Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

samedi 28 novembre 2015

Reprise d'une vie de dégustation "normale"...

Bonjour à tous,

Quelques vins dégustés après la coupe du monde, et entre le voyage en Bourgogne et la Paulée. Et ça tombe bien, a tout seigneur, tout honneur, ça commence par un vin Buisson Charles (encore merci à la famille...)

Meursault, Buisson Charles Les Cras 2008 : Un nez pure de poire, fruit blanc, note floral aubépine, fond amande. La bouche est ronde dès l'attaque, matière suave, de la tension certes mais a peine perceptible pour un 2008, sur le fruit blanc, note florale, puis amande, aubépine, fond amande noisette et la pointe crayeuse. La finale est ronde, pas d'acidité marquée mais une persistance honnête de fruit blanc, d'amande, aubépine, sur le classique fond de craie. TB 88 (15). Mais paradoxalement, j'ai trouvé le VV meilleur, plus complexe, plus épanouie, plus tendu/profond.

Décidément, l'ordre des photos (involontaire), semble me ramener à cette Paulée avec cette 2eme bouteille :

Meursault Charmes Mikulski 2008 : Un nez fin, de fruit jaune et blanc, note floral, aubépine, fond amande grillé, beurrée, sésame. La bouche attaque large puis de la tension, matière suave, ample, sur le fruit blanc, poire, note amande, aubépine, pointe crayeuse, fond beurrée léger grillé. La finale est fraiche, belle profondeur, persistance honnête de fruit blanc, note aubépine, amande grillé, fond beurrée sésame. TB+ 91 (16,5). Un classique Meursault, riche mais tendu, frais et rond... de la bel ouvrage.

Beaune, Teurons Rossignol Trapet 2008 : Un nez frais, de groseille, note végétal noble, ronce, rafle, pointe lactée légère, fond sureau réglisse léger fumé. La bouche est corpulente, large, ample, tanins soyeux, sur une structure fraiche, vive mais bien enrobée, sur la groseille, note léger lacté fraise, note ronce rafle fond réglisse, sureau, léger fumé. La finale est fraiche, vive, tonique, persistance intéressante de groseille, fruit rouge, note ronce rafle fond réglisse sureau et ce léger fumé, amande grillé. TB 88 (15)

Marsannay, Bart Champs Salomon 2009 : Un nez plein, gourmand de fruit noir mûr, note épice réglissé, pointe ronce, fond fumé et pointe cacao. La bouche est ample, charpentée, belle densité, tanin soyeux, précis, bien enrobants, mûrs, mais cela reste tonique car structurée, sur la myrtille mûr, le fruit noir, note réglisse, fond fumé et cacao. La finale est charpentée, belle empreinte soyeuse et belle persistance de fruit noir mûr, myrtille, cassis, note épice réglisse et fond fumé et cacao. Excellent 91+ (16,5+), c'est simple, c'est tout ce que j'aime sur le pinot bourguignon.

Meursault BoucheCheres BC 2006 : Un nez expressif de poire, avec le cote liqueur william, note fleurie, typé aubépine, puis un coté orgeat, fond d'amande pointe crayeuse mais ça fait évolué. La bouche est large, ample, pas très concentré mais à la matière soyeuse, c'est souple sur la poire, et toujours ce coté liqueur, note chèvrefeuille, puis plus crayeux, fond d'amande, d'aubépine, et un coté noix de cajou. La finale est ronde, aérienne, sur la structure, séduisante car profil mûr, mais bien évolué, belle persistance de poire, et de sa liqueur, note amande, aubépine, et un fond qui évolue vers le sésame grillé. Bon, ça reste un très joli vin mais surprenant, très évolué et loin d'un classique Bouche Cheres de chez BC. TB+ 16,5 (91)

Vouvray, Huet Le Mont sec 2005 : Un nez évolué, superbe, complexe, de pomme granny, note mousseron, champignon, fougère, pointe de miel à la fleur d'oranger, fond encaustique cire d'abeille, pointe pétrole et craie. La bouche est ample à l'attaque puis structure droite, tendue, fraiche, tonique matière suave bien enrobante, sur la pomme granny, pointe citron, note de fougère, de champignon, et arrive le miel fleur d'oranger sur un fond de cire d'abeille puis roche presque coquille d'huitre. La finale est fraiche mais belle empreinte de pomme granny, aux notes de miel fleur d'oranger, fond encaustique entre cire d'abeille, et pétrole puis le cote coquille d'huitre. Grand vin, Excellent 94 (17,5) Ce vin vieillit avec grâce, montrant combien le chenin lorsqu'il ne s'oxyde pas avec le temps devient, élégant complexe, racé... Il me reste encore 2 bouteilles que je garde précieusement pour retrouver la magie d'un 89 bu il y a quelques années... car le potentiel est là !

Saint Estephe, Chateau Lafont Rochet 2005 : Un nez séduisant de cassis, note menthol, évoluant cerise noire macéré, puis réséda, pointe fraiche sous bois, fond grillé fumé et cacao. La bouche est charpentée, assez finement dessinée, droit, long, tanins ronds encore un peu astringent, de la fraicheur, tension, qui donne la profondeur, sur le cassis, la myrtille, note épice et fruit macéré, réséda, réglisse, pointe encre, graphite, fond cacao et grillé fumé tabac. La finale est fraiche, tonique et persistance intéressante de cassis, myrtille, note réséda, réglisse, pointe encre graphite fond tabac, fumé, grillé. Excellent 91-92 (16,5-17).

Coteaux Languedoc, Montcalmes 2008 : Un nez séduisant après la pointe œuf animal qui se dissipe très vite, sur le fruit noir et rouge mûr, note épice typé poivre, fond boisé moka fumé grillé. La bouche est corpulente, droite, belle fraicheur bien enrobée de beaux tanins soyeux, c'est tonique, équilibrée et sapide sur le fruit noir, la mure, note épice poivre, réglisse, fond boisé marqué mais séduisant moka, grillé fumé. La finale est fraiche tonique, dans l'équilibre, séduisante sur le fruit noir et rouge, les épices entre poivre et réglisse, fond moka bien intégré. pour le coup, très bien, digeste, pas d'excès, style bien travaillé. TB-Excellent 91 (16,5). Et finalement, j'aime bien Montcalmes jeune ou "vieux" dans les petits millésimes.

Amicalement, Matthieu