Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

lundi 25 juillet 2011

Pour accompagner les bougies : Chambertin, Leoville Las Cases, Volnay Champans, Riesling VT Zind

Bonjour à tous,

WE de fête avec quelques amis amateurs mais peu connaisseurs, pour souffler quelques bougies en bonne compagnie. Petite sélection de vins pour accompagner un carpaccio de noix de saint jacques aux agrumes, filet de boeuf en croute, sauce madère, rizotto de cèpes et framboisier.

On attaque avec Jacquesson 733, un joli champagne, vineux en bouche, belle fraicheur, bulle fine et joli longueur fruit blanc note beurrée. TB 90 (16)

Sur le carpaccio :
Riesling GC Kessler Schlumberger 2005 : Un nez classique de fruit blanc mûr, note de miel gourmande, pointe fleurie sur fond naphte pétrole bien intégré. La bouche attaque délicate sur une matière avec une pointe de gras, dans une structure un poil souple, sur l'agrume, citron, une fond pétrole, et de belles d'épice poivre. La finale est ronde, longue, sur l'agrume toujours une petite pointe gourmande de miel tout en étant sec et joli fond pétrole. Excellent 91 (16,5) et superbe accord avec le carpaccio, convergence sur les agrumes citron et les notes pétroles réhaussant l'iode de la Saint-Jacques. Coriandre et gingembre du plat, épice du vin se répondant superbement. La table est conquise...

Vouvray Huet Le Mont Sec 2006 : Un nez marqué d'une réduction grillé, coing, citron, chevrefeuille, note craie et silex. La bouche est ronde, matière suave style plutôt souple mais ça reste sec, fruit jaune, coing, craie, silex. La finale est ronde pointe gourmande, style souple et joli longueur fruit, craie, et toujours réduc grillé qui met du temps à s'estomper. TB 87 (15). L'accord reste sympathique mais ne sublime ni le vin, ni le plat.

Sur le plat :

Chambertin Rossignol Trapet 2004 : Un nez discret, classe, de cerise, note réglisse, pointe réséda, accents fleuries pivoine, frais de ronce et à l'aération arrive les légèrement la fameuse gentiane sur un fond fûmé. La bouche est corpulente, tendue, délicate mais puissante, encore très retenue de fruit noir et rouge mûr, sureau, pointe réséda, réglisse, poivre, fond léger fûmé, tanins en retrait, soyeux. La finale est fraiche très longue mais une aromatique encore fermée sur le fruit rouge mûr, réglisse, ronce, pivoine et fond fûmé. Une très belle structure, un vin d'esthète mais à attendre pour que le décor s'affirme sur cette belle structure. Excellent 92-94 (17-18). Servi en aveugle, quelqu'un s'exprime, Beaujolais ! J'adore (en pensant Bourgogne, bien sûr). Mais à la découverte de la bouteille, cela a provoqué un eclat de rire et un gimmic qui a animé toute la soirée !

Saint Julien Chateau Leoville Las Cases 2008 : Un nez explosif, puissant, de fruit noir mûr, épice boite à cigare, note graphite et fond boisé toasté vanillé marquant. La bouche est robuste, sapide, sur le fruit noir mûr, la vanille, épice badiane limité anisée, superbes tanins soyeux amples polis, mais poeu de complexité à date. La finale est ample, large, gourmande, puissante limite du confit, fruit noir compoté, vanille, toasté, épice boite cigare, belle longueur dominé par le bois. Excellent 92-94 +?. J'ai trouvé Barton plus complexe à ce stade sur les bouteilles dégustées.... bien sûr.

Haut Medoc, Chateau la Lagune 1978 : Grand écart voulu avec un autre millséime en 8, et un de mes vins fétiches. Un nez évolué de cuir, pruneau, pointe kirch, note champignon, pointe épice sur un fond humus sous bois. La bouche est corpulente avec des tanins fondus, touché velours, c'est large, mûr, limite confit, pruneau, épice, cuir. La finale est ronde un peu souple, sur le pruneau, le cuir, les épices. TB-EX 90 (16). Un 78 au profil très mûr, j'ai bu des 78 plus réussi (Barton, Durfort...)

Volnay Champans Voillot 2007 : Ouvert au dernier moment pour faire plaisir à quelques convives qui voulaient boire du grand en Bourgogne. Une fois de plus, au top, tout le monde a été comblé avec ce nez de cerise, framboise, groseille, note de ronce, fond fûmé et belle profondeur. Bouche superbe, large, intense tranin soyeux amples, grande sapidité de fruit mûr, ronce, sureau et fond fûmé. Finale large, ample de fruit mûr sur une jolie fraicheur qui prolonge le vin superbement sur les arômes du nez. Excellent 94 (17,5-18).

Sur le dessert :

Riesling Brand VT Zind Humbrecht 2004 : Un nez classe d'orange confite, qumquat, note épicée, pointe de miel à la fleur d'oranger sur un fond léger naphte. La bouche est droite, tendue, belle vivacité enrobée d'une matière suave sur l'orange confite, pointe miel à fleur d'oranger, épice, on serait presque sur du demi-sec. La finale est tendue, longue, droite sur les aromes du nez, pointe naphtée fûmé. Excellent + 95-97 (18-19)

Des déceptions et des joies ! Amicalement, Matthieu