Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

dimanche 12 août 2012

Fin de série : Pomerol, Gevrey, Meursault, Nuits, Chateauneuf

Bonjour,

Fin de la série des dégustations de Juillet.

Meursault Goutte d'Or Pierre Boillot 1996 : Un nez évolué avec une pointe oxydative, sur le beurre, le caramel, des notes champignon et un fond fumé. La bouche attaque gracieuse, belle tension et dynamisme, sur le tilleul, le chevrefeuille, note de beurre, fond léger fumé. La finale est fraiche, vive avec un touché gras, une pointe acidulé, agrume, chevrefeuille puis notes tilleul, champignon, mousseron, fond beurré et léger fumé. TB 87 (15). L'étiquette ne fait pas mention de 1erCru, existe-t'il une parcelle de goutte d'or en appellation village ?

Meursault Charmes Mikulski 1999 : Un nez très élégant, fin, de poire, de tilleul, note pralin, noisette, citron, pointe cédrat, fond beurré pain grillé très classe. La bouche attaque ample avec une matière précise au beau toucher délicat puis ca se tend, structure droite, traçante, preque vive sur la poire, le chevrefeuille, notes tarte citron meringuée, pointe crayeuse, et fond noisette grillé, pralin. La finale est fraiche, tendue, bien enrobée, sur la longueur, et grande persistance de fruit blanc, belle notes de craie, pointe gourmande de tarte citron meringuée, note tilleul, chevrefeuille, fond léger beurre, brioche sorti du four, et pralin. Excellent 93 (17)

Pomerol, Chateau Rouget 2007 : Un nez séduisant dans le style classieux avec son boisé grillé fumé sur le fruit rouge mûr, fraises, framboise, pointe exotique orange confite, des notes  lactées type chupachups, mais aussi moka. La bouche est corpulente, sapide, tanin soyeux enrobant une structure large sur le fruit noir mûr, pointe lactée et fruit rouge, note moka et fond fumé grillé classieux. La finale est ronde, pointe de fraicheur tonique, et persistance honete de fruit noir mûr, note épice, fond moka fumé grillé. TB+ 90 (16)

Vosne-Romanée David Duband 2007 : Un nez simple mais charmant sur le fruit et la ronce. La bouche est charnue, matière en retrait mais au joli touché soyeux, de la fraicheur bien maitrisé, sur le fruit, la ronce, ça pinote. La finale est fraiche, sur le fruit avec un fond boisé. Peu complexe, un bon vin de soif. B+ 86 (14,5)

Chateauneuf du Pape Domaine de Beaurenard 2004 : Un nez fin, délicat, de prune, de cacao, de figue, c'est élégant et harmonieux. La bouche est corpulente avec des tanins un poil rigide (millésime ?) mais une belle tension, de l'équilibre, sur le fruit noir, la prune, la figue, des notes épicées, poivre et un fond cacao séduisant, aucune lourdeur. La finale est fraiche, longue, délicate, sur ces mêmes arômes. Un vin réussi de bout en bout qui commence à s'ouvrir. Un millésime dont l'équilibre me plait bien à Chateauneuf. Excellent 90-92 (16-16,5)

Gevrey Chambertin, Les Cherbaudes Lucien Boillot 2002 : A l'ouverture, le nez est gaché par des notes de pneu puis à l'aération arrive le fruit rouge, la réglisse, pointe épice fond évoluant entre cuir et champignon. La bouche est corpulente, superbes tanins précis et soyeux, c'est frais, dynamique sur le cassis, mais toujours ce pneu, caoutchou brulé (reduc ?), de la réglisse,une jolie pointe de cuir. La finale est fraiche, tonique, sur le fruit, la réglisse ce fond de cuir, mais cet arôme caoutchou reste en fond. Dommage car la structure est très belle. Une aromatique qui gache un peu la fête, bouteille moins belle que la précédente bue avec les copains Parisiens. TB 88 (15)

Coteaux de Languedoc, Mas Laval 2006 : Un nez sympathique, assez syrah sur le cassis, note de poivre pointe de garrigue. La bouche est corpulente, tanins ronds, sur le cassis, fruit noir, poivre, un fond garrigue et cacao. La finale est ronde avec une pointe fraicheur qui la rend digeste, sur le fruit noir, le poivre, le thym et un fond subtilement cacaoté. TB 88 (15)

Nuits Saint Georges, Clos de la Maréchale Mugnier 2007 : Un nez fin, de fruit noir, notes carroube, sureau, pointe épice réglisse, zan, presque menthe sur un fond léger fumé. La bouche est corpulente, large a l'attaque, tanins soyeux précis, fins, beau travail, sur le fruit noir et rouge, note réglisse, zan, fond délicatement fumé. La finale est fraiche, tonique, belle persistance sur la longueur sur le fruit mûr, le zan, la réglisse, note de ronce, sous bois, fond léger fumé et tabac blond. Un profil droit, fin et délicat, plutôt dans l'austérité que l'opulance. TB-Excellent 90-90 (16,5)

Voilà qui cloture un mois de juillet assez dens eet riche en belles bouteilles.
Amicalement, Matthieu

samedi 11 août 2012

Grosse série de juillet : Bordeaux 2009 et cote rotie, Vouvray, Riesling, Macon

Bonjour à tous,

Grosse série de vins dégustés au fil de l'eau de ce mois de juillet pluvieux par nos contrées. En vrac, des 2009 tout juste entrés, des vins de soif, des veilleries pour l'occase...

Bourgogne Chardonnay Alex Gambal 2009 : Un nez classique, séduisant de poire, fruit blanc, note fumé et pain grillé, fond fruit sec, noisette, amande et fumé. La bouche présente une matière ronde, mure, structure droite, tendue, belle tension, sur la poire, le fumé, le pain grillé, l'amande. La finale qui reste fraiche et tonique, belle persistance, de fruit blanc, grilllé, amande noisette. Une très belle entrée de gamme. Très Bien 88 (15,5)


Vouvray Chidaine Les Argiles 2005 : Un nez expressif, élégant, pure, de fruit blanc mûr, d'agrume un peu confit, note fleurie, acacia, et pointe terpénique résine sur fond de roche, de silex. La bouche attaque ronde puis une jolie tension se développe, de la longueur, une matière cristalline, de la fraicheur, de la profondeur, sur le fruit blanc mûr, note fleurie type acacia etfond de roche, silex, pointe calcaire. La finale est fraiche, pointe acidulée, un poil sucré ce qui donne de la gourmandise, de la longueur, c'est tendu, profond, avec une belle persistance fruit blanc acaia, roche, silex, et pointe calcaire. Excellent 91 (16,5)

Macon Pierreclos Guffens Chavigne 2004 : Un nez hyper séduisant de fruit jaune mûr, coing, pate de fruit, note épice, canelle, miel, fleur d'oranger, fond léger frangipane, fruit sec, pointe brioche, kougloff. La bouche est dense, ample, large avec une matière moelleuse mais dans une structrure tendue, droite qui a du tonus, sur le fruit jaune, notes de miel, d'épice, de tilleul, fond légèrement crayeux et brioché, grande gourmandise. La finale présente un toucher gras réhaussé de fraicheur ce qui la rende tonique, sur le fruit jaune mur, le tilleul, les épices et une persistance retour de brioche et craie. Excellent 92 (17)

Gewurztraminer Ginglinger Eichberg 2009 : Un nez caractéristique, fin, de litchi, passion, note silex, pierre, fond agrume. La bouche est ronde, ample, joli toucher, belle structure, de la profondeur et de l'allonge sur le fond typé agrume, note de litchi, passion, de poivre blanc. La finale est ronde, ample, pointe de gras, léger sucre perceptible, mais équilibré gourmand sur fruit exotique, litchi, goyage, belles notes de poivre balnc, fond agrume mais aussi silex, rocaille. Très Bien 89 (15,5)

Riesling Ginglinger Drei Exa 2008 : Un nez fin d'agrume, citron fond silex. La bouche est droite, vive, tendue avec une matière précise cristal, très incisif sur le citron, l'agrume, le silex. La finale est vive, très fraiche et de belle longueur. Pour les amateurs de vins secs et très tendus. Moi j'aime beaucoup TB 89 (15,5)
Après cette série de blancs, quelques 2009 arrivés tout sauf frais :

Pomerol Chateau Rouget 2009 : Un nez de fruit noir, limite confit, note de menthe fraiche, de fleur, d'épice, pointe orange sanguine fond grillé bien intégré fumé et léger vanille. La bouche puissante est impressionante, charpentée, ample avec des tanins soyeux, limite veloutés, sur le fruit mûr, presque confit, note orange sanguine, pointe de kirch, fond boisé grillé vanille, profil amer qui s'exprime dans une finale presque moelleuse, glycériné, puissante, note de kirch, de cassis mûr, limite pruneaux, pointe fraiche mentholé, joli persistance fruit mûr, grillé, épice, orange confite, vanille. Impérativement à laisser reposer 24H car à l'ouverture c'est limite écoerant voir lourd. C'est comme la grosse artillerie. On est sur des équilibres limite sucrailleux. Moins mon style, je m'en doutais et la première bouteille le confirme. Par contre, dans 10 ans, si ça ne tourne pas au kirch pruneaux, ça peut être très beau. TB-Excellent 90-92 (16-17)

Pessac Leognan Chateau Malartic Lagravière 2009 : Un nez puissant marqué de boisé fumé, pointe caramel, framboise, notes lactées, poivre, fond fumé caramel. La bouche est charpentée, imposante, matière dense, soyeuse, veloutée sur le fruit mûr, limite confit encore, pointe cerise kirch, notes boisées vanille et caramel, fond balsamique et boisé fumé. La finale est ronde, puissante, avec une pointe alcool glycériné, mais très persistance fruit noir confit, vanille, fond balsamique et fumé grillé. A nouveau, c'est plus digeste à 24H car à l'ouverture on est proche du nouveau monde ! Excellent 90-92 (16-17). On retrouve cette matière dense, veloutée, puissante et ces aromes typés confiture. Pas surpris de la tripoté de 100 parkerien sur ce millésime.

Haut-Medoc Chateau Cambon la Pelouse 2009 : Un nez marqué par l'élevage à l'ouverture, avec des tanins sauvages. Après 24H00, un nez beaucoup plus civilisé de fruit noir, pointe bourgeon de cassis qui donne la fraicheur, note graphite, tabac, épice, léger vanille sur un fond boisé bien intégré fumé moka caramel. La bouche est charpentée, matière dense, mûre, des tanin soyeux amples, sur le fruit noir mûr, à nouveau limite confit, fraicheur aromatique de ronce, bourgeon de cassis, de la profondeur, fond fumé moka. La finale est ronde, ample, à nouveau sensation glycérinée mais pas marqué par l'alcool, fruit noir mûr, graphite, tabac, note épice poivre, fond moka fumé pointe vanille. C'est toujours après 24H que le vin devient harmonieux. TB-Excellent 89-91 (15,5-16,5)

Pour changer de Bordeaux, un rhone nord 2009 :

Cote Rotie Cuilleron Terres Sombres 2009 : Un nez fin, précis, de cassis, de poivre avec une pointe violette, note de bacon, fond fumé et moka bien intégré. La bouche est corpulente, large, ample, avec des tanins soyeux strcuture fraiche, sur le cassis, le poivre, pointe fraiche type racine, note bacon et moka, fond fumé grillé léger. La finale est dynamique, longue persistance de cassis, poivre, menthe, racine, et fond moka fumé. Très joli vin, délié, précis, harmonieux, bien équilibré, une belle promesse. Excellent 92-94 (16,5-17,5)

Ce millésime 2009 correspond bien à ce que j'en ai lu ou goutter en primeur. Pas mécontent d'avoir pris seulement quelques bouteilles pour voir dans 10 ans et de m'être réservé pour le 2010, plus dans mon style.

Amicalement, Matthieu

samedi 4 août 2012

WE anniversaire, belles bouteilles et grosse déception


Bonjour à tous,

Pour mon anniversaire qui tombait en plein WE, j'avais prévu quelques bouteilles dégustées en famille. Pas pris beaucoup de notes mais voici quelques impressions sur les blancs d'entrée :


Le Clos Windsbuhl de Zind Humbrecht s'est présenté comme certain Riesling 2007 actuellement, cad, un peu fermé. D'une structure remarquable, son aromatique s'exprime peu. Le Saint-Aubin en Remilly de Langoureau 2006 fut parfait je dirai, comme d'hab :  un nez gourmand de poire mûrs, notes de frangipane, pointe fumé, fond tilleul, chevrefeuille. Bouche ronde pointe de gras sexy sur la poire, la frangipane, note de beurre, de brioche, fond crayeux, chevrefeuille. La finale est ronde tonique belle perssitance de poire mûr, notes un peu caramélisées et un retour crayeux, chevrefeuille. TB 90. (16)
Enfin le Pouilly Fuisse Tri des hautes de Vigne 2010 de Guffens est un gand vin. Un nez superbe après la petite réduction fumé, de fruit blanc mûr note gourmande de tilleul, de fruit sec, d'amande, de noisette grillé, avec une pointe de chevrefeuille, fond boisé grillé élégant. La bouche est ample, ronde, attaque tonique, structutre droite, tendue, profonde, longue, enrobée d'une matière soyeuse, ample, sur le fruit mûr, note de noisette, tilleul, chevrefeuille, et fond rond gourmand grillé, brioche et beurre. La finale est fraiche, bien arrondie par la matière, longue persistance de fruit blanc mûr, de chevrefeuille, tarte citron meringuée, beurre bricohe fond léger fumé. Excellent 93-95 (17-18)

Pour les rouges :

Pomerol Chateau Le Bon Pasteur 1999 : Très beau nez de fruit rouge, fraise mûr, note mentholé, épicé, poivre sur un fond fumé classe avec une pointe de cuir, et début de truffe. La bouche corpulente est large, gourmande, sur le fruit rouge mûr, note de truffe un peu plus marqué, d'épice, de poivre, de menthol, fond boisé fumé classe, matière un peu lache mais tanins soyeux. La finale est un peu fluide mais de belle persistance sur fruit mûr, la truffe, note menthol, fond fumé classe avec retour de truffe long et très séduisant. Excellent vin 93 (17), gros succès à table...
Hermitage Domaine de Vallouit Les Greffières 1988 : un nez superbe, fondue, fumé de cassis, note de cuir, de kirch, de bacon grillé, pointe de poivre, sur un fond typé encre. La bouche est corpulente, droite, profonde sur le cassis pointe de graphite , note de kirch, puis cuir et fumé bacon grillé structure un poil rigide mais tanins evidemment fondus. La finale est fraiche, longue, belle persistance de cassis, de cuir, de fumé, bacon, très classique de l'hermitage, mariant droiture et pointe d'austéruté avec classe et profondeur. Grand plaisir Excellent 93 (17)
Enfin, ce devait être le clou du WE :

Chambertin Clos de Beze Groffier 1995 : Ouvert avec amour la veille au soir, le premier nez présente une pointe de bouchon qui n'est pas que dans ma tête malheureusement. Malheur, car la fruit rouge léger confit, le cédrat, les notes mentholées, zan, et le fond champignon, fumé donneent très envie. Mais la bouche, corpulente avec des tanins soyeux, précis, fins,  sur le fruit rouge mûr, le fumé, la menthe, le champignon et le fond de cuir, sont totalement gaché par ce gout de bouchon rédhibitoire... Snif, snif...
Enfin, il faut se consoler, je vais donc ouvrir :

Riesling Brand VT Zind Humbrecht 2004 : Un nez d'une classe folle sur l'orange confite, le qumquat, note épicée, pointe de miel et fond fleur d'oranger et léger pétrole. La bouche est d'un équilibre magistrale entre une belle vivacité et une matière taffetas, on a à peine la sensation de sucré. La finale est tendue, longue, droite sur le nez et d'une persistance magistrale avec une pointe naphtée fûmé très classe. Excellent + 95 (18). 2004 n'a pas grande réputation mais j'ai du bien choisir mes bouteilles.
Amicalement, Matthieu