Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

mardi 10 août 2010

Des vins loin de mon style : Rasteau Gourt de Mautens Saumur Champigny Chateau Fosse Seche

Bonjour à tous,

J'ai plutôt pour habitude de commenter et mettre en avant les vins que j'aime. Cette fois, voici deux vins qui ne sont pas dans mon style. Ils sont plutôt bons, en tout cas bien fait, et d'ailleurs, les amis que les ont dégustés les ont trouvé très biens, mais moi, c'est pas mon style de vin. Le rasteau est too much pour moi, trop sucré, trop crémeux, trop puissant, trop tout... Le Saumur, lui, est trop marqué du cabernet de Loire qui évolue sur l'animal, il manque aussi de sensualité pour moi, trop austère, cistercien dans mon appréhension.
Voilà, en 4 CR, de quoi cerner un peu mieux mes goûts !

Cote du Rhone Rasteau, Gourt de Mautens 2004 : Après la tentative 2003, je voulais savoir, j'ai donc ouvert le 2004, millésime moins chaud et plus équilibré dans la région. Un nez opulant, sucré, de fraise des bois mûr, cassis confit , un côté lacté de glace au fruit sur un fond de vernis assez peu distingué. La bouche est corpulente, large attaque de fruit rouge lacté style chupa chups, tanin soyeux limite crémeux. La finale est explosive, un poil marqué alcool, sucré, glace fraise, baton de réglisse, avec une belle persistance mais gustativement fatigant, de mon point de vue en tout cas... Car le vin se boit tout seul et la bouteille a fini vidée lors du dîner composé sur une base (voulue) sucré/salé... Moins caricatural que la bouteille de 2003, car moins extrême, le vin demeure dans un style ultra-mûr qui devrait plaire aux amateurs de vins "sucrés", puissants. Bien.

Saumur Champigny, Chateau Fosse Seche, La Clef de Voute 2003 : Un mez marqué écurie/animal sur le cassis , et l'inévitable bourgeon de cassis (arôme de type poivron), le tout est assez envahissant de mon point de vue. La bouche est charpentée, sur la longueur avec des tanins ronds qui séche un peu, de l'allonge dans une palette aromatique de fruit mûr, quelques épices et toujours un fond animal. La finale qui reste fraiche pour le millésime, est droite, carrée et persiste gentiment sur le cassis, son bourgeon, l'animal et sa fourure, le sureau. Bien+ 86, car c'est bien fait, mais pas mon style de vin.

Amicalement, Matthieu