Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

dimanche 26 avril 2015

De la singularité d'un millésime selon les crus

Bonjour à tous,

Quelques 2006 bus ces derniers temps, millésime dit "prêt à boire". Mais les crus n'en font qu'à leur tête !

Pommard, Domaine Voillot Pézerolles 2006 : Un nez curieusement discret à l'ouverture, là ou ce cru habituellement est souvent toujours ouvert... puis a 24H, fruit noir, pointe kirchée, note rafle ronce, puis sous bois champignon, fond moka. La bouche est corpulente, un peu fluide, souple, sur le fruit noir, note cacao puis champignon sous bois, pointe épice et fond moka. La finale est souple, un peu fuyante, fruit noir, note épice pointe kirch puis champignon, sous bois et fond moka. TB 88 (15,5) mais décevant devant cette aromatique peu expressive et cette structure souple (ça c'est plus attendu pour le millésime).

Chambolle Musigny Amiot Servelle Derriere la Grange 2006 : Un nez encore discret quand même mais élégant, friand, sur la framboise mûre, note de ronce fraiche, puis épice réglisse, fond sureau pointe cacao chocolat. La bouche est charpentée, droite a l'attaque, tanins soyeux mais ensemble encore un peu en retrait, manque un peu de volume, d'amplitude, sur le fruit rouge, framboise, cerise, note ronce, rafle, pointe épice réglisse, fond sureau, cacao avec sa pointe amer. La finale est fraiche, persistance intéressante de framboise mûre, cerise, réglisse, ronce et fond léger cacao. A attendre encore mais ce cru qui d'habitude prend tellement d'années à s'ouvrir est déjà abordable. Excellent 91-93 (16,5-17,5)

Chambolle Musigny Amiot Servelle Bas Doix 2009 : Un Nez à 24h qui gagne en gourmandise sur le fruit noir mûr, note fruit rouge léger confit, des épice typé réglisse, poivre et fond boisé fumé discret. La bouche est corpulente, large, tanins soyeux, pas très dense mais bien gourmand, délicat aussi sur le fruit noir mur, note carroube, puis épice réglisse pointe fraiche typé rafle, ronce, fond léger fumé et un côté évoquant le cèdre. La finale est ronde, ample, belle persistance de fruit noir et rouge, épice, cèdre fond fumé pointe moka. TB 90 (16)

Crozes Hermitage, Guigal 2005 : Un nez évolué, sympathique, quoique peu expressif, de fruit sec, de champignon, note de poivre, puis de cuir léger, fond fruit noir, cacao et leger moka fumé. La bouche est corpulente, large, ample, tanins ronds, pas très dense mais bien structuré, bel équilibre, sur les fruits noirs, cerises, léger kirch, note poivre puis plus évolué cuir et champignon sur un fond léger champignon et moka. La finale est fraiche, tonique, persistance honnête pas d'une grande intensité bien sur, mais élégante de fruit noir macéré, de cerise, note champignon et cuir dominent et fond léger moka. TB 87 (15). 10 ans après cette entrée de gamme tient quand même sérieusement la route !

Pessac Léognan, Chateau Malartic Lagraviere blanc 2007 : Un nez expressif de sauvignon, sur le fruit jaune mûr, typé ananas, note marqué de buis, d'acacia, fond bourgeon de cassis, foin coupé, pointe épice vanille ?. La bouche est ronde à l'attaque, puis tendue, droite, matière charnue au toucher suave, sur l'ananas, l'agrume pointe amer, note buis, acacia, fond bourgeon cassis et foin coupé. La finale est fraiche, bien équilibrée, très typé végétal, buis, acacia, bourgeon de cassis, avec un fond fruit jaune et foin coupé. La structure est très intéressante mais l'aromatique est très, trop typé, manquant de complexité ? Si le boisé vanillé de jeunesse a disparue, la part végétale est très marquée sur cette bouteille. Desservie par le poisson cru ? TB 90 (16) mais bien en dessous des promesses (17-18) des 2 premières dégustées !

Meursault Domaine Buisson Charles VV 2011 : Un nez séduisant, pure précis de poire, fruit blanc, note florale aubépine, chèvrefeuille, fond amande, fruit sec pointe tarte citron meringuée (la profondeur des notes florales). La bouche est ronde, au beau toucher suave construite sur une trame fraiche, sapide sur le fruit blanc, poire marquée délicate, mûre, note aubépine amande, puis chèvrefeuille citron, fond léger sésame classe, et tarte citron. La finale est fraiche équilibrée par la matière suave, pure, sur la poire mûre, le fruit blanc et les notes aubépine, amande puis chèvrefeuille, toujours ce fond un peu plus corsé ou l'aubépine se fait amande grillé, sésame et le chèvrefeuille s'épaissit de tarte citron meringué. Pas d'une immense complexité, certes mais très pure, mûre, précis, gourmand, Merci Patrick. TB 90+ 16+

Amicalement, Matthieu

samedi 18 avril 2015

La soirée Meursault que je ne commenterai pas et autres crus

Bonjour à tous,

Positionné en pleine période de pollen cette soirée Meursault fut un "supplice". Rien, aucune détection nasale... Je n'ai même pas pris de notes.


Selon mes petits camarades, sont sortis du lot : Meursault Poruzot Dessus de Jobard 2000, Les Charmes 2008 de Germain et le Genévrières 2007 de Mikulski.

Heureusement, les semaines précédentes, j'ai pou profiter pleinement de quelques jolies bouteilles.

Sancerre, Vincent Pinard Flores 2013 : Un nez pur, frais, de citron mûr, fruit blanc, pointe ananas léger, note florale chèvrefeuille, acacia, fond léger buis, végétal noble, et tellurique roche. La bouche présente une matière suave ronde, enrobant une belle tension qui donne la profondeur, un équilibre d'école, de la gourmandise sur le fruit blanc, agrume mûr, citron, pointe ananas, puis note florale délicate, typé acacia, fond léger buis et végétal noble. La finale est fraiche tonique, bien enrobée et belle persistance de citron, d'agrume mûr, puis buis acacia sur fond de roche. C'est vraiment super, gourmand, classe et élégant, comme dit sylvia ça se boit tout seul, d'ailleurs la bouteille ne fait pas long feu à nous 2 sur la salade Caesar. TB+ 90+ (16-16,5)

Riesling, Zind Humbrecht Clos Windsbuhl 2007 : Un nez discret, un peu simple, agrume, pointe terpénique fond cire d'abeille. La bouche gazeuse est tendue, matière en retrait, sur l'agrume pointe miel, ça goutte sec sur agrume, cire d'abeille. La finale est tendue, toujours un peu en retrait, manque d'amplitude, agrume, pointe miel fond cire d'abeille, pointe terpénique. A attendre, on ne sait jamais et on espère que le vin va se révéler dans 5 à 10 ans... Actuellement B 87 (15).

Haut Medoc, Chateau La Lagune 2004 : Un nez de cassis mur puis fruit rouge léger acidulé, fraise, note poivron rouge grillé, épice, fond boisé fumé léger vanille. La bouche est charpentée, profonde, bâtie sur la fraicheur mais bien enrobée de tanins soyeux précis, sur le fruit noir, puis rouge, cote acidulé, note poivron rouge grillé et fond fumé pointe épice vanille. La finale est fraiche, belle persistance de fruit noir et rouge, note épice vanille puis fraiche poivron grillé et fond fumé. TB 90 (16). Un Bordeaux classique, bien fait.

Cote du Rhone, Roche Buissières Gaia 2005 : Un nez marqué à l'ouverture puis plus légèrement (3H) d'une reduc œuf qui passe au 2nd plan à l'agitation, sur la myrtille mûre, le fruit noir, note gourmande quasi chocolat assez intense, pointe épice réglisse, fond cacao. La bouche est corpulente, large, tanins soyeux, belle densité et finesse, de la fraicheur aussi, un équilibre irréprochable, une sapidité sur l'oeuf en debut de bouche (Grrrr) puis myrtille mûr assez intense, note fraiche garrigue, puis gourmande chocolat, pas vraiment d'arome de fond. La finale est fraiche, tanins un poil sec et rigide, mais belle persistance de myrtille, chocolat et pointe épice. C'est franc, net, très fruit, bien gourmand mais ça manque de complexité aromatique, de profondeur à mon gout et cette satanée réduc d'oeuf n'aide pas. Je voulais voir comment ce type de vin évoluait avec l'age. Au final, cela reste un très bon vin de copain quoi mais pas un grand vin. TB 89 (15,5). Autant les boire à 5 ans.

Amicalement, Matthieu

dimanche 12 avril 2015

Pendant les fêtes de Pâques

Bonjour,

Quelques bouteilles bues ces 2 dernières semaines :

Sancerre, Alphonse Mellot Moussieres 2009 : Un nez d'ananas, de coing rôti, note fugace de buis, pointe bourgeon cassis fond presque mentholé. La bouche est ronde, matière suave, mûre, de la structure mais bien rond pour un sancerre, sur l'ananas, puis le citron, note coing, fond de buis frais. La finale est ronde, un peu molle persistance honnête ananas, coing, buis. Bien 87 (14,5). Bien fait et mûre mais ce n'est plus mon style de sancerre préféré. C'est pourtant par cette cuvée que je m'y suis intéressé. Mais je la trouve meilleur jeune, en tout cas à boire frais sur ce 2009.

Haut Médoc, Château d'Agassac 2005 : Un nez frais, élégant de cassis, de mûre, note fraiche légère de bourgeon de cassis, puis quelques épices, pointe encre, fond fumé et tabac. La bouche corpulente est tonique, plein d'énergie, tanins soyeux, super équilibre, sur le fruit noir et rouge mûr, note épice puis bourgeon de cassis très léger qui donne un coté frais comme le poivron rouge grillé, fond fumé tabac. La finale est fraiche tout en équilibre en tonicité et belle persistance de cassis, de fruit rouge aussi, note épice poivron rouge grillé et léger fond tabac fumé. TB-Excellent 91 (16+). Tout ce qu'on attend d'un très bon Haut Medoc, super à table.

Meursault Joseph Voillot Les Cras 2010 : Un nez fin, pure de poire, note florale typé aubépine, puis chèvrefeuille, fond de craie, amande. La bouche est ronde, pointe de gras, belle fraicheur qui donne la structure droite, c'est précis, pure, sur la poire, le fruit blanc puis fruit sec, note florale aubépine, chevrefeuille, pointe boisée grillée voir caramel et fond de craie, de citron. La finale est riche, superbement enrobée et belle persistance de poire, fruit blanc, note chevrefeuille presque citron, boisé grillé avec un léger caramel et fond de craie. Excellent 92 (17). A attendre

Chinon, Domaine Alliet VV 2005 : Un nez de fruit rouge, framboise, grenade, note bourgeon de cassis, poivron, pointe épice, fond cuir/animal. La bouche est charpentée, droite, profonde, de la fraicheur bien enrobé de tanins ronds, sur le fruit rouge, framboise, groseille, note poivron et bourgeon de cassis, fond animal/cuir. La finale est fraiche tonique bien équilibrée et belle persistance de fruit rouge, framboise, groseille, note poivron bourgeon cassis, fond cuir/animal. TB, classique dans sa forme 88 (15) mais pas mon style de vin.

Amicalement, Matthieu

lundi 6 avril 2015

Bons diners, belles bouteilles et influence durant une dégustation

Bonjour à tous,

Quelques jolies étiquettes ouvertes pour les diners annonçant la Pâques !

Chassagne Montrachet Morey Coffinet 2011 : Un nez expressif, typique de fruit blanc mûr, note  de beurre frais, d'amande fraiche, d'aubépine, fond fumé et grillé. La bouche est large, matière suave, de la tenue, fraicheur, très sapide sur le fruit blanc mûr, note marqué amande fraiche, presque amer, fond de beurre frais puis grillé fumé. La finale est tonique, fraiche, bien enrobée par la matière, belle persistance d'amande fraiche, et fond beurre puis grillé fumé TB 90 (16)

Saint-Esptephe Chateau Lafont Rochet 2005 : Un nez troublant... ou de l'influence en dégustation. Au départ séduisant, cassis mûr, note poivrons rouge grillé, pointe lactée fraise, puis graphite, encre et fond boisé fumé classe. Sylvia me dit : il est bizarre ce vin, avec ces notes animales ??? . Je replonge dans le verre et là, merci Sylvia, effectivement le côté graphite devient animale, fourrure, croute de fromage pas très élégant, je ne sens plus que ça pendant 10 mn. Je laisse la bouteille. J'y reviens 30 mn plus tard (après le repas), et là je vois bien que tout est question d'interprétation car ce cote lait caillée, fromage associé au graphite, encre, peuvent s'interpréter comme animal, fourrure. Le fond reste fumé. La bouche est robuste, tanins soyeux, on est loin du St estephe rustique même s'il y a une belle densité de matière, car la fraicheur équilibre, c'est tonique, sur le fruit noir puis ce cote fruit rouge et lacté, note graphite, encre puis poivron rouge grillé, fond fumé. La finale est fraiche et précise, mais surtout très grande persistance de fruit noir mûr, note de poivrons rouge grillé, fond fumé classe. TB-Ex 90-91 (16-16,5)

Bonnes Marres Domaine Bart 2008 : Un nez séduisant de groseille, de framboise mûre, note de ronce, sous bois, puis réglisse, pointe menthol et fond moka classe bien intégré. La bouche est corpulente, droite, tendue, bien enrobée de tanins soyeux, par super concentré, sur la groseille, un coté acidulé gourmand, note de ronce de sous bois humide, puis épice, typé réglisse, fond moka classe. La finale est puissante, fraiche, belle persistance de groseille acidulée, de ronce, pointe épice, réglisse évoluant poivre sur un fond moka gourmand Excellent 93 (17). Moins concentré, fin et délicat que le Chambertin Clos de Beze dont je garde un grand souvenir !

Cote Rotie Cuilleron Terres Sombres 2005 : Un nez harmonieux, séduisant et fin sur la gelée de cassis, fruit noir, note de poivre sichuan, d'épice, une fraicheur florale presque mentholée, fond léger moka. La bouche est charpentée, large, superbe équilibre entre tanins soyeux fins et précis et une fraicheur bien enrobée, pas très concentré ou dense mais bien tonique, sur la gelée de cassis, le poivre, puis un coté frais végétal floral, ronce, des notes bacon grillées légères, pointe balsamique et fond moka. La finale est fraiche, tonique, à l'empreinte tanique caressante (pas la rigidité des 2005) et une belle persistance de cassis, de poivre note fraiche ronce, rafle, fond moka léger cuir. Excellent 93 (17+)

Amicalement, Matthieu

samedi 4 avril 2015

Avant Pâques, quelques bouteilles

Bonjour à tous,

Avant ce WE de Pâques, quelques bouteilles dégustées ces dernières semaines

Riesling Sommerberg Jeunes Vignes Boxler 2008 : Un nez fin, aigue, d'agrume citron, note florale puis de cire d'abeille, fond léger terpénique. La bouche est tendue, droite, profonde, vive, matière ronde charnue mais pas assez enrobante sur l'agrume, citron, note cire d'abeille et fond terpénique. La finale est fraiche, vive, un peu agressive, persistance honnête sur le citron, la cire d'abeille, pointe miel qui adoucit quand même un peu. B+ 87 (15)

Morgon, Domaine Piron Cote du Py 2009 : Un nez expressif, séduisant, de fruit rouge et noir, myrtille, une pointe animale/fourrure, légère, agréable puis note végétal fraiche élégante de bourgeon de cassis, quelques épices souk pour le mûr chatoyant, un peu orange sanguine, et fond de noyau. La bouche est charpentée, des tanins précis, soyeux, large a l'attaque puis de la profondeur, du fond donnant une impression de fraicheur, sur la myrtille, note fraiche bourgeon de cassis, élégante, des épices entre réglisse et souk, orange sanguine fond noyau presque cacao avec sa pointe amer. La finale tient sur la structure, de belle densité, profonde qui garde de la tonicité, belle persistance de fruit noir mûr, toujours ce coté frais végétal de bourgeon de cassis, cette pointe épice et orange sanguine, fond noyau et léger fumé. Très bien fait, et a très bien évolué en 3 ans, ça promet pour la suite même si c'est déjà Excellent 91 (16,5)


Vin Pays, Domaine Trevallon 2005 : 10 ans, le temps de regouté à cette cuvée. Un nez séduisant, un peu capiteux, de fruit rouge confit, note d'encre, puis tabac blond classe, pointe fraiche ronce ou rafle, fond d'épice, orange sanguine et cuir classe. La bouche est robuste, concentré, aux tanins soyeux, amples mais dans une structure droite, profonde, belle sapidité de fruit noir et rouge mûr, d'orange sanguine, note encre, graphite puis tabac blond fumé, fond épice cacao et cuir. La finale est fraiche, tonique, de la puissance mais de la finesse, belle empreinte tanique, longue persistance de fruit noir et rouge mûr, note orange sanguine puis épice, pointe encre, fond tabac blond fumé et cuir. Super, j'adore, Superbe 93-94,(17-18), aujourd'hui 17,5 pour celle-ci.

Vouvray, Chidaine Les Argiles 2011 : Un nez expressif, élégant, de pomme, de fruit jaune, de coing, note florale chèvrefeuille, pointe presque sésame très classe, fond de roche craie, silex. La bouche est tendue, matière ronde, suave, c'est tonique, tout en caressant le palais sans être gras, sur la pomme, le coing, note florale chèvrefeuille, agrume, fond de roche, de tourbe (sésame) et un cote presque terpénique. La finale est fraiche, bien équilibrée, persistance intéressante de pomme, d'agrume, note chèvrefeuille agrume, citron, fond roche et terpénique. TB+ 90+ (16+), comme d'hab, j'adore cette cuvée !

Macon Pierreclos, Guffens Chavigne 2008 : Un nez gourmand, limite écœurant, fruit jaune mûr, note amande grillé marqué, tarte citron meringuée pointe florale chevrefeuille, fond beurre frais, brioche grillé, fumé. La bouche est ronde à l'attaque puis tendue, belle matière enrobante avec son gras, sur le fruit jaune, note brioche grillé, puis chèvrefeuille, limite citron, fond beurre frais, grillé et fumé. La finale est fraiche tonique, pointe amer et persistance intéressante de fruit jaune mûr, note amer, amande grillé, fond de beurre, brioche grillé. Un peu too muche cette fois mais cela reste très bon. TB 89 (15,5)

Amicalement, Matthieu