Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

dimanche 30 septembre 2018

Les vins de ces dernières semaines entre FAV et fin d'armoire

Bonjour à tous,

Entre les FAV, les dernières bouteilles de l'armoire et le ré-appro à la cave, pas mal de vins dégustés en ce mois de septembre et quelques très beaux crus !



Le détail des dégustations

Gevrey Chambertin, Rossignol Trapet Etelois 2008 : Un nez frais avec une pointe de réduc grillé, sur la groseille, note épice typé réglisse, puis végétal ronce, sous-bois, fond fumé grillé. La bouche est charnue voir corpulente, fine, précise, fraiche, voir tendue, joli tanins fins, précis, soyeux, sur la groseille, le sureau, note épice réglisse puis ronce sous bois, fond fumé. La finale est fraiche, tonique et belle persistance de groseille, puis végétal, ronce sous-bois, pointe épice et fond fumé. TB 89 (15,5)






Côte Rôtie, Stephan VV 2003 : Un nez ouvert, marqué de cuir puis le cassis, la cerise kirchée, note épice orientale, pointe animal/oeuf, fond fumé/cuir, c'est franc, convivial, assez brut, mais pas très complexe. La bouche est corpulente, plus marqué bio/nature avec ce côté œuf, mais franche, tanins soyeux, c'est ample, pas très denses mais cela garde de la fraicheur, sur le cassis, la myrtille, note de suie, d'épice plus poivrée, fond de cuir et fumé marqué. La finale est presque fraiche, en tout cas tendu, mais qui chauffe un peu, puissant, sur le fruit macéré, cerise, pointe de kirch, note épice orientale, patchouli, poivre, fond fumé et cuir. Un vin dans son style qui reste équilibré, franc, sympa, mais qui manque pour moi de finesse, de profondeur, de complexité. ça fait très vins de copains, qui se boit tout seul mais j'en attend plus perso. En tout cas, un 2003 bien maitrisé. TB-Excellent 91 (16,5)

Pommard, Comte Armand Clos des Epeneaux 2004 : Un nez classe, travaillé aristocratiquement, sur les notes fumés, boisés, classe, cassis, note épice élégante réglisse, pointe ronce, fond fumé tabac, ça tape le genre, mais cet élevage typé haut de gamme est réussi. La bouche est corpulente, large, beaux tanins soyeux bien élevés, sur le cassis, notes élevage travaillé, d'épice, puis ronce sous bois, fond tabac classe séduisant mais finalement pas une grande personnalité même si très bon. La finale est fraiche, tonique, beaucoup de classe, ce côté aristocratique, séduisant certes, cassis, tabac, fumé épice avec une persistance intéressante. Tres beau vin certes 93 (17) mais tellement "attendu", manque de personnalité, de naturel même si très bon quand même... avec l'aération une pointe amertume, écœurante, plus marquée se fait sentir (je passe ma note de 17,5 à 17). Un vin qui pourrait être autant Nuiton que Beaunois, voir d'ailleurs, de 2004 comme de 200X, peu de marqueur qui donne la personnalité mais cela reste très bon, bien que ce ne soit pas le type de pinot que je préfère !

Châteauneuf du Pape, Janasse 2005 : Un nez séduisant sur la prune, puis plus cerise, note herbe séchée, garrigue, pointe épice, fond cacao puis plus fumé, jolie harmonie avec une certaine complexité. La bouche est charpentée, droite, tanins fins et précis mais un peu rigides en finale, sur la prune, puis plus cassis, note garrigue, herbe de Provence, pointe épice poivre, fond cacao et léger tabac/fumé classe. La finale est fraiche, puissante, droite, fine, qui chauffe un peu mais qui passe sur les fajitas, et une persistance intéressante de prune, d'épice, de garrigue sur un fond cacao et léger fumé. Excellent 91 (16,5). Un vin qui s'est toujours très bien gouté en 4 dégustations, 4 x 91...


Côte Rôtie, Rostaing Cote Blonde 2004 : Un nez superbe, fin, complexe, gourmand, classe, plutôt fruit rouge mûr, framboise, note épice réglisse, puis poivre, pointe ronce fraiche végétale, puis plus fleurie, fond fumé, viande rôtie, élégant et appétant. La bouche est corpulente, délicate, déliée, aux tanins fins soyeux enrobant une fraicheur un poil marqué (surtout en finale), mais quelle élégance, friandise, de fruit rouge et noir, entre framboise mûr, cassis, note épice réglisse, poivre, pointe fraiche plus florale, délicate et ce fond fumé, viande grillé. La finale est pleine, fine, délicate, déliée, fraiche, presque tendue et belle persistance de framboise mûr, d'épice réglisse, poivre fond fumé viande grillé, rotie qui appelle un autre verre.... Excellent + 95 (18) Grand vin.

Nuits-Saint-Georges, Mugnier Clos de la Marechale 2006 :  Un nez élégant, pas d'une grande finesse/ complexité, de cassis, note épice typé girofle, sur un fond noyau et cacao. La bouche est charpentée, dense, tanins soyeux, c'est puissant, musclé sur le cassis, les épices girofle, pointe fraiche ronce, fond cacao. La finale est puissante, musclée, persistance intéressante sur le cassis, le noyau, pointe girofle et fond noyau cacao. Excellent vin bien sûr, typique d'un pinot Nuiton de noble origine comme dirait l'ami Serge, mais au prix actuel, je passe. Excellent 92 (17)




Vouvray, Huet Clos du Bourg 1ere trie Moelleux 2006 : Un nez appétant de coing roti, de miel, note épice avec un coté rhum presque safrané, puis raisin de Corinthe confit, fond crème pâtissière puis fumé tourbé. La bouche est ample belle matière, dense, du sucre mais bien équilibrée par la fraicheur, c'est rond, doux, sur le coing roti, note miel puis épice, ce coté rhum, fond crème pâtissière et le côté tourbé. La finale est fraiche, tendue, vive, bien enrobée et belle persistance coing rôti, épice, rhum, crème pâtissière et fond tourbé. Excellent 92 (16,5+)




Saint-Estèphe, Chateau Lafont Rochet 1988 : Un nez très évolué ou le fruit est en net déclin, il est donc marqué de cuir, d'encre, pointe réglisse sur un fond de sous-bois, champignon, et léger fumé. La bouche est corpulente, profonde, droite, beaux tanins soyeux, fondus, une petite pointe de cassis, mais surtout de l'encre, du cuir, note réglissé agréable et fond sous-bois. La finale est fraiche pas très dense mais belle empreinte soyeuse, pas hyper expressif, mais la persistance est intéressante sur le cuir, l'encre, le réglisse et le fond sous-bois fumé. TB 88 (15). Mais j'ai arrêté ce genre de vin,  car jeune, tu te dit qu'il faut l'attendre, et vieux, il est souvent déjà trop tard. Les fenêtres de tirs sont compliquées je trouve.

Amicalement, Matthieu