Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

dimanche 1 novembre 2015

Suite des vins du french flair

Bonjour à tous,

Suite des bouteilles de coupe du monde !

Châteauneuf du Pape, Domaine Beaurenard 2004 : Un nez très séduisant, aromatique, de prune, de fruit noir, note de figue rôti, puis de garrigue, fond cacao pointe tourbée fumé. La bouche est charpentée, bien structurée, aux tanins fins, soyeux, c'est puissant mais équilibré sur la prune, le cassis, note épice réglisse, puis plus garrigue, fond cacao, fumé, tourbé avec une pointe de cuir. La finale est fraiche, tonique, bien équilibrée, séduisante sur le cassis, la prune, la figue roti, note réglisse épice puis garrigue olive, thym et fond cacao. Excellent 92 (17). La meilleure bue !

Nuits Saint Georges, Chicotot Les Charmottes 2010 : Un nez marqué d'une réduction ? En tout cas d'arome entre animal, salpêtre, peu agréable, avant que ne surgisse le fruit noir, note légère mais marquante animal, écurie qui écrase un peu tout. La bouche est corpulente, large, tanins fins, précis, pas très dense mais bien structurée, c'est droit, et plus agréable sur le fruit rouge et noir, note épice, toujours cette petite pointe animal, salpêtre, fond sureau, réglisse. La finale est fraiche, tonique, persistance honnête de fruit rouge et noir, note épice réglisse, enfin disparition du côté animal, fond noyau de cerise, sureau. Bon, un peu déçu, j'espère que c'est la bouteille, mais cette aromatique c'est vraiment pas mon truc, et je suis bien embêté car j'aime beaucoup cette famille de vignerons. AB-Bien 87 (14,5)

Châteauneuf du Pape, Janasse Chaupin 2006 : Un nez expressif, riche, un poil capiteux de prune, de cassis, note pruneau mais aussi pointe kirch, figue confite, puis épice réglisse, presque zan, fond très balsamique cacao chocolat. La bouche est robuste, grosse matière dense, ample, large, très structurée, tanins soyeux gras, mais encore un poil astringent, sur le pruneau, note alcool quand même, puis plus fin réglisse, figue, léger confit, fond balsamique, cacao, sensation limite du sucré. La finale est puissante, glycériné, un peu chaude qui tient sur cette grosse structure, mais qui reste précise, avec une persistance intéressante de prunes, pruneaux, figues un peu confites, note réglisse, fond balsamique, cacao. L'artillerie lourde quand même, pour les amateurs du genre, mais cela reste précis et séduisant. Excellent 93 (17)

Puligny Montrachet Morey Coffinet Les Pucelles 2011 : Un nez expressif, fin, de fruit jaune et blanc mûr, note de citron un peu confit, puis plus chèvrefeuille, ensuite arrive l'aubépine, sur un fond d'amande, léger grillé, pointe sésame grillé. La bouche est ample à l'attaque, matière au gras séduisant puis arrive la fraicheur, ça devient droit, profond, la matière de belle densité est fine, précise, sur le fruit jaune et blanc, note chèvrefeuille, aubépine, fond d'amande, macadamia pointe vanille et léger fumé classe. La finale est fraiche, profonde, magnifique empreinte gourmande et fine, très belle persistance de fruit jaune et blanc, note chèvrefeuille, puis aubépine, fond amande grillé, macadamia, et ce coté fumé grillé classe. Bravo, superbe, Excellent 94-96 (17,5)

Cote Rotie, Guigal Brune & Blonde 2003 : Un nez de cassis, note de poivre, bacon grillé, pointe pruneau et kirch, fond cacao balsamique moka gourmand. La bouche est charpentée, ample, grosse structure mais tanins précis, soyeux, sapide sur le cassis mûr, puis fraicheur de fleur, de ronce, note épice poivre, puis léger kirch pruneau, fond bacon grillé moka balsamique. La finale est presque fraiche, un peu fuyante quand même, acidulée, (déjà noté comme tel en 2012) mais tonique, belle persistance de cassis, note poivre, de bacon grillé, fond balsamique moka café. Excellent 92 (16,5+) mais je m'attendais à plus dans ce gros millésime de Cote Rotie. Peut-être entre 2 âges, je garderai mes dernières car actuellement on ne sent pas un vin épanoui, et tant pis si elles deviennent trop fluide.

Madiran, Chateau Bouscasse VV 2005 : Un nez de cassis, plutôt discret, fermé, note fraiche ronce, pointe vanille, fond cacao. La bouche est robuste, tendue, profonde, assez puissante, tanins ronds, précis, structure assez carrée, sur le cassis, note ronce fraiche, pointe fleurie, fond cacao. La finale est fraiche, tendue, mais bien enrobée, tonique, persistance intéressante de cassis, note ronce et fleurie et fond cacao. Pas très complexe mais bien fait, un poil sauvage mais pas rustique. Un bon Madiran mais moins civilisé, policé que le Montus ci-dessous... TB 88 15

Amicalement, Matthieu