Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

lundi 1 avril 2013

Alors ces 2005, ils donnent quoi aujourd'hui ?

Bonjour à tous,

L'entrée en cave des 2010 a entrainé un grand rangement. Les 2005 qui avaient été habilement placés tout au fond en bas, dans les coins devenus inaccessibles sont revenus à la surface. L'occasion donc de commencer à gouter le 2eme millésime du siècle (après 2003 et avant 2009 puis 2010).

Bordeaux et Bourgognes ont donc été rangés dans les casiers et ponctionnés au gré des envies en fonction des potentiels estimés de fermeture/ouverture. Voici une petite revue des premières bouteilles dégustées.

Beaune Teurons Rossignol Trapet 2005 : Un nez discret qui mettra quelques heures à s'ouvrir, de cassis, sureau, groseille, note de ronce, de rafle, d'épice réglisse, fond fumé. La bouche est corpulente, on retrouve ce côté tonique, frais, tendue, qui est donnée comme une des caractéristiques des 2005. La matière est ronde, encore un peu serrée, et on évolue sur le sureau, la myrtille, la ronce, pointe d'épices et fond fumé léger. La finale est fraiche, tendue, presque tranchante avec une belle persistance de fruit noir et rouge, ronce, épice et fond fumé. TB 88-90. Ce premier contact répond à ce que j'en attendais selon la typicité annoncée du millésime. Par contre, le vin est encore un peu serré, clairement il devrait gagner en expressivité avec quelques années de bouteille supplémentaire (3 à 5 ans). Il manque juste, je trouve, un côté un peu plus "sexy" sur cette bouteille, pour en faire du très grand. (celui que l'on retrouve souvent sur 2006).

Deux Vosnes bus en parallèle sur 2 jours, un exercice intéressant :


Vosne Romanée Les Violettes Christian Clerget 2005 : Un nez discret voir mutique à l'ouverture, mais le lendemain, le vin s'exprime nettement plus fort sur le fruit noir mur, type mûre, sureau, des notes fleuries effectivement type violette, pointe de ronce, sous bois et fond épice. La bouche est corpulente, tonique, avec des tanins fins et soyeux encore un peu ferme. Plutôt discret à l'ouverture, l'aération sur 2 jours va développer une belle sapidité sur le fruit noir mûr, le sureau, des notes gourmandes fruit des bois compotés à 24H, des épices, notes fleuries et fond cacao. La finale est fraiche, profonde, mais très (trop) austère à l'ouverture. Par contre le lendemain, le vin s'est totalement épanoui et la finale offre une longue persistance de fruit noir mur, d'epice, de fleur. Là clairement, il faut attendre. La combinaison de 2005 et de Christian Clerget qui fait des vins dans un style profond et un peu austère jeune, nécessite encore 3 à 5 ans mais surtout une longue aération !!! Par contre, après 24H, c'est excellent et l'effet millésime se fait sentir à plein avec une vin d'une énergie, d'une profondeur superbe tout en offrant le "moelleux" et le charme de la Vosne Touch ! Excellent 90-92 (16-17)

Vosne Romanée Domaine Rion 2005 : Un nez tout de suite expressif de fruit noir mur, note de sureau, ronce, d'epice réglisse, et fond fume cacao, très séduisant. La bouche est corpulente, fraiche, toujours cette tonicité, cette énergie vibrante, qui donne de la profondeur et de l'intensité et une forte sapidité sur le fruit rouge et noir, note ronce, rafle, et pointe epice,  et toujours ce fond cacao et fumé assez sudiste. Les tanins sont fins, précis, c'est net et soyeux, enrobant parfaitement la fraicheur que l'on retrouve dans une finale tonique, tranchante à l'ouverture, qui s'adoucira avec l'aération, et une longue persistance de fruit rouge et noir, de ronce, de sureau, des notes épicées, cacaotées et un fond fumé classe. C'est très bon et tout de suite. TB+ -Excellent 89-91 (16-16,5)

Gevrey Chambertin Domaine Rossignol Trapet 2005 : Un nez encore jeune, de fruit noir, note épice typé réglisse, de sureau , de ronce pointe noyau signant une certaine jeunesse, fond délicat léger fumé. La bouche est tonique, charpentée, belle structure et grand dynamisme, à l'égal des précédents, mais cette fois des tanins carrés, bruts offrant tout de même un peu de soyeux. C'est plus puissant, moins fins, tout en gardant une certaine élégance du fait de la fraicheur et de la vivacité, sur les fruits rouges et noirs, notes de ronce, de sureau, de baton de réglisse, et un fond délicatement fumé. La finale est fraiche, puissante, on est sur Gevrey, y'a des chevaux sous le capot et une belle persistance de fruit noir mûr, de réglisse, et fond fumé. Pas d'une grand complexité, pas non plus fin et délicata, un gevrey typique, bon compagnon de table qui commence à s'apprécier même si 2 à 3 ans de garde supplémentaire devraient apporter un peu de souplesse et d'"enrobage". TB 88-90 (15,5-16)

Morey Saint Denis, 1erC Les Loups Domaine des Lambrays 2005 : Un nez très séduisant, très (trop) gourmand de fruit noir confit, de cerise, pointe kirch sensible, note fleurie aubépine, amande, fond élevage moka, café, bien intégré pointe balsamique. La bouche est charpentée, trame acidulée de bonbons, de la fraicheur bien enrobée de tanins soyeux lisses, structure droite et tendue qui donne la profondeur, sur une aromatique très mûre, limite confite de cerise kirchée, aubépine, amende, fond moka réglisse presque menthol, comme souvent avec le domaine, on est dans un ensemble très, trop à mon gout, mûre, confit mais qui est ici magnifiquement compensé par la fraîcheur, la vivacité du millésime, qui évite de tomber dans le souple, fluide. Comme dans cette finale, qui est fraiche, presque vive et offre une longue persistance de cerise noire, assez kirchée, et de belle notes fleuries d'aubépine, qui apporte l'élégance sur un fond moka réglisse menthol assez classe. Au final un excellent vin dans un profil mûr/confit que certain adore ! Excellent 91-93 (a date 16,5). Maintenant l'avenir fera basculer le vin soit dans le souple, confit, qui dépasse mes limites, soit dans l'équilibre et en fera un très beau cru.

En revenant sur Beaune :

Volnay Frémiet Domaine Joseph Voillot 2005 : Un nez friand de fruit noir et rouge mûr, note grenadine, cerise un peu confite, sureau, pointe fraiche de ronce, fond ambré, cacao, fumé. La bouche est corpulente, large, structure tendue encadrée de tanins soyeux, amples, c'est intense, tonique, et sapide sur le fruit rouge mûr, cerise, pointe crayeuse, note ronce, pointe épice, fond cacao. La finale est fraiche, a nouveau cette tonicité du millésime, belle persistance de fruit rouge et noir mûr, note grenadine, cerise, et fraiche de ronce, sous-bois, sur un fond cacao épice très séduisant. Excellent 91-93 (16,5). Un fremiet, toujours très friand, mais qui mérite d'être attendue, il n'en sera que meilleur !

En conclusion, ce premier round de Bourgogne 2005 a confirmé ce que j'attendais, par le souvenir ou les lectures, un millésime qui allie maturité, fraicheur et surtout énergie, encore fougueuse, mais quelle franchise, quelle intensité ! Assurément de longue garde, les vins commencent à peine à donner leur mesure. Par contre, du coup, ils leur manquent un petit côté moelleux, sexy (qu'on retrouve sur 2006 je trouve) qui donneraient en plus du beurre et l'argent du beurre, la crémière... façon de parler bien sûr. Prochain exercice Bordeaux, à peine commencer et déjà des promesses...

Amicalement, Matthieu