Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

dimanche 16 mars 2014

Diner chez l'ami Thomas : Echezeaux et Bonnes Mares

Bonjour à tous,

Il y a 2 mois, Thomas et Mathilde avaient lancé au cours d'un brunch sympathique : "Au fait, on a récupéré 2 Echezeaux, ce serait sympa de se faire un diner pour les déguster" Euh, ben oui, super idée ! Je vous apporterai de quoi faire "face". Et donc ce WE, c'était le soir choisi.

Thomas, pour l'occasion, a réalisé un gigot de 7H recette Ducasse, très réussi et qui fut très bien accompagné par ces bouteilles qui en plus, nous ont proposé une opposition de style entre 2 millésimes : 2008 et 2009. Pour ma part, j'avais apporté un Bonnes Mares dans un millésime intermédiaire 2006. Par ordre de dégustation:

Echezeaux, Gerard Mugneret 2008 : Un nez de fruit rouge marqué, typé groseille avec des notes de ronce, de sureau, de carroube, fond léger fumé. La bouche attaque tendue, charnue elle développe une matière à la juste maturité qui adoucit la fraicheur et la tension par un toucher soyeux, l'ensemble est profond et sapide sur le fruit rouge, la groseille, la framboise, note de ronce, de groseille à maquereau,  et fond amande et léger fumé. La finale est fraiche tonique et offre une persistance intéressante de fruit rouge, de groseille à maquereau, ronce et fond léger fumé. Pas d'une grand complexité mais fin et délicat et qui tient bien le gigot. Excellent 92 (16,5)

Echezeaux, Gerard Mugneret 2009 : Grand écart dès le nez, assez explosif sur les fruits noirs, cassis, liqueur de cassis, myrtilles, pointe confit, note sureau, carroube, pointe animal mais aussi épice réglisse fond léger fumé. La bouche est corpulente, large, ample dès l'attaque, avec des tanins soyeux qui tapissent la bouche sur le fruit noir mûr, léger confit, toujours cette pointe animale, note réglisse, fond léger fumé. la finale est peu souple et persistance honnête sur le fruit noir confit, pointe kirch, note réglisse et fond épice et fumé. Excellent 93 (16,5-17). Par contre, on sent le vin jeune qui a du mal d'ailleurs sur l'agneau car il est encore dans ses langes et marqué de son millésime avec cette très belle bouche soyeuse mais une finale trop souple. Le terroir se revelera-t'il avec le temps, redonnant de la tonicité à la finale ? Nous ne serons jamais...

Ce soir le 2008 était pus plaisant car prêt, mais le 2009 avait plus de potentiel. Et mon Bonnes Mares alors :

Bonnes Mares, Castagnier 2006 : Un nez discret mais fin, complexe, de griotte, de fruit rouge léger confit, note de ronce de sureau, d'amande grillé, fond léger boisé classe moka torréfié. La bouche est encore un peu austère mais sapide, corpulente, de la profondeur, droite, fraiche presque vive, enrobés de tanins soyeux, pas très dense, mais classe sur le fruit noir et rouge léger confit, les notes ronce, moka, fond boisé léger torréfié. La finale est droite, pointe fraicheur assez marqué pas classique du millésime, puissante, assez bonne marre dans l'esprit qu'on s'en fait, très belle persistance de fruit rouge confit, grenadine, note sureau, puis ronce, et fond fumé moka. Excellent 93 (17). Le vin tient bien l'agneau grâce à sa puissance de fin de bouche et propose un bon compromis entre les 2 précédents, d'ailleurs la bouteille est la 1ere à être vidée !

Au final, un chouette diner ou les convives ont bien apprécié ces comparaisons de millésimes ou de type de vin (délicatesse Echezeaux, puissance Bonnes Mares).

Amicalement Matthieu