Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

lundi 14 décembre 2009

Diner magique : Domaine Joseph Voillot, Volnay Champans Pommard Rugiens Las Cases

Bonsoir à tous,
Après notre journée en CdN, retour vers vers la CdB ou nous attend Jean Pierre Charlot au domaine Joseph Voillot pour gouter le millésime 2008 avant d'enchaîner avec une invitation à dîner prise de longue date.
Jean Pierre, avec sa simplicité, sa bonhomie et sa truculence nous raconte le millésime, ses choix de vinification, sa vision du vin, et ça c'est passionnant, ce ne sont pas Rémi et Marie qui diront le contraire. Nous gouttons donc dans l'ordre :

Meursault Chevalière : Un nez légèrement grillé, bouche dense de belle intensité sur une trame bien droite, finale accomplie TB 86-88

Meursault Cras : Une petite réduction au nez, bouche tendre mais bati sur unr trmae tendu qui donne du peps, finale fraiche longue TB+ 88-90

Bourgogne pinot noir : Joli nez pinotant, bouche gourmande, bien équilibrée, finale longue pour une AOC. TB 86

Volnay : nez pointe de chocolat, cerise, framboise, bouche charnue, fraiche, dense à l'attaque puis prned la largeur, tanin bien enveloppant, finale fraiche dynamique, très beau village ! TB 87-89
Pommard : nez avec une pointe florale sur le fruit, bouche plus puissante corpulente, tanin plus rustique, finale plus sauvage. TB 86-88
C'est le moment ou le "gourou" comme dirait Jean Pierre arrive :
Volnay Fremiet : Nez séduisant mûr, juteux, bouche large charnue, tanin rond, belle intensité, finale plus souple gourmande TB 88-90

Volnay Champans : Nez de fruit noir, assez fermé, bouche dense corpulente, qui prend de l'amplitude, matière plus riche, tanin volumineux mais qui séche un peu sur une finale persistante. TB+90 Jean-Pierre nous explique que les Champans ont été fortement grêlé, ce qui a perturbé l'ensemble du cycle. Un léger collage (essai en cours avec différente technique), devrait remédier à cette petite sécheresse finale.

Volnay Cailleret : Nez fruit mûr, ronce, bouche charnue un peu moins riche en matière avec des tanins moins accomplies et légèrement sec. finale plus souple. TB 87-89

Volnay Brouillard : Nez épicé, bouche plus homogène, intégré, charnue, tanin rond ample, finale large. Je goutte assez bien brouillard cette année, je le trouve moins rigide TB 87-89
La série des Volnays nous a mis en joie, je suis d'attaque pour les Pommards :

Pommard Pezerolle : Nez épicé magique, fruit noir, ronce, bouche corpulente, intense, tanin enrobant soyeux, c'est ample jusque dans une finale longue. Je goute toujours bien pezerolle mais là c'est énorme ! Ex 92-94

Pommard Clos Micaut : Nez plus boisé, bouche plus ronde, moins ample, finale plus souple. TB 88-90

Pommard Epenots : nez légèrement étrange, je détecte des arômes déviants, bouche large, belle tension, tanin soyeux, finale très élégante. TB+ 89-91

Pommard Rugiens : Nez plus complexe, bouche charpentée, puissante à l'attaque puis ça gagne en nuance et précision avec de beaux tanins fins soyeux, la finale reprend son peps et signe son origine terrienne, longue persistante. Ex 93-95

Comme jean-Pierre a le coeur sur la main, il n'est pas question de partir sans piocher une dernière bouteille qui traine dans la cave. Celle que JP choisit repose tranquillement ici depuis un long moment au vu de la poussière, elle nous a juste attendu 50 ans !
Un nez de cèpe, de fruit noir compoté, des notes de café, c'est complexe, rond, bien mûr. La bouche attaque large mais garde une tenue aérienne avec une belle densité aromatique, des tanins fondus caressants accompagne une finale large de cèpe, café, cerise, presque confituré et singulièrement plutôt en finesse avec une grande persistance. Whaou, millésime chaud, c'est sûr, on évoque plutôt volnay des années 70 ou de 66 et patatra : Pommard Clos Micaut 1959 !!! 50 ans que ce vin nous attend, et bien il a bien fait, car il est superbe !! Excellent 95

Quel départ... de la cave, et ce n'est que le début !
Après quelques errements GPS, Patrick nous rattrape sur un rond point pour arriver chez Mr et Mme Charlot.
Tout le monde s'installe, et nous avons droit à un superbe dîner : Saumon délicat, pas trop fûmé, pas trop salé, en entrée, puis coq au vin et son gratin dauphinois, plateau de fromage et fraisier.
Et la ronde des quilles commence par un Champagne agréable sur un nez de pomme cuite, une bouche vineuse, une finale douce.
Ensuite série de Meursault qui ne seront pas forcément servi par le saumon.

Meursault Charmes 07 : Nez fûmé de poire de miel, bouche dense, matière pleine, léger gras séduisant sur le miel, note fûmé toasté, finale équilibrée longue TB+ 89-91

Meursault Bouche chere 2005 : Nez un poil réduit, fûmé, poire, bouche droite longue belle strcuture mais matière encore "renfrogné", finale sur le citron confit TB 88-90 mais encore très endormie.

Riesling Geisberg Trimbach 2002 : nez de pétrole, sur fond d'agrume, de fruit exotique, bouche finement pétrolé, délicate fine intense, finbale droite séche longue. Excellent 91

Meursault Cras 1990 : nez champignon, miel, poire, mousseron, bouche large miellée, note florale, finale longue Champignon, fruit mûr TB 90

Meursault Charmes 99 : Nez fûmé, note pralin, bouche tendue sur une trame tendue délicate, finale miéllée puissante. TB+89-91

On passe au rouge, en aveugle :
Leoville Las cases 2001 : Nez liqueur fraise, de viande fraiche puis aération le cassis mûr, un fonc boisé fûmé classe, bouche fine liqueur de fraise, tanin amples soyeux c'est long, finale large longue. Personne ne voit ce que c'est, tellement à l'ouverture c'est étrange !

Vin suivant (je n'ai pas noté) : Nez de fraise des bois, sur un fond de boisé aux notes de coco vanillé, bouche souple un peu fuyante en finale. B+ 86

Chateauneuf Cailloux 98 : Nez grenache mûr, cuir, pointe kirchée, bouche mûr, liqueur de cerise note un peu kirchée, finale un poil chaleureuse, sur le fruit mûr, limite confit, souple. mais gourmande. TB 88

Volnay Cailleret Michel Pont 70 : Nez kirchée belle note balsamique cacao, sur fond de cerise, de cuir, bouche large à l'attaque, charnue, tanin rond fondu, enveloppant, qui finit un peu fluide mais sur une belle longueur. TB 90. Et à la découverte de la bouteille, Jean Pierre et Patrick sont TRES surpris ! Puis Jean Pierre se met au tire-bouchon pour une série du Domaine Voillot inoubliable :

Volnay Champans 74 : Nez kirchée cacao, bouche charnue large attaque soyeuse, structure droite, finale un peu confite, cacao, kirch TB 90 dans mon souvenir, il a été dit que 74 est un millésime humide, en relisant mes notes, ça ressemble plus à un millésime chaud

Pommard Rugiens 78 : nez classe de cerise burlat, note de café-cacao, sur fond de sous-bois, ronce. Bouche puissante à l'attaque puis ça se tend, beaucoup d'allonge, intensité aromatqiue remarquable accompagné de tanin soyeux, finale dynamique, intense, cerise mûr, juteuses, ronce café cacao, long, persistant ! magique pour moi, décidément, j'adore ce millésime, car sa fraicheur et sa dynamique est moins acidulé que 85, et rarement la maturité tombe dans le confit, compoté. Exceptionnel 98 (99, 100), ça n'a que peu de sens, ici.

Pommard Rugiens 64 : Nez de cacao, de cuir, bouche soyeuse ronde entière, tout en équilibre jusque dans une finale qui prolonge longuement la complexite et le plaisir de la bouche, cette fois la puissance se fait plus discrète, plus homogène, c'est très grand, très classe, on en reste bouche bée... Exceptionnel 100.

Volnay Champans 47 : Nez de cacao, de fruit mûr, note torréfiée, bouche sublime d'équilibre, de rondeur, tout en délicatesse, une aromatique d'un vin de 20 ans rien ne dépasse, c'est un tout, caressant, plein, ample, immense persistance dans une finale qui a gardé une forme de jeunesse, celle qu'apporte la sagesse ! Immense vin que jamais on a pu imaginer en 47. Exceptionnel 100

Ce dernier vin a soulevé un silence, un respect, une émotion commune que j'ai rarement vécu. Vinifié par Marius, le grand père, écouter Jean Pierre et sa femme, parler de son histoire, de l'histoire, celle de leurs familles, a évoqué aussi la notre, elle nous a bouleversé, certains yeux qui brillaient peuvent en témoigner !

Un immense merci à Jean Pierre et a sa femme pour ce merveilleux moment, ce magnifique dîner, pour leur accueil chaleureux.
Merci à Patrick pour nous avoir montré le chemin par les vignes au retour mais surtout pour nous avoir permis de vivre ça un jour et en plus avec lui !

Amicalement matthieu