Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... ou a le consulter en vidéos sur YouTube

dimanche 17 mars 2019

Les vins du WE : Riesling Kitterle et pfersigberg, Bourgueil Chevalerie Morgon Piron, Vosne Guyon

Bonjour à tous,

De retour de Colmar, on a adouci le retour en dégustant quelques Riesling...



Riesling, Schlumberger Kitterle 2010 (Video 0:10) : Un nez pétrolant à souhait, sur la mirabelle puis des notes d'agrume, une pointe légèrement exotique trahissant plutôt une évolution précoce, sur un fond tourbé, pétrole. La bouche est droite, belle matière, c'est fin, léger, délicat, belle équilibre entre fraicheur et matière sur la reine-claude, puis les notes d'agrume, fond tourbé et pétrole. La finale est fraiche, presque puissante, et belle persistance mirabelle, agrume, ce fond tourbé, pétrole. Excellent 92 (17)





Riesling, Paul Ginglinger Pfersigberg Ortel (JV) 2017 (Video 2:10) : Whaou, un nez superbe, complexe, marqué d'un fruit mûr, mirabelle, reine claude puis belles notes d'agrume mandarine, orange, pointe fleurie et un fond léger cire d'abeille, pffuufff ça envoie. La bouche est pleine, dense, matière taffetas, belle fraicheur, tonique, voir puissante, des épaules, sur un fruit très pur, reine claude, mirabelle, prune, puis agrume mûr, mandarine, clémentine, pointe friandise, puis fleurie, fond léger cire d'abeille terpénique. La finale est fraiche, superbement enrobée, pointe friandise, de la puissance, et belle persistance sur le fruit mûr, mirabelle, reine-claude, puis mandarine, miel orange, pointe fleurie et fond léger cire d'abeille. Quel vin, friand, complexe sur le fruit, bravo Michel... un must a mon avis 94-96 Excellent (17,5-18,5)

Vosne Romanée, Guyon Les Brulées 2008  (Video 4:30) : Un nez pointu marqué d'une réduction entre fumé - chou - allumette soufre à l'ouverture, puis après 4H d'aération, la framboise, note épice girofle, pointe ronce et ce fond fumé qui reste marqué. La bouche est charnue droite, vive, les tanins soyeux peinent à enrober la fraicheur, sur la framboise, la groseille à peine mûr, note épice girofle, pointe pivoine, ronce, fond fumé. La finale est vive, un peu agressive, et persistance intéressante groseille mais pas très mûr, note ronce puis girofle, fond fumé. Sur cette 3eme bouteille, même chez Guyon, on a du mal à rattraper à la cave, la fraicheur du millésime et le vieillissement n'aide pas...  Les premières bouteilles étaient bien meilleures car la matière enrobait mieux, maintenant ça se décharne… A boire sur des plats roboratifs, lourds, pour dissoudre, alléger et permettre de continuer... Un 2008 quoi ! TB 89 (15,5) sur cette 3eme bouteille.

Bourgueil, Domaine de la Chevalerie Busardières 2009 (Video 7:00) : Un nez de liqueur de cassis puis plus fruit rouge, note fraiche végétal noble, ronce puis plus épice, orange sanguine, fond léger fumé classe. La bouche est charpentée, structurée, tanins dense, soyeux en attaque mais qui finissent encore un poil astringent, par contre cela reste fin, délicat, élégant, sur le cassis plutôt, mûr mais pas confit, gourmand, note d'épice allant vers l'orange sanguine, fond amande et fumé classe. La finale qui reste tonique, structurée, puissante, présente un côté friand, du fruit surtout, cassis, mûre, note épice et ce côté orange sanguine, fond entre fumé et léger cacao. Excellent 93 (17) Et moi j'adore ce domaine, des cabernets francs friands, d'une classe, élégance absolu selon moi.

Morgon, Dominique Piron Cote du Py 2009 (Video 0:10) : Un nez corbeille de fruit rouge et noir, petite pointe œuf réduc qui disparait, puis épice fond noyau presque cacao, a perdu un peu en expressivité par rapport à mon souvenir. La bouche est charpentée, ample, droite, beaux tanins, fins, précis et soyeux, sur le fruit noir mûr, la prune, note épice pot pourri, pointe animal, pas très classe, fond noyau et cacao.  La finale est puissante, fraiche, tonique et persistance intéressante de cerise, fruit noir, note épice pot pourri, fond noyau et cacao. TB-Excellent 90 (16) mais j'ai trouvé cette bouteille en demi-teinte, manquant d'expression, un peu comprimé même si j'ai retrouvé ce que j'avais déjà gouté.


Amicalement, Matthieu

dimanche 10 mars 2019

Des vins dégustés ces dernières semaines : Montcalmes, Lagrange, Cote Rotie, Chidaine...

Bonjour à tous,

Dégustées avant de partir à Colmar, quelque jolis bouteilles et beaucoup de 2009.

Côte Rôtie, Guigal Brune et Blonde 2009 (Video 0:15),  Vouvray, Chidaine Les Argiles 2014 (Video 1:30),  Coteaux du Languedoc, Montcalmes 2009 (Video 3:20), Macon Pierreclos, Guffens Heynen Tri de Chavigne 2010 (Video 5:10).




Saint-Julien, Chateau Lagrange 2009 : Un nez expressif plutôt baroque, de cassis mur, presque confit, gourmand, note de cèdre puis plus mentholé eucalyptus, fond balsamique. La bouche est charpentée, large ample, tanins soyeux, belle densité, c'est mûr, opulent, cassis mûr, note épice cèdre puis plus menthol, réglisse, fond balsamique. La finale est ronde, empreinte sèche un poil, profil amer qui équilibre le côté gourmand, et belle persistance, cassis, puis cèdre, amande un peu amer et ce fond balsamique. Etonnant, loin du classisme, mûr, mais qui reste équilibré dans un style plutôt nouveau monde. TB-Excellent 90+ (16+) Peut commencer à se boire sur cette expression, peut-être reprendra-t'il une expression un peu plus classique avec le temps, peut-être...


Beaune Rebourgeon Mure Epenotte 2017 : Un nez expressif, puissant, de cassis, fruit noir mûr, pointe alcool, note épice réglisse, puis noyau, fond carroube noyau, presque écœurant. La bouche est large puissante, belle concentration de tanins soyeux, ample, sur le cassis, note d'amande plus fraiche, puis épice, fond carroube, noyau. La finale est ample, puissante, léger alcool, presque écœurant et persistance honnête B 88 (15)






Côte Rôtie, Guigal Brune et Blonde 2009 (Video 0:15) : Un nez très séduisant de cassis mûr, pas confit, friand, note épice poivre puis réglisse, fond bacon grillé. La bouche est large, tanins précis, mais un poil rigide en fin de bouche (récolté trop tôt ?) belle structure charpentée, puis presque fraiche, pour le moins profond, cassis, mûre, note épice poivre, réglisse, pas sucré, fond bacon fumé. La finale est presque fraiche, empreinte tanique qui poudre, persistance intéressante cassis, épice poivre, réglisse, fond plus cacao que bacon fumé TB 90 + (16+). Une bouche qui manque de moelleux pour un 2009 à mon goût !



Vouvray, Chidaine Les Argiles 2014 (Video 1:30) : Un nez expressif, quasi à maturité, de beau chenin, marqué pomme jaune, note d'épice, de miel fleur d'oranger, pointe végétale noble foin séchée, fond amande, craie, tourbé. La bouche est large, pleine, belle matière plutôt dense, joli toucher soyeux, puis de la fraicheur pour tonifier, sur la pomme jaune, presque acidulée, note miel fleur d'oranger, épice, fond de craie, d'amande pointe tourbée. La finale est ronde, puis tendue, acidulée, et persistance intéressante de pomme golden, note épice, fleur d'oranger fond amande craie et toujours ce cote tourbé classe. Excellent chenin à maturité sans tomber dans l'excès, bien mûr, plein, ample. J'aime beaucoup Excellent 92 (17) Intéressante cette 3eme bouteille, plus proche de la première dégustée, là ou la 2eme était dans l'excès d'évolution type oxydation.

Coteaux du Languedoc, Montcalmes 2009 (Video 3:20) : Un nez très séduisant, marqué de cassis mûr, myrtilles, sans excès, note d'épice, puis pointe garrigue, herbe sèche, fond fumé classe. La bouche est charpentée, droite, tanins soyeux, fins, précis, sans excès, sur le cassis mûr, note épice, plutôt poivre, pointe noyau tournant un peu amer, fond fumé. La finale est équilibrée, puissante, sur une structure précise, gardant de la finesse, et belle persistance dans un profil amer, cassis, myrtille mûr, note épice réglisse, poivre, fond fumé. Excellent 92 (16,5+) Et cette fois j'aime beaucoup l'évolution sur 10 ans.




Macon Pierreclos, Guffens Heynen Tri de Chavigne 2010 (Video 5:10) : Un nez classe de fruit jaune mûr, joli note beurrée, brioche, puis aubépine/amande fraiche, fond léger fumé pointe sésame. La bouche est charpentée, large, pleine, matière dense au beau touché soyeux, de la structure et de la fraicheur, sur le fruit jaune, l'amande, la noisette fraiche, note beurrée, fond fumé et sésame. La finale présente une légère amertume classe, fraiche, tonique, et belle persistance de fruit jaune et blanc, un coté acidulé, amande, aubépine, noisette fraiche, fond fumé grillé. Excellent 92 (17)




Amicalement, Matthieu

samedi 9 mars 2019

Les vins de la semaine Colmarienne

Bonjour à tous,

Nombreuses bouteilles bues (et quelques unes commentées) lors de notre semaine de vacances Colmarienne avec comme point d'orgue le diner d'anniversaire de Sylvia commentée en duo avec Nico dans un précédent post. Quelques 2017 dégustées en cave, et le millésime s'annonce effectivement grand, bel équilibre, profondeur et maturité, j'ai pas mal encavé.

Autour d'un sanglier confit (cuisson lente) :

Côte de Provence, Domaine de Trévallon 2009 : Un nez gourmand de fruit rouge acidulé, groseille, fraise, un côté chupa chups, note fraiche entre vegetal noble et anchois à la GDP, puis épice réglisse, fond plutôt cacao. La bouche est charpentée, voir robuste, tanins fins et précis, c'est puissant, ample, sur le fruit rouge limite confit, fraise, note épice réglisse, balsamique, pointe fraiche entre bourgeon de cassis et anchois, fond cacao. La finale est puissante, acidulée et belle persistance fraise acidulée, bourgeon de cassis, fond balsamique et cacao. Excellent dans son style 92+ (16,5+) et gros potentiel encore.




Côte Rôtie, Guigal Chateau d'Ampuis 2009 : Un nez expressif, gourmand, sans excès, sur le cassis mûr, limite confit, légère notes krichées puis plus épicées, de réglisse, pointe bacon grillé, fond moka bien intégré. La bouche est charpentée, large, tanins velours, belle concentration, allez un poil souple en fin de bouche, sur le cassis, limite confit mais pas sucré, note épice réglisse voir menthol, pointe bacon, fond moka bien intégré. La finale est ronde, puissante, gourmande et très belle persistance de cassis mûr, réglisse, fond moka, c'est long... Excellent vin 94 (17,5), d'ailleurs la bouteille s'est terminée toute seule….



Ensuite, dégustées dans la semaine à différentes occasions, quelques très jolis canons :

Saint-Emilion, Chateau Petit Gravet Ainé 2008 : Un nez superbe, complexe, friand, de mûre, de myrtille, puis de prune, note légère d'élevage bien intégrée, gourmande légèrement vanillée mais qui se fondent très vite, puis cèdre et sous-bois, fond début de cuir classe. La bouche est charpentée voir robuste, droite, pleine, tanins fins, précis et soyeux, de la fraicheur, de la profondeur, marqué du fruit noir, la mûre, la myrtille, note légère vanille gourmande, puis sous-bois, cèdre et fond de cuir. La finale est puissante mais élégante, empreinte très légèrement accrocheuse encore, et belle persistance de myrtille, mure, note vanille légère, puis cèdre sous bois et fond léger cuir classe. Excellent+ 94-96 94 (17,5). Sacré bouteille, 2eme que je bois et c'est de mieux en mieux, bravo Caroline Papon Nouvel.

Pessac-Léognan, Chateau Carbonieux 2007 : Un nez très classique de sauvignon bordelais, sur le bourgeon de cassis, l'agrume, note légère de fruit exotique presque ananas, pointe buis, acacia, fond herbe séchée, fougère, tourbe. La bouche est droite, belle matière dense, ronde enrobant une jolie fraicheur tonique, sur l'agrume, le citron, note plus épicée pointe vanille, puis note de buis d'acacia, fond fougère, herbe sèche, tourbe. La finale est fraiche, tonique, voir vive, puissante sur le citron, toujours cette pointe limite vanille, puis buis, acacia, et ce fond fougère, herbe séchée, et tourbe. TB 90 (16)



Châteauneuf du Pape, Janasse Chaupin 99 : Un nez assez évolué, kirché, un peu poussiéreux, vieux champignon, sur la prune puis épice réglisse, fond de cuir. La bouche est charpentée, évoluée, tanins velours dans une structure droite, acidulée, un côté kirché, cerise confite, prune, note champignon, puis réglisse, fond de cuir. La finale est droite, acidulée, belle empreinte soyeuse mais c'est doucereux, confits, kirché, épice réglisse, fond de cuir. TB 90+ (16+) Nico a bien aimé, moi je l'ai trouvé un peu passé. Sur 3 bouteilles, une seule s'est gouté au niveau attendue.




Savenières, Domaine Ogereau Clos le Grand Beaupréau 2016 : Un nez expressif, complexe, de fruit blanc, pomme grany, puis plus coing, note de foin, de fougère, d'herbe sèche, pointe épice/miel, fond presque iodé, roche avec une pointe crayeuse et tourbée. La bouche est tendue, droite, belle matière ronde qui enrobe, c'est presque acidulé sur la pomme, puis le coing, note plus amande, pointe épice/miel puis foin/fougère fond de roche, qui claque. La finale est fraiche, saline, bien enrobée et belle persistance de pomme, coing, herbe sèche, fougère, pointe miel, fond roche craie et léger tourbé Excellent 93+ 17+ avec un très beau potentiel, j'aime beaucoup Ogereau.


Enfin, lors du diner pour Sylvia :

Batard Montrachet, Morey Coffinet 2008 : Un nez ouvert, encore marqué d'un boisé un peu vanillé, puis fruit jaune mûr, note aubépine, amande, pointe fraiche végétal, fond cire d'abeille et fumé. La bouche est ample, large, matière soyeuse, de la fraicheur acidulée, sur les notes de vanille plus marquées, fruit jaune mûr, fond amande grillé. La finale est fraiche, acidulée belle rondeur enrobante, belle persistance de fruit jaune mûr, note boisé vanille, puis amande, fond cire d'abeille, TB-Excellent 91 (16,5) A ce stade, et sur cette bouteille, le vin est un peu marqué par son  élevage, le rendant peu digeste. J'avais beaucoup mieux gouté la précédente bue en 2015.



Saint-Julien, Chateau Léoville Las Cases 2008 : Un nez encore marqué de son élevage à nouveau, sur le cassis, note fraiche végétal noble bourgeon de cassis, puis plus cèdre, bois précieux, fond léger fumé, c'est marqué mais classe. La bouche est charpentée, tanins velours, précis, denses, sur le cassis, pointe vanille, note bois précieux, cèdre, fond léger fumé tabac. La finale est fraiche, précise, acidumée, belle persistance de cassis, note de cèdre, bois précieux, fond fumé. Excellent à attendre tranquillement 92-94. Sur cette bouteille 93 (17)




Chambertin, Rossignol Trapet 2007 : Un nez expressif de fruit noir et rouge, framboise, mûre, note fraiche végétal noble, ronce, sous bois, champignon, puis épice girofle, réglisse, fond fumé tabac classe puis léger cuir, complexe. La bouche est corpulente, large, tanins fins, précis et soyeux, c'est dense mais léger, enrobant une fraicheur tonique, c'est puissant, délicat, intense de bout en bout, sur la framboise, note épice réglisse, pointe fraiche ronce, bourgeon de cassis, fond fumé tabac. La finale est fraiche, puissante, acidulée, aller un côté légèrement tendre mais une très belle persistance de framboise, mûre, réglisse, ronce, sous bois, fond fumé tabac classe et léger cuir. Excellent 95 (18), dieu que c'est bon… Les vignerons Alsaciens présents à table ont bien plus appréciés que le Bordeaux :-)


Une bien belle semaine de vacance, merci @Nico&Marie pour leur accueil et leur énorme talent culinaire !

Amicalement, Matthieu

dimanche 3 mars 2019

Vins du diner d'anniversaire de Sylvia commentée en duo !

Bonjour à tous,

Très beau diner pour l'anniversaire de Sylvia lors de notre semaine Colmarienne, et donc un CR avec un spécial guest, l'éminent dégustateur et néanmoins ami Nicolas !



Voici les vins dégustés avec un oubli Riesling Sommerberg Boxler 2014 :


Amicalement, Matthieu

dimanche 24 février 2019

Diner Saint Julien 2000 au DOP

Bonjour à tous,

Bon, je ne sais plus quand l'idée à germer chez certains de faire un diner Saint Julien 2000, au départ une bonne idée, sauf quand on n'a pas de Saint Julien 2000 en cave :-). Au final, au moins on est resté en 2000 et plutôt Rive gauche !


Vin 1 : Très beau nez, élégant, friand de cassis mûr, gourmand, pointe épice vanille légère gourmande puis cèdre, note tabac blond, fond fumé. La bouche est charpentée, droite, beaux tanins soyeux, presque velours bien tenue par la structure, sur le cassis, mûr, notre cèdre, pointe balsamique, tout en friandise, fond fumé tabac blond. La finale est ronde, un poil tendre, souple, tout juste tenu par la structure avec une persistance honnête, tout en élégance et friandise, de cassis, d'épice, de cèdre, fond tabac et fumé. Excellent 92 (17) que ce Pauillac Grand Puy Lacoste 2000. Pour Saint Julien, ça part bien :-)

Vin 2 : Nez sexy de fruit rouge, mûr, gourmand, confit, note élevage plus marqué, épice, allant vers eucalyptus, le menthol, fond balsamique gourmand, pas très RG, certains vont jusqu'à l'Espagne, moi je suis en RD moderne style. La bouche est robuste, ample, dense, ça fait jeune tanins velours en attaque mais qui accroche en finale, sur le fruit rouge mûr, confit, c'est gourmand, note épice varié réglisse, évoluant menthol apportant fraicheur sur un fond balsamique. La finale est ronde, dense, limite confite, acidulée/sucrée, mais avec une empreinte légèrement séchante, dans une persistance honnête, moderne, sexy, fruit rouge mûr, eucalyptus, fond balsamique. Un vin dans un style sexy/gourmand, "facile" qui se boit bien. TB 90 (16) Reignac Grande Reserve 2000. Tu m'étonnes qu'il gagne les concours… Au milieu de 30 cabernets sauvignons pas prêts, ce serait un comble qui gagne pas… Mais 19 ans après, en restant bon, il n'a pas la même élégance... que les Saint Julien, toujours pas gouté :-)

Vin 3 : Un nez marqué d'une pointe entre animal et pneu brulé pas très élégant, puis plus classique, cassis, note poivron rouge grillé, fond entre fumé, pneu brulé, animal. La bouche est corpulente,  tanins ronds, mais un peu strict, rigides, dans une structure marquée, plutôt rustique, sur le cassis, le poivron rouge grillé, note épice réglisse, fond plus évolué champignon, sous-bois. La finale est droite, avec ce côté un peu rustique et une persistance honnête. B-TB 88 (15) que ce Saint Estephe, Lafont Rochet 2000. Super la soirée Saint Julien :-).

Vin 4 : Un nez avec une pointe typé réduc, oeuf/animal, fumé qui se dissipe à l'aération, sur le cassis, note épice réglisse, fond fumé, tabac, mais plus élégant que les précédents. La bouche est chapentée, plus jeune, plus puissante, avec des tanins soyeux, c'est friand, cassis mûr, note épice réglisse, , pointe presque flerie, fond tabac blond, fumé, grillé classe. La finale est délicate, élégante, un poil souple, mais avec une persistance intéressante par sa structure, sur le cassis, le fruit rouge, les épices réglisse et le fond tabac blond. C'est très bon. TB-Excellent 91 (16,5) et la blague habituelle, car cette 2eme bouteille de Grand Puy Lacoste 2000 se goutte plus jeune, un peu moins harmonieux, aboutie que la première... Génial les Saint-Julien...

Vin 5 : Un nez classique de cassis, avec ces notes de poivron rouge grillé, pointe bourgeon de cassis, puis plus épicé réglisse, fond tabac et fumé. La bouche est charpentée, gros volume, ample, grosse structure marquée, sur le cassis, le poivron rouge grillé, les épices, réglisse, fond tabac et fumé. La finale est classiquement souple pour un 2000, voir tendre mais offre une belle peristance, assez friande, cassis, petite pointe d'encre, puis poivron rouge grillé, réglisse, fond fumé. Très classique, bien fait, assez puissant mais gardant fraicheur et élégance que ce Lagrange 2000, que je n'ai pas reconnu, mais qui est bien plaisant. TB-Excellent 91 (16,5). Et enfin un Saint Julien.

Vin 6 : Un nez un peu plus évolué, cassis, puis champignon, sous bois, fond tabac fumé, un peu plus austère, sauvage. La bouche est charpentée, les tanins sont soyeux mais moins fins que les bons précédents, sur le cassis, le poivron rouge grillé, le tabac, les notes légèrement réglissées égayant un peu cet ensemble un peu austère et droit. La finale, dans un profil amer, présente une persistance honnête de cassis, de champignon, de poivron rouge grillé, sur un fond fumé mais dans un style un peu austère pour moi, sans offrir la profondeur et la classe qui le rendrait grand. TB 89 (15,5) que ce Saint-Julien Talbot 2000.

Vin 7 : Un nez cassis mûr, note quasi fleurie, puis plus sombre, encre,, graphite, bourgeon de cassis, fond poivron rouge grillé, fumé, c'est très classique, droit. La bouche est charpentée, droite, tannins fins, pas très soyeux, on n'a presque de la fraicheur (?), sur le cassis, note fleurie, puis graphite, encre, fond fumé, cette fois c'est profond, mais ça manque de friandise, de séduction (surtout pour un 2000). La finale est fraiche, accroche dans son empreinte, et persiste dans un profil amer, de belle longueur sur le cassis, l'encre, le graphite, sur un fond fumé. Elégant, profond que ce Gruaud Larose 2000 mais ça manque de gourmandise pour moi. TB 90 (16).

Au final, une soirée intéressante mais peut-on parler de soirée Saint Julien 2000 avec seulement 3/7 dans le thème… Je m'en doutais quand cela a été proposé car nombre d'entre nous n'avait pas de quoi alimenter… ça a tourné au RG 2000, ce dont je me doutais...

Amicalement, Matthieu