Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

samedi 31 octobre 2015

Quelques vins qui m'ont réconcilié avec le french flair

Bonjour à tous,

Heureusement que j'avais prévu quelques jolis bouteilles pour accompagner les matchs des Français, la pilule a été plus facile à faire passer pour l'amoureux de rugby que je suis...

Madiran, Chateau Montus 2005 : Un nez très séduisant de cassis mûr, quasi compoté, note encens, de poivre épice, un peu de graphite, fond cacao, chocolat pointe fumé. La bouche  est robuste mais précise, tanins soyeux, denses, puis de la fraicheur, de la profondeur, sur le cassis mûre, le fruit noir compoté, note encens, graphite, d'épice poivre, fond cacao et chocolat. La finale  est fraiche, tonique, déliée oscillant entre puissance et profondeur avec une très belle persistance de fruit noir, d'encens, de graphite, fond cacao. Excellent 91 (16,5). Rien de rustique dans ce vin, une belle composition, comme d'habitude, mais qui devrait questionner les puristes du style.

Volnay, Voillot Cailleret 2005 : Un nez séduisant mais discret, fin, de framboise, note sureau, de mûres, pointe réglisse, fond amande grillé et fumé. La bouche est corpulente, structurée, grosse attaque un peu carré, puissante tanins ronds mais un peu ferme et encore serrée, puis de la fraicheur sur la framboise, la groseille, note de sureau, puis réglisse épice et fond amande grillée. La finale est dense, puissante, fraiche, tonique et belle persistance de fruit rouge mûr, framboise ,groseille, note sureau puis épice réglisse et fond amande grillé. TB-Excellent 91 (16,5) Un cailleret puissant pas encore totalement épanoui et dans un style assez brut.

Hermitage, Guigal 2005 : Un nez assez monobloc, cassis, puis très vite pruneaux, note kirchée pointe bacon grillé fond moka balsamique. La bouche est charpentée aux tanins soyeux a l'attaque mais séchant en finale, c'est puissant, alcoolleux sur le pruneau, note vague de bacon et fond moka, balsamique, c'est assez brouillon. La finale est fraiche, à l'empreinte accrocheuse, puissante mais sur l'alcool, et de persistance honnête mais brut, peu complexe, sur le pruneau, la cerise kirchée, et le fond moka café balsamique. Grosse déception. J'espère que c'est la bouteille et pas le vin qui est cuit :-) Bon ça reste honnête mais pour un Guigal 2005...! Bien 87 (15). La précédente, bue en mai, était bien meilleure !

Chablis, Gautheron Mont Millieux 2007 : Un nez expressif de citron, note de fougère, de foin, pointe sous-bois/humus, fond coquille d'huitre, craie. La bouche est ronde à l'attaque, ample, belle matière qui enrobe une jolie tension, c'est profond, droit, tendue, sur le citron, le chèvrefeuille, note foin, fougère, humus, fond de craie, coquille d'huitre, pointe amande. La finale est fraiche, tonique, persistance honnête de citron, note humus, foin, puis amande et fond crayeux, coquille d'huitre. TB 90 (16) Un joli Chablis classique.

Meursault, Buisson Charles Tessons 2006 : Un nez expressif friand, pure, de fruit blanc et jaune mûr, note noisette fraiche, puis d'aubépine, fond pure d'amande douce, pointe sésame, pas une once de boisé. La bouche attaque longue, profonde, matière suave, bien mûr, enrobant cette profondeur, c'est droit, et très sapide sur le fruit blanc, note noisette, d'aubépine, puis plus citronnée, chèvrefeuille fond d'amande douce pointe sésame. La finale est ronde, bien soutenue par la structure et belle persistance de fruit blanc, note noisette, aubépine, chèvrefeuille, fond d'amande et ce coté sésame classe. La grande classe, pure précis. ça c'est mon style de Meursault, et 2006 va très bien à ces Tessons, ça lui donne une rondeur qui adoucit sa classique droiture et sa profondeur habituel. Les puristes des Tessons doivent moins aimé... Bravo Pat, Bravo Kate, un village de ce niveau... Excellent 92 (16,5+) et bu il y a peu Les Bouche Chères, cru que j'adore, en 2006 est moins réussi ! Pour le coup le millésime lui va moins bien, le rendant très, trop souple...

Chambolle Musigny, Amiot Servelle 2006 : Un  nez séduisant, friand de fruit rouge mûr, framboise, groseille, note de sureau, d'épice pointe fraiche ronce. La bouche est corpulente, large, fondu et délicate, tanins soyeux, sur la framboise, note légère lacté, épice réglisse, pointe ronce fraiche, fond amande grillé pointe vaille. La finale est large, bien dynamisée par une petite fraicheur plus structurel qu'acide, sur la framboise, note épice et ronce et fond amande grillé. Un joli Chambolle, a maturité après les 5 ans du classicisme Amiot servellesque nécessaire, comme Christian sait les faire TB 90 (16)

Hermitage, Domaine Colombier 1999 : Un nez discret de cassis, note léger kirchées, puis épice, réglisse poivre zan, pointe animale, fond fumé cuir. La bouche est charpentée, droite, tenduen profonde, tanins ronds, profil invitant à la méditation, un brin austère sur le cassis, note d'encre de graphite, pointe bacon grillé, fond cuir épice réglisse. La finale est fraiche, tonique, persistance intéressante de cassis mûr, d'encre, note réglisse et fond de cuir. Excellent 92 (17) et cette 10 eme bouteille est conforme à ses consœurs, ni plus (malheureusement), ni moins, (tant mieux).

Amicalement, Matthieu