Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

dimanche 30 mars 2014

Soirée Pommard au Vieux Chene

Bonsoir à tous,

Serge avait été extrêmement précis, le thème, ce serait Pommard Nord vs Sud. Autant vous dire que les cartes furent de sortie avant ce diner pour vérifier d'où venait le cru de Pommard qui devrait être dégusté; Moi j'avais le choix entre un 1er Cru Refene (donc Nord) mais pas très bon, et un Village sans mention (assemblage de 3 parcelles mais non précisées sur le site) mais très bon !
Tant pis pour l'étude technique, Serge m'en voudra pas, mais je préfère boire bon :-) !

Pour commencer, une surprise en blanc de Frederic :

Suisse, Heida de Liere Cuvée Prestige Cave Coopérative 2012 : Un nez de pêche, abricot, note de foin, de fougère, fond de miel et un côté menthol presque, surprenant, sudiste dans l'âme. Une bouche ronde, dense avec pas mal de gras, grosse structure presque tannique, puissant sur des arome fruit jaune, note anis, florale, fond de foin, de fougère, un peu de miel et de menthe. La finale est puissante, de la matière et du gras qui tient la structure, une persistance un peu courte miel, anis, foin, fougère. Joli vin intéressant et original (Heida est un cépage cousin du savagnin). TB 87 (15)

On attaque les Pommards :

 Vin 1 : Un nez de fruit noir et rouge, très marqué dans un style type "beaujolais" au début j'ai pensé macération froid, puis avec les notes bonbons acidulées, un petit côté bio/nature, mais marqué par un fond vanillé, épice très marqué. La bouche est charnue, pas très dense, profil droit, tanins soyeux centré sur le fruit rouge et noir, léger confit et bonbon acidulé, et toujours ce fond envahissant de vanille épice (élevage fût neuf imposant ?). La finale est un peu souple et fluide mais gourmande toujours marquée d'un fruit avec ce fond vanille, épice. Un profil assez 2011. Pas très complexe, assez gourmand mais peu typique. Le vin reste bon, un bon vin de copains au barbek. Pommard Pacalet 2011. B+ 86 (14,5)

Vin 2 : Un nez de fruit rouge et noir mûr, pointe cerise à l'eau de vie, note épice réglisse, fond léger cuir et fumé. La bouche est corpulente, ample, avec de beau tanins soyeux, pas d'une grande densité mais c'est délicat et précis, belle sapidité sur le fruit noir et rouge mûr, note épice, poivre, réglisse, c'est gourmand et classe avec ce petit fond de cuir et léger fumé. La finale est fraiche tonique, un poil fuyante mais très gourmande, fruit noir mûr, ronce, fond léger fumé et cuir. Excellent que ce Pommard Charmots Vaudoisey-Creusefond 2007, 91 (16,5)

Vin 3 : Un nez profond marqué de note d'encre, puis fruit noir, et fumé. La bouche est robuste, dense, wahouh que de matière, intense, grosse structure soutenue par une belle tension mais les tanins sont accrocheurs et un peu massifs, sur la cerise noire, note encre, groseille à maquereau, pointe ronce. La finale est encore sérrée, mais fraiche et quelle énergie, l'empreinte accroche encore et une persistance honnête mais peu complexe. Un profil typique de 2005, en espérant que cela s'assagisse avec le temps car là c'est quand même brut et viril, type austère. TB 87-89 (15-16) pour ce Pommard VV Joseph Voillot 2005

Vin 4 : Un nez fruit rouge, note cerise eau de vie, type kirch, puis sous-bois sur un fond tabac blond classe. La bouche est corpulente tanins soyeux, structure plutôt souple, belle densité, c'est équilibré et élégant sur fruit rouge, note kirch évolué, profil amer (belle extraction) et fond de tabac blond, fumé pointe cuir. La finale un poil sec, et un peu fuyante, fruit rouge, note léger kirch et ce fond tabac blond et fumé. J'hésite car ça m'évoque 2006, mais un village 2009 ayant vite évolué..., 2006 au final. Et ben non,  c'est 2004 ! Incroyable Jérome lui l'a détecté à cause des notes végétales, rien senti perso... Un bon vin que ce Pommard Charmots Charache Bergeret 2004 TB 90 (16), domaine que je ne connais pas

Vin 5 : Un nez expressif de fruit noir mûr, pointe kirchée, marqué de belles notes de sous-bois, champignon, et un fond de cuir classe. La bouche est corpulente avec des tanins soyeux précis, sur le fruit rouge et noir mûr, léger confit très gourmand, note de sous bois, fond tabac et léger cuir classe. La finale tient sur la structure, ronde gourmande elle propose une persistance honnête de fruit léger confit, sous bois, et fond tabac blond et cuir. Beau vin Excellent 91 (16,5) que ce Pommard Croix Blanche de Vaudoisey Creusefond 2003

Vin 6 : Un nez friand de fruit rouge, groseille, framboise, note de ronce, fond tabac et fumé. La bouche est corpulente, tanins soyeux, belle structure fraiche qui propose un ensemble digeste et délicat sur la groseille, la framboise, note sureau puis ronce, épice aussi et fond léger tabac. la finale est fraiche tonique et offre une belle persistance de fruit rouge, épice, ronce et fond fumé tabac. Un autre joli vin au style opposé au précédent montrant les 2 visages que le pinot peut offrir entre millésime chaud et millésime frais mais mûr. Excellent 91 (16,5) pour ce Pommard Huber Verdereau 2002.

Vin 7 : Un nez fumé à l'attaque puis fruit noir, note épice, réglisse, puis sous-bois, champignon, pointe d'encre qui donne de la profondeur et un fond tabac mais aussi moka séduisant. La bouche est corpulente, dense, tanins soyeux bien enrobant une structure fraiche avec de la profondeur, délicate et sapide sur le fruit noir et rouge, les épices, réglisse, note sous-bois, feuille morte puis léger cuir et fond tabac fumé et moka. la finale est fraiche, tendue, puissante mais bien équilibrée par une empreinte tannique soyeuse et belle persistance de fruit noir mûr, note fruit rouge, épice, sous-bois et fond tabac, cuir et moka en retour. Excellent 93 (17) pour ce Pommard Pézerolles Joseph Voillot 2001. Une fois de plus Jean-Pierre règle tout le monde à l'aveugle et sur un millésime délicat...
   
Vin 8 : Un nez évolué, un peu brouillon entre réduction et pneu chaud puis fruit noir, note kirchée, cerise eau de vie, puis sous-bois, fond cuir et fumé. La bouche attaque puissante mais austère, c'est charpentée, dense, avec des tanins un peu rigides et qui finissent accrocheur, sur le fruit noir, le kirch assez marqué, note sous-bois mais aussi encre, un profil cistercien. La finale est fraiche, puissante mais encore sérrée, sur le fruit noir,  le kirch, le sous-bois et un fond cuir et moka de persistance honnête. TB 90 (16) pour ce Pommard Grands Epenots Jadot 1990 dont il faut espérer pour les possesseurs qu'il s'ouvre et s'arrondisse un peu plus pour le rendre plus gourmand.

Une joli soirée dont je retiendrais que l'on rencontre plusieurs types de profil à Pommard mais à la fin c'est Jean-Pierre qui gagne ;-) ! Plus sérieusement, je note la belle tenue des vins de Vaudoisey Creusefond et un 2004 qui m'a surpris. il faut que je re-goutte ce millésime !

Amicalement, Matthieu