Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

jeudi 31 décembre 2015

Le classique bilan de l'année 2015

Bonjour à tous,

L'inventaire de cave de fin d'année se prête bien à l'exercice convenu du bilan...

Côté constitution de la cave, pas de gros changement en un an si ce n'est que j'ai fini mes vins allemands, faudra penser à en racheter surtout en regardant combien je les apprécie (voir plus bas...)

Bourgogne 42,5%
Rhone 18,2%
Bordeaux 16,6%
Alsace 7,5%
Loire 6,2%
Provence 2,2%
Pays d'Oc 1,9%
Sud-Ouest 1,2%
Beaujolais 1,0%
Australie 0,5%
Champagne 0,5%
Italie 0,4%
Espagne 0,3%
Savoie 0,2%
Amerique 0,2%
Chili 0,1%
Jura 0,1%
NvelleZelande 0,1%
Afrique Sud 0,0%

Infime progression des blancs d'1%, soit 34% VS 33% en 2014 et donc 66% rouge. Mais la répartition régionale est pour le moins tranchée :-) sauf en Bourgogne au top dans les 2 couleurs :

BLANC ROUGE
Bourgogne 53,21% Bourgogne 37,11%
Alsace 22,10% Rhone 26,74%
Loire 15,83% Bordeaux 22,82%
Bordeaux 4,23% Pays d'Oc 2,89%
Provence 1,36% Provence 2,68%
Rhone 1,36% Sud-Ouest 1,79%
Champagne 1,36% Beaujolais 1,51%
Jura 0,14% Loire 1,37%
Espagne 0,14% Australie 0,82%
Amerique 0,14% Italie 0,62%
Chili 0,14% Espagne 0,41%
Savoie 0,34%
Amerique 0,27%
Alsace 0,14%
NvelleZelande 0,14%
Jura 0,14%
Chili 0,14%
Afrique Sud 0,07%


Pour les appellations, pas de changement dans le top 5 mais un peu dans le top 10 avec la disparition de la seule appellation Bordelaise, au profit de la Bourgogne Beaunoise (car la Nuitonne se trouve divisé à caude des Grands crus...)
2015 2014
Côte-Rôtie 7,95% Côte-Rôtie 8,09%
Riesling 6,12% Riesling 5,72%
Meursault 5,80% Meursault 5,59%
Volnay 4,89% Volnay 5,00%
Chateauneuf du Pape 4,52% Chateauneuf du Pape 4,60%
Chassagne-Montrachet 3,66% Vosne-Romanée  3,31%
Chambolle Musigny 3,06% Chassagne-Montrachet 3,26%
Pommard 2,93% Hermitage 2,90%
Hermitage 2,88% Chambolle Musigny 2,86%
Vosne-Romanée  2,83% Saint-Julien 2,73%

Pour ce qui est des sorties, pas de surprise, j'ai dégusté et commenté 262 bouteilles de ma cave, il faut ajouter une trentaine de bouteilles non commentées, donc équivalent à 2014, en gros 300 bouteilles. Il faut ajouter à cela les quilles dégustées en diner, salons, visite chez les vignerons, et fête du vin... Soit à peu près 600 bouteilles. Avec cette année un moment inoubliable à la Paulée de Meursault (Merci Patrick et Kate) ou en 24H j'ai du déguster une 100aine de bouteilles.

La répartition de mes dégustations est conforme a mes stocks, cad à mes goûts ! Si ce n'est un peu plus de Loire, mais ça c'est les Sancerres de Vincent Pinard, j'arrive pas à les garder ;-)

Bourgogne 39,31%
Rhone 17,56%
Bordeaux 12,98%
Loire 10,31%
Alsace 8,78%
Provence 3,05%
Pays d'Oc 2,29%
Beaujolais 1,53%
Italie 1,15%
Sud-Ouest 0,76%
Espagne 0,76%
Australie 0,38%
Argentine 0,38%
Amerique 0,38%
Grece 0,38%

Le millésime le plus bu, sans surprise car c'était ses 10 ans, c'est le magnifique 2005, car il fallait évaluer ou il en était, et je confirme d'ailleurs sa grandeur :

2005 24,05%
2008 10,69%
2006 8,78%
2012 6,49%
2013 6,49%
2011 6,11%
2010 5,34%
2004 4,58%
2009 4,58%
2007 4,58%
2003 4,20%
1999 2,67%
2014 1,53%
2000 1,53%
1996 1,15%
1995 1,15%
2002 1,15%
1998 0,76%
1978 0,76%
1975 0,76%
1985 0,76%
2001 0,76%
1989 0,38%
1983 0,38%
1966 0,38%

Pour les achats en 2015, légère baisse (7%) alors que j'espérais une grosse baisse, et une typologie conforme à mes goûts, et à ma cave ou la Loire progresse (les Sancerre...) :

Bourgogne 50,53%
Rhone 14,13%
Bordeaux 11,66%
Loire 9,54%
Alsace 9,54%
Pays d'Oc 1,77%
Champagne 1,41%
Provence 1,06%
Italie 0,35%

Enfin, mes notes, quelle est la région que je note le mieux ? En reprenant mes 10 ans de dégustation commentées dans mon livre de cave soit plus de 3 000 CRs et en faisant la moyenne des notes de dégustation par région, en éliminant les régions à moins de 100 dégustations, voici le résultat qui ne me surprend pas, amis Alsaciens ;-) :

Alsace 89,862
Allemagne 89,167
Bourgogne 88,925
Loire 88,801
Rhone 88,651
Bordeaux 88,409
Italie 88,214
Sud-Ouest 87,814
Pays d'Oc 87,717
Espagne 87,643
Beaujolais 87,534
Provence 87,062
Savoie 86,125
Australie 84,250
Le résultat change un peu en ne prenant que les crus "classés", et on retrouve mon goût prononcé pour la Bourgogne !

Alsace 90,200
Bourgogne 89,309
Rhone 89,230
Allemagne 89,167
Loire 88,929
Bordeaux 88,682
Italie 88,214
Pays d'Oc 88,103
Beaujolais 87,986
Sud-Ouest 87,838
Espagne 87,643
Provence 87,062
Savoie 86,125
Australie 85,625
Et en moyennant ma note rapport Q/P qui prend en compte la différence entre le prix du vin et mon prix d'achat moyen (favorisant bien sur les vins achetés moins cher que mon prix d'achat moyen) :

Alsace 85,671
Allemagne 85,013
Loire 83,808
Beaujolais 82,760
Sud-Ouest 82,290
Espagne 81,962
Rhone 81,310
Bourgogne 81,253
Pays d'Oc 80,767
Bordeaux 79,940
Italie 79,660
Savoie 79,277
Provence 78,790
Australie 74,335


Là par contre la Bourgogne plonge... Et vu la stratégie des prix, c'est pas près de remontée... Mais aussi le Rhone et là c'est plus surprenant...

Et quelle appellation, je note le mieux en absolu, je dirai Vosne au feeling :

Richebourg 96,000
Corton Charlemagne 95,000
Batard Montrachet 95,000
Chambertin 94,857
Chevalier-Montrachet 94,000
Echezeaux 93,250
Chapelle Chambertin 93,167
Brunello di Montalcino (Tosc) 93,000
Corton Clos du roi 93,000
Bonnes Mares 92,500
Mazis-Chambertin 92,375
Clos Saint Denis 92,000

AhAhah évidemment des Grands crus... Mais Richebourg est bien un Vosne ;-).

Amicalement, Matthieu

lundi 28 décembre 2015

Avant et entre les fêtes, pas de laisser aller, c'est les vacances !

Bonjour à tous,

Quelques vins dégustés entre les fêtes durant les vacances mais aussi quelques CR oubliés d'avant Noel !

Chassagne Montrachet Cailleret Morey Coffinet 2011 : Un nez classe, expressif, de poire, fruit blanc, note de sésame grillé, puis aubépine, fond amande douce et craie. La bouche est ronde, large, belle matière sapide bien soutenue par la fraîcheur, y'a de la puissance, sur le fruit blanc, l’amande, la craie fond sésame. La finale est fraiche, puissante, belle persistance de fruit blanc, d’amande grillé, de sésame, et fond de craie. Excellent 91-92 (16,5-17). Très belle bouteille, et après avoir lu le CR de Mathieu sur Blanchot 2011, je pense que Thibault a très bien réussi ces 2011.

Hermitage, Faurie (Greffieux Bessards) 2008 : Un nez assez simple de cassis, note légère poivre, et végétal vert, fond un peu réduit œuf, animal puis fumé. La bouche est charnue, limite svelte, droite un peu fluide, tanins ronds évidemment pas très dense, sur le cassis, note végétale vert puis léger poivre et florale, fond léger fumé. La finale est fraîche mais restant équilibrée pas d'acidité trop vive, assez fluide bien sûr, et une persistance relative de cassis, de végétal, de poivre et fond fumé. Au moins on sent que le vigneron n'a pas triché avec le millésime :-) ce que j'apprécie, après on en a aussi ses limites avec une maturité faible, une concentration en deça... B 87 (14,5+)

Meursault, Buisson Charles Bouche Cheres 2011 : Un nez à l'attaque pure, de poire William, sensas ! puis arrive les notes aubépine, amande grillé, pointe beurrée légère comme le fond évoquant le sésame grillé classe. La bouche est expressive à la matière soyeuse, ronde, pointe de gras légère mais quelle délicatesse, aérien comme il se doit, sans perdre sa densité, intense sur la poire William, puis les notes aubépine, amande, noisette, fond crayeux et cette pointe sésame classe. La finale oscille entre rondeur et fraîcheur, équilibre d'école et belle persistance de poire william, note aubépine, amande, fond de craie et le sésame grillé. Vraiment j'adore Genevrières et Bouches chères, 2 vins assez proches, un peu plus centré pour l'un, plus aérien pour l'autre... Excellent 93-95, 17 aujourd’hui peut-être 18 dans les 5 à 10 ans...

Chateauneuf du pape, Clos Mont Olivet 2008 : Un nez séduisant de fruit rouge, note bonbons anglais puis épice patchouli, pointe boisé vanille, fond garrigue et cacao. La bouche est corpulente, tanins soyeux, pas très denses mais enrobant bien la fraîcheur, sapide sur le fruit rouge acidulé, note épice patchouli, cette pointe bonbon anglais, fond cacao. La finale est fraîche, tonique, un peu fluide certes mais offrant de l'équilibre et une persistance honnête de fruit rouge acidulé, d'épice, pointe garrigue et fond cacao. Très bien fait, j'aime beaucoup, TB 89 (15,5)

Haut Medoc, Chateau La Lagune 2003 : Un nez assez austère, un peu de fruit noir, surtout de l'encre, graphite, puis animal fond cacao amer pointe de caramel fugace. La bouche est robuste, droite, assez rigide jouant la profondeur, tanins ronds plutôt rigides donc, sur le fruit noir, très noir, encre, pointe animal, fond cacao amer. La finale, sur la structure présente toujours ce coté austère, droit persistance intéressante mais austère sur le fruit noir, l'encre de chine, fond cacao amer. Très surprenant pour un 2003, fermé, une bouteille moins bonne ? A attendre en tout cas, en priant... Bouteille assez différente des précédentes, et ne ressemblant au profil des RG 2003 que j'apprécie beaucoup d'habitude. B 87 (15)

Gigondas, Domaine du Terme 2003 : Un nez évolué très, trop..., cerise kirchée, note très évoluée de cuir, fond aux accents madérisés. La bouche est corpulente, tanins fondus soyeux, c'est bien vivant en terme de structure, aromatiquement, on est sur le pruneaux, la cerise, note de kirch, fond de vieux cuir et pointe qui marque un début de madérisation. La finale est puissante sur l'alcool, persistance honnête de cerise, kirch, note madère légère et fond de cuir. B 86 14,5. La dernière mais il était temps, les autres bues entre 2010 et 2013 étaient à leur apogée (89-90).

Vosne Romanée, Clerget Violettes 2006 : Un nez élégant, fin, de cassis, de groseille, notes de violette effectivement, épice, de sureau, fond léger fumé noyau cerise. La bouche est corpulente avec du fond, profil long, profond, presque austère, tanins satinés, précis sur le fruit noir, note fleurie, pivoine, violette, puis ronce et fond épice et sureau, noyau de cerise. La finale est ronde à la belle empreinte tannique, douce, mais bien soutenue par la structure, ça file droite avec une persistance intéressante de fruit noir, pointe framboise quand même, note fleurie violette, pivoine qui donne de la fraîcheur et fond épice, sureau et léger fumé. Un profil fin, droit, profond, à la belle structure, pas d’esbroufe, dans le style Clerget quoi ! TB 90 (16)

Morey-Saint-Denis, Domaine Lambrays Les Loups 2003 : Un nez séduisant, du grand classique Nuiton mais d'année chaude, sur la framboise mure, le pruneaux, note marquée de clou de girofle, très élégante, d'épice, fond léger fumé classe. La bouche est corpulente large, ample, aux tanins satinés, un poil souple mais qui tient, sapide sur le framboise mûr, puis note léger kirsch, pruneaux mais plus gourmande que lourde, belles notes épice, clou de girofle, un côté frais de ronce, fond fumé amande torréfié. La finale est ronde, un poil alcool cerise kirschée, belle persistance framboise, girofle, épice sur fond amande grillée. Excellent 92 16,5+. Le vin est plus juste, plus équilibré que les Clos du même millésime que j'ai dégusté plusieurs fois il y a quelques années, du coup ça attise ma curiosité de re-goûter...

Vosne-Romanée, Domaine Rion 2010 : Un nez intéressant de fruit noir puis rouge, groseille, note marquée de rafle, de ronce, pointe sureau, amande, aubépine, fond fumé. La bouche est corpulente, large, aux tanins soyeux, doux, sur le fruit noir puis rouge, note amande, aubépine, puis plus végétal noble, ronce, rafle, fond noyau de cerise, et fumé. La finale est équilibrée, droite, fraîche, persistance intéressante de fruit noir et rouge, toujours amande aubépine et fond sureau, noyau cerise et léger fumé. A attendre que le vin s'épanouisse, TB 89-91 (15,5)

Amicalement, Matthieu

samedi 26 décembre 2015

Les vins des fêtes de Noel

Bonjour à tous,

Quelques vins dégustés au cours des 3 repas qui ont égayés ces fêtes de familles multi-recomposées.

Sur foie-gras, saumon puis Gigot de 7H, purée de panais, Plateau de fromage et buche.

Meursault Charmes Buisson Charles 2005 : Un nez superbe après dissipation d'une légère réduction salpêtre, grillé (mais qui peut plaire) sur la poire William assez pure, note floral marquée aérienne très classe d'aubépine, de tilleul, pointe chèvrefeuille, fond très léger brioche. La bouche est ample, ronde à l'attaque, belle matière dense, soyeuse, bien soutenue par la tension qui donne la profondeur, sur la poire William, note aubépine, chèvrefeuille, presque citron, fond amande grillé et léger brioche. La finale est bien fraiche, tonique, qui claque, et une longue persistance de poire William, d'aubépine, pointe chèvrefeuille citron et fond d'amande léger grillé. Excellent, pure et quel fruit ! 93 (17).

Saint-Aubin, Langoureau Sentier du Clou 2010 : Un nez avec une pointe réduction allumette grillé, puis le fruit blanc, la poire, note salpêtre, puis amande, noisette fraiche, pointe chèvrefeuille, fond léger beurrée grillé. La bouche est tendue, droite, belle matière suave qui enrobe, c'est long, tonique, puissant, une ligne droite qui vous emporte sur le fruit blanc, note salpêtre, amande, noisette fraiche, puis fleurie chèvrefeuille, fond léger grillé (réduc?), beurrée, fumé. La finale est fraiche, tendue puissante, belle persistance de fruit blanc, note salpêtre, chèvrefeuille, noisette fraiche, fond amande grillé, beurrée. Structure Typé plutôt Pouilly ou Puligny, droit, puissant, tendue, classique du cru chez Sylvain. Excellent 16,5 (91)

Saint-Julien, Château Leoville Barton 2006 : Un nez expressif de cassis, fruit noir, note encre, graphite, profond, pointe poivron rouge grillé, fond moka fumé. La bouche est charpentée, profonde, tanins soyeux, sur le cassis, note un peu lacté de fruit rouge, puis encre, graphite, fond fumé moka. La finale présente une empreinte tanique qui accroche encore un peu sur le fruit noir, l'encre, le graphite, fond moka café fumé. Bien qu'un peu plus ouvert que le Poyferré ouvert il y a 15 jours, ce Barton se présente assez austère aussi en plus fin et plus profond, mais c'est plus classique du cru, a attendre a mon avis pour les 2 ! TB-Excellent 91-92 (16-17) A date 16+

Hermitage Guigal 1996 : Un nez classe, a maturité, de fruit noir, cassis, note de vieux cuir classe, puis d'épice, d'encre sur un fond fumé bacon grillé. La bouche est charpentée, droite, belle structure bâtie sur la fraicheur mais bien enrobée de tanins soyeux, fins, sur le cassis, les note de cuir, de bacon grillé, pointe épice fond fumé. La finale est fraiche, fine, tonique, puis belle persistance de fruit noir, cassis, note cuir marqué, fond fumé bacon grillé. Les Syrah d'âge mûr comme j'aime. Excellent 92 (17)

2eme repas : Huitres, saumon fûmé, oeufs saumon, hareng mariné, platski, charcuterie polonnaise... Buche au fruit exotique

Riesling, Josmeyer Hengst Saemin 2005 : Un nez superbe de riesling a maturité, fin, délicat, complexe, d'agrume pamplemousse mûr, de cire d'abeille, note florale acacia, pointe kumquat, de fruit exotique fond légèrement pétrolant du plus bel effet. La bouche est suave, ample, belle matière au touché soyeux, bien soutenue par la fraicheur, délicat et dense, très calcaire dans l'esprit (je crois que c'est calcaire Hengst, en tout cas c'est ce que j'aurai dit...) sur l'agrume mûr, le kumquat, la cire d'abeille, note florale acacia, pointe pain d'épice, fond léger pétrole. La finale est tout en équilibre, belle empreinte soyeuse, délicate, et longue persistance d'agrume mûr, de kumquat confit, de cire d'abeille et le fond pétrole classe. Superbe vin. Excellent 94 (17,5+)

Pessac-Léognan, Château Haut Bailly 2003 : Un nez expressif de cassis, myrtille mûr mais pas confit, note fraiche sous-bois, léger poivrons rouge grillés, puis épice sureau,  fond fumé léger. La bouche est charpentée belle structure, tanin soyeux un peu ferme, droit, un peu sec, sur le cassis mûre, pointe pruneaux, note épice réglisse, puis poivron rouge grillé fond fumé. La finale à l'empreinte un peu asséchante, de cassis, myrtille marqué, note épice réglisse, pointe poivron grillé amande fraiche, fond léger fumé. TB-Ex 91 (16+), pas le plus réussi des 2003, je préfère les Médocs en 2003.

Sauternes, Chateau Lafaurie Peyragey 1998 : Un nez expressif, classique, gourmand coing confit, orange confite, note épice presque safran, pointe miel, fond cire d'abeille. La bouche est ronde, ample, belle matière soyeuse, belle densité, pas d'une grande finesse mais au beau toucher, sur le coing confit, note d'orange confite, puis épice safran cardamone, fond cire d'abeille, sucre présent mais bien intégré après aération ça prend un peu masse quand même. La finale est ronde, gourmande, qui garde de l'équilibre, mais devient un peu brut malgré la fraicheur, belle persistance sur le coing rôti, orange confite, note épice, fond cire d'abeille. TB-Excellent 91 (16+) car le lendemain le vin classique et bon manque d'un peu de finesse et délicatesse à mon gout !

Derniers repas le lendemain : Foie gras, Filet de bœuf sauce madère, écrasée pomme de terre aromatisé truffe, Tiramisu. Une seule bouteille de rouge, fin du Sauternes pour entrée et dessert.

Margaux, château Durfort Vivens 1978 : Un nez classique de Bdx a maturité, évolutif, de fruit des bois, de cassis, note de tabac blond, puis de graphite, pointe encre, fond de sous bois, de champignon et de vieux cuir classe. La bouche est ample, charpentée aux tanins soyeux fondus, gardant de la densité, un cote acidulé, tonique sur les fruit des bois, mûres, cassis, note graphite, encre, fond sous bois, et vieux cuir classe. La finale est fraiche, fondue, sur le cassis, la mûre, note sous bois, encre, graphite, fond cuir et fumé tabac blond. Excellent classique, une certaine complexité, encore du fruit, les Bdx comme on les aime... 92 (17)

Amicalement, Matthieu

samedi 19 décembre 2015

Nombreux CR avant d'attaquer les dégustations de fêtes

Bonjour à tous,

Avant d'attaquer les dégustations des fêtes qui j'espère finiront cette année en beauté, voici une longue série de CR de vins dégustés ces dernières semaines...

Chambolle Musigny, Les Veroilles Bart 2013 : Un nez séduisant, fin, de cerise, de noyau, pointe épice, fond sureau amande. La bouche est charnue, large attaque, tanins soyeux, fins, délicats, sur la cerise, le noyau, note ronce puis réglisse, fond amande sureau. La finale est fraiche, tonique, c'est fin et élégant, délicat, sur la cerise et son noyau, note réglisse légère et fond amande. Un vin de fruit, tendre et frais, bien dans l'image que je me fais de ce millésime TB-Ex 89-91 (15,5).

Chassagne Montrachet Morey Coffinet 2013 : Un nez séduisant jeune, fruit jaune, note floral, aubépine, puis beurrée, pointe noix macadamia caramélisé, fond d'amande et de craie. La bouche est large à l'attaque, belle matière enrobant une tension qui tient l'ensemble, dynamique, fruit jaune, note aubépine, floral, pointe beurrée fond amande grillé. La finale est fraiche, bien enrobée, sur le fruit jaune et blanc, note aubépine, fond amande grillé. Un joli classique TB 88-90 (15,5)

Nuits Saint Georges, Grandes Vignes Rion 2005 : Un nez à point de framboise, groseille, note fraiche de ronce, pointe sureau, fond épice réglisse et fumé. La bouche est corpulente, aux tanins soyeux, certes pas très dense mais précis, sur la groseille, la framboise, note ronce rafle, pointe sureau fond réglisse fumé. La finale est fraiche, tonique, énergique, persistance intéressante de groseille, framboise, note sureau fond réglisse et fumé. Un classique qui se boit tout seul, plaisant, friand. TB 88 (15).

Gewurztraminer, Ginglinger Pfersigberg 2008 : Un nez complexe, expressif sans être lourd, de fruit exotique multiple, litchi, fruit de la passion, note agrume légère, fond ambré fumé salin. La bouche est ronde à l'attaque, ample mais bien soutenue, c'est classe, droit, expressif, sur les fruits exotiques, une pointe amertume (qui signe une maturité juste), fond ambré, fumé, salin. La finale est ronde tonique, petite verdeur de la matière entre amer-vif, qui lui va très bien et que j'aime bien, et une jolie persistance bien aromatique, fruit exotique, sur un fond salin, ambré/tourbé. Excellent 92 (17)

Pomerol, Chateau Rouget 2007 : Un nez gourmand, classe, de fruit rouge, fraise, puis noir, note de vanille un coté lacté chupa chups, sexy gourmand, fond fumé tabac classe. La bouche est corpulente, large, bien soutenue par la fraicheur, tanins ronds pas très denses, mais c'est sapide sur le fruit rouge mûr, note légèrement lactée de myrtille, pointe de vanille, fond fumé toasté classe. La finale est fraiche, bien enrobée, empreinte qui accroche un poil mais belle persistance de fruit rouge mûr, note fruit noir, lacté, vanille et fond fumé grillé classe. Un coté classe, un cote canaille sexy gourmand, très bien fait dans un style assumé. TB+ 90+ (16+)

Riesling, Schlossberg Mann 2008 : Un nez séduisant de mirabelle, d'agrume, pamplemousse, note de cire d'abeille, pointe miel, fond pétrole. La bouche attaque soyeuse, ample, puis c'est tendue, voir vif, puissant, sur l'agrume, la mirabelle, note de miel, de cire d'abeille, fond pétrole, sensation de sucre 7-8gr-10gr? qui me surprend. La finale est fraiche, tonique, profil amer, vif, acidulée (du fait du sucre je suppose), belle persistance d'agrume pamplemousse, kumkwat, mirabelle, note cire d'abeille, fond pétrole. A attendre encore que le cote fougueux s'assagissent, et puis du sucre quand même, rien sur le site mais j'aimerai quand même savoir si c'est moi ou si c'est le vin... Excellent 92 (17)

Marsannay, Champs Salomon Bart 2013 : Un nez friand, frais, de cerise, de groseille, note d'épice patchouli, pointe ronce, fond noyau et sureau. La bouche est corpulente, bien équilibré entre fraicheur et largeur, tanins fins, précis, soyeux, sur la groseille, la cerise, note épice pointe ronce, fond noyau et sureau. La finale est ronde, pointe fraicheur bien enrobée, précise, délicate belle persistance de cerise groseille, épice patchouli, réglisse, fond de sureau et noyau cerise. A nouveau un vin frais, à la 2013, sans beaucoup de fond certes, mais avec un indéniable côté friand. TB 90 (16)

Gigondas, Guigal 2005 : Un nez séduisant, gourmand, fruit noir mûr, prune, figue rotie, note épice réglisse, pointe patchouli cerise kirchée, fond cacao légère pointe de cuir. La bouche est charpentée, large, dans une structure droite, de la tension, de la profondeur, tanins ronds un poil sec/rigide pour être au top, mais très sapide, sur le fruit noir mûr, la prune, la figue rôtie, note épice souk, réglisse, puis cerise confite léger kirch fond cacao, pointe animal/cuir un peu canaille. La finale est tonique, fraiche, bien enrobée mais à l'empreinte encore un peu astringente (attendre 3 à 5 ans pour être au top), très belle persistance, gourmande de prune, de cerise confite, de figue rôtie, note épice varié, souk, réglisse et fond caco et léger animal/cuir. Si jusqu'ici je n'avais pas été emballé par ce 2005, cette bouteille me convainc beaucoup plus. TB-Excellent 91 (16+)

Pessac Léognan, Chateau Carbonnieux blanc 2007 : Un nez charmeur, expressif, de pomme verte, note bourgeon de cassis, de buis assez typique sauvignon, pointe de miel fond résine, cire d'abeille. La bouche est bien ronde a l'attaque, joli toucher, puis ça se tend, belle fraicheur tonique, sur la pomme verte, des notes d'élevage vanille en attaque, puis le buis, le bourgeon de cassis, fond résine, cire d'abeille. La finale est fraiche, tendue, belle persistance de pomme verte, de buis, de résine mais fond sur la vanille caramel qui revient moins élégant mais gourmand. TB 90 (16)

Gevrey Chambertin, Rossignol Trapet Les Cherbaudes 2005 : Un nez séduisant, complexe, de fruit rouge mûr, framboises, groseilles, note de ronce, de sureau, d'épice réglisse, fond fumé. La bouche est charpentée, large à l'attaque, tanins soyeux, amples, c'est tonique, belle fraicheur, et très sapide sur la framboise, la groseille mûre, note épice réglisse, sureau pointe ronce fraiche et fond moka fumé classe. La finale est fraiche, dynamique très belle persistance de fruit rouge mûr, note épice réglisse et fond moka fumé. Excellent 93-95 (17)

Volnay, Champans Voillot 2006 : Un nez superbe de cerise, de mûre, note épice, bois précieux, pointe de ronce, fond amande léger grillé et léger moka, whaouh, ça commence a envoyer. La bouche est corpulente, sapide, large à l'attaque, tanins soyeux amples certes 2006 (pas la finesse ou la précision 2005) mais ça reste plein, dense, équilibré, enrobant une belle structure droite, avec une pointe de profondeur, sapide sur la myrtille, la mûre, note épice, réglisse, puis ronce, fond moka, amande fumé trop classe... La finale est tout en équilibre, pleine, empreinte tanique soyeuse avec un coté queue de paon et une persistance superbe de cerise, de myrtille, de mûre, note épice réglisse, de bois précieux, fond moka, cacao léger fumé classe. Magnifique, j'adore.. Excellent 94-95 (17,5+)

Chambolle Musigny Amiot Servelle 2010 : Un nez qui commence à s'ouvrir, pinotant, pure, sur un beau fruit noir et rouge, profil légèrement amer, classe, sur des notes de ronce, de sous-bois, pointe épice fond entre sureau, amande et une pointe ambré typé cèdre surprenante (rare sur un pinot), c'est très élégant. La bouche est corpulente, large, ample, tanins soyeux fins, précis, très 2010 comme je me les représente (structure 2010, moins dense et moins tonique que 2005), sapide, sur le fruit noir et rouge, note noyau, amande puis ronce, fond avec ce coté cèdre, ambre. La finale est bien équilibrée entre fraicheur et rondeur, belle persistance de fruit, de sous bois, d'épice fond noyau amande, cèdre. TB+ 90-91 (16+)

Saint-Julien, chateau Leoville Poyferre 2006 : Un nez assez austère (surprenant pour poyferre) de fruit noir, note encre, graphite, poivrons grillés, fond fumé. La bouche est charpentée, tanins soyeux mais qui accroche encore un peu, sec, avec l'aération le vin s'élargit, sur le fruit noir mûr, note poivron grillé, toujours encre et graphite, fond fumé tabac. La finale est ronde, ample, pointe acidulée, persistante intéressante de fruit noir, d'encre, graphite,  pointe poivron grillée et fond fumé. Encore serré fermé, profil austère ce qui me surprend pour Poyferre. TB-Excellent 90-92 (16-17)

Saint Julien, Chateau Lagrange 2005 : Un nez expressif mais encore sur la jeunesse, fruit noir mûr, note sureau, de graphite, d'encre, pointe cacao, fond boisé grillé moka. La bouche est charpentée, encore jeune, belle densité de tanins soyeux, fins, précis, de la fraicheur, la tonicité des 2005, sapide sur le fruit noir mûr, le sureau, note épice puis encre graphite, fond fumé moka typé amer classe. La finale est ample, tonique, belle empreinte tanique suave, très élégant, et belle persistance de fruit noir, note encre, graphite, pointe amer classe et fond moka, cacao, fumé grillé. Gros potentiel mais a attendre... que l'harmonie se fasse, que la matière se fonde, etc, mais sacré potentiel car l'équilibre et l'élégance sont là. Excellent 92-94+ (17-18)

Cote Rotie Ogier 2005 : Un nez fin, discret, de cassis, note animal pointe violette fond entre fumé et viande fraiche. La bouche est corpulente, bien structurée, tanins ronds, structure acidulée assez gourmande, sur le cassis, note bacon grillé, fumé, le cote animal disgracieux disparaît un peu, fond cacao fumé sureau. La finale est fraiche, tonique, bien enrobée, acidulé, fruit noir, persistance intéressante sur le fumé, le bacon grillé. Pas très complexe mais un acidulé friand. TB 88 (15)

Amicalement, Matthieu

dimanche 6 décembre 2015

Soirée Languedoc au DEP, enfin presque !

Bonjour à tous,

Cette semaine pour la dernière séance du DEP 2015, c'était Languedoc. Mais entre le prévu et le réel... Un vrai Xcel de StartUp face au moment de la présentation semestriel des résultats ;-) ! Dégusté en aveugle (sauf le Chablis), je retranscris mes notes prises en directes même si elles ne sont pas bien brillantes !

Vin 1 : commandé sur la carte du Vieux Chenes (60€ sur table, c'est top), un nez superbe, fin, complexe, de fruit blanc, poire, pomme, note florale classe, pointe résine, cire, fond coquille d'huitre, roche et là je l'écris minéral car le vin le mérite. La bouche est ample, ronde a l'attaque, c'est mûr mais arrive la tension, le terroir parle, structure droite, sur le fruit blanc, note résine, foin, fougère, typique, fond coquille d'huitre, pointe de bois vanillée grillée mais discrète. La finale est ronde, mûre, gourmande, mais bien soutenue par la structure offrant une belle persistance de fruit blanc, de fleur, de résine, sur un fond coquille d'huitre, foin et une pointe boisé caramel discutable. C'est quand même top, Dauvissat ça le fait, et ça se confirme avec les dernières quille bues... Excellent 92 (17) que ce Chablis 1er Cru Forest Dauvissat 2009, ça c'est du Languedoc ;-)

Vin 2 : Un nez oxydé faisant très chenin âgé, partant vers l'olive verte, le curry, la noix avec des notes alcool typées volatiles, la bouche est à l'avenant, expressive certes, mais pas mon truc. bof en ce qui me concerne que ce Daumas Gassac blanc 2008, très différent du 2000, bu il y a 2 ans chez Nico, qui pétrolait et que j'avais pris pour un Riesling, un joli vin...

Vin 3 : un nez surprenant, expressif sur des notes médicinales, mentholées avec des notes ananas, puis végétales, ronce, buis, sur un fond boisé léger caramel. La bouche est ronde mais avec de la structure en arrière plan, matière suave bien dessiné, expressif sur ce côté médicinal, végétal, menthe, herbe aromatique, tilleul, verveine, puis très sauvignon buis, pointe ananas, fond léger boisé. La finale est ronde tenue par la structure, persistance honnête d'herbe aromatique tisane, menthe, verveine, tilleul, sur un fond léger boisé caramel. Bien+ 88 (15) que ce Grain Blanc Chappaz 2008 (Fred le millésime ?)

Vin 4 : Un nez fruit noir, note de poivre, fond cacao pointe caramel, bouche charpentée aux tanins ronds, plutôt équilibré, cassis, note noyau cerise, épice, typé poivre, fond cacao. La finale garde de la fraicheur sur le cassis, la réglisse, les épices poivre, fond cacao. Bien fait mais pas d'émotion, ceci dit pas too much non plus. TB 88 (15) Coteaux Languedoc Montcalmes 2006

Vin 5 : Un nez expressif, puissant mais fin, sur le fruit rouge mûr, note épice multiple un côté patchouli, une pointe volatile alcool, puis des notes garrigue, ronce fraiche sur un fond fumé classe, whaouh ça envoie mais ça reste "équilibré". La bouche est robuste, grosse matière dense mais précise aux tanins soyeux, beau travail, puis de la fraicheur, tension qui équilibre cette matière, sur le fruit rouge mûr, note épice patchouli, réglisse fond cacao et fumé classe. La finale est fraiche et gourmande, belle empreinte tannique, et belle persistance de fruit rouge mûr, d'épice patchouli, note de ronce, de garrigue, de rafle, fond fumé classe. Très beau vin plutôt typé grenache Rhone sud. Excellent 93 (17,5) Coteaux Languedoc Puech Noble Rostaing cuvée spéciale 100% mourvedre 2010. Superbe vin, et décidément Rostaing C'est ma came, merci Benoit !

Vin 6 : Un nez réduit sur le pétard 14 juillet et l'animal qui masque le fruit noir, cassis, avec de des notes alcool. Par contre, la bouche est très belle, charpentée, tanins soyeux, fins, c'est droit, tendue, délicat sur le fruit rouge mûr, note épice, poivre, réglisse, fond cacao et fumé, pas de réduc senti en bouche. La finale est fraiche longue équilibrée, fruit rouge puis noir, note épicé et fond cacao et fumé. A part le nez, c'est dommage, le reste est super. TB 89 (15,5+) que ce Coteaux Languedoc, Grand Pas Domaine du Pas de l'Escalette 2012

Vin 7 : Mon vin et comme je n'avais plus de Languedoc à la maison... Un nez très beau, classe, de cassis mûr, note de violette fraiche et élégante, des épices réglisse, du poivre, pointe bacon grillé et fond boisé bien marqué moka. La bouche est ample, large, tanins soyeux, pas très dense mais soyeuse, cassis mûr, pointe kirchée, note épice réglisse, poivre puis violette, fond moka cacao. La finale est large, fraiche, tonique et belle persistance, classe de cassis, de réglisse, de poivre, fond marqué moka et cacao. Excellent 92 (16,5) que cette Cote Rotie Tardieu Laurent 2004 qui a égaré mes camarades mais qui, pour certains, ont bien vu un problème se demandant s'il n'y avait pas de cabernet dans ce vin qui typait Bordeaux selon eux (ah l'élevage Tardieu Laurent...). Pas si mal les gars :-) !

Vin 8 : Un nez de fruit noir, note pruneaux et kirch, épice sur un fond cacao, très grenache (très, trop mûr). La bouche est charpentée, dans un profil très mûr, tanins un oeu sec, c'est droit pour autant, fruit noir mûr, épice patchouli, pointe orange sanguine qui donne un peu de fraicheur, fond cacao. La finale est ronde, empreinte un poil sec, persistance honnete de fruit noir, pointe kirch et orange sanguine, fond cacao. B-TB 87 (15). Et c'est a nouveau hasard Montcalmes 2006 :-) que j'ai gouté différemment pour une note quasi identique. Effet bouteille, effet série, les 2 je pense...

Vin 9 : Un nez très expressif, puissant, capiteux de fruit noir mûr, des notes alcools, de la volatile, épice variée, poivre, patchouli, fond noyau et cacao. La bouche est robuste, puissante, grosse matière dense, ample, mais restant soyeuse, sur le fruit noir mûr, le pruneaux, notes orange sanguine, épice varié, réglisse, pointe garrigue qui donne un peu de fraicheur, fond qui semble sucré marqué alcool. La finale est marqué alcool, puissante, ample, extravertie, whaouh ça envoie dans le style cavalerie lourde, fruit mur, sucre, épice, orange sanguine, fond cacao/chocolat noir. Too much pour moi, même si ça reste cohérent dans un délire extravertie à la première gorgée, la 2eme est écœurante et après je pense que c'est vite fatiguant sauf sur un plat déjà lourd ! Bien + 88 (15). Faugères, Barral Vallinières 2007

Vin 10 : Un nez équilibré de cassis, note bacon grillé, épice poivre, pointe pruneaux, fond fumé grillé. La bouche est charpentée, ample à l'attaque, puis droite bien enrobée de tanins soyeux, précis et fins, de la gourmandise sur le fruit noir mûr, note épice poivre, fond bacon grillé, cuir classe. La finale est un poil rigide mais bien équilibrée, longue, à la belle persistance de cassis, fruit noir mûr, épice poivre et fond bacon grillé pointe pruneaux. Je trouve que ça fait très syrah, un côté Rhône nord qui m'évoque par exemple Les terrasses Grillées de Moulinier 2001. Excellent 91 (16,5) que ce Coteaux du Languedoc Montpeyroux Domaine de l'Aiguillères 2001

Pour finir un Rivesaltes très classique (j'ai identifie l'appellation) 100 vignes, de belle facture avec ces notes de noix, de figues, de l'acidité qui compense le sucre et une belle finale, de longue persistance.

Une soirée intéressante pour finir l'année en petit comité cette fois !

Amicalement, Matthieu