Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

dimanche 27 janvier 2013

Vins du WE : Chambolle Charmes, Macon Guffens...

Bonjour à tous,

Quelques jolies bouteilles dégustées récemment.

Macon-Pierreclos Guffens 1er jus de Chavigne 2006 :  Un nez séduisant dans le "style" du moment, fruit jaune mûr, note de chèvrefeuille, de citron confit, pointe amende, aubépine, frangipane, mais surtout fond boisé grillé toasté marquée, un style à la mode "JFCD" mais moins exhubérant, moins prononcé. La bouche est ronde, ample, belle densité dans une structure fraiche, tendue, bien enrobée, sur le fruit jaune mûr, note de citron confit, de frangipane, amande, et le fond boisé, toasté, grillé, bien marqué. La finale est ronde avec une belle acidité qui vivifie, enrobée de ce gras du fût?, et une grande persistance de fruit jaune mûr, de frangipane, amande, et ce fond boisé toasté grillé caractéristique de cette méthode. C'est très bon mais a force de croiser ce style très "JFCD" ça se reconnait et ça perd son côté naturel. Mais ça reste excellent et beaucoup plus abordable que JFCD, en plus, c'est moins caricatural, plus équilibrée. Excellent 93 (17)

Chignin Bergeron, Domaine Magnien Grand Orgue 2005 : Un nez avec des notes légeres de fromage (entre croute et persillade bleu) de fruit jaune mûr, note champignon, pointe de miel, fond sous bois. La bouche est tendue a l'attaque, matière ronde qui enveloppe, fruit jaune, note fleurie aubépine, pointe miel, fond sous bois champignon. La finale est fraiche, tendue, persistance honete de fruit jaune mûr, presque sucré, sous bois, champignon, amende. TB 88 (15)

Chambolle-Musigny, Charmes Domaine Amiot Servelle 2007 : Un nez encore discret de fruit noir mûr, note de sureau, de cerise kirchée, pointe d'épice réglisse, de ronce, fond cacao menthol léger vanille. La bouche est corpulente, ample, tanins ronds, structure tendue, fruit noir mûr, pointe cerise léger kirch, note réglisse menthol, ronce, fond sur le noyau de cerise, le cacao. La finale est fraiche, puissante, longue, sur le fruit noir et rouge, note ronce, menthol, fond boisé léger cacao mais aussi pointe caramel. Formellement très bien fait mais encore fermé, par contre, accompagne superbement le repas de légumes confits, un vin de gastronomie actuellement, a attendre pour la dégustation pure. TB+ 90-92 (16-17)

Lirac, Domaine de la Mordorée Reine des Bois 2008 : Un nez de prune, figue, orange confite, note épicée, riche, type souk, encens, menthol, Zan et fond chocolat avec une pointe caramel qui disparaît à l'aération. La bouche est charnue, ronde, gourmande, sur le fruit mûr, figue, prune, un fond chocolat, des tanins soyeux mais un peu lâches et cela sèche un poil en finale. La finale est souple, gourmande, un peu fuyante et qui chauffe un soupçon mais joliment parfumée sur la figue mûr, orange confite et le chocolat. TB 88  (15,5)

Arbois, Domaine Tissot Trousseau Singulier 2005 : Un nez séduisant, fin, de fruit rouge mûr, compoté, note de poivre marquée, d'épice, pointe léger kirch, fond léger champignon, aubépine, touche ambrée. La bouche est charnue avec des tanins ronds, amples, très sapides, sur le furit rouge compotés, des notes de ronces, de poivre, d'aubépine, c'est gourmand et tendre. La finale est fraiche, tonique,empreinte tannique un poil rigide, mais jolie persistance de fruit rouge compotée, de sous-bois, de poivre, d'épice. TB+ 90 (16)


Amicalement, Matthieu




dimanche 20 janvier 2013

Premières quilles 2011 : Vouvray, Meursault, Moulis...

Bonjour à tous,

Quelques bouteilles dégustées pour se réchauffer en ce début d'année.

Vouvray, Domaine Huet Le Mont sec 2007 : Un nez discret de fruit blanc, note fleurie léger, fond orgeat amande, aubépine. La bouche est ronde, matière douce, un peu mou, sur le fruit blanc, note menthol presque, pointe fleurie et fond amande, aubépine. La finale est ronde un peu souple et assez courte sur le fruit blanc et fond un peu crayeux et aubépine, amande. Une petite déception sur ce millésime qu'habituellement j'aime beaucoup, le cru est assez quelconque. B 86 (14)


Sancerre, Alphonse Mellot la Moussiere 2007 : Un nez séduisant, aiguë, de fruit jaune, pointe ananas, note fraiche de buis, d'acacia, fond mûr orgeat. La bouche est droite, belle matière ronde sur le fruit jaune, la mirabelle, note de buis, de fleur blanche, fond crayeux. La finale est fraiche, pointe vive, belle persistance de fruit jaune, de buis, de fleur et un fond de craie. TB 89 (15,5)


Meursault, Buisson Charles VV 2009 : Un nez élégant, séduisant, de fruit blanc mûr, pointe miel d'acacia, note aubépine fond orgeat frangipane léger. La bouche est ample, belle densité, matière taffetas, pointe de gras caressante dans un structure droite sous-jacente qui tient la bouche, sur le fruit blanc mûr, l'aubépine, le fruit sec, fond léger frangipane. La finale est ronde mais garde de la tonicité, belle persistance de fruit blanc, amande, aubépine fond frangipane. TB 89 (15,5-16)


Haut-Medoc, Chateau d'Arcins 1986 : Un nez très élégant, évolué mais avec encore plein de fruit type cassis, mûres, des notes d'encre, de graphite, fond sous bois, champignon, cuir et léger fumé. La bouche est corpulente, tonique, de la fraicheur, ça tient la route, c'est profond, de l'allonge avec des tanins ronds sur le fruit noir mûr, cassis, myrtille, note encre, graphite et fond tabac blond, fumé, classe. La finale est fraiche, tonique, sur le fruit noir, pointe amer, belle persistance d'encre, de sous bois et fond de tabac et fumé. Très joli vin, assez improbable au départ, acheté 10 € à peine. On peut encore trouvé de grand Bordeaux pas cher, le charme de cette région aussi. Excellent 91 (16,5) et du coup super rapport Q/P qui entre direct dans le Top 15 des meilleurs Q/P dégustés à ce jour

Moulis, Chateau Poujeaux 1996 : Un nez de bordeaux classique sur le fruit noir, note de poivron rouge grillé, bourgeon cassis, fond fumé. La bouche est charpentée, tanins ronds, un poil rustique, sur le fruit noir, bourgeon cassis, poivron rouge grillé, tabac blond, graphite structure fraiche et fond fumé, grillé. La finale est fraiche, belle persistance de fruit noir, poivron rouge grillé qui donne le coté acidule et fond fumé. TB 88 (15,5)

Moulis, Chateau Chasse Spleen 2004 :  Un nez intense de fruit noir mûr aux notes de poivre, d'épice, sur un fond puissant de boisé grillé toasté balsamique. La bouche est charpentée aux tanins ronds mais un peu rustiques, c'est costaud, sur le fruit noir mûr, épice et bois intense toasté balsamique. La finale, encore astringente, présente un fruit noir compoté, d'épice et ce toasté balsamique entêtant. TB 87 (15)

Saint-Aubin, Langoureau Sentiers aux Clous 2010 : Un nez très séduisant, fin de poire, de coing pointe légère de miel, note aubépine, amande chèvrefeuille presque citron,  fond léger beurre, brioche, frangipane, voir miel. La bouche est ample, ronde, structure droite, tendue, matière avec une pointe de gras, c'est tendue, digeste, mûre, fruit jaune, amande, aubépine, note tilleul, roche, fond léger beurre et pointe miel. La finale est fraiche, droite, tendue, longue persistance de fruit jaune mûr, de roche, frangipane, fond beurre, pointe miel, citron. TB+ 89-91 (16)

Amicalement, Matthieu

dimanche 13 janvier 2013

Des bouteilles et une rencontre qui aura mis son temps

Bonjour à tous,

D'abord quelques bouteilles dégustées durant les vacances de Noel :

Muscadet Sevres et Maine, Domaine Bregeon 2005 : Un nez marqué par la croute de fromage, le gaz, après en fond de l'agrume des notes coquille d'huitre. La bouche est ronde a l'attaque puis de la tension, du gaz aussi, agrume mais aussi œuf, note pétrole et coquille d'huitre. La finale ronde est de persistance moyenne. Bof. Et rien a voir avec le superbe Muscadet Domaine de la Grange 2005 dégustée avec les copains en Bourgogne.

Pomerol, Chateau Beauregard 1995 : Un nez a point, de fruit rouge,  pointe fleurie, note d'encre, fond de cuir, début de truffe et léger fumé, c'est séduisant en diable. La bouche est corpulente, densité interessante, trame droite, de la profondeur, des tanins soyeux, sur le fruit rouge, mais aussi cassis, note de truffe, pointe fleurie, fond encre et fumé, sapide et long en bouche. La finale est fraiche, profonde, belle persistance de fruit rouge mûr, de sureau, note cuir et truffe, fond encre et fumé. Très joli, ce Beauregard me réconcilie avec le millésime que j'avais peu en estime après différentes dégustations. Exccellent 91 (16,5)

Chateauneuf du Pape, Clos Mont Olivet 2010 : Un nez expressif, classique, de figue, de prune, note fruit rouge groseille, d'épice , d'agrume sur un fond cacao chocolat. La bouche charpentée est large à l'attaque, ample, expressive, pointe exuberante de prune, figue, note d'agrume confit, pointe fruit rouge, et cerise, léger kirch, sur un fond chocolat, cacao, avec des tanins soyeux, déjà bien intégré, bref de la matière et de la tenue. La finale est dense mais de l'équilibre, pointe amer, joli persistance de prune, figue cacao. Plus, ce serait too much mais dans 10 à 15 ans un très beau vin à mon avis. Et décidément j'aime beaucoup ce domaine qui fait des vins équilibrés. TB-Excellent 90-92 (16-17).

 Chassagne-Montrachet Morey-Coffinet 2011 : Un nez encore dominé par l'élevage certes, mais gourmand, sur le fruit blanc mûr, la poire, des notes d'aubépine, d'amande, un fond toasté, fumé. La bouche est ronde, dense, matière velours, de la tension, de l'allonge aussi, sur le fruit blanc, la poire, note de craie, d'amande, fond toasté. La finale est fraiche, tonique, fruit blanc mûr, toasté fumé, note crayeuse et amande/aubépine. Encore marqué de son élevage, l'ensemble équilibré présente comme souvent une version gourmande du chardonay bourguignon. Très bien + 89-91 (15,5-16,5).

Haut-Medoc, Chateau d'Agassac 2004 : Un nez séduisant quoique discret de cassis, de fruit noir mûr, pointe lactée, note fraîche de poivron grillé, confit, fond torréfié moka pointe vanille. La bouche est charpentée, solide, tanins assez soyeux, sur le fruit noir bien mûr, note poivron confit, fond grillé torréfié avec une pointe vanille gourmande. La finale est fraiche, tonique et une joli persistance de fruit noir confit, grillé, torréfié et vanillé. TB comme d'hab, 90 (16). Un Bordeaux "international style" qui fait plaisir à boire, d'ailleurs la bouteille disparait très vite !

Beaunes, Vignes Franches 1erC, Rebourgeon Mure 2009 : Un nez plutôt fruit noir sur ce millésime chaud, note de ronce qui rafraîchissent sur un  fond sureau, mûres, épices. La bouche est charnue, ronde, ample, tanins soyeux de fruit noir, sureau, myrtilles, note fraîche de ronce, fond épice réglisse. La finale est équilibrée, harmonieuse, élégante de fruit noir, pas une note confite, c'est assez pure, ronce et réglisse, persistance honnête  Encore une fois, la famille Rebourgeon nous offre un très joli vin à un prix "redoutable", je confirme que ce 1er cru est une des meilleures affaires de la côte d'Or. TB+ 89-91 (15,5-16,5).

Vosne-Romanée, domaine Rion 2007 : Un nez discret mais séduisant de fruit rouge, framboise, groseille, note de ronce, pointe fleurie aubépine, pivoine, fond amande léger fumé. La bouche est charnue, ample, pas une grosse densité, certes, mais des tanins soyeux, qui enrobent une jolie fraîcheur,  c'est friand autour des fruits rouges, groseilles, note confiture d'airelles, mais aussi de ronce, de sous bois, fond léger amende fumé/torréfié. La finale est fraîche, punchy, de longueur intéressante sur le fruit rouge, la ronce, c'est friand et la persistance fumé est très agréable. Un village, pas d'une grosse densité bien sûr, mais délicat, fin et classe, ce que l'on attend d'un Vosne. Les amateurs de pinot s'y retrouveront sans problème. TB 89 (15,5)

Acheté lors d'une visite à la cave Insolite de Chidaine durant les vacances de Noel :

Sancerre, Rouge, Terre de Mainbray, Domaine Pascal Reverdy 2010 : Un nez très fruité, exotique presque banane (gamay), des notes bonbon anglais. La bouche est charnue, pointe liège sur cette bouteille, j'ai l'impression, fruit rouge, bonbon anglais banane. La finale présente une jolie fraîcheur et une bonne longueur. A revoir pour confirmer.

Aimant les cabernets mûrs, voir très mûrs à la Yannick Amirault, ce ST-Nicolas m'a été conseillé par la gestionnaire de la cave Insolite :

Saint-Nicolas de Bourgueil, Domaine Malibeau, Coutures 2010 : Un nez typique de cerise mais surtout noyau de la cerise, pointe de poivron ou bourgeon de cassis, note de fruit rouge léger un fond épice réglisse. La bouche est corpulente, tanin fin, soyeux, bien fait, c'est poli, pas rustique, sur le fruit rouge, le noyau de cerise, une pointe lactée fraise, et un fond un peu caramel. La finale est équilibrée, de bonne longueur, sur le fruit rouge, noyau de cerise, fond lacté épice et note caramel. Pas mal pour un cab franc mais c'est pas Amirault, la bouche est mieux que le nez qui est, tout typique qu'il soit, pas ce que je préfère en cab franc. TB 87 (15)

Par contre, dégusté au restau, ce clos de Yannick Amirault est tout ce que j'aime en cab franc de Loire.

Bourgueil, le Grand Clos, Yanninck Amirault 2009 : C'est sur le fruit mûr, épicé, réglissé, poivre, fond chocolat, une bouche ample, ronde, presque sexy... Une fois de plus, j'aurai pu placer cela en grenache du Rhone. J'aime beaucoup les vins de ce domaine ! TB 90 (16)


Enfin, en ce début d'année, un séjour professionnel à Strasbourg m'a enfin permis de rencontrer 2 Dciens que je connais virtuellement depuis plusieurs années ! Ce diner organisé avec StepahneW et Pierre Radmacher, fût une grande joie et l'occasion de mettre des visages, des voix, sur ce que je lis depuis des années. Merci de vous être occupé du Parisien de passage, et merci à DC qui nous permet de passer de super moment, quasi n'importe ou en france ! (Thierry, ce n'est que partie remise...)

Le resto, la Vignette à Strasbourg-Koenigshoffen, réservé par Stéphane, était parfait. Très bonne cuisine, accueil de chaleureux de Joëlle, un bon moment gastronomique. Sur la carte des vins pour l'entrée :

Riesling, Vorbourg Clos Saint Landelin René Muré 2009 Un nez équilibré, très élégant, d'agrume mûr (sans amertume), belles notes fleuries et petite pointe terpénique. La bouche est ronde, superbement équilibrée par la tension, c'est tonique de bout en bout, mûr, surement un peu de sucre vers 5gr mais qui se sente pas très peu. Par contre les notes d'agrumes mûr, de fruit juteux, de fleur, petite pointe terpénique et le fond de roche, donnent beaucoup de plaisir. La finale garde une structure tendue, enveloppée de cette matière mûre, délicate, ample et très joli longueur sur les arômes du nez avec un fond de persistance de roche, de silex assez classe. Très jolie bouteille. Excellent 91-93 (16,5-17)

Pour l'occasion, j'avais pris une bouteille :

Côte-Rôtie, Domaine Jamet 2005 : Un nez séduisant,  profond de cassis ,de mûres, myrtilles, note poivre, de fleur, violette, fond léger lard grillé et fumé classe. La bouche est corpulente, ample, tanins soyeux, belle structure entre fraicheur qui donne la profondeur et amplitude et soyeux des tanins qui donnent la gourmandise, belle sapidité de cassis, de myrtille, note de poivre, de violette fond lard bacon et fumé. La finale est fraiche, tonique, belle persistance de fruit noir, myrtille, de poivre, de violette, un cote frais ronce, et fond bacon et fumé. Enfin un Jamet que j'aime bien ! ça me réconcilie avec ce domaine et je comprends un peu mieux les aficionados même si les prix actuels refroidissent franchement. Excellent 93 (17).

Deux bouteilles superbes, pour une double rencontre à l'unisson !

Amicalement, Matthieu

dimanche 6 janvier 2013

Bilan 2012 : plus que de grandes étiquettes ou de grands vins, du plaisir...

Bonjour à tous,

Après lecture cette semaine des posts bilan 2012 sur le web vin, je me suis mis à réfléchir aux vins qui m'ont marqué cette année. Bien sûr, la plus part ont été bus ces dernièrs mois, ce ne sont pas forcément des étiquettes, pas étonnant, mais surtout en consultant ensuite mon livre de cave, ce sont loin d'être les meilleurs.

Finalement, les vins ou j'ai pris le plus de plaisir cette année, sont souvent ceux qui m'ont surpris, que je n'attendais pas, ou que j'ai bu dans un contexte de dégustation qui m'a séduit. Et c'est tant mieux, pas les plus grandes étiquettes et pas les meilleurs !

Alors, quand même, dans l'absolu, voici la liste de ceux que j'ai dégusté pour la première fois cette année et que j'ai le meiux noté dans mon livre de cave :

Riesling, Domaine Weinbach Schlossberg Cuve Ste Catherine 2010
Chambertin, Domaine Rossignol-Trapet Grand Cru 2001
Corton Charlemagne, Domaine Bouchard Pere & fils 2006
Côte-Rôtie, Delas La Landonne 2004
Pauillac, Château Lynch Bages 1996
Riesling, Paul Ginglinger GC Pfersigberg 2010
Chateauneuf du Pape, Bosquet des Papes 1989
Meursault, Domaine BC 1er Cru Boucheres 2006
Meursault, Domaine BC 1er Cru Goutte d'or, 2007
Pommard Domaine Joseph Voillot 1erCru Rugiens, 2007

Il y a quand même un Bordeaux, 2 Rhones et 2 Alsace, pour 5 Bourgognes dont 3 blancs. Equité parfaite pour les couleurs 5 blancs, 5 rouges.
A ajouter car non noté dans mon livre, mais qui a lancé l'année 2012, le Bonnes Mares de Groffier 89 pour l'anniversaire de Serge en janvier de l'année dernière, meilleure bouteille dégustée de l'année.

Et donc ensuite les vins dont je me suis rappellé, le gout ou le contexte de dégustation, à l'aveugle, ou devant la liste des plus de 500 vins dégustés cette année :

D'abord, le Sancerre 2011 de Gerard Boulay, bu 3 fois tellement c'est bon. Mûr, typique, un vin de plaisir avec un énorme P qui a interpellé tous mes convives à chaque fois, pour moi, peut-être le vin de l'année ! La Loire sera représentée...

Et même 2 fois, avec ce Mont sec 2005 qui aurait pu figurer dans les 10 sur la bouteille dégustée cette année tant le vin a pris une autre dimension en quelques années, un grand moment de l'année commenté ici

Et ce Gevrey, simple village, mais Veilles Vignes de Dom Laurent... Il m'est revenu très vite à l'esprit car dégusté pendant les vacances, le côté soyeux épanouie, plaisir lui convenait à merveille. D'ailleurs cet article raconte 4 des vins du Top 10, faut croire les vacances ça met dans de bonnes dispositions

Un autre vin qui m'a marqué et que je n'ai pas oublié, c'est ce Chateauneuf Domaine de la Janasse 2004. Sans doute parce qu'il m'a reconcilié avec cette appellation que j'appréciais de moins en moins mais que j'ai beaucoup acheté... La gourmandise et l'équilibre, certes limite mais tout de même présent m'a séduit, c'est ici pour le CR.

Un autre vin qui m'a surpris et que j'ai aimé, a tel point que j'ai rapatrié son petit frère qui me fait de l'oeil dans la cave, c'est ce Morgon Sans Soufre de Marcel Lapierre 2009. Un vin d'une gourmandise extrême tout en gardant finesse et délicatesse, un vrai plaisir ici

Il y en aurait plein d'autres, comme ce Pomerol Beauregard 95 (CR à venir) qui me réconcilie avec ce millésime Bordelais ou encore ce Tessons 2005 du Boss qui m'a scotché mais vu qu'il y a déjà 2 de ces vins dans mon Top 10, on va finir par croire que je cherche des faveurs !

Bonne année 2013 à tous, et encore plein de vins plaisir.
Amicalement, Matthieu

samedi 5 janvier 2013

Crus dégustés pendant les fêtes : Bonnes Mares Groffier...

Bonjour à tous,

La période des fêtes, j'aime bien, car on peut faire de la place en cave sans que cela ne choque personne ! Alors, on en profite, on cuisine et on ouvre...

Avant les fêtes :

Crozes Hermitage Delas Le Clos 2005 : Un nez élégant, fin, de fruit, note de poivre pointe de violette et fond léger moka. La bouche est charnue, fine, délicate avec des tanins soyeux, de la fraicheur, et de l'allonge, qui donne de la délicatesse, loin des syrah bodybuildés. La finale est fraiche, longueur honete sur le fruit, le poivre et un fond moka léger. Une joli syrah pour la table. TB+ 90 (16)



Volnay Champans Domaine Voillot 2005 : Un nez profond, séduisant, de cerise, framboise mûre, note de sureau, d'épice réglisse, pointe de ronce, fond pénétrant cacao et encore un peu d'élevage boisé fumé pointe caramel. La bouche est corpulente, large à l'attaque, tanin soyeux velours qui enrobent le palais, structure fraiche, de la tension qui donne l'allonge, c'est gourmand sur le fruit mûr, cerise, framboise, note sureau, épice réglissé, fond typé cacao chocolat pointe caramel. La finale est fraiche, tonique, gourmande, fruit bien mûr, c'est juteux, frais, longue persistance de fruit mûr, d'épice, pointe de ronce, fond chocolat et encore marquée d'un boisé que je sens rarement sur les vins de Jean Pierre. Une très belle bouteille avec un élevage que je détecte pour une fois, donc à attendre pour profiter pleinement de son équilibre magique. Excellent 93-95 (17,5 - 18,5) voir plus car la structure du vin a un énorme potentiel.

Autour de Noel, superbes séries de blancs :

Meursault Charmes Mikulski 2008 : Un nez séduisant, pure, élégant de poire, note de tilleul, pointe noisette et fond léger brioche grillé. La bouche est ample, ronde a l'attaque puis de la tension, de l'allonge, sur le fruit blanc, note de craie, pointe brioche grillé et fond noisette, fruit sec, un ensemble qui présente une matière avec une pointe de gras, bien gourmand mais tonique, fin et précis. La finale est fraiche, elle se tend, c'est long sur le fruit jaune, pointe amande, aubépine, noisette, note crayeuse, et fond brioche doréé. Comme déjà évoqué, un style plus flamboyant, plus gourmand que Fichet. Classique et gourmand. Excellent 91 (16,5)

Riesling Pfersigberg Ginglinger 2010 : Un nez fin, précis, cristal, d'agrume mûr, pamplemousse, de fleur, acacia,  note silex, saline, fond de roche. La bouche est tendue, longue, précise, matière ronde enrobante mais structure droite, c'est incisif profond, beaucoup d'allonge sur l'agrume mûr, la fleur, la roche silex, note saline, pour une fois, je dirai minérale. La finale est tendue, bien enrobée et longue, incisive, presque vive, à attendre mais futur très grand vin. Excellent + 94-96 (17,5-18,5)

Meursault, Goutte d'Or, Buisson Charles 2007 : Couleur superbe vraiment Or, on comprend le nom... Un nez flamboyant, pure, intense de poire william, des notes délicates de tilleul, de chevrefeuille, de noisette, fond léger crayeux et pointe brioche beurre toasté. La bouche est discrète à l'attaque, puis ça prend du volume, matière ample, dense, mais fine, pure, précise, un fond tendue, droit, sur la poire william fraiche qui donne le coté juteux, des notes fleurie tilleul, chevrefeuille, fond de craie avec une touche de brioche dorée au four, c'est sensuelle en diable. La finale est superbe, équilibre, fraicheur tonique et pointe de gras enveloppant avec une longue persistance sur la poire mûre, le tilleul, le chevre feuille, la craie, note noisette, amande grillées, fond léger brioche. Superbe, plus d'amplitude, de contraste que le Puligny de Girardin, plus de délié, plus sensuelle aussi. J'ai beau dire Bouche Cheres, Goutte d'or, c'est quand même un sacré vin ! Merci Patrick pour ce vin, et qui dit déjà que tu fais des vins trop mûrs, gras et rond ? Il devrait dégusté cette merveille. Excellent+ 94-97 (18-19)

Vosne Romanée Chaumes Rion 2000 : Un nez évolué, gourmand, de fruit rouge léger confit, note de ronce de champignons, sous-bois fond, ambre, aubépine, pointe de cuir. La bouche est charnue aux tanins velours sur le fruit léger confit, la ronce, le cèpe, fond de cuir, a maturité, pas très dense et un peu souple. La finale est souple, ronde, ample, gourmande sur fruit léger confit mais toujours ce coté frais aromatique de ronce, sous bois, champignon, et fond aubépine, cuir. TB+ 90 (16).

Pour finir en beauté 2012 et commencer 2013 :

Mazis Chambertin Harmand Geoffroy 2002 : Un nez évolué, classe, de cerise confite,  sous-bois, de champignon, cèpes confits, note de cuir, d'animal sur un fond cassis, épice, fumé. La bouche est corpulente avec des tanins soyeux, caressants, intense sur le cassis, le champignon, le sous-bois, note de cuir, de fumé, pointe acidulée. La finale est tonique, fraiche, belle persistance de fruit léger confit, de cuir, de cèpes, fond fumé, tabac blond, épice. Carafé quelques heures suite au CR de Dany, un très beau vin de gastronomie. Excellent 94 (17,5). Sur cette bouteille une aromatique déjà très évolué, une structure en bouche a maturité, bref, cette bouteille peut-être bue dès maintenant.

Bonnes Mares Groffier 1995 : Un nez complexe de grand pinot à maturité, mûres, groseille avec sa pointe de maquereau, note de jus de viande rôti, de sureau, de ronce, de sous bois, mais aussi fleurie de pivoine, roses séchées sur un fond de cèpes, de léger fumé, même du moka fugace. Une bouche droite, d'une infini précision avec ses tanins soyeux, de la tension et de la profondeur, c'est dense mais fin, un poil rigide (millésime oblige), sur la groseille, le sureau, toujours ce côté jus de viande roti gourmand, le sous-bois, des aromes fleuries, pivoine, rose, un côté épicé aussi sur un fond fumé, pointe moka. La finale est fraiche, bien enrobée, tonique et longue persistance sur les arômes du nez avec une dominante fumé, viande rôti. Grand simplement. Excellent 95 (18).

Chassagne-Montrachet, Cailleret Morey Coffinet 2010 : Un nez gourmand, un peu boisé menthol au départ puis poire, fruit blanc mûr, note d'aubépine, d'amande, puis chèvrefeuille,  tarte citron meringuée sur un fond boisé brioche chaude, pointe légère de vanille. La bouche est ample, dense, matière taffetas s'appuyant sur une tension qui tient le vin droit de bout en bout, qui donne de l'allonge, super équilibre sur des saveurs de poire mûre, de frangipane, note amande, tilleul, de craie aussi sur un fond encore un peu boisé de brioche dorée, de fumé. La finale est ample, large, épanouie et tonique sur la poire, l'amande le tilleul, le chevrefeuille, presque citron, des notes de craie, et ce fond classe de brioche toasté, de fumé, très persistant. Très belle bouteille avec un gros potentiel 93-95+ (17-18)

De bien belles fêtes pour finir 2012 et superbement commencer 2013.
Amicalement, Matthieu