Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

dimanche 14 octobre 2012

On gagne pas à tous les coups : Hermitage Faurie

Bonjour à tous,

Dans les bouteilles récentes ouvertes, je n'ai pas eu que du nez au moment de me décider :

Hermitage, Domaine Faurie Meal-Bessards 2008 : Un nez sur la rédustion type œuf, un peu de cassis, notes typé verte feuille verte, plante, et un fond discret typé lard-épice et fumé. La bouche est charnue, limite svelte, aromatique sur le cassis note verte fraiche pointue, pointe réduc, fond lardé poivre et fumé, tanin vert pointue, ça fait pas mûr, et comme dit ma femme ça pique. La finale est fraiche, svelte, limite acide par contre belle persistance qui signe un cru dans un mauvais millésime et une vinification peu interventionniste (enfin je suppose), dans un millésime sans maturité que l'on a laissé "nature". Bof.

Du coup, il faut un vin du sud bien mûr pour se remettre.

Cote du Rhone, Domaine Janasse Terre de Buisseres 2007 : Un nez séduisant de fruit noir confit, note un peu animal, mais surtout agrume confit, figue, prune, épice souk, fond chocolat cacao. La bouche est corpulente, large, ample, tanins polis, structure équilibrée, pointe de gras, agrume, fruit noir, prune, figue, fruit sec note épice et fond cacao. La finale est large, style cavalerie sur une pointe alcool kirch, large, gourmande sur le fruit et l'orange confite, pruneaux, figues, note épice et fond cacao, un côté pims à l'orange quoi ! pointe animale et persistance honete. Un joli vin dans son style sudiste. TB 89 (15,5).

Enfin, pour retrouver zen et équilibre :

Gevrey Chambertin, Rossignol Trapet Clos Prieur 2004 : Un nez friand, complexe, de groseille mûr, de cassis, de mûre, note fraiche de ronce, de sous-bois, et gourmande d'épice réglisse, pointe sureau, fond fumé bien intégré classe. La bouche est corpulente, large, tanins soyeux amples dans une strucuture large, gourmande de fruit rouge et noir mûr, note dé réglisse, de zan, de ronce, de sureau, fond fumé. La finale est ronde, élégante, friande belle persistance sur le fruit mûr, la réglisse, la ronce, le fumé. Des notes végétales classiques typées ronce, et à l'aveugle pas de gentiane ou autre coccinelle. Excellent 91 (16,5)

Amicalement, Matthieu

samedi 6 octobre 2012

Régime sur les FAV, et Guigal c'est bon !

Bonjour à tous,

Cette année, les FAV se sont faites sans moi ! Enfin presque... J'ai quand même arpenté le rayon de mon monop habituel à la recherche des jolies bouteilles dégustées lors de l'avant première ou j'avais été invité en juillet

Bon, grosse déception, la bouteille que je visais : rivesaltes ambré a été dévalisée... Je m'enquiers auprès du sommelier qui présente quelques bouteilles et il me répond : ben oui, je l'ai conseillé à tout le monde... Au moins, cet homme a les mêmes gouts que moi et conseille bien ses clients. C'est d'autant plus vrai que l'autre bouteilles que je vise : Pouilly Clos des Rocs est aussi en rupture de stock ! Je retourne le voir et en souriant me répond la même chose... Mais c'est pas possible, il a du lire mon blog ! C'est les deux bouteilles que j'ai conseillé dans l'article... Heureusement, quelques jours après, j'ai pu profiter d'un ré-approvisionnement en Pouilly. Je me suis donc empressé de le re-déguster.

Pouilly Loche, Clos des Rocs Domaine des Rocs 2010 : Un nez séduisant, fin, classe et pure de fruit blanc, notes de tilleul, de chevrefeuille, de noisette, fruit sec,  pointe de roche et fond léger fumé. La bouche est tendue, structure droite, matière fine et précise qui accompagne une joli tension sur le fruit blanc, le tilleul, la noisette et un fond fumé avec une pointe de vanille. La finale est fraiche, tendue, persistance honnete de fruit blanc, roche, fond léger fumé et petite pointe de vanille. TB+ 90 (16). Un joli vin à attendre 3 à 5 ans pour gagner encore en finesse et délié.
 
Comme je ne suis pas allé dans ma cave de garde, mon armoire se vide surtout dans le casier du milieu, celui de la Bourgogne. Par contre les casiers Bordeaux et Rhone sont bien pleins. Il faut donc vider, je m'execute avec plaisir en commençant par :
 
Côte Rotie, Guigal Brune & Blond 2006 : Un nez superbe, de cassis mûr, de réglisse, pointe de zan, notes épicées poivre, pain d'épice, fond moka café fumé bien intégré. La bouche est corpulente, large, ample, tanins soyeux, structutre tonique, sur le cassis, le poivre, ces notes de pain d'épice gourmandes, et le fond classique léger moka, fumé avec une pointe lard bacon. La finale est fraiche mais bien enrobée, belle persistance de cassis, de pain d'épice, de bacon, de poivre, et le fond moka fumé. Excellent 90-92 (16,5). Ma femme, d'ailleurs, s'extasie immédiatement et reconnait une Cote Rotie et lorsque je lui montre la bouteille, elle me dit d'un ton assuré : "Guigal c'est bon" !
 
Amicalement, Matthieu