Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

mercredi 26 décembre 2012

Noel, 3 repas et quelques bouteilles : Chambertin, Pauillac

Bonjour à tous,

Cette année, une activité de Noel débordante avec 3 repas de famille. L'occasion d'aérer l'armoire à vin, ça respire un peu maintenant !

Repas 1 : Grande famille. Foie gras, saumon. Gigot de 7H confit, purée de panais. Fromage. Tiramisu orientale.

Sauternes, Chateau Bastor Lamontagne 97 : Un nez subtil de quiquinat, d'agrume confit, d'épice. La bouche est équilibrée, belle matière délicate, de la fraicheur, aucune lourdeur, c'est sapide sur l'orange confite, la mandarine, note épice. La finale est fraiche, peu marqué par le sucre, digeste, longue persitance, pas super complexe mais délicat, fin et droit. Excellent 91 (16+)


Saint-Aubin, En Remilly, Domaine Langoureau 2011 : Un nez puissant prequ'un peu ecoerant à l'ouverture de fruit jaune mûr avec des notes beurrées, brioche, une pointe chevrefeuille et un fond boisé grillé toasté un peu marqué. La bouche est ronde, ample, grasse, il y a du volume encore plus d'habitude, mais la structure reste tendue, sur le fruit jaune mûr, le beurre, pointe amande, des notes crayeuses et un fond brioche dorée. La finale est fraiche mais énorme matière/puissance, style exhubérant presque too much, sur fruit mûr, le beurre, la brioche, notes crayeuses et trate citron meringuée. A attendre, il faut que cela s'assgisse, se fonde mais y'a du potentiel. TB-Excellent 89-91 (15,5-16,5)

Margaux, Chateau Lascombes 2004 : Un nez discret et séduisant de cassis mûr, de mûres, note cacao, pointe balsamique fond boisé toasté vanillé un peu caramel. La bouche est corpulente avec des tanins soyeux mais qui accrochent un poil en finale sur le cassis, le fruit noir confituré, note balsamique et fond boisé toasté moka vanille. La finale est fraiche, digeste, persistance honete de fruit noir, moka, vanille, pointe caramel. Un style de CC Bordelais très bien fait, de Margaux ou d'ailleurs. TB+ 90+ (16+). Mais j'ai préféré les précédentes, un vin à boire jeune ?

Pauillac, Chateau Duhart Millon 1986 : Un nez évolué sur l'encre, le graphite des notes de fruit rouge discrètes, de tabac, boite a cigare, fond de cuir, léger champignon. La bouche est charpentée, tanins fondus et ronds, de la structure, de l'allonge, de la profondeur, sur fruit léger confit kirché, note de tabac blond, d'encre, de graphite, fond de cuir classe. La finale est fraiche, tonique, puissante, on est a Pauillac, longue persistance de fruit un peu confit, tabac, encre, et cuir classe. Du classique, il manque un peu d'éclat au fruit pour gommer le côté austère. Par contre, c'est classe et profond. TB-Ex 91 (16,5)

Chambertin, Domaine Tortochot 1989 : Un nez superbe mais assez évolué à l'ouverture, avant qu'il n'évolue en permanence, léger cerise confite, des notes marquées de cuir, de tabac blond, fond d'orgeat, d'agrume confit, des épices variées. La bouche est corpulente aux tanins fondues, taffetas, enveloppants, sur la cerise confite, la framboise, notes de vieux cuir classe, léger champignon, épices et fond tabac blond. La finale est ample, soyeuse, pointe acidulée et superbe persistance fruit léger confit, de cuir, de tabac. Excellent 93 (17,5)


Repas 2, juste avec les enfants. Foie Gras. Langouste/hommard grillé, rizotto d'artichaud. Buche aux agrumes.

Riesling, Altenbourg VT, Albert Mann 2004 : Un nez de pamplemousse confit, kumquat, note safran, fond naphté pétrole très léger. La bouche est tendue, matière ronde de l'allonge sur l'agrume confit, note d'épice, safran, miel à la fleur d'oranger, pas trop sucré. La finale est équilibrée, pointe amer digeste, longue persistance de mandarine confite, kumquat, épice et très léger naphte. Excellent 92 (16,5)

Puligny-Montrachet, Les Folatières, Girardin 2005 : Un nez extremement élégant de grand chardonay sur la poire juteuse, note chevrefeuille, puis aubépine et tilleul, pointe noisette, fond beurrée, léger toasté. La bouche est magnifique, matière dense mais délicate, ample, caressante, envahissant le palais, soutenue par une jolie fraicheur, de la tension, de la profondeur, sur la poire mûre, presque juteuse, note chevrefeuille, tarte citron meringuée, fond beurrée, léger toasté et belles notes crayeuses. La finale est fraiche, bien enrobée style queue de paon, persistance d'école tout en équilibre et harmonie, sur le fruit bien mûr, l'aubépine, l'amande, le chevrefeuille, note beurrée toasté et fond crayeux léger fumé. Du grand art ! Excellent+ 94-96 (17,5-18,5), grand moment de plaisir partagé, exceptionnellement avec les enfants.

Repas 3 : Famille 2. Huitres. Canette aux agrumes, Pommes rissolées. Buche.

Muscadet Sevres et Maine, Orthogneiss, Domaine de l'Ecu 2010 : Un nez fin, crayeux, de fruit jaune, d'agrume, note citron, mais aussi fleurie, acacia, felur blanche et fond de roche. La bouche est vive, crayeuse, matière ronde qui enrobe la tension, sur l'agrume, la coquille d'huite, un coté iodé, fond de roche, de craie. La finale est ronde, longue, équilibrée, sur le fruit jaune, la craie, la roche, le citron. TB+ 90-92 (16-16,5)

Riesling, Domaine de l'Oriel 2007 : Un nez gourmand d'agrume, léger confit, pointe miel, note de roche, de fleur blanche. La  bouche est ronde avec une jolie tension, une matière ample, sur l'agrume pointe confit/miel, note fleur, roche. La finale est fraiche, tendue, joli longueur d'agrume, pointe miel, gourmand, note chevrefeuille et fond de roche. Un style rond et gourmand mais qui conserve de la tension. j'aime beaucoup 89 (16,5)

Saint-Emilion, Chateau Tertre Daugay 1988 : Un nez évolué, fin de cassis, de fumé type tabac blond, note champignon et fond pointe d'encre. La bouche est charnue, tanins soyeux et délicats, c'est mûr et tonique, sur le fruit rouge et noir, belles notes tabac, fumé, pointe encre et fond léger cuir et champignons cèpes. La finale est ronde, fraiche, bien équilibrée entre rondeur et acidulé longieur honéte que les aromes du nez. TB+ 90 (16). Un des plus beaux millsésimes de Tertre que j'ai dégusté.

Joyeuses fêtes à tous et l'année prochaine surement avec encore de belles bouteilles pour finir l'année !

Amicalement, Matthieu

samedi 22 décembre 2012

Des petites dernières pour la route

Bonjour,

La suite pour ceux qui ne sont pas rassasiés...

Lirac, Domaine de la Mordorée Reine des Bois 2005 : Un nez réduit à l'ouverture puis après 2H, c'est discret sur la prune, note animale légère, épice, poivre, thym, fond cacao. La bouche est ample, corpulente, tanins un peu secs, accrocheurs, du volume mais pas de densité, prune, cacao, épice poivre. La finale est un peu asséchante longueur honète de prune, garrigue, léger cacao. TB 87 (15) mais j'attendais mieux surtout au niveau des tanins, bouteille ?


Vosne Romanéé, Domaine Guyon 2003 : Un nez gourmand de fruit noir mûr, cassis, léger confit, note fraiche de ronce, épicée, réglisse, fond orgeat sureau. La bouche est corpulente, large, tanins soyeux vosnien, ça reste tonique sur le cassis, note sureau, épice réglisse, poivre, pointe ronce fraiche. La finale qui montre une fraicheur très bien intégré persiste sur des aromes de fruit noir bien mûr, mais pas de sensation sucre, poivre, réglisse, note de ronce qui donne la fraicheur, belle persistance. ça fait pas forcément pinot. Le vin se revele sur un roti de boeuf, puréee de panais. TB 90 (16).

Coteaux du Languedoc, Montcalmes 2008 : Un nez dominé d'une réduction œuf, animal, qui passera à l'aération, sur la framboise acidulé, note garrigue, un cote frais sous bois et fond fumé. La bouche est corpulente, ample, tanins soyeux, c'est équilibré et harmonieux avec une structure tendue, de l'allonge, sur le fruit rouge acidulé, des notes animales qui disparaissent, puis garrigue, thym, sous bois, poivre, sur fond de fumé, moka bien intégré. La finale est fraiche, tonique, sur le poivre, le cassis, la garrigue persitance correcte. TB 88 (15,5)

Pommard, Domaine Huber Verdereau 2002 : Un nez discret de cassis mûr, note de ronce, pointe sureau fond sous bois, léger moka. La bouche est corpulente, de la densité, tanins ronds, sur le cassis, la ronce, pointe épicée, sureau, fond léger fumé moka. La finale est fraiche, tonique, sur le cassis, pointe épice poivre, note ronce sous bois et fond léger moka. Bien fait pas d'une grande complexité mais répond a tout ce que l'on peut en attendre. TB 88 (15,5). L'escargot en bas à droite l'a beaucoup apprécié !

Nuits Saint-Georges Les Charmottes Chicotot 2010 : Un nez séduisant de cassis, de fruit rouge, note grillé réduc, mais surtout ronce, fougères, pointe épice réglisse, fond léger fumé. La bouche est charnue, tendue, de l'allonge, des tanins soyeux enrobants, structure fraiche, fruit rouge, épice réglisse, note de ronce, de sous bois, fond legér amende amer. La finale fraiche est de belle persistance sur le fruit noir, réglisse, ronce, sur un profil léger amer, style élégant. TB 87-89 (15-16)

Gevrey Chambertin Rossignol Trapet Cherbaudes 2007 : Un nez de cassis, pointe animale marquée, qui disparait après 24H pour laisser place a du fruit plus éclatant, myrtille, sureau, note fraiche de ronce, pointe d'agrume, fond léger fumé. La bouche est corpulente, ample, beaux tanins soyeux, sensuels, quasi velours, amples, qui enrobent la fraicheur, donnant le tonique, sur le fruit noir, cassis, myrtille, sureau, la ronce, pointe épice réglisse, fond léger fumé. La finale est tonique, fraiche, longue persistance de fruit noir, pointe de cuir, note de ronce, sous bois, épice réglisse et léger fumé, un cote aromatique sauvage mais une bouche douce et civilisé ! j'aime beaucoup ce contraste. Excellent 91 (16,5)

Saint-Emilion, Chateau Grand Corbin 1975 : Un nez évolué discret, fin, élégant de fruit rouge, pointe kirchée, sur le champignon, sous bois, pointe cuir et fond fumé. La bouche est svelte, tendue, acidulée sur le fruit rouge, tanin soyeux presque trop fondue, champignon, pointe kirchée, note orange sanguine. La finale est ronde bien fondue, perssistance honète de fruit rouge, note d'orange, sur le champignon, le sous bois. Il est temps de les boire ! TB 88 (15)

Pommard Les Refenes DomLaurent 99 : Un nez de fruit noir confit, note de brulé (un peu pneu quand même), d'épice réglisse, poivre, fond boisé moka chocolat. La bouche est corpulente avec des tanins soyeux, mais un côté déstruturé entre moelleux des tanins et structure fraiche presque vive légérement piquante, sur le fruit confit, le chocolat, des note poivres. La finale fraiche est acidulée sur le fruit confit, réglisse, moka. Pas très harmonieux B+ 86 (14,5)

Voilà c'est fini. Avant d'attaquer les bouteilles ouvertes pour les fêtes !
Amicalement, Matthieu

Longue liste de crus dégustés avant fêtes

Bonjour à tous,

Pour ceux qui aiment les listes de CRs, vous allez être servi car ce matin j'ai le temps de commenter quelques merveilles ou bonnes bouteilles ouvertes en novembre et décembre. ceux qui préfèrent les histoires ou les débats peuvent passer leur chemin. L'odre est celui du classement des photos.

Marsannay Domaine Bart Les Longerois 2008 : Un nez de framboise, de groseille, pointe lactée, notes de ronce, de sous bois, fond boisé fumé avec un soupçon de vanille. La bouche est charnue, trame tendue, tanin rond, c'est mûr et ample sur la framboise, la grenadine, note ronce et fond léger fumé vanille, dans un profil amer. La finale est fraiche, pointe amer agréable, joli persistance de fruit rouge, groseille, grenadine et fond fumé. TB 87 (15)

Cote du Rhone, Domaine de la Janasse, Terre d'Argile 2007 : Un nez discret de cacao, de prune, pointe kirch. La bouche corpulente attaque un peu en creux, question gout, avec une structure ample, des tanins ronds bien mûrs, mais un peu souple, sur la prune le cacao, pointe de poivre, note orange sanguine. La finale est ronde, puissante avec une pointe alcool, kirché, sur le cacao, la prune, le poivre, assez court. Un ensemble bien fait à la limite du trop mais gardant suffisemment d'équilibre pour moi, et qui plaira particulièrement aux amateurs de vins sudistes. TB 87 (15).
 
Gevrey-Chambertin Dom Laurent VV 2002 : Un nez très séduisant mélant avec harmonie le fruit rouge bien mûr, la framboise, la groseille, des notes épicées réglisse, poivre blanc, cacao sur un fond fumé bien intgéré. La bouche est charnue aux tanins soyeux, large, sexy sur le fruit rouge mûr, c'est juteux, tendue, note épicée, poivre, réglisse, fond très léger fumé. La finale est fraiche punchy, pas une matière dense, mais beaucoup de sapidité de fruit rouge épice et fond fumé. J'aime beaucoup, c'est complet, sexy, en restant élégant. TB+ 91 (16+)

Bourgogne Chardonay, Alex Gambal, Cuvee Prestige 2008 : Un nez expressif marqué de grillé (reduc ou fut ?) à la "CocheDury", sur le fruit jaune mûr, le citron, le chevrefeuille, note d'aubépine, d'amande, de tilleul, fond grillé toasté noisette torréfié. La bouche charnue est tendue ciselée, c'est droit, de l'allonge, matière précise, fine, cristalline, sur le fruit mûr, amande, aubépine, noisette grillée, tilleul, note crayeuse et fond grillé. La finale est fraiche, vive, tendue longue, sur le fruit jaune, tarte citron meringuée, notes crayeuses marquées, floral aubépine et ce fond grillé toasté. Un style "trendy" dans ma perception entre tension, maturité et arome toasté. Ceci dit, c'est très bon de temps en temps. TB-Excellent 90-92 (16-16,5)

Riesling, Michel Ginglinger Drei Exa 2008 : Un nez séduisant, classique, d'agrume pamplemousse, de citron, note florale, épicée safran, fond léger pétrole. La bouche est tendue, droite, vive, matière précise, fine, profil bien sec, sur l'agrume, le citron, note chevrefeuille, fond naphté pétrole leger. La finale est tendue, droite, longue sur l'agrume citron, note cedrat, et fond naphté. Parfait, j'adore, style sec et tendue, tout ce que j'attends d'un riesling TB 90 (16)

Montlouis, Chidaine Les Choisilles 2007 : Un nez discret de fruit jaune mur, de coing, note aubepine, presqu'amande, fond crayeux, pointe de miel et léger tourbé fumé. La bouche est ronde à l'attaque puis une belle vavicité matière ronde qui l'enrobe, c'est droit, tendue sur le fruit jaune, la craie, l'aubépine, finale tendue un peu vive qui s'arrondit à l'aération à en devenir souple et une persistance honete de fruit jaune, amande, et fond crayeux, fumé, tourbé. Classique dans un style mûr et rond. TB 88 (15,5).

Marsannay, Domaine Huguenot 2008 : Un nez très seduisant de fruit blanc, poire willaim note aubépine, amande, tilleul, fond léger toasté grillé. La bouche est ample, sapide, matière taffetas qui enrobe la structure tendue, de la tension, de l'allonge, sur la poire, le fruit blanc mûr, note aubépine, amande, fond crayeux et léger toasté fumé. La finale est fraiche bien enrobée avec une pointe de gras, belle persistance gourmande de fruit mûr, amande, craie, toasté. Une cuvée que j'apprécie beaucoup. TB 90 (16)


Saint-Joseph Guigal Lieux Dit 2010 : Un nez discret marqué de son élevage boisé, pointe caramel, sur le cassis, note fraiche de garrigue, le classique poivre, pointe violette, un ensemble harmonieux. La bouche est très bien faite, charpentée, tanins moelleux à la guigal, ample dans un ensemble frais, tonique, superbe équilibre, sur le cassis, le poivre, note fumé, fond boisé pointe caramel. La finale est équilibrée entre moelleux et fraicheur, belle persistance de cassis, fraicheur de garrigue, et fond encore sous son élevage boisé pointe caramel. Excellent 90-92 (16-17)


Haut-Medoc, Chateau Caronne Ste-Gemme 2003 :  Un nez kirché, de pruneau, cassis confit, note réglisse, fond moka café cacao. La bouche charpentée présente des tanins un peu secs, c'est sapide sur le pruneau, réglissse, kirch, et un fond vanille moka. La finale est ronde, souple, toujours un peu sec, sur le fruit confit, pruneau, moka. Des maturités contrastées sur ce millésime canicule entre les sucres et les phenols. B+ 86 (14)

Chassagne Montrachet, Domaine Morey Coffinet 2009 : Un nez séduisant, expressif, sur le fruit jaune mur, note aubepine, amende, chavrefeuille, fond boisé fumé toasté classe. La bouche est ample, expressive, sur une matière velours qui enrobe une structure droite, du fruit jaune mur, note aubépine, pointe citron, fond classe toasté, grillé léger. La finale est ample, enrobante et fraiche, belle persistance sur le fruit jaune, l'aubépine, le chevrefeuille, et le fond léger grillé taosté. Très bien fait, Thibault, j'adore. TB+ 91 (16+).


Vosne Romanée, Domaine Rion 2008 : Un nez discret de groseille, note de ronce, de sureau, d'airelle, fond fumé pointe cacao. La bouche corpulente est droite, beaux tanins soyeux, amples, c'est sapide sur la groseille, la ronce, pointe de sureau et fond fumé. La finale est ronde avec une pointe de fraicheur, dans un profil amer (qui signe un peu le millésime, confere Marsanay plus haut, car les extractions ont été gentiment poussées, je pense, chez pas mal de vignerons) et  belle persistance de groseille, airelle, ronce, sureau sur un fond léger fumé. J'aime beaucoup cette cuvée village. TB+ 89-91 (15,5-16,5).

Volnay Domaine Joseph Voillot 2008 : Un nez friand de cerise, note grenadine, sous bois, pointe sureau, fond frais. La bouche est charnue, tanins ronds dans une structure tendue, sapide sur le fruit rouge, cerise, groseille, pointe ronce, note sureau. La finale est fraiche, tendue, persistance honete de fruit rouge, ronce, sureau. Un vin gouleyant d'un millésime tendue, à la juste maturité tanique et à la matière limitée car je pense que Jean Pierre, lui, n'a pas tiré sur l'extraction, pas d'amertume ici, mais beaucoup de fruit. TB 87-89 (15-16).

Moulin a Vent, Duboeuf 2005 : Un joli nez expressif de fruit rouge, confiserie, bonbons anglais ou haribo, pointe légère banane classique, mais surtout des notes épicées, et un fond aubépine, amande, assez classe. La bouche est corpulente, beaux tanins soyeux amples, c'est tonique, de la fraicheur bien enrobée, sur le fruit rouge, coté bonbon, les épices typées poivre. La finale est ronde, friande, jolie longueur de fruit rouge, de confiserie, note épicé, et un très léger fumé, ambré, tourbé qui donne de l'élégance. Joli vin très bien fait qui a bien profité de ces années de maturation. TB 88 (15,5)

Et c'est pas fini, il m'en reste encore quelques unes a commenter avant d'attaquer les vins pour les fêtes, mais j'arrete avant l'indigestion...

Amicalement, Matthieu

dimanche 16 décembre 2012

Périple bourguignon

Bonjour à tous,

Cette année, notre périple en terre bénie a été intense et s'est fait dans un contexte personnel difficile. C'est pourquoi, j'en ai peut-être encore plus profité. Avec les années, la visite des domaines incontournables laissent de moins en moins de place aux découvertes. Pour alimenter ma soif d'apprendre, j'ai donc casé de nouveaux domaines tôt le matin (ou tard le soir) et même fatigué par les diners qui s'étirent au bout de la nuit, j'ai aimé confronter ma sagacité d'amateur à ces nouveaux territoires.

Ainsi, merci à la famille Mikulski, qui suite à un article sur ce blog, m'a proposé de venir déguster au domaine. Super moment passé avec François, a approché les magnifiques terroirs de Meursault dont il s'occuppe (Poruzots, Charmes, Goutte d'Or, Genevrières et Perrières entre autres...). Un échange intense et riche, en toute décontraction, une dégustation complète sur plusieurs millésimes et des vins superbes. Un style qui me parle. En sortant du domaine, je le rapprochai plutôt d'un style dans la même veine que son voisin d'en face Fichet, avec qui il est ami d'ailleurs. Puis, le WE dernier, en dégustant son Charmes 2008, éclatant de fruit, avec beaucoup de pureté, mais conservant quand même, un classissisme Murisaltien avec les petites notes de fruit sec, une matière ample assez généreuse magnifiquement équilibré par la tension... Finalement, je situerai le domaine plutôt entre le style de plus en plus flamboyant et pure de Patrick (BC) et le style plus fin, droit, tendu et très cristallin de Jean Philippe Fichet.

Autre découverte, merci Benoit, c'est Georges Chicotot à Nuits Saint Georges. Dégustation d'enfer avec Madame, anecdote et bon mots en toute décontraction et surtout bien sûr, de très beaux vins avec 2 terroirs magiques : Vaucrains et les Saint-Georges. En plus, super rapport Q/P, pour des vins que j'ai gouté très classiques dans leur forme, un rien austères jeunes mais avec beaucoup de fond, ce qui nous a été confirmé avec le Saint-Georges 67, offert par la patrone, qui était superbe de jeunesse. Nous étions plutôt sur les années 80, voir 78. Très beau vin.

Du côté des classiques, les 2011 de Jean-Pierre seront encore magnifiques. Avec cette année, une mention spéciale au Volnay Cailleret qui gouttait superbement.
Mais surtout, au Meursault Les Cras, pure, long, précis, très belle bouteille. Si Jean Pierre se met à faire aussi grand en Blanc qu'en Rouge, il va en emmerder plus d'un... (C'est un vigneron de Chassagne qui le dit)

Chez les frères Rossignol Trapet, grande forme de David qui est venu diner avec nous, et dont les 2011 poursuivent la série de millésimes très réussis. Au départ, les 2011 font assez 2007, mais le supplément de densité des matières, l'éclat d'un fruit plus franc, donne à ce millésime, plus de chair et de profondeur aux vins. Certains le comparent à 2002, je n'ai jamais goutté 2002 sur fût, mais comme ça, je trouve que ça se tient. Espérons que ce soit juste, car 2002 j'adore. Cette année, Petite chapelle se gouttait merveilleusement, et pour une fois, j'ai préféré le Latricières, absolument magique, au Chapelle. Comme chaque année, Etelois est juste énorme.


Chez Nicolas Groffier, on boit des bombes de fruit rouge mûr, des vins de chair avec en plus ce supplément d'âme qui rend l'ensemble époustouflant. Merci à Nicolas et son épouse pour les très bons moments passés ensemble.

Chez Morey Coffinet, Thibault est d'une gentillesse incroyable car Serge, timekeeper, ne ménageait pas nos hôtes pour activer les dégustations, faut dire Tooki était pressée de retrouver son maitre..., Mais Thibault a pris ça avec beaucoup de philosophie. Cette année, j'ai très bien gouté Morgeot Fairende alors que d'habitude ce n'est pas mon préféré. Il m'est apparu beaucoup moins mûr, confit que d'habitude, pas de fruit exotique, pas d'exhubérance, et il conservait de la tension. Mais mon coup de coeur sur 2011, ce sera Blanchot Dessus, magnifique bouteille, du volume, de la tension, de la profondeur, de la pureté, ce supplément d'âme qui fait les grands vins. Excellent+ (94-96). Tout le reste était superbe, mais je ne suis pas très objectif, car j'adore tous les vins de Thibault, a commencer par son incroyable Bourgogne générique, son superbe Chassagne Village. Et en 1er Cru, ce sera Remilly, Romanée, Cailleret et donc Blanchot pour cette année.


Et chez les Buisson Charles Essa, tout va bien aussi... Des Meursaults que je trouve de plus en plus pure, un style plus flamboyant, expressif mais recherchant la pureté. Du fruit blanc, de la poire, des notes fleuries, avec des équilibres d'école, de la tension, de l'allonge, c'est friand et profond. Encore une fois, BoucheChères superlatif, délicatesse et densité, et GoutteD'Or puissance et équilibre. Une activité négoce qui promet avec même du Chablis Vaudésir. Je suis curieux de voir ce que cela va donner. Merci à toute la famille pour leur accueil toujours chaleureux et avec une complicité qui s'enrichit au fil des années.

Chez Amiot Servelle, j'ai pu dégusté le Charmes Chambertin, nouveau dans la gamme des crus de Prune, Elisabeth et Christian. Et bien, étrangement, il fait beaucoup plus Chambolle que les Chambolles, un vin tendre qui tranche avec la gamme des 1erCru cambuléens, plus puissant et structuré.

Un passage éclair chez Daniel Rion, ou j'ai pu avoir avoir des nouvelles de Dany. Nous sommes repérés camarade pour partagé le gôut des classieux et profonds Vosne Beaux Monts ou autre Clos de Vougeot.

Pour terminer, un grand merci à Daniel Rebourgeon, du domaine Rebourgeon Mure, que je conseille, voir impose, à tous les amateurs de passage tant le rapport qualité prix des vins est incroyable et l'érudition, tout en finesse. Un Pommard Clos des Charmots 2009 de toute beauté, des Beaunes Vignes Franches restant pour moi le 1er Cru au meilleur prix de la côte. Enfin, je ne suis pas encore à la croix de Pommard (Merci à Daniel pour l'expression) car il me reste les diners à raconter.


Deux diners superbes avec une fin de série magnifique lors du premier. Dans la série blanc, un Bouche Cheres 2010 futur très grand vin. Deux Muscadets qui font honneur à leur appellation, celui de Remi/hamitan, excellent, je ne me rappelle plus le nom, le mien, Domaine R de la Grange Grand R 2005, un très beau vin, belle matière ronde enrobant une fraicheur tonique, longue, fine, Excellent 92 (16,5). Deux Rieslings 2010 de Michel Ginglinger, le Eichberg, un peu plus sucré, plus rond, plus gras que le Pfersigberg, qui est vraiment magnifique, tendue, cristallin, long.


Dans la série des rouges, dans les premiers servis, Gruaud Larose 86 Excellent 92, mais désolé Serge j'ai préféré le Cantenac Brown 83 Excellent 93, servi le lendemain, plus harmonieux, plus gourmand. Plus tard dans le diner, série sublime avec : Cote Rotie Landone Delas 2004, matière sublime, équilibre d'école, Excellent + 95 (18), plus de densité que la Cote Rotie La Turque 2002 de Guigal, Excellent 94 (17,5), qui elle présentait en séduction, ce que l'Hermitage Tardieu Laurent 97 présentait en profondeur, finesse, droiture, excellent vin aussi 93 (17). Ensuite le Chambolle Amoureuse 97 de Groffier présentait le nez le plus abouti mais la bouche avait un petit manque de densité comparé aux précédents, Excellent 93 (17). Pour finir cette série, Mas Jullien 94, puis Mas Jullien 2000, que l'on a tous placé quelque part à Bordeaux mais avec une singularité qui ne permettait pas de situer plus précisément, normal, c'est un coteaux du Languedoc, superbe aussi 93 pour le premier, 94 pour le second, plus gourmand.


Le samedi, merci à david pour le Chambertin 99, très grand vin, déjà superbe, mais avec un potentiel immense, et pas de chance pour le 69, qui en bouche faisait son age, mais quel magnificience aromatique dans le fond de verre... Le "classique" Lagrange 89 nous a égaré sur son millésime (on était sur 90) tant sa fraicheur était surprenante, excellent 93 (17). Un très beau Clos Rougeard des frères Foucault (2003?) qui confirme mon gout pour les cab franc très mûr. Les crus SudAf, Australien, Italien, Espagnol passés après, ne m'ont pas emporté bien que certains soient de très bons vins, mais, la finesse, la délicatesse des précédents, dont un superbe Chambolle Veroilles de Bart 2003, à la fraicheur construite mais tellement bien intégré, renvoyaient aux confits, écoerement des autres.

Un magnifique WE, passé trop vite, mais qui m'a permis de déconnecter pour mieux repartir pour cette fin d'année.

Amicalement, Matthieu