond sésame. Excellent 93 (17)


Nuits-Saint-Georges, Chicotot Les Saint Georges 2011 : Un nez expressif, presque déjà évolué, fin, classe, de framboise, de groseille, note d'épice patchouli, pointe ronce sous-bois, fond plutôt typé réduc pétard fumé, puis plus moka mais l'ensemble est très classe. La bouche est charpentée, large, ample, puissante avec de beaux tanins soyeux, fins, c'est frais, profond, très classe tout en gardant un coté friand, sur la framboise acidulée, la groseille, note épice réglisse, patchouli, pointe ronce sous bois et toujours ce fond entre fumé, pétard réduc et moka évolué. La finale est fraiche, puissante, mais à l'empreinte gourmande de tanins moelleux, et longue persistance de framboise, de groseille, d'épice réglisse, de ronce, sous bois champignon et ce fond entre moka et fumé. Excellent 94-95 (17,5-18), tout le monde s'est régalé ! la bouteille s'est littéralement évaporé :-). 2eme bouteille bue qui confirme la très grande réussite du domaine sur ce millésime pas si facile… Merci Pascale.

Et pour finir cette très belle année 2018 en ce qui me concerne, deux 2008, une Mouline, et en voiture Simone pour 2019.



Palette, Chateau Simone 2008 : Un nez classe, expressif, de prune, prunelle, puis  plus jaune, peche, note légère grillé/pétard (réduc?), puis foin séché, garrigue, pointe pain d'épice, fond cire d'abeille avec un côté ambré tourbé, classe, belle complexité. La bouche est ronde à l'attaque, puis c'est droit, tendue, belle fraicheur, joli matière, de la tension, de la profondeur, sur le fruit blanc, pomme, puis la prune, la prunelle, note foin humide puis plus sec, herbe séché, garrigue, fond cire d'abeille, champignon noble, presque truffe. La finale est fraiche, avec une belle rondeur d'empreinte et belle persistance plus ambré/tourbé, de pomme, de prune, de prunelle, note herbe sèche, garrigue, foin, champignon, fond cire d'abeille classe. Excellent 92-93 (17).

Côte Rôtie, Guigal La Mouline 2008 : Un nez opulent de cassis mur, note marqué moka classe car bien intégré, puis plus épice poivrée, voir mentholé, fond viande rôti très séduisant. La bouche est corpulente, délicate, pas très dense mais terriblement soyeuse, velours, une fraicheur bien enrobée, sur le cassis, la mûre, note épice poivrée, réglisse, toujours presque menthol, fond moka bien intégré. La finale est fraiche, délicate, élégante de cassis, de mûre, note poivre, réglisse fond viande roti, pointe moka, fumé, très classe Excellent 94 (17,5) car il n'y a pas le fond et la densité des grands millésimes mais super vin. Sylvia a beaucoup aimé, heureusement vous me direz :-) !


Bonne et belle année 2019 à tous ! Santé, bonheur et réussite, en plus de bons vins, bien sûr…

Amicalement, Matthieu

dimanche 30 décembre 2018

Les vins bus pendant les fêtes de Noel

Bonjour à tous,

Nombreux repas pendant cette semaine de fêtes de Noel, et donc nombreuses bouteilles ouvertes.





Meursault, Buisson Charles VV 2010 : Un nez très élégant, pure, de poire, fruit blanc mur, note aubépine, amande, enveloppant, fond frais légèrement crayeux avec une pointe sésame classe. La bouche est ronde, ample à l'attaque puis droite bien tenue par la fraicheur, sur le fruit blanc, la poire, puis plus mur/exotique, fruit jaune, note aubépine, amande, fond crayeux avec ce léger sésame classe. La finale est ronde, avec de la fraicheur, tendue, persistance intéressante de poire, fruit jaune, amande aubépine, fond léger sesame. TB-Excellent 91 (16,5) un style que j'aime beaucoup, moins convenu que le meursault gras, grillé à la structure tendue/vive.




Châteauneuf du Pape, Guigal 2005 : Un nez marqué un peu animal, de prune, pointe kirch, légères épices, fond cacao. La bouche est charpentée, droite, tanin rond, c'est droit un poil rigide et stricte, sur la prune, épice réglisse, patchouli pointe animal/cuir, fond cacao. La finale est ronde, sur la prune, prunelle, réglisse, animal en pointe, fond cacao. Bien fait, droit, pas très complexe, manque de rondeur. TB 90 (16)






Saint-Aubin, Langoureau En Remilly 2009 : Un nez très séduisant, élégant, de poire mûr, puis fruit jaune, pêche de vigne, note citron, chèvrefeuille, puis amande douce,  pointe sésame grillé, fond léger cire d'abeille. La bouche est ronde, ample, beau toucher gras, matière dense, de la structure qui tient l'ensemble, sur la poire, le fruit jaune, note aubépine, amande puis épice, pointe sésame grillé, fond amande douce, voir craie. La finale est ronde, puissante par sa structure et belle persistance de poire, de fruit jaune, peche de vigne, amande, aubépine, chèvrefeuille, et léger sésame sur le fond. Excellent 92-93 (17) Un très beau 2009 qui tient ces promesses, offrant par sa structure, la profondeur et la tension nécessaire.



Haut-Médoc, Chateau Maucaillou Felletin 2001 : Un nez évolué de bordeaux a point, sur un léger cassis, puis surtout encre, cèdre, note épice plutôt typé réglisse, fond de cuir. La bouche est charpentée, droite, tanins ronds, c'est frais et profond, un poil rigide, sur le cassis, note de terre puis encre, cèdre, fond de cuir. La finale est fraiche, pleine, bien enrobée quand même, et persistance honnête très tertiaire, de cassis léger, encre, graphite, fond de cuir. B-TB 86 (14,5) pour ce cru acheté en FAV à 6€ à l'époque.





Pour le repas du réveillon de Noel, avec les enfants.

Sancerre, Boulay Clos de Beaujeu 2011 : Un nez fin, délicat, élégant, sur le fruit blanc, belle note de foin humide, de sous-bois, mousseron (presque chablisien) puis pointe fruit exotique plus typique, fond buis, acacia et un côté roche silex. La bouche est droite, tendue, vivacité assez marquée, profonde, à la jolie matière tout juste enrobante, sur la pomme granny, le citron, note mousseron, foin humide, puis buis acacia, fond roche qui claque. La finale est fraiche, tendue, sur le citron, la pomme granny, puis note mousseron, foin humide, pointe buis acacia et fond de roche. Excellent 92 (17) un poil vif pour moi, mais parfait pour les huitres.



Saint-Emilion, Chateau Laroze 1998 : Un nez plutôt discret, de cerise, léger kirch, puis fraise, note graphite, pointe cèdre, puis presque vanille (!), fond fumé, tabac, asse classe. La bouche est charpentée, droite, tendue, profonde, tanins soyeux sans être super précis et dense mais bien enrobant, sur la cerise, la fraise des bois, note cèdre, graphite, pointe bourgeon de cassis, fraiche, fond fumé. La finale est droite, bien soutenue par la rondeur de l'empreinte tannique, c'est profond, classe, et persistance intéressante de cerise, fraise, puis cèdre, graphite et fond fumé, tabac. Pas super complexe mais très agréable, droit, profond tout en étant friand. Excellent 92 (17) pour ce vin dont la première expérience, 10 ans avant, avait été un échec… Bonne surprise de Noel



Pauillac, Chateau Lynch Bages 1996 : Un ne plus expressif, plus complet de Pauillac arrivant à maturité, cassis mûr, note épice, boite à cigare, réglisse aussi, pointe plus animal que cuir, moins élégante, fond fumé, tabac blond avec un côté sous-bois, champignon noble. La bouche est robuste, y'a de la matière, c'est dense, mais de jolis tanins fins, précis et soyeux, c'est frais, de la profondeur, sur le cassis presque acidulé, note boite à cigare, puis plus réglisse, toujours cette pointe animal viande fraiche, fond fumé, tabac blond. La finale est fraiche, puissante, belle empreinte soyeuse et longue persistance de cassis, avec un côté acidulé, note boite à cigare, ce coté épice réglissé et le fond tabac blond, fumé. Excellent 94+ (17,5+) car pointe animal pas super classe (la bouteille précédente 18).

Sauternes, Chateau Rayne Vigneau 2001 : Un nez séduisant, en finesse, sur l'agrume et le fruit confit, ananas, orange, note d'épice, thé de noel, fond de cire d'abeille. La bouche est ronde à l'attaque, mais gardant de la finesse, puis ça se tend, belle fraicheur, pas extrêmement expressive et pas de sucre écœurant, fruit confit, plus exotique, note épice fond cire d'abeille. La finale est ronde, bien soutenue par la fraicheur, acidulée, fruit confit, ananas, orange amer, note épice et fond cire d'abeille. TB-Excellent 91 (16,5)


Puis pour un noel plus famille large, j'ai apporté 2 bouteilles ui ont été très appréciées :

Chassagne Montrachet, Morey Coffinet 2010 : Un nez expressif de fruit blanc, note d'amande, assez frangipane, puis chèvrefeuille, fond crayeux et fumé. La bouche est droite, belle matière ample qui tapisse, c'est frais, presque tendue, sur le fruit blanc, puis plus citron, chèvrefeuille, note d'amande, frangipane, pointe sésame, fond crayeux et fumé. La finale est fraiche à la belle empreinte soyeuse, et persistance intéressante de fruit blanc, d'amande, chèvrefeuille, et fond léger fumé. Excellent 91 (16,5)







Haut-Medoc, Chateau La Lagune 2003 : Un nez expressif, de fruit noir mur, note épice réglisse, pointe cuir/animal, puis fraiche, poivron rouge grillé, fond moka et fumé. La bouche est charpentée, droite, tanins soyeux, c'est plutôt frais, fin et profond, sur le cassis, note poivron rouge grillé puis réglisse, fond moka, et fumé. La finale sur la structure, est acidulée, gourmande, et belle persistance de cassis, note fraiche poivron rouge grillé, pointe épice fond moka et fumé. Excellent 92 (17)

Amicalement, Matthieu

dimanche 23 décembre 2018

Les vins bus avant la folie des fêtes

Bonjour à tous,

Les bouteilles dégustées avant donc Noel, avec quelques 2016-2017 tout juste rapportées de Bourgogne…





Marsannay, Domaine Bart Clos du Roy 2016 : Un nez souligné d'une pointe réduc fumé grillé assez séduisante bien que marquée, sur la framboise, note d'épice, réglisse, puis ronce sous bois, fond carroube. La bouche est pleine, corpulente, jolis tanins fins et soyeux, c'est frais, sur la groseille, la framboise, note ronce, sous bois, pointe réglisse, fond carroube (moins de réduc en bouche, pas de grillé marqué). La finale est fraiche, bien enrobée, tonique, pleine, fruit rouge, groseille, belle persistance ronce, sous-bois, fond carroube. Pas le millésime le plus gourmand, mais un fruit qui garde de l'éclat, une belle persistance et une fraicheur voir vivacité suffisamment enrobé. TB 90 (16) car ce millésime n'est pas dans le style que j'aime, mais chez Bart on fait toujours bon :-)



Nuits Saint-Georges, Chantal Lescure Les Damodes 2008 : Un nez expressif de fruit noir, puis plus groseille, note végétal mais agréable, une certaine complexité, ronce, sous-bois, bourgeon de cassis, fond fumé marqué mais classe. La bouche est droite, tendue, matière suffisamment enrobante, tanins fins, un poil stricte, rigide, manquant un peu de rondeur quand même, sur le fruit rouge, la groseille, un côté vif mais pas agressif, note ronce, bourgeon de cassis, puis plus carroube, moka, fond fumé. La finale est fraiche mais bien enrobé, puissant, belle persistance de groseille, fruit rouge, carroube, note vegetal, ronce, bourgeon cassis, fond fumé moka. TB+ 90+ (16+)




Gewurztraminer, Ginglinger Eichberg 2009 : Un nez expressif gardant de la finesse, sur le fruit exotique, litchi, goyave, note d'agrume fraiche pointe fleur blanche jasmin, fond roche. La bouche est ronde, ample, matière velours style gras, mais cela reste précis, sur le fruit exotique, puis fond presque poivré mentholé. La finale est ronde, ample, sucrosité acceptable et beaux amers pour équilibrer, belle persistance fruit exotique, fleur et fond de roche. TB-Excellent 90 (16). Joli dans le style du millésime car précis, même si cela manque de fraicheur/gnaque ou de profondeur en 2009, pas un millésime à Gewurz…





Volnay Rebourgeon Mure Caillerets 2016 : Un nez expressif, carré, de cerise noire, framboise, note noyau cerise, pointe épice fond amande. La bouche est charpentée, droite, carrée, puissante, sur trame fraiche, c'est dense, tanins soyeux mais marqués, framboise, cerise, note épice fond amande, et léger fumé. La finale est fraiche, sans excès, bien enrobée, belle densité, puissant, belle empreinte, et persistance longue de cerise, framboise, note épice et fond amande et léger fumé. Excellent 92-94 un style qui m'évoque cette fois plutôt 2002 (fraicheur, densité matière sans le côté anguleux sur cette bouteille).





Beaune, Rebourgeon Mure Epenotte 2017 : Un nez frais, jeune, de fruit rouge et noir, note noyau, épice, pointe ronce agréable, friand. La bouche est charnue, ronde, aux tanins tendres, soyeux, avec une belle expression de groseille, framboise, note épice pointe ronce fond noyau de cerise, c'est très friand, très agréable. La finale est fraiche mais avec une belle rondeur sympa et une persistance honnête de fruit, noyau et épice. B-TB 88 (15)






Pessac-Léognan, Chateau Malartic Lagravière 2004 : Un nez très séduisant et classique pour le cru, framboise mûr, note d'épice typé réglisse, voir poivre, pointe cuir/animal, fond classiquement fumé, joli complexité. La bouche est charpentée, droite, jolis tanins, fins, précis et soyeux, sur la framboise mûr, acidulé, note épice plus poivrée, puis bois précieux typé cèdre, pointe cuir/animal, fond fumé classe. La finale est fraiche, pleine, allez on reprochera une empreinte tanique un peu séchante, râpeuse, rustique signant le millésime moyen, mais belle persistance, longue, de framboise mûr, acidulée, d'épice poivre, réglisse, sur un fond fumé classe. Excellent vin 92 (17) à la belle plenitude, complexité, surtout dans le contexte du millésime et la dernière et meilleure bue des 5 précédentes.



Meursault, H Germain Poruzots 2012 : Un nez fin, de fruit jaune, note pain d'épice puis plus amande, aubépine, pointe beurre frais fond léger fumé (pas de réduc grillé, pas de lourdeur). La bouche est droite, belle densité, joli matière enrobant la fraicheur, c'est presque tendue, sur le fruit jaune puis la poire, note amande, aubépine, pointe frangipane, fond léger crayeux puis fumé. La finale est droite, bien tendue, bien enrobée, et belle persistance de fruit jaune mûr, aubépine, amande, pointe gras beurrée plus marquée, fond fumé plus marqué. Excellent 91 (16,5) car la finale est un peu écœurante à l'ouverture, mieux, plus fin le soir après 6-8H d'aération





Côte Rôtie, Rostaing Ampodium 2016 : Un nez jeune évidemment, cassis, puis noyau de cerise, pointe épice, note encore marqué de son élevage noble, fond frais qui se devine bacon grillé, fumé. La bouche est corpulente, jolis tanins soyeux, belle densité, de la fraicheur, et de la rondeur, plus expressif sur le cassis, puis épice réglisse, belle note de violettes, fond bacon grillé noyau de cerise. La finale est ample, tanins un poil accrocheur, et persistance intéressante cassis, violette, épice fond bacon grillé, noyau. TB-Excellent 90-92 (16-16,5)




Amicalement, Matthieu

dimanche 9 décembre 2018

Et les vins bus hors WE bourgogne

Bonjour à tous,

Voici les vins dégustés ces dernières semaines hors WE bge et soirée du DOP.





Montlouis, Chidaine Choisilles 2008 :  Un nez de chenin évolué, sur le fruit jaune mûr, coing roti, note miel avec un côté oxydé assez marqué, épice curry, olive verte, pomme chaude, fond tourbé ambré classe. La bouche est droite à la matière ronde, ample, au toucher soyeux, avec un coté acidulé, sur le fruit jaune mûr, le coing rôti, puis ces notes oxydées, épice typé curry, pomme blette sur un fond tourbé. La finale est bien enrobée, un côté salivant, sur le coing rôti, le fruit jaune, les épices et ce fond tourbé. TB-Excellent 91 (16,5) même si un poil trop sur les aromes évoluées pour moi.





Gevrey Chambertin, Rossignol Trapet Les Etelois 2010 : Un nez très séduisant, de framboise, groseille, note d'épice girofle, puis plus fraiche, pointue, groseille à maquereau, bourgeon de cassis, ronce, fond fumé classe. La bouche est corpulente, ample puis de la structure c'est droit, frais, un côté gourmand de framboises mûrs, de groseille acidulée, belle note de girofle, de réglisse, pointe ronce, groseille à maquereau, végétal bourgeon de cassis, fond fumé classe. La finale est fraiche, profonde, et belle persistance de groseille, de framboise, acidulée, note girofle, réglisse, toujours ce cote frais ronce, groseille à maquereau, végétal noble, bourgeon de cassis, et fond fumé classe. Excellent 91 (16,5)



Madiran, Chateau Bouscasse VV 2009 : Un nez expressif de fruit noir mûr, cassis, mûres, note fraiche élégante presque mentholé, pointe épice réglisse, fond balsamique bien intégré. La bouche est robuste, puissante, tanins denses, encore un peu serrés, astringents, de la profondeur à défaut de fraicheur, sur le cassis, la mûr, note mentholé qui apporte cette fraicheur, épice réglisse, et fond balsamique qui reste élégant. La finale est puissante large, empreinte tannique encore marquée, ça envoie mais cela reste précis, droit et belle persistance cassis, mûre, menthe, balsamique. Excellent 91 (16,5).



Chambolle Musigny, Amiot Servelle Les Amoureuses 2009 : Un nez friand, de framboise, groseille, note épice girofle, réglisse, pointe fraiche ronce, fond fumé. La bouche est corpulente, tanins fins, soyeux et précis, c'est plutôt dense, en longueur, droit, voir profond, dans un profil plutôt amer, sur la framboise, la groseille, note noyau typé jeunesse, puis épice girofle, réglisse, fond fumé. La finale qui garde de la fraicheur, fine, précise, délicate, présente une longue persistance de framboise, noyau, épice, fond fumé. Un vin très amoureuse dans l'esprit, droit, profond, fin, délicat et long mais ça manque de gourmandise surtout pour 2009, et de complexité. Un très bon vin certes, mais dans son état actuel, étant donné son prix, j'espère qu'il va gagner en complexités dans les prochaines années. Excellent 93 (17)


Volnay, Voillot Les Champans 2016 : Un nez jeune bien sur, de cerise griotte, note noyau de cerise, puis plus amande, pointe épice, fond léger fumé. La bouche est corpulente, pleine, tanins denses, plutôt soyeux mais comme déjà remarqués sur ces 16 légèrement pointus/anguleux, structure fraiche, profil  sur l'amertume, cerise, note noyau cerise, ce côté amande assez marqué, fond léger fumé. La finale est pleine, fraiche, bien enrobée, et belle persistance cerise, amande, pointe épice et fond léger fumé. Excellent 91-93 (16-17). Ces premiers 2016 me confirment mes impressions de l'année dernière, pas le style de millésime que je préfère.



Amicalement, Matthieu