Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

dimanche 25 février 2018

Savoie, une soirée interessante

Bonjour à tous,

Savoie et Jura, longtemps que j'avais proposé ce thème à mes petits camarades... Enfin la semaine dernière, nous avons centré le diner sur la Savoie, à la cantine de mémé dans le 17eme (merci à eux). Et ce fut une bien intéressante soirée.



Vin 1 : Un nez très fruité, fruit jaune et blanc, abricot, pêche, des notes florales aussi, pas très complexe mais très séduisant. La bouche est ronde, avec une légère fraicheur la rendant suffisamment tonique avec sa pointe de gaz aussi, sur le fruit jaune pêche, abricot, pointe fleurie et fond de miel. la finale est ronde, sur la matière, pointe amer et persistance honnête sur le miel et la cire d'abeille. TB 88 (15) que ce Chignin, Odette 2015 de Berlioz.

Vin 2 : Un nez séduisant de pomme granny, note ambré miel, pointe de résine, fond terpénique, cire d'abeille. La bouche est ample, belle matière au toucher gras, du volume, qui tient sur une structure imposante, sur la pomme, le coing, note miel, pointe amer pamplemousse qui rafraichit, fond terpénique cire d'abeille, limite pétrole. La finale est ronde, souple, grosse matière, mais pas molle, avec une persistance honnête et friande avec un retour sur le pain d'épice . TB 89 (15,5) que ce 100% Altesse, Domaine des Ardoisières, Quart 2016.

Vin 3 : Un nez peu avenant à l'ouverture, fermentaire, croute de fromage... Puis avec l'aération arrive le fruit blanc, note d'herbes séchées, de foin, pointe florale, fond miel, cire d'abeille. La bouche est ronde, ample, joli matière, plus fine et précise que le précédent, pointe de perlant qui tonifie, c'est gourmand, sur la reine claude, la mirabelle, puis note abricot, pêche, miel, fond cire d'abeille. La finale est ronde mais avec de la profondeur, et offre une persistance honnête sur la cire d'abeille, le champignon et un retour pain d'épice séduisant. Plus précis, profond que le précédent mais moins gourmand. Et le côté fermentaire manque d'élégance. TB 89 (15,5) que ce Chignin Bergeron, Domaine Jean Vullien, Harmonie, 2015.

Vin 4 : Un nez fruit rouge, note d'épice, de bonbon anglais, ça fait très macération carbonique du Bojo. La bouche est à l'avenant, beaucouop de frutoi c'est sûr, mais le côté banane, bonbon anglais manque d'élégance à mon gout, même si les notes de poivre tiennent la route. La finale  est acidulée, fruit rouge, bonbon, toujours cette pointe banane. Ouias, bof pas mon truc, un bojo au poivre, vin plus typique de son mode de vinif que de son origine, enfin pour moi... AB 85 (14). Mondeuse Louis Magnin Brova 2012.

Vin 5 : Un nez fruit noir, note d'épice, poivre, mais aussi réglisse, pointe noyau olive noire, fond fumé et boisé léger caramel. La bouche est charpentée, tanons soyeux, c'est assez dense et structuré, sur le cassis, pointe fleurie, note épice réglisse, poivre, fond fumé et caramel. La finale est fraiche, persistance honnête sur le fruit noir, la réglisse, et ce fond boisé fumé. Joli vin, bien fait, TB 89 (15,5). Moi, je ne suis pas en Savoie mais une syrah Rhone nord. Et Serge le coquin confirme, Syrah Curtat 2015. Ah, le vieux singe, il connaît la grimace :-)



Vin 6 : Un nez exubérant à nouveau, sur le fruti rouge, le bonbon mais pas de banane cette fois, plus épicé poivre mais des note fermentaires, typé bière. La bouche est corpulente, ronde, tanins ronds, sur' la liquer de cassis, le bonbon anglais, le poivre, ça devient acidulée dans la finale, puis amer avec une persistance honnête mais ça part dans tous les sens. Ouaip, à nouveau pas mon truc... Par contre, a mon avis plus de potentiel, faut juste que le vin s'assagisse 85-87 (14-15) pour ce Domaine des Ardoisières Améthystes 2016

Vin 7 (mon apport) : Un nez de cassis, belles notes de poivre puis plus cèdre, presque menthol, camphre, fond de cuir classe. La bouche est corpulente, tanins soyeux, pas très denses, mais précis, bien tenus par la structure, sur la framboise, le cassis, note de poivre, de cèdre avec cette pointe quasi menthol, fond de cuir. La finale est ronde, fraiche avec une persistance intéressante cassis, poivre, cuir, cèdre... Joli complexité, un vin à point, à boire. TB 90 16 que cette Mondeuse de Dupasquier 2006.

Vin 8 (encore moi) : Un nez discret de champignon, fruit rouge pointe épice fugace, bref ça parle pas beaucoup. La bouche est mince, sèche, les tanins astringents jusque dans la finale, astringente, mais fraiche, presque puissante, sur le fruit rouge, le champignon, mais acide. Bof, je voulais faire Savoie et Jura, alors j'ai apporté cet Arbois Poulsard 2005 de Puffenay. Pas une bonne idée.

Vin 9 : Un nez de cassis, note épice réglisse, poivre, fond au boisé marqué moka. La bouche est droite, puissante, charpentée aux tanins fins, précis et soyeux, sur le cassis mûr, note réglisse, poivre, fond moka, balsamique. La finale est acidulée, et offre enfin une belle persistance sur le cassis, la réglisse, le poivre, et ce fond moka. TB-Excellent 91 (16,5). Un vin avec de l'ambition, à l'élevage marquée (effet de série je pense, car les vins précédents ne devaient pas voir beaucoup de bois) que je situe en Cote Rotie, je vois même Guigal Ampuis 2008, jusqu'à ce que Fabrice le place en Hermitage et je me range à son avis, un petit côté austère. A tort, car il s'agit bien d'une Cote Rotie Jamet 2006.

Vin 10 (dessert) : Un nez complexe, de fruit exotique confit, note de thé bergamote, fond pain d'épice, fruit sec. La bouche est riche, concentrée, de la liqueur, beaucoup de sucre mais bien équilibré par l'acidité, sur les fruit exotiques confit, le pamplemousse, note bergamote, pain d'épice, fond d'orange confite. La finale est sucré puissante, mais reste dans les limites de l'équilibre et offre une belle persistance. TB+ 90+ (16+) que cette Cote de Bergerac, Chateau Les Tours de Verdots L'Excellence 2001.

Au final, une soirée intéressante, allez on fera bien une spéciale jura, hein Serge ;-). En attendant la prochaine, on honorera, de Nuits, le Saint-Georges !

Amicalement, Matthieu