Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

dimanche 26 mai 2013

Nombreuses bouteilles dégustées, duo de Cote-Rotie 2008 et Gigondas 2003

Bonjour à tous,

En ce joli mois de mai, aux allures de Toussaint, nombreux vins pour se réchauffer, donc du "lourd", si je puis dire. Les vins de salade restent en cave, les daubes sont plus que jamais à l'ordre du jour... Une liste aux accents d'hiver avec quelques 2010 tout juste rentré.



Macon Loche, Clos des Rocs 2011 : Un nez pur, fin et délié de fruit blanc et jaune, note fleurie tilleul, noisette, fond crayeux et miel. La bouche est ronde, belle tension, tendue, bien enrobée, sapide sur le fruit blanc et jaune, pointe gourmande miéllée, note fleurie et noisette, mais surtout fond de craie marquée séduisante. La finale est fraiche, bien  enrobée, tonique sur le fruit blanc, pointe fumé et fleurie sur un fond de craie. TB 88 (15). Très joli vin gouté lors d'une avant première FAV Monop puis acheté à ce moment là, j'ai très bien fait car excellent rapport Q/P (9€) ! Un domaine à suivre (très copain avec les Bret Brothers)


Pomerol, Château de Sales 2004 : très bonne surprise avec un nez ravissant de cassis, de fruit rouge, note fraiche, fond très léger fumé toasté. La bouche est pleine, sapide, sur le fruit rouge et noir, jolis tanins ronds et précis, une fraicheur de structure bien intégrée, fond léger toasté. La finale est fraiche, bien enrobée, très équilibré, offrant une jolie persistance de fruit rouge et noir, note épice et fond toasté, fumé en légèreté. C'est très bien fait, une vraie surprise car les précédentes bouteilles étaient bien moins intéressantes. TB 88 (15).


Marsannay, Domaine Bart, Les Saint Jacques 2010 : Un nez ouvert, expressif, de grenadine, de groseille, note épice réglisse, poivre et fond léger fumé. La bouche est corpulente avec des tanins ssoyeux, belle structure droite, tendue, sur la groseille, pointe grenadine, des épices, réglisse, poivre, des notes de ronce, sureau, fond léger fumé. La finale est fraiche, profil un poil amer, belle persistance groseille, grenadine, réglisse et fumé. Très joli vin, comme j'aime, et super rapport Q/P. TB 90 (16)


Une série de vins du sud pour se réchauffer bu à quelques jours d'intervalle :

Vacqueyras, Château des Tours 2001 : Un nez évolué, très classe et beau, de vieux cuir, de pruneau, de cerise, pointe kirchée assez marquée et fond cacao et fumé. La bouche est corpulente, tanins soyeux, pas d'une grande densité, mais droit et tendue, sur le pruneau, le kirch, note de cuir vraiment classe et fond cacao. La finale est fraiche, puissante, mais cela chauffe, sur le cuir, le kirch, le cacao avec une persistance honnête. Enfin un vin de Reynaud que j'aime bien, surtout pour ces arômes de vieux cuir que j'adore ! TB 88 (15)

Gigondas, Domaine Grand Romane 2003 : Un nez évolué de cerise, de kirch, note pruneau et cuir fond cacao et moka. La bouche est corpulente, large, pas très dense mais qui tient la longueur et présente des tanins soyeux fondues, belle sapidité de cerise et kirch, pruneau puis caco moka pointe cuir. La finale est un peu fluide, un peu souple, mais qui garde suffisamment de tonicité avec une belle persistance de cerise kirch (alcool quand même) de pruneau, de cacao, de moka, pointe de cuir. Pas si mal et mieux que dans mon souvenir TB 88 (15)

Gigondas Domaine du Terme 2003 : Un nez a point, de cerise, prune, note de cuir, d'herbes séchées, d'épice type réglisse, fond chocolat et petite pointe kirchée. La bouche est corpulente, large, dans un profil amer aux tanins ronds et précis, sapide sur la cerise, la prune, le fruit noir aussi, note réglisse, cuir, herbe séchée, profil amer, fond cacao, kirch. La finale est puissante ça tient sur la densité, pointe de frais presque, marqué par le kirch puis fruit noir, prune (à l'eau de vie léger), le cuir, les herbes séchées, un fond cacao amertume. Moins gourmand que grand romane mais plus précis et profond. TB 89 (15,5)

Pour la venue d'un ami amateur de Côte-Rotie, ce Jamet 2008, enchainé quelques jours plus tards par la version Rostaing :

Côte-Rôtie, Domaine Jamet 2008 : Un nez discret typé cassis, très marqué poivre, note violette et fond type réduc d'œuf à l'ouverture puis léger bacon et fumé. La bouche est charnue, assez fluide, aux tanins soyeux, amples, de la fraicheur, sur le cassis, le poivre surtout, et un fond bacon fumé animal et œuf qui va s'atténuer avec l'aération. La finale est fraiche, profil plutôt fluide, limite fuyant, persistance honnête de cassis, de poivre, de violette, pas d'une grande complexité. Un vin qui est marqué de son millésime, à priori, mais cela reste un joli vin. TB 89 (15,5)

Côte-Rôtie, Domaine Rostaing, cuvée des Terroirs 2008 : Un nez expressif, classe, de cassis, note léger lacté, violette et poivre, fond léger fumé bacon. La bouche est corpulente, large a attaque, belle intensité avec des tanins soyeux, c'est  ample mais belle profondeur, sur le cassis, la violette, le poivre, note lactée et thé fumé très séduisante. La finale est fraiche, bien enrobée  d'une empreinte tannique précise et fine, belle persistance de cassis, violette, poivre, et fond fumé. Excellent 91 (16,5), l'apport dans l'assemblage de la part Landone et cote blonde fait sans doute la différence !

Bon, voilà déjà une première série. Amicalement, Matthieu

mercredi 1 mai 2013

Suite des 2005 : Bordeaux et autres Bourgognes, Pauillac, Gevrey, Volnay

Bonjour à tous,

Suite de l'exploration du millésime 2005 avec quelques Bordeaux et d'autres Bourgognes. Les Bordeaux rapportés de la cave sont à priori de garde moyenne, il devrait commencer à se gouter.

Haut Medoc, Château Agassac 2005 : Un nez pimpant, tonique, pure, très marqué de fruit, de cassis mûr, de myrtille, note presque chocolat, mais aussi de graphite, fond léger fumé balsamique. La bouche est tonique, charpentée, intense, avec une matière dense, précise, tanins encore un peu bruts et sauvages mais soyeux, sur le fruit mûr, note graphite, d'épice, pointe encre, fond cacao, fumé et balsamique léger. La finale est fraiche, tonique élancée, encore astringente mais belle persistance de fruit noir, encre, graphite, cacao et pointe balsamique. C'est très bon, style "moderne" et au niveau attendu. Complexité, maturité, tonicité, tout du grand millésime. A attendre encore quelques années que la fougue s'harmonise. Excellent 90-92 (16-16,5)



Haut Medoc, Château Cambon la Pelouse 2005 : Un nez d'une grande finesse, très marqué de fruit noir et rouge mûr, note de thé fumé, de poivron fumé, pointe graphite, encre, fond boisé tabac et toasté. La bouche est charpentée, tanins soyeux, précis, fins, éclatante de fruit noir et rouge, note tabac, de thé fumé, fond graphite et ronce. La finale offre une pointe amer classe, tonique, fraiche et longue persistance dans un profil amer, fruit rouge et noir, thé fumé, graphite, fond tabac et fumé. Superbe, encore meilleur que le 2000. Excellent 90-93 (16-17). A nouveau, le vin est au niveau attendu voir plus. Tout y est complexité, moelleux, tonicité, intensité avec la finesse et la délicatesse en plus !

Pauillac Château d'Armaillac 2005 : Un nez qui s'ouvre à l'aération, très classique pauillacais, sur le cassis mûr, note de cèdre, de tabac, pointe poivron grillé, fond boisé classe sur le toasté, le fumé avec une pointe de vanille gourmande. La bouche est robuste, gourmande, ample et imposante avec des tanins soyeux, belle intensité sur le cassis mûr, pointe lactée gourmande, note de cèdre, de tabac blond, de poivron grillé et fond boisé toasté léger vanille gourmande. La finale est fraîche, un peu amer, tonique, tanins encore un peu astringents et longue persistance de cassis mûr, de tabac blond, de poivron grillé, pointe vanille fond boisé toasté fumé. A nouveau c'est au niveau attendu. Très bon vin qui mérite encore quelques années de garde pour polir les tanins. Excellent 90-92 (16-17)

Et les Bourgognes. Le premier fût bu en parallèle du Pauillac :

Volnay, Caillerets Domaine Voillot 2005 : Un nez ouvert, séduisant, classe, de cerises noires mûres, note sureau, pointe reglissée, fond amande grillée, fumé. La bouche est corpulente, vive, intense, tanins soyeux c'est sphérique avec de la profondur grace à la fraicheur, grande sapidité de fruit rouge, cerise, groseille, note ronce, aubépine, de la réglisse, fond léger fumé. La finale est fraiche, tonique, de la puissance et longue persistance de cerise, groseille, ronce, aubépine, réglisse et fond léger fumé. Encore un peu sauvage, mais quelques années vont l'assagir et lui donner de l'harmonie et libérer l'expression de sa complexité. Un grand vin, j'adore. Excellent 91-93 (16,5-17,5). A table les convives sont divisées, tout le monde reconnait l'excellence des 2 vins, chacun ayant une petite préférence selon sa région de cœur.

Avec un amateur de vin, ouvert avec le risque de l'infanticide :

Gevrey Chambertin Les Cherbaudes Rossignol Trapet 2005 : Un nez très séduisant de fruit noir mûr, note de sureau, des épices, réglisse, de la fraicheur, ronce et sous-bois, et un fond léger fumé classe. La bouche est charpentée, ample, gros volume en bouche avec des tanins velours magnifiques à la vosne, lmais ça garde une structure fraiche, profonde, sur le fruit noir et rouge mûr, ronce, épice réglisse, fond fumé classe. La finale est fraiche, dynamique, profonde, avec de la délicatesse, de l'élégance et une superbe persistance de fruit noir et rouge mûr, de ronce, de réglisse et de fumé petite pointe caramel sur le retour. Superbe, Excellent 93-95 (17-18). Là le millésime magnifie le cru. Les Cherbaudes un vin sexy, rond charmeur trouve ici une intensité, une profondeur, une dynamique qui est généralement ce qui lui manque ! Très grand, meilleur Cherbaudes jamais bu...

Pour finir, un blanc :

Meursault, Les Cras, Buisson Charles 2005 : Un nez fin, élégant, encore jeune de poire mûre, note amande et aubépine, fleurie, tilleul, sur un joli fond crayeux, beurrée, pralin. La bouche est ronde, pointe de gras en attaque puis ça se tend, c'est droit, en longueur, belle matière sur la poire mûre, note de pralin, de beurrée, de craie, fond fumé grillé. La finale est ample, large, joli gras qui enrobent une belle tension amenant une jolie persistance de fruit blanc mûr, de poire william, note pralin, grillé et fond crayeux qui ressort. Très Cras dans l'esprit et les aromes. Grosse attaque puis colonne vertébrale droite comme un I, longue, robuste. Excellent 91-93 (16,5-17)

Amicalement, Matthieu