Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

samedi 2 avril 2016

Le DEP re-re-re...revisite Volnay

Bonjour à tous,

Si le thème de la soirée Volnay PC en est à sa 63eme édition, au moins, cette soirée a fait l'objet d'un grand changement, le restaurant !!! Cette fois c'est à la Roca dans le 17eme que nous nous sommes retrouvé autour d'une cuisine bien travaillée, bonne, surtout mon entrée basée sur l'amertume (avec endive et crème de cresson). Et les vins dégustés en aveugle :



Vin 0 : Oxydée dommage pour ce Brand 2005 de l'Oriel

Vin 1 : Un nez très appétant de chardonay marqué d'une réduction qui ne trompe personne, a commencer par Serge qui s'écrit : C'est Germain ça ! Après aération apparaisse la poire, le fruit blanc, note frangipane, pointe miel et fond grillé. La bouche de moyenne concentration est bien pure, droite, précise, sur la poire, pointe de miel, note réduc grillé puis plus aubépine, frangipane sur un fond fumé. La finale est un poil souple, indiquant qu'il doit s'agir d'un village et d'une longueur correcte sans plus. TB 89 (15,5). Je pense à Limozin d'un millésime moyen genre 06. Il s'agit d'un Meursault, Germain Chevalières 2007

Vin 2 : Un nez avec une pointe animale qui disparaît à l'aération, oscillant entre reine-claude et fruit exotique au départ, note fenouil sur un fond quasi pétrolant. La bouche est droite, bien construite, joli matière suave de belle concentration, à l'aromatique évoluant du fruit exotique vers le buis, le végétal noble, mais aux note fenouil, presque anisée, sur un fond de cire d'abeille, voir pétrole. La finale est droite, presque fraiche, précise mais la persistance est un peu courte et évolue vers le végétal. TB 88 (15) à l'ouverture, mais au fur et à mesure de la soirée le vin s'est ouvert et j'irai plutôt sur 90 (16). Au départ le côté exotique et tendu m'a emmené vers le manseng mais les notes végétales typé buis, m'ont fait monter vers un sauvignon Bordelais sans trop d'élevage genre Carbonieux d'une 10aine d'années. Tout bon :-) que cette Palette, Chateau Simone 2007

Vin 3 : Un nez bonbon anglais, d'épice, de cerise, note lactée fraise d'élevage, pointe alcool. La bouche est charpentée, de la structure et de jolis tanins soyeux, c'est sucré, gourmand, en attaque puis arrive une grosse acidité, sur la cerise un peu confite, les épices, bonbon anglais, patchouli, note élevage lacté. La finale est fraiche donnant un côté acidulée à une persistance intéressante de cerise mûre, de bonbon anglais, sur un fond un peu fumé, encore un peu coincé cette finale. TB 89 (15,5) que ce Volnay Taillepieds D'Angerville 2011

Vin 4 : Un nez de cerise mûr, note épice, réglissée puis ronce sur un fond fumé classe. la bouche est corpulente large, pleine, beaux tanins soyeux mais de faible densité, beaucoup de fraicheur qui tend la bouche et donne de la profondeur mais la matière l'enrobe bien, sur la groseille, la cerise, note ronce et réglisse et fond fumé. la finale est fraiche mais la pointe amer signe un millésime sans doute difficile, sur le fruit rouge, groseille, note ronce et réglisse, et fond fumé. TB 90 (15,5-16) Pas une grosse concentration, une acidité évidente, mais un équilibre bien préservé, tout le monde part sur un 2008 "réussi", et je suis plutôt sur un genre Frémiet. Volnay Champans Voillot 2008.



Vin 5 : Un nez de cerise mûre, note épice marqué réglisse, patchouli, pointe confite gourmande, fond cacao et fumé. La bouche est corpulente, gourmande, tanins soyeux amples, puis c'est droit, profond, presque puissant, sur la cerise mûre, les épices, fond moka et fumé. La finale est précise, droite, puissante et offre une belle persistance de fruit rouge mûr, pointe amertume classe, note épice, patchouli, réglisse, fond moka et léger cuir. Excellent 91 16,5. Alex a très vite annoncé Santenots de BC, bravo car il connaît moins que certains à cette table qui ont du gouter plus de 10 millésimes de cette cuvée... D'autres évoquent un Cote Rotie pirate... Patrick, je ne sais pas si ça te fait plaisir :-) Volnay Santenots Buisson Charles 2006

Vin 6 : Un nez kirchée, aux notes d'épice pot pourri, patchouli, fond d'amande. La bouche est corpulente, large, tanins ronds, ça part un peu dans tous les sens, entre la tension, la structure, la matière... sur la cerise kirchée, les épice pot pourris, et ce fond d'amande grillé. La finale reprend de la fraicheur, et de la droiture, mais finit court. B+ 87 (15) que ce Volnay Santenots Esmonin 2006.

Vin 7 : Un nez animal/fourrure à l'ouverture qui s'estompe un peu pour laisser place à la cerise mûre, note réglisse, pointe encre, fond fumé, c'est sérieux. La bouche est corpulente, puissante, tanins soyeux et imposants, gourmand, fruit confit, note réglisse, fond fumé. La finale est serrée, fraiche, puissante à la persistance honnête, de fruit noir mûr, réglisse et fond fumé. TB 89 (15,5) que ce Volnay Santenots Nicolas Rossignol 2002.


Vin 8 : Un nez de choux à l'ouverture qui assez vite laisse place au cassis, framboise, note réglisse, sur un fond typique moka. La bouche est charpentée, belle matière précise, tanins soyeux, dense, c'est gourmand, acidulée car on sent une belle acidité sous jacente mais qui se fait plus saillante en fin de bouche, sur le fruit noir mûr, note réglisse, pointe sous-bois fond moka et fumé; La finale est fraiche, élégante au départ, mais se fait vive, très (trop) marquée par l'acidité dans une belle persistance de fruit noir acidulé du coup, de réglisse, de sous bois et fond fumé et moka. Un vin difficile à noter, car l'acidité s'est faite plus mordante au fur et à mesure. Au départ j'étais sur 93-94 (17-17,5) mais je me demande si la matière pourra enrober cette acidité dans le temps. Une fois su qu'il s'agit d'un Volnay Champans de Voillot 2002, on peut se dire que ça devrait le faire mais, c'est pas joué !

Vin 9 : Un nez a nouveau sur le choux à l'ouverture, puis cerise noire, note épice puis champignon, fond fumé. La bouche est droite, profonde dès l'attaque avant que n'arrive de superbes tanins veloutés, sur le fruit noir acidulé, réglisse, note champignon, sous bois, pointe encre un peu austère,et fond moka léger, fumé. La finale est fraiche, voir vive, précise, puissante, droite comme un i, sur le fruit noir, note confit, puis belle persistance de champignon, de moka, pointe entre cuir et encre un peu austère. On part tous sur 99, et la finale fait très Santenots. Excellent 93 (17+)que ce Volnay Santenots Comte Lafon 99. Intéressant car la bouteille remise au frais est revenue avec une acidité moins marquée mais du coup les tanins étaient moins veloutés.

Au final une soirée très plaisante mais sans grande émotion non plus... Peut-être un jour racine car généralement quand y'a du JP, y'a de l'émotion, du sentiment...

Amicalement, Matthieu