Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

samedi 25 octobre 2014

Les goûts et les couleurs, ça se discute

Bonjour à tous,

Ces dernières semaines, j'ai dégusté quelques vins de vignerons à grande réputation qui ne m'ont pas emballé. Le style ou ma perception de leur méthode de vinif, font que je ne suis pas béat devant leur production même s'il m'arrive d'apprécier certains de leurs vins. Par exemple :

Sancerre, Domaine Vacheron 2013 : Un nez assez variétal de citron, note de buis, d'acacia sur un fond de roche mouillé. La bouche est tendue, vive, matière fluide, profil amer sur le citron puis le buis, l'acacia sur un fond de roche. La finale est fraiche, vive presqu'agressive, profil amer marqué avec une persistance courte de citron, acacia, buis. AB-B 14,5. Pas assez mûr et plein pour moi, un style qui me plait moins sur Sancerre. Comparé à l'entrée de gamme de Vincent Pinard dégusté il y a 15 jours, il n'y a pas photo de mon côté. Pour ne pas rester sur cette impression, j'ai ouvert quelques jours plus tard, un milieu de gamme 2012, millésime considéré bien meilleur.

Sancerre, Domaine Vacheron Les Romains 2012 : Un nez de citron, note d'acacia et buis, et fond de foin mouillé, peu expressif mais jeune certes. La bouche est tendue, droite, matière ronde plus présente qui équilibre un peu mieux la tension, mais cela reste vif sur le citron, note acacia, fond foin mouillée et léger buis. La finale est fraiche, tendue, avec une persistance honnête de fruit blanc, citron, note acacia buis, et fond fougère foin. C'est mieux, B+ 87 (15), c'est jeune, certes mais à 22 € la bouteille, je ne suis à nouveau pas convaincu. Bref, pas mon style, pour l'instant, peut-être que dans 10 ans cela sera beaucoup mieux !

Autre série qui là vient confirmer une fois de plus ma perception singulière de certains élevages. Enfin, j'ai récupéré mes quelques bouteilles de Montcalmes. Comme je l'aime jeune, je me suis empressé d'en ouvrir une, mais comme j'avais rapporté une 2007, j'ai pu boire ces 2 millésimes lors d'un même WE.

Coteaux de Languedoc, Domaine Montcalmes 2011 : Un nez marqué d'un élevage sexy, sur le fruit noir puis note marquée vanille, café, pointe alcooleuse, kirchée, fond fumé tabac. La bouche est corpulente, large, beaux tanins soyeux, c'est ample sur le fruit noir mûr, note élevage moins marqué qu'au nez vanille, moka, une pointe garrigue élégante, fond fumé tabac. La finale est fraiche, un peu marquée alcool médicinal, dans un profil amer, belle persistance de noyau, de fruit noir puis le fond vanille épice et fumé. Une fois encore, j'aime bien ce vin jeune, je le trouve joliment aguicheur, belle bouche, bien gourmande et jolie finale équilibrée. TB+ 90+ (16+)

Coteaux du Languedoc, Domaine Montcalmes 2007 : Un nez de fruit rouge et noir mûr puis des notes marquées élevage sur le pneu brulé, le caoutchouc chaud, très peu élégant, pointe caramel chaud, fond frais garrigue. La bouche est charpentée, puissante, tanins soyeux, c'est précis, mais tout de suite ces notes pneus brulés, caoutchouc donne un coté peu élégant, profil amer, fruit rouge mur et note garrigue surnage, par contre même si l'alcool est présent, le touché est soyeux et la structure fine et droite. La finale est chaude, puissante, alcooleuse, une belle persistance mais sur des aromes marqué de ce côté pneu chaud, pinte vanille et fond fruit mûr et garrigue. Vraiment pas mon type d'élevage, ma femme n'y voit que du caramel, moi du caoutchouc brulé, pas mon genre. Bof pour moi, Bien 87 (15) en tentant de rester "objectif" . En relisant mes notes, je vois que je n'ai jamais accroché avec ce 2007, même jeune, ou les notes étaient au mieux caramel mais j'avais écrit en mai 2010, goudron, vernis...
Décidément, j'ai une histoire compliqué avec ce cru, pourtant généralement jeune ,je l'aime bien...

Amicalement, Matthieu