Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

samedi 28 septembre 2013

Avec Leoville Barton en verticale, on s'élève !

Bonjour à tous,

Cela faisait un moment que l'idée d'une verticale de Barton animait notre petit groupe. La venue de Robert Kamen a été l'occasion de réunir 8 millésimes de ce très beau Saint Julien : 1995, 1996, 2000, 2001, 2002, 2003, 2005, 2007.

Parmi les Leoville, J'aime généralement le côté classique de Barton. Profond, parfois austère jeune, je lui trouve souvent beaucoup de classe, de distinction et avec le temps élégance et finesse. Toute l'image que je me fais du Saint Julien. Vous l'aurez compris, un cru que j'apprécie beaucoup et qui est souvent un magnifique compagnon de table.

Impossible de savoir sur le site la composition de l'assemblage selon le millésime, mais les 45 ha sont plantés en gros de 70% cabernet sauvignon, 20% merlot et 10% cabernet franc. J'imagine que selon les millésimes, l'assemblage est à peu près équivalent.

La dégustation se fait aux Vieux Chênes et personnellement, ces Bartons accompagneront une épaule d'agneau et haricot coco superbes d'ailleurs !


Le choix de l'ordre de dégustation s'est fait en pensant que 2005 risquait d'écraser un peu tout, en conséquence, nous avons préféré commencer par les plus vieux, a mon avis, ce fût judicieux !

1995 : Nez fruit noir assez marqué par l'encre, note boite à cigare, orange confite, fond fumé plutôt typé pauillac je trouve, bouche corpulente, tanins soyeux, pas d'une grande densité, assez rectiligne, finale vive, honnête de fruit noir, encre, et fond fumé, une pointe champignon commence à arriver. C'est bon mais décidément 95 n'est pas un millésime que j'aime. TB-Excellent 91 (16,5)

1996 : Nez très classique de cabernet mûr, sur le cassis, note bourgeon de cassis, poivron grillé, fond fumé, il commence à peine à s'exprimer, bouche charpentée, dense, tendue, belle matière soyeuse, c'est encore assez sauvage, une finale fraiche avec du peps de l'énergie qui se prolonge longuement sur des arômes qui commencent à évoluer, gros potentiel de mon point de vue 94-96 (17-18)

2001 : Nez assez évolué, classe de fruit noir, note de jus de viande, de champignon, d'épice et un fond poivron grillé et fumé, bouche corpulente, tanins très beaux droits, précis soyeux, finale bien équilibrée mais moins dense que 96, et d'une persistance honnête sur une aromatique assez évolué et classe. Excellent 92-94 (17)

2000 : Nez de fruit rouge mûr, gourmand type fraise acidulé, note classique poivrons grillés, épice et fond fumé, bouche charpentée, ample avec une belle structure droite, gourmande, aux tanins soyeux qui enveloppent la bouche sur le fruit rouge mûr, les épices, le tabac, fond fumé, finale est fraiche dynamique et offre une énorme persistance tout en gourmandise mais en gardant de l'élégance, très beaux vins ! 94-96 (17,5-18,5)

2003 : Nez plus capiteux, plus lourd, fruit rouge confit, un côté "Chupa Chups" lait fraise, épice, fond fumé tabac, bouche robuste à la structure plus lourde en attaque, tanins soyeux, denses, mais qui finissent un peu sec, une finale qui tient sur la structure et qui garde un côté frais sur le fruit rouge mûr, les épices, avec une très belle persistance. Moins élégant et fin que 2000. Excellent 93-95 (17-18)

2002 : Nez de fruit noir, note poivron grillé, tabac et fond fumé, c'est classique et beaux. Bouche corpulente bien équilibrée tanins soyeux sur le fruit noir, pointe mentholé épice, finale fraiche bien enrobée et de belle persistance. Un très bon vin classique 93 (17)

2007 : Nez marqué de son élevage mais qui cette fois différent des autres, sur des aromes de vanille, c'est moins classe, bouche corpulente encore très marqué par le bois mais un peu outrancier, finale ronde et un poil souple. Je trouve que ça manque de matière, ou que celle-ci a du mal à digérer l'élevage. ça reste très bon, mais ça pourrait être à margaux ou ailleurs. TB 90 (16)

2005 : Nez de fruit rouge et noir mûr, encore marqué d'un boisé classe, mais qui offre de la profondeur, avec des notes d'encre, de poivron grillés confits, encore austère mais quelle promesse ! Bouche énorme, robuste, dense, encore sérrée bien sûr, mais quelle finesse de tanins et pour quelle concentration, c'est tendue, magnifiquement enrobée de tanins soyeux, superbe équilibre de bout en bout, c'est dynamique, sauvage mais maitrisé, et une finale puissante à la persistance infinie. Très grand vin. Exceptionnel 96-98 (18,5-19,5) A boire dans 20 à 30 ans et pour les 50 prochaines années !!!!

Conclusion : On a bien fait de finir par 2005. Quel vin ! Il aurait tout écrasé par sa concentration, son énergie, son équilibre. Très belle surprise et réussite pour 2000, le plus gourmand tout en restant élégant. 96 confirme mon goût pour ce millésime que j'adore, un petit 2005 pour moi dans l'esprit et la structure, moins d'équilibre, une fraicheur plus marqué, une matière moins dense et un peu moins mûr, mais de l'énergie, de la profondeur, le grand classicisme. 2003 un millésime égal à son image et qui tient bien la route ici, pas le plus fin et le plus élégant mais on est loin des finales flotteuses et fluides et des gouts de sirop que l'on rencontre parfois. 2001, un millésime classique, arrivé à maturité et avec lequel on se fera plaisir dans les 10 prochaines années dans la grande tradition de l'excellent Bordeaux. 2002 a été une belle surprise, il est très bon et se boit parfaitement dans un style "jeune". 95 m'a déçu une fois de plus et même Barton me confirme que ce millésime assez fluide n'est pas mon style. 2007 s'est révélé assez décevant, bouteille ou millésime ?
mon classement : 05 - 00 - 96 - 03 - 01 - 02 - 95 - 07

Amicalement, Matthieu