Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

dimanche 24 novembre 2013

Ne pas rester sur une mauvaise impression !

Bonjour à tous,

Cette année, et jusqu'à maintenant, j'ai eu très peu de bouteilles bouchonnées en regard du nombre d'ouverture. Tant mieux me direz-vous sauf qu'évidemment, quand y'en une qui se présente, c'est celle qui fait mal. Ainsi ce Chambolle 1erC Derrière la Grange m'avait quand même un tantinet énervé. J'ai donc voulu tout de suite repartir du bon pied avec ce domaine !

Chambolle Musigny, Les Charmes Amiot Servelle 2006 : Un nez qui commence à s'exprimer (carafé 3H) sur la cerise, le sureau, note fleurie aubépine, pointe épice et ronce sur un fond léger cacao et toasté, très élégant. La bouche est corpulente, large, ample, pas une grosse densité mais de la délicatesse avec des tanins soyeux, des notes salines,  sur la cerise, note fleurie et ronce, pointe sureau et épice. La finale est délicate, aérienne, très cambuléenne, large dans un profil léger amer et persistance honnête de fruit rouge, cerise, note sureau, fleur aubépine, fond léger fumé  et cacao. Très joli vin classe et élégant. Excellent 90-92 (16,5)

Sinon, j'ai profité d'une livraison Guigal pour ouvrir :

Hermitage Guigal 2007 : Un nez encore discret de fruit noir, cassis, note marqué boisé fumé mais classe, pointe de cuir presque animal et un fond épice, orange confite, du meilleur effet. La bouche est charpentée, puissante, encore fermée, profonde, longue, tanins soyeux précis, belle qualité, sur le cassis, le fruit noir, note réglisse, olive noire, pointe amertume, sur un fond boisé grillé toasté mais aussi bacon grillé animal. La finale est puissante, ample en volume mais profonde, tout en équilibre avec une belle persistance de fruit noir cassis, profil amer, note animal, bacon grillé toasté, fond épice et orange sanguine. Evidemment à attendre (5-10 ans) mais superbe vin en devenir. Superbe 92-94 (16,5-17,5)

Sinon, quelque jolis bouteilles ou pas :

Puligny Montrachet Alex Gambal 2008 : Un nez fin, discret, mais délicat de fruit blanc, note de pralin séduisante, amande grillée, fond fumé grillé, un ensemble classe plus "élégant" que d'autres cuvées qui étaient très démonstratives. La bouche est tendue, profonde, droite, belle matière précise, sur le fruit blanc, l'aubépine, les notes pralin, l'amande grillé, sur un joli fond crayeux. La finale est fraiche, tonique, presque vive, jolie persistance de fruit blanc, de pralin, d'amande, d'aubépine, fond crayeux. Excellent 91 (16,5)

Aloxe Corton, Les Boutières Doudet Naudin 2002 : Un nez discret de fruit noir, myrtille, pointe épice, note sureau, et fond léger fumé, pas très expressif tout ça. La bouche est corpulente, droite, tanins styles rigides et un peu rustiques, attaque en creux, puis myrtille, sureau, note ronce, et léger fumé. La finale est fraiche, assez courte car elle tombe vite. Pas ce que je préfère, loin s'en faut, j'ai l'impression d'un manque de maturité. AB 84 (13)

Un de mes vins de pays "chouchous" dont je n'ai plus de millésime à maturité, mais j'en avais très envie :

Vin de Pays des Bouches du Rhone, Domaine Trevallon 2004 : Un nez séduisant de petits fruits noirs et rouges, fraises, grenadine, puis cassis, myrtilles, notes d'encre, de cuir/animal, puis d'orange confite, pointe fraiche bourgeon cassis, fond cacao chocolat, c'est appétissant. La bouche est corpulente à la structure droite et profonde avec des tanins ronds, mais c'est encore assez austère (fermé seulement j'espère) sur le fruit noir cassis, note encre, cuir, pointe épice, agrume confit, fond cacao pointe amer. La finale présente une empreinte tannique légèrement séchante, profil amer, belle persistance de fruit rouge et noir, encre, cuir et fond cacao. Je suis mitigé, un joli vin mais qui ne s'exprime pas totalement et un profil plus austère que ce que je lui connais. TB 89 (15,5)

Amicalement, Matthieu