Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

lundi 21 avril 2014

Dégustées ces dernières semaines, des millésimes très différents

Bonjour à tous,


Quelques jolies bouteilles dégustées ces 2 dernières semaines et d'autres un peu plus décevante qui confirme que 2008 en Bourgogne, c'était bien un millésime difficile ou que 2005 à Bordeaux ça peut donner du baroque !

Châteauneuf du Pape, Domaine Roger Sabon, Prestige 99 : Un nez expressif de prune, de cerise, note léger kirchée, épice, fond cacao et viande fraiche. La bouche est corpulente, tanins soyeux, ample, belle densité avec une structure droite, de la puissance mais aussi sapide sur la prune, la cerise pointe eau de vie, note épice, fond cacao et viande fraiche, c'est assez élégant. La finale est fraiche, bien enrobée, belle persistance de prune, cerise, note épice et fond cacao et viande fraiche. Bien fait, puissant un équilibre sudiste soutenue par la fraîcheur. Bien meilleur que les 2 premières dégustées ! Excellent 91 (16,5) Super sur un tartare maison.

Volnay, Joseph Voillot VV 2011 : Un nez discret, friand, de fruit rouge, cerise, note ronce, sureau, fond léger cacao grillé. La bouche est charnue, ample, large, tanins soyeux, structure fraiche, de la puissance et de la densité, sur la cerise, le fruit rouge, note sureau, ronce, fond amande grillé cacao. La finale est fraiche, tonique, puissante avec une persistance honnête de fruit rouge, cerise, ronce, fond léger fumé. Très bon 90 (16). Un vin bien gourmand dont il faut profiter maintenant à mon avis !

Gevrey Chambertin, Rossignol Trapet Etelois 2008 : Un nez discret, pointu, de cerise, de groseille, note de ronce, sur un fond frais sous bois. La bouche est charnue, tendue dès l'attaque, tanins fins mais manquant un peu de chair pour enrober la fraicheur, sur le fruit rouge, la ronce et fond sous-bois. La finale est fraiche, presque vive, sur le fruit rouge, note sureau et fond frais ronce sous bois. C'est encore un peu étriqué, en tout cas surprenant pour un Etelois qui cette fois n'est pas aidé par le millésime qui manque cruellement de maturité. Bien 88 (15)

Cote-Rotie, Rostaing Ampodium 2011 : Un nez séduisant, fin, classique de cassis, de myrtille, note de poivre, pointe viande rôti, fond léger fumé. La bouche est corpulente, large, ample, tanins soyeux, dans une structure équilibrée d'une fraicheur tonique, c'est délicat mais d'une juste concentration, sapide, sur le cassis, fruit noir, pointe amer, note poivre et jus de viande rôti très séduisant, fond léger fumé. La finale est fraiche, dynamique, pointe amertume et belle persistance de cassis, de poivre, jus de viande rôti, et fond léger fumé. c'est fin et délicat, frais avec une juste concentration, j'aime beaucoup ces équilibres, et j'adore Rostaing. Excellent 16,5 et je me demande si 2011 ne serait pas un grand millésime de Côte Rotie...

Gewurztraminer, Albert Mann Steingubler 2004 : Un nez évolué, complexe, classe de fruit jaune mur, capiteux, de fruits exotiques, de miel, note ambrée de roche, fond terpénique, type térébenthine mais aussi tourbe et moka. La bouche est ample, large, grosse matière, grosse structure  sur le fruit jaune mur, note exotique mais peu variétal, note de roche, de poivre, de tourbe, fond terpène, petrole classe. La finale est ample sur la matière un poil gras, persistance honnête de fruit jaune, note exotique, épice typée poivre fond terpène et pétrole. Excellent 93 (17,5). Très beau vin a maturité, peu variétal car évolué même si ma femme au premier coup de nez me dit : "un gewurz, merci chéri, et évolué, comme c'est gentil..." Elle adore le Gewurz.

Saint-Emilion, Clos de l'Oratoire 2005 : Un nez opulent, baroque, de fraise confite, presque tagada, des notes lactées chupas chups, des fruits noirs aussi, mûres, myrtilles, fond marqué d'épice, vanille surtout, et un côté entêtant comme l'encens. La bouche est corpulente, attaque relativement élégante en rapport du nez, tanins soyeux mais impression effacé par la sapidité presque hors norme, de fruit noir et rouge compoté, sensation sucré, note épice, fond vanille envahissant, très marqué, presque écœurant. La finale est ronde, tonique, là enfin, on décèle de la fraicheur et l'énergie des 2005, sur le fruit noir et rouge confit, et ce rouleau compresseur de vanille, avec aussi de moka, certain y verront du caramel... Pas mon style et surpris car j'avais beaucoup aimé 2000, ou 2001... Là c'est too much pour moi, trop nouveau monde, sucré, explosif, écœurant... Ma femme est moins dure que moi car elle est moins sensible à l'aromatique et trouve une belle structure de bouche qui reste delicate en regard de l'aromatique. Pour moi Bien 87 (15)

Amicalement, Matthieu