Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

samedi 23 juillet 2016

Quelques belles étiquettes

Bonjour à tous,


A nouveau quelques belles étiquettes ces dernières semaines.


Saint Emilion Chateau Pavie Macquin 2006 : Un nez expressif de prune, de fruit noir mûr, note végétal noble, puis cèdre, fond entre cacao et presque menthol. La bouche est charpentée, large, belle structure un peu marquée, tanins soyeux, encore un peu serrés, sur la prune, le cassis, note cèdre, végétal noble, fond cacao et réglisse. La finale est fraiche, puissante, tonique, un coté acidulé et belle persistance de prune, de cassis, myrtille, note cèdre, évoluant épice, fruit rouge sur fond cacao. Excellent 92-94 (17)


Macon Pierreclos, Guffens Chavigne 2011 : Un nez expressif, gourmand, de poire, note élevage certes mais classe, noisette, un peu grillé, tarte citron, fond sésame grillé et fumé. La bouche est large, attaque ample, puis qui se tend, belle structure, droite, belle matière flatteuse, sur la poire, le fruit blanc, note noisette grillé, puis amande, fond fumé sésame. La finale est fraiche, ronde, belle tenue et persistance intéressante de fruit blanc, de noisette, de tarte citron, fond sésame grillé et fumé. TB-Excellent 90 16+

Gevrey Chambertin, Rossignol Trapet Clos Prieur 2006 : Un nez de framboise, note de sureau, assez mat, fond fumé, un ensemble pas d'une grande complexité. La bouche est charpentée, droite, bien structurée, tanins soyeux, de la profondeur, et de l'ampleur, mais assez terne, sur la framboise, fruit rouge, note fruit noir, sureau, puis ronce végétal, profil évoluant sur l'amertume, pointe amer, fond fumé. La finale qui garde de la fraîcheur, bien ciselée, belle persistance mais sur l'amertume, avec un fruit mat, note ronce et fond fumé. TB 90 16 mais ça manque de gourmandise, c'est assez mat bien que la structure soit belle. Moins intéressant que la première, fermeture ? un millésime qui vieillit mal sur ce cru ? A suivre.

Saint-Julien, Chateau Lagrange 2013 : Un nez séduisant, expressif, de mûre, fruit noir, pointe florale fraiche, note épice, légère vanille, sur un fond boisé raisonnable entre moka et cacao mais vraiment légère. La bouche est corpulente, délicate, tanins ronds, pas très dense, pas super mûr, mais bien fait, c'est frais, et friand sur la mûre, le fruit noir, toujours cette pointe florale/végétale fraiche, des notes épice plus vanillées et fond cacao. La finale est fraiche, tout en délicatesse, avec une belle persistance de fruit noir, pointe florale, note épice vanille et fond plus boisé moka fumé. On sent le millésime friand, plutôt léger, frais, à la maturité un peu juste mais bien maitrisé ici. Des vins friands qui se boiront bien sur les 10 prochaines années. TB 89-91 (15,5-16)

Pouilly Vinzelles, La Soufrandière Les Quarts Millerandée 2006 : Un nez fin, de pomme, note de miel marqué en attaque, puis une pointe de pin, de foin, fond au profil plutôt amer allant de la noix à un côté crayeux. La bouche est droite, large, fine, délicate, avec de la structure, sur la pomme, puis note végétale de foin, de pin, fond légère noix (pas oxydatif) et craie, sensation sucrée de jeunesse a disparu. La finale est ronde, plutôt puissante, puis ça se relâche pour offrir une persistance honnête de pomme, ce coté foin, pin, fond au profil amer entre noix fraiche, et craie. J'aurais été bien embête en aveugle entre Rhône nord, chenin... Mais pas trop chardonay... Bien-TB 88 (15) aujourd'hui. Sur 3 dégustations, un vin qui se ressemble peu ou que j'interprete très différemment... Après 3H un cote beurrée amande se fait beaucoup plus présent, et là le chardonnay ne fait plus de doute !

Amicalement, Matthieu

dimanche 17 juillet 2016

L'été arrive enfin, les blancs sont de sorties !

Bonjour à tous,


Avec les premières chaleurs, les blancs bien frais font le bonheur des déjeuners et diners en terrasse...


Sancerre, Vincent Pinard Flores 2014 : Cette 3eme bouteille se rapproche du profil rès séduisant de la première avec ce nez typique, frais, de citron, note végétal noble de foin, puis léger buis, acacia, fond de roche crayeux/amande. La bouche est droite, puis ample, au beau touché/matière mûr soyeux, sur le citron presque vert (noisette), note buis acacia plus marqué qui donne la fraicheur, fond roche craie. La finale est fraiche bien enrobée, ample, belle persistance de citron, de buis, d'acacia et un retour roche crayeux très élégant. Vraiment de la belle ouvrage TB 90 (16), tout ce que j'aime à Sancerre, mûr, élégant, raffiné, séducteur...

Riesling, Domaine de l'Oriel Sommerberg 2007 : Un nez plutôt discret, fin, mais simple d'agrume, note miel, de pin, fond cire d'abeille, leger naphte. La bouche est ronde à l'attaque, puis de la tension, matière suave sur l'agrume puis des notes de pins marqués, cire d'abeille, pointe miel, fond de roche et naphte, sensation assez sucrée. La finale est ronde, acidulée, persistance honnête d'agrume, note miel , de pin, fond léger naphte. TB 88 (15)


Montlouis, Chidaine Choisilles 2010 : Un nez fin, séduisant, de pomme, de coing, note de miel, pointe d'ananas, fond d'amande puis craie, roche, et léger tourbé. La bouche est ronde a l'attaque, puis c'est tendue, presque vif, matière de belle densité, sapide sur la pomme, le coing, note de craie marquée, pointe d'ananas, fond de roche légèrement tourbé. La finale est fraiche, pas assez enrobée sur  cette bouteille, car très/trop vive mais belle persistance de fruit blanc, pomme, poire, note exotique ananas, pointe miel, fond salin de roche, de craie, avec ce côté tourbé. TB 90 (16)

Et un rouge pour finir :

Margaux, Chateau Malescot St Exupéry 2003 : Un nez très séduisant de fruit noir mûr, pointe prune, notes de poivrons rouge grillées, puis cèdre, sur un fond tabac blond fumé classe. La bouche est charpentée, droite, belle structure bien enrobée de tanins soyeux, on garde de la profondeur, sur le fruit noir mûr, c'est gourmand, puis plus fruit rouge, framboise, note épice réglisse, pointe cèdre, fond tabac fumé. La finale est plutôt puissante sur le fruit rouge et noir mûr, note épice, puis poivron rouge grillé, fond tabac blond fumé. Un vin puissant qui garde de l'élégance et qui fait Pauillac par sa structure et St Julien par son élégance. En tout cas encore un très beau 2003 ! Excellent 93 (17)

Amicalement, Matthieu

jeudi 14 juillet 2016

Dernier diner du DEP avant les vacances : Rhone blanc

Bonjour à tous,


Après la terrible nouvelle de la fermeture du vieux Chêne, nous avons récidivé à la Roca dans le 17eme pour un 2eme diner fort bon ! Le thème du jour, Rhone blanc, en gros tout ce que j'aime :-) Mais déguster, c'est gouter, regouter, et reregouter...


Pour commencer, on fête la promo de Stéphane avec une bouteille de bulle qui m'évoque furieusement le chenin au nez à l'ouverture avant de passer sur la pomme caramélisée et la brioche. la bouche a la bulle fine mais elle est d'une mollesse qui me laisse de marbre, tout comme la finale que je trouve courte. Ah c'est du champagne, Ah c'est une grande année 2004 de Bollinger, Ah ben ça confirme que le champagne c'est vraiment pas mon truc. Bien 86 (14) pour moi, c'est dire !


Vin 1 : Un joli nez de peche de vigne, note amande et fleur d'oranger. La bouche est large, souple avec du gras mais une belle structure dans un profil amer, peche de vigne, amande, et pointe fleur d'oranger agréable. La finale est un peu plate, persistance honnete sur l'amande et ce côté floral typé fleur d'oranger. B-TB 87 (15) que ce Châteauneuf du pape, Cailloux 2012






Vin 2 : Un nez mentholée évoluant sur l'herbe séchée, le foin, note peche sur un fond fenouil. La bouche est large, droite, grosse structure qui tient l'ensemble, belle matière dense, sur l'amande, les herbes séchées, le fenouil, note fumé puis plus marqué d'un élevage boisé légèrement caramel. La finale est ronde ample, mais droite avec une certaine puissance, et belle persistance d'herbe séchées, de fruit blanc, de fenouil sur un fond encore marquée d'un élevage bois caramel qui s'impose un peu. TB-Excellent 90-92 (16-17) selon l'évolution de cet élevage. Hermitage Guigal 2011


Vin 3 : Un nez plus évolué, fruit blanc, puis pétrole presque mais pas très complexe. La bouche est ample mais souple, au toucher gras à l'attaque mais qui devient fluide, sur une sensation sucrailleuse qui évolue alcool, sur fenouil, puis note terpénique/pétrole. La finale est opulente, souple, un peu chaude, persistance honnête de pétrole, anis, fenouil. Châteauneuf du Pape, Grand Veneur 2004. B-TB 87 (15)






Vin 4 : Un nez séduisant de champignon, puis reine claude, note cire d'abeille sur un fond terpénique typé pétrole. La bouche est ronde, belle attaque fine et délicate, cela reste dense, et bien droit sur la reine claude, note pétrole, voir pin, fond cire d'abeille. La finale est structurée, droite, avec une belle persistance de prune, de reine claude, note pétrole, cire d'abeille et une fond pin des landes séduisant et frais. Excellent 91 (16,5) que ce Belley, Chateau Cremat 2003




Vin 5 : On passe au rouge et là, ça commence fort. Un nez de pneu chaud très marqué, d'alcool, de cerise kirchée et cacao. La bouche est l'avenant, énorme, en attaque puis toute fluide, sur un côté entre sucré et amer cacao, tout ça dominé par le pneu chaud. A mon avis une bouteille à problème que ce Patrimonio Arena 2004.








Vin 6 : Un nez beaucoup plus classique pour finir, de fruit rouge léger confit, note orange sanguine, d'épice sur un fond de cuir classe. La bouche est robuste, ample, tanins soyeux, dense fondus mais qui en impose, sur la myrtille, le cassis, puis cerise kirchées, note épice, orange sanguine et fond de cuir. la finale est fraiche, acidulée, et offre une belle persistance de fruit rouge acidulée, puis plus noir, orange sanguine, épice et fond de cuir. Assez classique pour que je reconnaisse ce Bandol Pradeaux 1995 que j'ai déjà bu 3 fois. Excellent 93 (17)


Une soirée plutôt réussi finalement, ou en tout cas moins pire que ce que j'attendais même si on est loin de mes thèmes préférés !


Amicalement, Matthieu

dimanche 10 juillet 2016

Enfin un peu de temps pour commenter les dernières quilles

Bonjour,




On arrive au bout de l'armoire et dans ce cas quelques étiquettes en dégustation devant cet heureux Euro.




Châteauneuf du Pape, Domaine de la Janasse 2003 : Un nez assez fin, pas très complexe, mais séduisant, de cassis, cerise noire, note garrigue, fond de cuir et cacao. La bouche est charpentée, ample, large, tanins ronds, pas très denses, voir petite fluidité, mais bien structurée, sur le cassis, la cerise noire, note kirchée plus marqué, puis poivre, épice, pointe garrigue, fond profil amer du cacao et cuir. La finale est ample, large, légèrement chauffante, mais belle expression de cassis, épice poivre, note de cuir, pointe garrigue et ce fond cacao amer plutôt classe. Très bien à table sur les fajitas. TB 90 (16)


Australie, Clare Valley, Taylors ST Andrews Cabernet Sauvignon 2010 : Un nez séduisant assez orienté boisé classe, sur le cassis, note fraiche mentholé, réglisse, fond moka fumé. La bouche est charpentée, droite, aux tanins soyeux, précis, sur le cassis mûr, pointe acidulée, sur un profil amer, note mentholée, fond moka fumé. La finale est fraiche équilibrée, un acidulé gourmand, un amer classe dans une persistance intéressante sur le cassis, note mentholé réglisse, fond moka fumé. Un vin très "australien dans ses aromes" très orienté bois quand même mais très agréable (a l'aveugle je serai parti sur une syrah australienne même si la bouche quand on le sait fait plus cabernet ;-) Excellent 91 (16,5 ) Et merci @Steph, ma sœur pour ce joli cadeau :-)

Cote Rotie, Guigal Brune et Blonde 1995 : Un nez de syrah évolué classe, tout ce que j'aime, sur le cassis, puis belles notes classe de cuir, de bacon grillé, fond fumé, très beau. La bouche est charpentée, structure droite, un poil rigide, tanins ronds, sapide expressif, plutôt sur la profondeur que sur la largeur, cassis pointe acidulée, note bacon grillé puis vieux cuir, fond fumé, tout ce que j'aime. La finale est fraiche, acidulée, belle persistance de cassis, note épice puis vieux cuir, bacon grillé, fond fumé. TB-Excellent 90 (16). Plutôt Hermitage que cote rotie dans sa structure mais quel plaisir ! Et la plus belle 95 bue, 86,6 de moyenne en 12 dégustations, et cette dernière fut la meilleure dégustée, comme quoi faut savoir les attendre....

Italie Piémont, Nebbiolo d’Alba, Luciano Sandrone Valmaggiore 2005 : Un nez plutôt puissant, opulent, de fruit noir, mûr, note kirch limite alcooleuse, puis épice, pointe floral sur un fond chocolat cacao profil amer. La bouche est robuste, grosse matière, dense, tanins soyeux mais sèche un peu en finale, sur le fruit noir, cassis, mûre, myrtille, note épice, pointe kirch alcool, fond chocolat cacao. La finale est fraiche mais puissante qui chauffe un peu quand même, persistance intéressante de fruit noir mûr, d'épice sur ce fond cacao chocolat. TB-Excellent 91 (16,5). Un peu trop pour mon palais pinotphile.

Vosne Romanée, Dom Laurent Les Suchots 2011 : Un nez séduisant, classe, de fruit rouge mûr, framboise, note épice réglisse assez marqué, puis fleurie, pivoine, pot pourri (fleur seché), fond fumé classe. La bouche est corpulente, large, tanins soyeux très vosnien, doux, délicat sans être très dense, sur la framboise, pointe groseille fraiche, note réglisse puis floral, pot pourri fond fumé. La finale est fraiche qui serre et accroche encore un peu, persistance intéressante de groseille, framboise, note épice réglissé, fond fumé. Excellent 92-94 (16,5+) et enfin une bouteille de cette série non bouchonnée...

Pommard, Rebourgeon Mure Les Grand Epenots 2013 : Un nez expressif, élégant, de fruit noir, cerise noire, puis plus rouge, framboise, note de réglisse, de sureau, pointe fraiche de noyau de cerise, fond classe entre cacao et amande grillé. La bouche est charpentée, ample, large, fine , tanins soyeux denses bien enrobants une jolie fraicheur qui rend la bouche tonique, sur le fruit rouge, groseille, framboise, note épice puis fraiche ronce, noyau de cerise, fond amande grillé. La finale est fraiche, signant le millésime, pleine, précise, très pinot sur la groseille, la framboise, note épice, ronce, et floral, fond amande grillé et léger cacao car pointe amertume. Délicat comme toujours, élégant, vraiment un très beau cru, j'adore. Excellent 93-95 (17-18)

Pomerol, Chateau Beauregard 2005 : Un nez gourmand qui reste élégant, fraise mûr, fruit rouge, note épice vanillée fraise à la mode un peu chupachups, pointe fraiche végétal qui équilibre, fond fumé tabac classe. La bouche est corpulente, large, tanins soyeux bien caressant, structure dynamique, sapide sur le fruit rouge, fraise mûre, pointe vanille limite chupachups, pointe bourgeon de cassis, végétal mûr, noble, fond classe fumé. La finale est fraiche, gourmande, épicé, belle persistance de fraise mûr, note vanillée puis végétale bourgeon cassis, fraiche, fond fumé tabac classe. Excellent 91 (16,5) Un très joli vin qui commence à bien s'aborder même s'il gagnera beaucoup sur les 10 prochaines années.

 Amicalement, Matthieu