Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

dimanche 13 mars 2016

Une belle occasion, un bon diner dégustation

Bonjour à tous,

Le séjour des amis alsaciens Stephane & Mary à Montreuil nous a permis de faire un bon diner dégustation ! Voici le line Up du diner :


Par ordre d'apparition pour accompagner : une salade fenouil, orange, crevette ; Du filet mignon et un rizotto champignon ; Panacotta fruit rouge.

Riesling Schlumberger Kessler 2005 : Un nez superbe, expressif, de cédrat, reine claude, note pierre chaude, silex, puis chèvrefeuille, datte, fond terpénique léger pétrole. La bouche est droite, aérienne, matière suave, c'est tendue, sec mais mur, pas très dense sur la reine claude, mais surtout le cédrat, le chèvrefeuille, note datte, de pierre chaude, fond léger pétrole. La finale est fraiche, équilibrée, longue persistance avec une pointe gourmandise confit, agrume, datte, cédrat, pierre chaude fond terpénique Excellent 92 (17) Le vin est à son top, l'ensemble offre un profil tendre manque un peu de gnaque, de puissance et de finesse mais je crois que c'est assez caractéristique des sols gréseux. En tout cas Stéphane, a été très fort, à peine le nez au dessus du verre, il s'écrit : Schlumberger... Bravo ! car stéphane connaissant beaucoup des Rieslings de ma cave, j'avais sorti une "surprise".

Saint Emilion, Château Soutard 1988 : Un nez marqué d'une note d'encre, trop profonde pour être honnete (bouchon), quel dommage car le cassis, le tabac, pointe de cèpe, de cuir sur le fond fumé sont tops.., Bouche charpentée, profonde aux tanins soyeux, est d'une grande classe, mais à nouveau la pointe encre virant aigre gâche le cassis, les note épices, le cèpe le cuir qui laisse deviner une grande classe. La finale est fraiche tonique avec une pointe de fraîcheur tonique, qui donne un coté acidulé très plaisant nonobstant cette pointe bouchon qui devient obsédante... Grrr Sans ce bouchon léger 93-95 sans doute...

Cote rotie, Rostaing Landonne 2006 : Un nez séduisant, expressif, classe, de cassis mûr, note de poivre, de violette, pointe viande/bacon et fond moka puis fumé tabac. La bouche est corpulente, ample, mais qui garde de la profondeur, tanins fins délicats précis sur le cassis, note de poivre Sichuan, puis violette, pointe viande/bacon fond léger moka. La finale est fraiche, intense, belle persistance de fruit rouge puis cassis, poivre, pointe violette, fond bacon animal fumé moka. Excellent 17,5 (94)

Chambolle-Musigny, Amiot Servelle, Amoureuses 2006 : Un nez assez discret mais élégant, fruit rouge, framboise, note sureau, puis ronce, sous-bois, pointe réglissée, fond amande léger fumé. La bouche est corpulente, large, tanins fins et soyeux, bien soutenu par une structure délicate, c'est long et profond mais peu expressif sur la cerise griotte, la framboise, note réglisse presque mentholé puis ronce et sous bois, fond amande. La finale est ronde, tonique, très équilibrée, charmeuse, persistance honnête de cerise griotte, de framboise, note réglisse, léger menthol, fond amande. TB-Ex 91-92 (16,5) mais ça reste un peu fermé et aromatiquement en dedans presque austère... S'ouvrira-t'il un jour ?

Saint-Julien, Château Leoville Poyferre 1978 : Un nez marqué de son âge entre cerise kirchée, cuir, note d'encre, de poivron rouge et fond fumé, champignon, sous bois. La bouche est charpentée, droite, tanins fondus, soyeux de belle densité, c'est profond, sur le cassis, note poivron rouge grillé, puis encre, fond fumé tabac évoluant cuir. La finale est fraiche, tonique, encore bien présente, assez belle d'ailleurs sur le cassis, poivron rouge grillé pointe encre, fond cuir puis plus tabac et fumé. Excellent 93 (17)

Merci à Stéphane et Mary de n'avoir rien dit sur la cuisine car ce soir là, j'étais pas au top ;-) !

Amicalement, Matthieu