Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

dimanche 23 novembre 2014

Vins de mes origines avec les copains

Bonjour à tous,

Soirée consacrée aux vins espagnols avec les copains au Vieux Chêne. Pas pris beaucoup de note sur les noms des vins ce qui complique passablement le CR ! Des blancs en entrée, puis série de Rioja quasi exclusif. 2 pirates, un commandé sur place la cuvée Marie du domaine Uroulat, un Saint Pierre 2003 rapidement identifié.


Le premier blanc m'a beaucoup plus : Rieda, Telmo Rodriguez - El Transistor 2009, 100% verdejo. Un nez de fruit blanc marqué de belles note d'levage fumé, bouche tendue à la matière suave, profond, joli matière et belle structure sur le fruit blanc et de belles notes fumées, finale tendue persistance honnête de fruit blanc mûr, note de vanille et fond fumé élégant. Un style assez "international" mais très bien fait, fin et digeste TB 89 (15,5). Le deuxième n'est pas du tout ma came comme les Châteauneufs blancs... des notes de fruit entre confit et blettes au nez, une pointe oxydative, bouche ronde, grasse, ample sur la pomme confite, finale ronde avec un fond de structure tendue certes mais c'est trop pour moi. La cuvée Marie du Clos Uroulat 2011 est toujours aussi bonne sur le fruit sec, puis blanc, des notes mirabelle, pointe miel et fond quasi menthol. La bouche est tendue, sèche mais accompagnée d'une joli matière suave qui équilibre un ensemble de fruit sec, puis fruit blanc, mirabelle et fond anisé et mentholé. TB 90 (16)

Les rouges, on commence par du modern style avec ce Rioja, Domine de Berzal 2011 je crois. Un nez de fraise écrasée aux notes envahissantes de vanille de caramel, bouche charnue tanins ronds, structure droite, ça se tient, mais l'aromatique est à la limite de mon écœurement sur la fraise, la vanille, la finale est fraiche ce qui apporte quand même une certaine buvabilité mais l'aromatique est trop marquée. AB 84 (14). Le Rioja, El Coto Crienza 2010 est un joli vin, aux nez plus élégant sur le fruit noir, note épice, pointe de cuir et fond fumé, la bouche est large ample, les tanins soyeux, c'est puissant certes mais cela garde de l'élégance et de la précision sur le fruit noir, le tabac, le cuir, la finale offre urne jolie persistance de fruit rouge et noir, note épice puis tabac et fond fumé. TB 90 (16)



Le vin 3 est à nouveau un Rioja je crois vinifié par l'éqipe Pingus et je crois qu'il s'appelle psy. C'est épicé sur fond cacao, la bouche est confite puissante, crémeuse et ça finit sur le caramel. Bof pour moi.

Le suivant est très vite identifié rive gauche sur 2003, il s'agit du Saint-Julien, Château Saint Pierre 2003, au nez gourmand de fruit noir mûr, belles notes profondes de poivrons rouges grillés, pointe d'encre et fond tabac et fumé. Bouche charpentée, tanins un poil rustiques mais de la profondeur et de la gourmandise dans une finale un peu fuyante assez caractéristique de 2003 mais bien gourmande fruit mûr, épice, poivron grillé et fond fumé. TB 90 (16)

Sur le vin suivant, on revient vers le Tempranillo de la Rioja, avec ce Viñedos de Páganos El Puntido 2005 : un nez de fruit rouge confit, note épice, très gourmand. La bouche est ample et ronde, très mûr, fruit confit, épice, la finale est un peu chaude sur des notes kirchées/alcool mais c'est bien gourmand. Assez démonstartif, le vin est à la limite du trop mais garde suffisamment d'élégance. TB+ 90-92 (16-16,5) et surement mieux s'il s'assagit encore un peu.


Le suivant présente un nez beaucoup plus Bordelais avec le cassis, le tabac, une pointe d'encre, tout en gardant ces notes d'épice et d'orange confite, le tout sur un fond classiquement fumé et une pointe menthol rafraichissante. La bouche est plus sombre que les précédents, structure profonde, tanins soyeux, amples à l'attaque mais finissent un peu assechant dans une finale proposant de la fraicheur, dans une jolie persistance de fruit noir, d'épice, mais surtout tabac blond, fumé et fond mentholé. TB-Excellent 91 (16,5) Rioja, Marques de Riscal Reserva 2001.

On retrouve le fruit rouge et noir mûr, mais surtout des notes épices, d'orange sanguine, avec une pointe kirchée mais cette fois sur un fond champignon plus évolué. La bouche est charpentée, ronde, les tanins soyeux sur le fruit rouge mûr, les notes tabac et une finale fraiche avec une persistance honnête de fruit rouge  léger confit et ce fond tabac comme le précédent. Pas très complexe, un peu kirché ce Rioja, Vina Tondonia reserva 2001 est un joli vin dans un style moins élevé que le précédent mais à qui il manque un petit quelque chose pour être grand TB 89 (15,5)

Le suivant présente un profil qui confirme notre traversée de la Rioja, ce Castillo La Bastida Reserva 2001 avec ce nez de fruit rouge, aux notes orange sanguine, et fond tabac, un profil qui commence à se systématiser. La bouche est charpentée sur le fruit rouge confit, tanins soyeux larges mais encore astringents, avec une vivacité marquée sur la groseille, note tabac et fond cacao. la finale est plus fraiche, presque trop sur la groseille, note orange sanguine, épice et fond tabac, fumé. TB 88 (15)

Enfin, cette dernière quille que j'ai apporté, présente un profil qui devient classique, au nez de fruit rouge léger confit, aux notes épice, orange sanguine, une pointe animale/cuir et un fond tabac fumé. La bouche est charpentée les tanins soyeux, sur le fruit rouge, léger confit, les épices, l'orange sanguine, pointe cuir animale et fond tabac et fumé pointe menthol. La finale est fraiche bien tonique et belle persistance de fruit confit, léger kirch, note évoluant vers le champignon, toujours cette pointe cuir/animale et ce fond tabac fumé. C'est élégant, fondue et ça garde de la gourmandise. Excellent 92 (17) que ce Rioja, Roda I Reserva 1995.

Une jolie soirée découverte, essentiellement des vins de la Rioja. De jolis vins qui au vieillissement sont loin d'être des vins lourds et too much, car il s'assagissent avec le temps, gardant la gourmandise mais s'affinant gentiment pour proposer des complexités intéressantes.
C'est décidé, la prochaine fois, on va en Italie !

Amicalement, Matthieu