Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

samedi 24 janvier 2015

On envoie du lourd pour le premier diner de l'année, Chambertin

Bonjour à tous,

Pour ce premier diner de l'année, sur une suggestion de Fred, le thème était simple : Grand Cru de Chambertin. Vous ne serez que peu surpris d'apprendre que la soirée fut superbe !

Une mise en bouche apéritive parfaite avec deux Bourgogne chardonnays de belle facture sur 2013. Celui de Thibault Morey Coffinet a promené tout le monde en France, car le vin est juste, rond et frais, harmonieux et très gourmand. Très bel équilibre et richesse pour ce simple générique. TB 89 (15,5). Celui du Domaine Lejeune, tout aussi réussi, est un peu moins équilibrée, et moins précis, la tension se fait plus forte, le gras plus imposant, c'est très bon mais je préfère celui de Thibault ! TB 87 (15). La ronde des Chambertins qui d'ailleurs seront tous finis en fin de soirée ce qui est assez rare mais ça se buvait tout seul...


Vin 1 : Un nez séduisant de fruit noir, note de carroube, grillé et moka sur un fond fumé. La bouche est charpentée, de la tension à l'attaque, c'est assez droit, pas une grosse densité, tanins soyeux bien travaillés, sur le fruit noir, note moka plus marqué, fond fumé. Le finale est fraiche, note végétale trahissant une maturité un poil juste et pas d'une grande longueur mais avec un boisé assez classe. Excellent 92 (16,5) pour ce Latricieres Trapet 2004. Enfin un vin de Trapet que je trouve bon...

Vin 2 : Un nez expressif, très gourmand, de fruit rouge mûr, puis noir, note épice, réglisse, un fond moka, et fumé classe, whaouh, ça s'annonce très bien. La bouche est charpentée, large, ample, tanins soyeux enrobant d'une caresse le palais, très sapide sur le fruit noir et rouge mûr, les épices, note épice réglisse et un fond de cuir classe, de moka, de fumé. La finale est gourmande, ample, j'ai noté sexy, et offre une très belle persistance de fruit mûr, d'épice réglisse sur un fond cuir, fumé. Superbe vin, et au nez j'ai identifié RT car c'est aussi la bouteille de Mathieu, et effectivement quel vin que ce Latricières Rossignol Trapet 2003 Excellent 95 (18)

Vin 3 : Un nez de fruit dominé par une note réduc animal qui, dieu merci, va s'estomper au long du repas pour laisser place à joli fruit, des notes ronces, sous-bois, champignon, une pointe florale très élégante sur un fond fumé, c'est assez classe. La bouche est corpulente, assez droite, jolis tanins, dans une structure fraiche, c'est fin, précis et assez délicat, surtout après la disparition de cette note animale qui laisse place à un fruit un peu mat, certes mais le sous-bois, le cèpe et le fond joliment fumé donne à l'ensemble beaucoup d'élégance. La finale est fraiche, et de belle persistance. Joli vin qui va s'améliorer tout au long du diner que ce Clos de Beze Bouchard 2001, Excellent 93 (17), pas aidé par son millésime.

Vin 4 : Un nez plus évolué, typique du beau côte de Nuit, de fruit noir mûr, note champignons, sous-bois, pointe épice sur un fond fumé. La bouche est charpentée, attaque large ample, puis de la fraicheur, tanins bien soyeux, gourmand sur le fruit noir mûr, notes champignons sous-bois et fond fumé et moka. La finale est fraiche, belle persistance fruit noir mûr, de champignons, fond moka. Très joli vin, cohérent de bout en bout qui fait très 2002. Excellent 94 (17,5) que ce Charmes Serafin 2002.

Vin 5 : Un nez très semblable de fruit noir, note épice cette fois en plus du sous-bois, champignon et fond fumé, plus frais. La bouche est charpentée, droite, tendue, plus profond moins gourmand, tanins soyeux, plus délicat sur le cassis, note épice réglisse, puis champignon et fond fumé. La finale est fraiche plus en puissance, tendue, belle persistance de fruit noir, champignon, réglisse et fond fumé. Excellent aussi dans un style moins gourmand, plus sauvage que ce Mazis Harmand Geoffroy 2002. Excellent 94 (17,5), au fil du diner, la gourmandise du Sérafin l'emportera sur la profondeur du Mazis.



Vin 6 : Un nez expressif, plein, superbe, mûr de cassis, note fumé presque mentholé, puis épice réglisse, clou de girofle, fond moka puis cuir. La bouche est charpentée, ample, dense mais délicate, tanins superbes soyeux, fins et précis, sur le fruit rouge mûr, puis noir, note épice réglisse, clou de girofle et fond moka pointe de cuir classe. La finale est explosive, gourmande mais délicate, gardant de la fraicheur, et très belle persistance de fruit mûr, d'épice réglisse, de girofle, fond moka, fumé. Magnifique, Exceptionnel 96 (18,5) grand vin, on pense à un Clos de Beze de Groffier, mais non c'est à nouveau Latricieres Rossignol Trapet 2003. Personne n'a reconnu ! Mais tout le monde a adoré comme le précédent.

Vin 7 : Un nez avec une note de viande faisandée qui va disparaître pour laisser place, au fruit noir, c'est plein, dense, note épice réglisse, et fond fumé. La bouche est robuste, ample à l'attaque puis droite, tanins denses soyeux, plus austère que le précédent, plus puissant, sur le fruit noir, note de gibier, de cuir, puis d'épice réglisse et fond fumé. La finale est ronde avant de persisanter tout en fraicheur et tonicité sur le fruit noir, toujours ce côté gibier et cuir et fond fumé. Moins explosif que le précédent, plus austère et profond mais toujours excellent 94 (17,5) et cette fois c'est Latricières Rossignol Trapet 1999.

Vin 8 :  Un nez de fruit rouge mûr, note épice évoluant vers patchouli, souk, pointe champignon et un fond fumé. La bouche est robuste à nouveau, tanins soyeux à l'attaque mais plus rigide, c'est dense, assez compact, dans un ensemble puissant, sur le fruit noir mûr, presque confit note épice varié souk, champignon et fond fumé marqué et café. La finale est puissante, mais l'empreinte tanique sèche un peu, bien équilibré entre fraicheur et puissance, pointe austère dans une jolie persistance de fruit noir, épice et fond fumé. Excellent 93 (17) que ce Charmes Dugat Py 1998.

Voilà une superbe soirée bien sûr, qui a tenu ses promesses et comme dirait Fred, "Rossignol Trapet c'est dément" ;-) ! Propos auquel j'adhère 100% et j'ajouterai, quelle réussite sur 2003 après le Chambertin 2003 (19), meilleur vin bu l'année dernière, ce Latricières confirme la magie des frères sur ce millésime que décidément a donné de bien grandes bouteilles !

Amicalement Matthieu

dimanche 18 janvier 2015

Enfin, sinusite fini, j'ai retrouvé la finesse du gout !

Bonjour à tous,

Quel enfer ! 3 semaines de nez qui coule, de sinus bouchés et d'absence de gout. Cela m'a permis de réaliser lors de la phase de retour à la "normal" combien la finesse de détection des aromes peut offrir de la diversité, d'une part, et d'autre part combien les structures en bouche sont parlantes. Lorsque j'étais dans un état médian, que je commençais a ré-identifier des aromes donc des vins, mais sans détecter la complexité, je me suis rappelé de cette discussion avec un amateur de vin me "reprochant" mes CR ou j'annonçais des multitudes d'aromes. Et bien, je ne sais pas si j'ai des capacités particulières mais j'ai été dans un état ou il m'était impossible de détecter plus de 1 à 2 aromes dominants, et rien d'autre, et c'était très frustrant ! Les vins du retour à la réalité gustative :

Espagne Toro, Bodegas Mauro Maurodos Prima 2005 : Un nez gourmand très marqué de fruit noir cassis mûr, confit certes mais gardant de la fraicheur, note de cèdre, fond boisé épice vanille puis menthol. La bouche est corpulente, large, beaux tanins soyeux, puissant, de l'alcool mais pas outrancier, beaucoup de gourmandise, du fruit noir confit, cassis, une pointe de fraicheur cèdre, menthol, un boisé épicé bien intégré. La finale est large puissante, un poil chaude mais avec de la finesse, empreinte tanique fine et précise et note de cèdre, fond boisé épicé bien intégré, menthol. Très bien fait, pas d'une grande complexité mais très bon, TB 89 (15,5)

Volnay Santenots Rebourgeon Mure 2006 : Un nez de cerise, note de ronce, de sous-bois, végétal noble et fond fumé pointe moka. La bouche est corpulente, droite, longue, de la profondeur, classique d'un Santenots, tanins soyeux précis, sur la cerise, pointe acidulé groseille, note de ronce, fond fumé épice moka. La finale est fraiche, droite, tonique, belle persistance de cerise, groseille, note ronce, et épice fond léger fumé moka. Excellent 91 (16,5)

Riesling, Domaine Weinbach Schlossberg 2007 : Un nez discret mais élégant d'agrume mûr, note terpénique, pétrole, cire et fond de roche. La bouche est ronde àl'attaque puis belle tension, très équilibré et sapide sur l'agrume, note terpénique, pétrole et cire classe, fond presque tourbé roche, terre, sous bois. La finale est tendue, puissante, belle persistance d'agrume, pamplemousse, note de cire classe puis pétrole. Excellent 92 (16,5+)

Saint-Emilion, Château Grand Corbin 2000 : Un nez discret mais séduisant, élégant, de fruit noir, cassis, note d'encre profond, pointe lactée, fond léger tabac, épice boite à cigare. La bouche est droite, corpulente, de la profondeur, tanins ronds un peu rigides, c'est droit (!), pas 2000 dans la structure, sur le cassis mûr, note d'encre, pointe animal/cuir, fond  épice boite à cigare. La finale est fraiche (2000 ?!) tonique, belle persistance, fruit noir, cassis, note profonde encre, fond épice typé boite a cigare. Surprenant pour un  2000, TB 90 (16).

Gevrey Chambertin La Bossières Harmand Geoffroy 1999 : Un nez évolué, séduisant, complexe de cassis, de groseille, d'épice, note de sous-bois, de champignon, fond de cuir classe, et léger fumé. La bouche est corpulente, droite, de la fraicheur bien enrobée de tanins ronds, c'est profond, belle densité, de l'énergie voir de la puissance, sur le cassis, puis le fruit rouge, groseille, pointe acidulée, note sous-bois, champignon, fond de cuir classe et léger fumé. La finale est fraiche, tonique, équilibrée, belle persistance de fruit rouge acidulé, groseille, note sous-bois, et fond de cuir, et fumé. Très joli 1er cru (monopole) au bout de la combe Saint-Jacques, je suppose que c'est un terroir froid et venté. Excellent 93 (17-17,5).

Amicalement, Matthieu


dimanche 4 janvier 2015

Reveillon grandes eaux nasales et bilan de l'année

Bonjour à tous,

Après un nouvel an superbe mais avec une sinusite carabinée qui m'a privé de goût, m'empêchant d'apprécier à leur juste valeur les vins dégustés dont au moins 3 auraient sans doute pu figurer dans ma petite madeleine des meilleurs vins bus en 2014 (Chevalier Montrachet Bouchard 2001, BAMA 78, Clos Vougeot Musigni Gros F&S 2002) :


Dans l'ordre des plaisirs, voici tous les vins notés au moins (95) 18 :
Chambertin Rossignol Trapet 2003
Volnay Champans Voillot 1969
Meursault Goutte d'Or Buisson Charles 1978
Meursault Goutte d'Or Buisson Charles 1990
Chambolle Amoureuses Groffier 2003
Puligny Folatières Girardin 2005
Riesling Pfersigberg Hertacker Ginglinger 2012
Chambertin Clos de Beze Bart 2008
Chassagne Cailleret Marc Colin 2005
Meursault Goutte d'Or Buisson Charles 2005
Chassagne Cailleret Ramonet 2001
Châteauneuf Beaucastel 2001
Nuits Saint Georges Les Boudots Jean Grivot 1989
Pommard Grands Epenots Rebourgeon Mure 2009
Côte Rôtie Cote Blonde Rostaing 2004
Côte Rôtie La Turque 2005
Riesling Eichberg Ginglinger 2001
Châteauneuf Rayas 1999
Puligny Pucelles Morey Coffinet 2008
Pauillac Grand Puy Lacoste 1996
Riesling Schlossberg Mann 2012
Echezeaux DRC 2007

Et seulement un Bordeaux, par contre, belle année Bourgogne...

Amicalement, Matthieu