Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

dimanche 29 mars 2015

Entre 2 diners dégustations

Bonjour à tous,

Et entre tous ces diners dégustations, on ne se laisse jamais aller les WE !

Côte Rôtie Rostaing Ampodium 2012 : Un nez expressif, pure de fruit noir et rouge, notes de violette marquées, d'épice, de fraicheur rafle, fond léger fumé. La bouche est charnue, large, tanins soyeux précis, fins, sur la cerise burlat, le cassis, note florale violette, puis frais de rafle, fond léger fumé. La finale est fraiche, belle empreinte tanique, tonique, sur la cerise, le cassis, note violette, épice poivre, fond très léger fumé. Pure, nature, précis, beau vin. TB-Excellent 91 (16,5)

Australie, Clare Valley, Kilikanoon Killerman's run Shiraz Grenache 2006 : Un nez fruit rouge compoté, note léger pneu, pruneaux puis épice, fond léger vanillé. La bouche est large, ample, tanins velours, c'est souple, léger creux en attaque, puis de la douceur sur le fruit rouge mûr, note léger pneu, caramel, épice, fond balsamique. La finale présente une pointe de fraicheur bienvenue, sur le fruit rouge acidulé, note poivre puis balsamique pointe vanille légère. Pas caricatural, c'est pas très complexe mais agréable. B+ 87 (15)

Saint-Joseph, Guigal Lieux-dit 2012 : Un nez séduisant très expressif, limite capiteux de cassis très mûr, note fraiche presque menthol, pointe bacon grillé balsamique, fond marqué moka pointe menthe marquée mais classe et gourmand. La bouche est ample, large, tanins superbes, denses, soyeux, caressants, belle structure équilibrée, sur le cassis compoté, note fraiche florale entre violette et pivoine, mais aussi balsamique, équilibrante, fond marqué moka classe et gourmand. La finale est fraiche, ronde, ample, belle empreinte tanique, et longue persistance de fruit, cassis compoté, note fraiche fleur, menthol, pointe bacon grillé, balsamique et fond moka. TB-Excellent 91 (16,5)

Riesling, Melanie Pfister Engelberg 2010 : Un nez déjà complexe, élégant, fin, d'agrume mûr, de fruit jaune, de mirabelle, note florale, cire d'abeille, pointe aubépine, amande et fond terpénique pétrole. La bouche est large, aérienne, belle matière délicate, fine, ça goutte sec, fin, précis et cristallin, sur l'agrume citron, la mirabelle, la quetsche, note florale puis presque amande, de la cire d'abeille et fond terpénique léger pétrole, très beau. La finale est ronde, ample, pointe gourmandise avec une fraicheur bien enrobée, tout en légèreté puis belle persistance de fruit jaune mûr, de citron, d'amande, note cire d'abeille et fond terpénique léger pétrole. Excellent 94 (17,5)

Toscana, Tenuta San Guido Guidalberto 2005 : Un nez gourmand, sexy, de fruit rouge mûr, compoté, presque confit, note sirop de grenadine, lacté chupa chups puis épice vanille, fond fumé moka vanille. La bouche est charnue, ample, large, tanins soyeux, très gourmand sur le fruit rouge presque confit, on est limite sur la perception sucré, note lacté chupa chups fraise, puis épice vanille, mais aussi une pointe encre qui donne la profondeur et de la classe et un fond fumé qui redonne de l'élégance. La finale est souple mais reste équilibrée, c'est tonique pas très dense mais belle persistance de fruit rouge compoté, note lacté, épice vanille, pointe encre et fond fumé moka. TB 90 (16)

Amicalement, Matthieu

samedi 28 mars 2015

Aux AmisVins, on est des gourmands !

Bonjour à tous,

La preuve, pour notre dernier diner au Vieux Chêne, nous aurions pu choisir un thème que nous n'avons jamais fait comme Bordeaux Rive Gauche 93 ou 95... Ben non, nous, on a fait pour la deuxième fois Bordeaux Rive Gauche 2003, et encore une fois, le plaisir gourmand et coupable fut au RDV ! C'est promis nous ferons pénitence... En entrée 2 jolis blancs


Crozes Hermitage, Domaine des Entrefaux 2012 : un nez de pomme grany à l'ouverture puis la pureté s'installe et on évolue vers le fruit jaune, notes d'amande, pointe florale aubépine sur un fond qui évolue vers le fenouil l'anis. La bouche est ronde, belle matière assez grasse mais bien soutenu par une structure droite donnant un sentiment de fraicheur sur la pomme, puis la reine claude, la prune, note amande et aubépine, évoluant frangipane, ça fait assez chardonay mais pas de bourgogne. La finale est ronde avec une pointe de fraicheur tonique et une persistance honnête de fruit exotique, pointe florale puis évoluant fenouil anis. TB 88 (15). Au départ sur un Chardonay, j'hésite entre un cépage exotique et une roussane, marsanne. Je reste sur un Chardonay du Languedoc...

Chassagne Montrachet, Morgeots Germain 2005 : Un  nez plus marqué par l'élevage mais qui évolue bien vite vers la poire, le fruit blanc, note classe aubépine, puis amande, pointe mentholée sur un fond beurrée brioche séduisant. La bouche est superbe, ample à l'attaque, elle se tend pour donner un superbe équilibre entre matière suave et fraicheur, après une pointe de réduction grillé typique qui signe le vigneron, on évolue vers une pureté et une précision d'école sur la poire mûre, note d'amande légèrement grillé, puis aubépine, et fond frangipane, c'est fin et délicat, tout en étant dense. La finale est tendue, tonique bien enrobée d'une matière suave, avec une persistance intéressante de poire, note amande grillé, fleur aubépine et fond léger fumé. Excellent 93 (17). Stéphane ayant apporté ce vin, on trouve assez facilement le vigneron et la cuvée, je dis d'abord 2007 puis me rabat sur 2005.

 
 
On attaque les rouges :
 
Vin 1 : Un nez fruit rouge léger confit, note épices puis poivrons rouge grillés, fond plutôt cacao. on est bien en 2003 à Bordeaux. La bouche est ronde, ample, tanins soyeux, belle structure qui tient bien sur la matière, sapide sur le fruit un peu confit bien équilibré par le poivrons rouge grillés, pointe champignon et fond cacao. La finale est structurée, sur le fruit mûr, toujours poivron grillé et le cacao évolue vers le fumé. La structure m'évoque plutôt un Haut Médoc et me rappelle furieusement Sociando. Bien vu :-). Haut Medoc Chateau Sociando Mallet 2003. TB-Excellent 91 (16,5)
 
Vin 2 : Un nez plus évolué de fruit noir, note champignon et sous-bois, fond fumé. La bouche est large, ample, tanins soyeux avec un léger poudrant en fin de bouche, belle densité, de l'élégance avec ce fruit bien mûr, note épicé puis champignon, sous bois, fond fumé moka gourmand. La finale se tient bien, ample, bien soutenu et une longue persistance de fruit noir mûr, d'épice, de champignon et fond moka et fumé. C'est très bon. je suis sur Saint Julien. Perdu c'est Pessac Léognan, Chateau Haut Bailly 2003. Excellent 93 (17), et bien meilleure que la précédente dégustée.
 
Vin 3 : Un nez très typé de fruit rouge acidulé, typé bonbon, note lacté, un coté chupa chups et grenadine sur un fond caramel évoluant balsamique. La bouche est large souple sur le fruit rouge confit, acidulé note caramel et fond balsamique moka, c'est trop gourmand car sensation sucré qui s'impose. La finale est souple, ample, sur une sensation  de lait fraise, de chupachups, fond caramel moka bien intégré mais c'est too much pour moi. Une petite déception sur ce vin que je goutte pour la première fois. Il parait que ce n'est pas comme ça d'habitude. Bien 86 (15) Pessac Léognan, Domaine de Chevalier 2003.
 
Vin 4 : On change de registre, on revient sur un très beau Médoc avec ce nez fruit noir mûr, note poivron rouge grillé, puis tabac blond, graphite sur un fond fumé. La bouche est superbe, robuste, dense mais délicate aux tanins précis, soyeux, c'est puissant, sur le fruit rouge et noir mûr, les épices, c'est gourmand et classe avec ces notes tabac blond, graphite et ce fond fumé. La finale est puissante mais bien ciselée, belle persistance de fruit noir mûr, de tabac, d'épice et fond fumé. Superbe, j'adore. Je suis à Pauillac et c'est le cas. Pauillac, Chateau Pontet Canet 2003. Excellent 94+ (17,5-18)
 
 
 
Vin 5 : Un nez fruit noir, note florale très élégante, pointe poivron rouge grillé, fond fumé. La bouche est surprenante, profonde, droite, tanins soyeux bien enveloppants, c'est fin, délicat, sur le fruit rouge mûr, note florale entre pivoine et violette, pointe encre qui donne la profondeur, fond graphite et fumé. La finale est très élégante, tout en finesse mais avec de la densité, presque fraiche et une jolie persistance de fruit mûr, de fleur, fond encre et fumé. Pas très typé 2003. Sachant que c'est Serge qui a apporté cette bouteille, bien que je trouve que ça ne ressemble pas à ce cru, j'opte pour Margaux, Chateau Giscours 2003. C'est bien ça mais ça compte pas :-). Excellent 92 (17)
 
Vin 6 : Un nez fruit noir mûr, note épice puis encre, graphite sur un fond fumé mais l'ensemble est sur la réserve. La bouche est massive, dense, matière énorme, concentré, presque sévère, avec beaucoup de précision mais pas encore prêt du tout, sur le fruit noir, le tabac, le poivron grillé, l'encre. La finale est puissante, j'ai écrit un monstre, belle persistance de fruit noir, d'épice, de poivron grillé, de tabac. Gros potentiel mais à attendre que l'ensemble soit civilisé. Excellent 92-94 (17-17,5). J'hésite entre Saint-Estepehe et Pauillac pour ce Saint Estephe, Chateau Calon Segur 2003.
 
Vin 7 : Un nez fruit noir, note encre, pointe épice et fond animale/cuir. La bouche est robuste, encore beaucoup de matière dense, plutôt soyeuse sur le fruit rouge mûr, c'est gourmand, puissant mais un peu rigide, note épice et fond de cuir pointe animale. La finale est puissante, presque trop, sur le fruit rouge mûr, note évoluant vers le champignon, pointe d'encre et fond de cuir. Un Saint-Estèphe plus évolué, mais lequel ? Excellent 91-93 (17), et bien c'est le même :-) Saint-Estèphe, Chateau Calon Segur 2003
 
Vin 8 : Un nez très classe, de fruit noir mûr, note boite à cigare, épice, fond tabac blond, fumé. La bouche est à nouveau robuste, c'est puissant mais fin, tanins soyeux, denses, précis, whaouh, sur le fruit noir et rouge mûr, note épice puis boite à cigare, pointe encre qui donne de la profondeur, fond tabac, fumé très classe, très distingué. La finale est précise, dense et très longue persistance de fruit noir et rouge mûr, de tabac, de boite à cigare, puis poivron rouge grillé et fond  fumé. Très beau vin, Excellent-Exceptionnel 96 (18,5). Je pense à pauillac dans le haut du panier, Baron, un premier sinon ? Et non, C'est encore Saint-Estephe, Chateau Montrose 2003 ! Quel beau vin, merci Jerome...
 
Une fois de plus, je constate que moi, ces RG 2003, j'aime beaucoup. et quand c'est bien mûr le cabernet, c'est plus que bon :-), quand l'austérité laisse place à la gourmandise, sans perdre l'élégance Bordelaise.
 
Amicalement, Matthieu

dimanche 15 mars 2015

Au ski, après l'effort, le réconfort

Bonjour à tous,

Semaine de vacance à Colmar chez NiCo&Marie avec quelques journées de ski pour les parents et une flopée de flocons, étoiles et pioupious pour les plus petits !

Après tant d'effort le jour, quelques remontants top qualité le soir, même si encore une fois une rhinite m' empeché  !

Nuits Saint-Georges, Chicotot Vaucrains 2000 : Un beau nez complexe évolué de fruit noir et rouge mûr, note épicé, fleurie, pointe de ronce sous-bois rafle, fond moka léger kirch. La bouche est charpentée, savoureuse, tanins soyeux, de la fraicheur sur le cassis, les épices, la ronce, rafle, sous-bois et fond de cuir et moka. La finale est presque fraiche tonique, belle persistance de fruit noir mûr, pointe kirch, note épice, fond cuir et moka. Très joli vin à point. Excellent 93 (17)

Saint-Emilion, Château pavie Macquin 2006 : Un nez cassis mûr, note lacté, pointe crayeuse fond léger torréfié et cacao. La bouche est robuste, ample, généreuse, tanins soyeux, denses, beaucoup d'intensité mais léger poudrant en finale, sur le cassis mûr, note épice, puis fruit rouge, fond moka encore marqué. La finale est fraiche, tonique, empreinte tanique léger poudrant, mais belle persistance de fruit mûr, note lacté puis épice, fond moka. Excellent 93 (17)


Côte du Jura, Domaine Ganevat Chamois du Paradis 2012 : un nez de chardonay avec une réduction grillé qui masque un peu tout à l'ouverture puis du fruit blanc note amande pointe animale pas très élégante, fond grillé. la bouche est ronde, c'est tendue, matière un peu en retrait sur le fruit jaune, note grillé et cette pointe animale, un ensemble qui manque de "pureté" a mon gout. La finale est fraiche persistance courte sur le fruit jaune, note grillé "réduit" et pointe animale. Une surprise et une déception à la découverte de la bouteille. Bien 86 (14)

Volnay, Buisson Charles Santenots 2005 : Un nez expressif de cerise burlat mûr, presque juteuse, puissant, note épice, pointe ronce, fond léger fumé. La bouche est charpentée, puissante, tanins denses mais fins, c'es droit, profond, tonique, sur la cerise noire mûre, pointe acidulée, note épice puis craie, fond léger fumé. La finale est fraiche, tonique, droite puis puissante avec une longue persistance de fruit noir et rouge mûr, note épice poivre, pointe ronce, fond léger fumé. y'en a encore beaucoup sous le capot !

Quelques très jolies bouteilles mais sans prise de notes : Riesling Pfersigberg Ginglinger 2012, Volnay Voillot Champans 2011...

Enfin, beau diner avec Maurice Barthelmé du domaine Albert Mann.
Cote Rotie, Chateau d'Ampuis 2005 : Un nez de cassis mûr, note orange sanguine, cerise pointe kirchée, fumé boisé, fond moka. La bouche est charpentée, large, tanins soyeux, dense, de l'énergie fraicheur, légere rigidité en fond de bouche, sur le cassis, pointe acidulée, sur le cassis mûr, note poivre et fond boisé moka fumé classe. La finale est fraiche, léger poudrant au niveau de l'empreinte, persistance honnête sur l'orange sanguine, les épices poivre et le fond moka classe.

Margaux, Chateau Cantenac Brown 1983 : Un nez évolué, classique de cuir, encre de chine, note sous-bois, champignon, fond fumé tabac blond. La bouche est charpentée aux tanins fondus, soyeux, large, ample, un coté souple, sur le cassis, note sous-bois champignon pointe encre, fond tabac blond fumé cuir. La finale est souple, ronde, sur le fruit macéré, champignon, sous-bois, cuir et fond tabac blond et fumé. A boire, un peu souple mais très bon... Excellent 92 (17)

Et de très beaux vins apportés par Dany et Stéphane Wasser


Un très beau Chablis Clos de Fevre 2006, très classe élégant, plein et mûr. Une Goutte d'Or de Bouchard 2005 surprenante car une interprétation de terroir très différente des classiques que je connais (Buisson Charles, Mikulski...) Ici c'est très tendue, droit, profond, pas de gras... J'étais sur un sancerre 2010... Le Vosne Beaumont de Clavelier 2002 est superbe aussi, concentré, tanins soyeux caressants à la Vosne avec des notes fleuries pivoine, de groseille mûr et des notes d'évolutions sous-bois, champignon. Excellent 94.


Ensuite série de beaux Châteauneuf du pape, dont ce Pegau 98, magnifique de finesse, de pureté, de complexite Excellent+ 95 (18) et cette très jolie cuvée du papet du Clos Mont Olivet 2009 qui garde beaucoup d'équilibre.


Enfin, sous forme d'hommage, ce Riesling VT cuvée Théo Faller Domaine Weinbach 1988, superbe d'équilibre, d'intensité, de complexité. Exceptionnel 96 (18,5)

Amicalement, Matthieu

samedi 7 mars 2015

Des roses pour la Saint Valentin, et de bien belles bouteilles

Bonjour à tous,

Cette année pour le traditionnel diner de la Saint-valentin, je suis sorti du traditionnel Chambolle Amoureuse ou du Saint-Amour de belle origine. Non, j'avais envie de rose, ça tombait bien, j'en avais en cave !

Coteaux du Languedoc, Domaine Peyre Rose Clos des Cistes 2002 : Très beau nez sur la viande rôti, pointe de cuir, de bacon grillé, note de cassis, de garrigue typé thym, de réglisse, fond fumé. La bouche est robuste, large, ample mais gardant de la finesse et de la précision, tanins denses soyeux finissant avec une petite pointe d'astringence encore, sur le cassis compoté, le pruneaux, pointe kirchée acceptable, note garrigue, réglisse et son baton, fond de cuir, de viande rôti, de bacon grillé, très classe. La finale est ample, large, puissante, mais gardant toujours de l'élégance, une pointe alcool quand même (sentie au réchauffement),  belle persistance de pruneaux, cassis compoté mais sans sensation trop sucré puis viande rôti, cuir, réglisse, et fond fumé. Excellent (94) 17,5. C'est quand même très bon, meilleur que syrah Leone qui m'avait moins convaincu mais bu plus jeune. Ce Clos des Cistes est plus élégant, moins puissant, très Cote Rôtie dans l'esprit mais sans le poivre (comparaison facile car la bouteille fut finie le lendemain en parallèle d'une cotre brune de Barge)

Côte Rôtie, Gilles Barge Côte Brune 2007 : Un nez marqué animal, viande fraiche, à l'ouverture, puis cassis, note de poivre sichuan, délicat et élégant, pointe violette, fond bacon, animal. La bouche est robuste, puissante, large, attaque aux tanins soyeux, denses, bien soutenus par la fraicheur, belle présence et bien équilibré, sur le cassis, le poivre, la réglisse et fond bacon grillé et animal. La finale est fraiche, puissante, pointe gourmandise cassis mûr, belle persistance de poivre, violette, fond fumé tabac, très classe, très beau vin. Excellent 94 (17,5)

Pomerol, Château Beauregard 2006 : Un nez très gourmand de fruit rouge, fraise mûr, note lacté chupa chups, grenadine, fond boisé fumé, grillé. La bouche est corpulente, large, tanins soyeux, structure droite, c''est équilibré, sapide, pas très ample mais très gourmand sur le fruit rouge mûr, fraise, chupa chups, fond boisé grillé fumé tabac blond. La finale qui garde le fraicheur, est gourmande et équilibrée, fraise yaourt ou chupa chups (crème chantilly aussi dû à la pointe de vanille), fond fumé grillé tabac blond. TB 90 (16).  C'est gourmand, typé "international" en ce qui me concerne mais pas très complexe.

Châteauneuf du Pape, Domaine Janasse Chaupin 1999 : Un nez séduisant, fin, de prune, note pruneaux, puis figue, pointe de cuir noble, fond léger garrigue frais puis cacao. La bouche est charpentée, large a l'attaque, puis de la fraicheur, et de la droiture qui donne de la profondeur, tanins ronds, denses, légère rigidité/sécheresse en fin de bouche, sur la prune et le pruneaux, note garrigue, fond cacao. La finale se présente avec un fond de fraicheur équilibrant, tonique, large, ample, belle persistance de fruit noir, pruneaux, note de cuir noble fond cacao. C'est très joli, meilleur que celle bue en 2007, l'évolution a apporté complexité et sagesse. Excellent 93 (17,5).

Vosne-Romanée, Domaine Rion 2010 : Un nez séduisant, classique du domaine, sur la groseille, note de ronce, bourgeon de cassis, pointe fleurie, fond boisé fumé classe. La bouche est corpulente, bien soutenue par une structure fraiche, tanins soyeux caressants à la vosne, pas super dense bien sûr, mais très équilibré sur la groseille, la ronce, le sureau, fond boisé fumé classe. La finale est fraiche, belle empreinte tanique, pointe amer et intéressante persistance de groseille, sureau, noyau, note ronce et bourgeon de cassis, fond fumé classe. Très bien fait, j'aime beaucoup ce style. TB+ 90+ (16-16,5).

Saint-Aubin, Domaine Langoureau En Remilly 2011 : Un nez hyper gourmand de fruit jaune mûr, pêche jaune, note florale typée aubépine, puis amande grillé, macadamia caramélisé, fond léger beurré brioche grillé. La bouche est ronde, ample, belle matière avec une pointe de gras mais bien équilibrée par la fraicheur, c'est gourmand, sapide sur le fruit jaune mûr, pointe acidulée, note aubépine, amande douce, fond léger beurrée puis macadamia caramélisé mais toujours en finesse. La finale est ronde, sexy, aguicheuse, très sapide sur le fruit jaune mûr, puis fraicheur citronnée, acidulée et belle persistance sur le fruit jaune, l'aubépine, l'amande douce, la macadamia caramélisé, fond léger beurrée brioche grillé. C'est vraiment très bon, hyper gourmand, un vin d'hédoniste. TB-Excellent 91 (16,5)

Amicalement, Matthieu