Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

samedi 31 décembre 2011

Grosses séries entre les fêtes : Pauillac, Hermitage, Macon

Bonjour à tous,

Période de vacance entre les fêtes, période d'ouverture de flacons, période de bilans aussi. cette année, un départ très bouchon avec plus de 10% de bouteilles flinguées, puis après l'été, enfin cela s'est ré-équilibré pour finir plus conforme au classique 5%. Par contre, les Bourgognes blancs oxydées des années 98 99 ont fait strike pendant les fêtes ! C'est quand même rageant et frustrant.

Encore cette semaine, Chassagne Montrachet Les Chaumes Bachelet Ramonet 99, dead. Plus réjouissant :

Macon Pierreclos, Guffens Heynen, Tri des Hauts Chavigne 2007 : Un nez classe de fruit jaune mûr, note d'amende sur un fond boisé brioche avec leger caramel. La bouche est ronde dans une structure droite, amende, craie, boisé pointe caramel. La finale est fraiche, joli longueur dominé par la craie mais fin de persistance caramel peu élégante. TB 88 (15,5) mais pas la bouteille la plus élégante des 3 dégustées.
Pommard Pezerolles Voillot 2009 : Un nez explosif de cerise, épicee variées, réglisse, note de ronce fraiche, pointe kirchée, fond sureau cèdre. La bouche est énorme, ample, tanin velouté, large sur la cerise, la groseille pointe grenadine notes de sureau, cedre, ronce, épice, réglisse, de l'intensité et de la densité. La finale est fraiche, tenue par cette belle matière, large, queue de paon et superbe persistance de fruit rouge mûr, ronce, sureau, boisé léger fumé et note de cèdre. Excellent + 94-96 (18-19)

Pauillac, Chateau Clerc Milon 88 : Un nez terrien, léger cassis pouce qui reste de fruit, note de pierre, de sol brun, pointe graphite, d'encre et fond fumé tabac. La bouche est corpulente, droite, tanin soyeux mais ensemble un peu rigide, sur le cassis, le tabac, graphite, la terre. La finale est fraiche et de persistance honete sur le champignon, la terre brune, le graphite et fond tabac blond fumé. TB 88 (15,5)

Hermitage Domaine Colombier 99 : Un nez après aération, discret, mais fin et  délicat d'une syrah a point, cassis, belles notes de poivre, d'olive grec, fond cuir et bacon grillé. La bouche est charpentée, droite, de l'allonge, profonde avec des tanins soyeux, sur le cassis, poivre, cuir bacon grillé. La finale est fraiche, dynamique, sur le cassis, le poivre, l'olive noir grec, pointe de garrigue et fond cuir et bacon grillé. Excellent, à maturité pour bien 5 à 10 ans, 92 (17)

Amicalement, Matthieu

vendredi 30 décembre 2011

Poule faisane Mazis et Margaux

Bonjour à tous,

Poursuite des jolis diners entre les fêtes, avec une poule faisane délicatement faisandé, flambé au cognac puis cuite lentement au vin blanc et bouillon. Pour accompagner ce repas :

Mazis Chambertin Harmand Geoffroy 1997 : Un nez de griotte, groseille, de sureau , note de rose fanée, pointe d'agrume confit et fond de cuir compose le bouquet classique du bourgogne à maturité. La bouche est charnue, tendue, de la profondeur, de la rondeur, du dynamisme, tanin soyeux sur la cerise griotte, la groseille, note florale typée rose fanée et fond de cuir. La finale est ronde, bien soutenue et offre une jolie persistance complexe de fruit rouge, de cuir, de rose. Un accord superbe sur la chair tendre et goutteuse du gibier. Excellent 93 (17)

Margaux, Chateau Rausan Segla 1982 : Un nez superbe, complexe, évoluant en permanence, à maturité de fruit rouge et noir intense, très léger kirch, puis du cèdre, du bois de santal, note de cepes, de sous bois et fond de cuir, léger fûmé. La bouche est charpentée, intense, droite, de l'allonge enrobée de tanins veloutés, amples, caressants, belle intensité de fruit rouge, pointe confit/kirchée gourmande, mais aussi du cèdre, des cèpes, du sous bois, santal et une petite touche graphite qui donne la profondeur. La finale est fraiche, enrobante, enorme persistance de fruit rouge et noir mûr, cèpes, bois de santal, cèdre, sous bois, et fond léger fûmé. Excellent+ 95 (18). Le vin est tellement bon qu'il se marie avec tout même si là, il s'impose presque trop sur le gibier.

Amicalement, Matthieu

jeudi 29 décembre 2011

Raclette et Chignin Bergeron, filet de bar et Clos Floridene

Bonjour à tous,

Sur la raclette savoyarde, l'assortiment de charcuterie a été accompagné :

Chignin Bergeron, Domaine Louis Magnin Grand Orgue 2005 : Un nez séduisant de fruit jaune mûr, notes fleuries, guimauve, fleur d'oranger et fond fumé goudron classe. La bouche est ronde à l'attaque, puis tendue et droite, belle fraicheur qui donne du peps, bien enrobée d'une matière suave, fruit jaune mûr, agrume, fleur. La finale est fraiche, longue, sur le fruit mûr quasi confit qui donne une pointe de gourmansdise, limite sucre, mais l'acidité équilibre l'ensemble et donne une finale de jolie persistance. TB 90 (16)

Sur des filets de bar juste saisies et poireaux légers confits :

Graves, Clos Floridène 2009 : Un nez typique de sauvignon sur un buis marqué, ananas, note citron sur un fond léger boisé caramel vanille. La bouche présente une matière ronde, suave, large, ample avec une pointe de fraicheur qui tend l'ensemble, sur le buis, ananas, pointe boisé caramel vanille. La finale est équilibrée, de joli longueur, gourmande, sur l'ananas mûr, toujours ce buis caractéristique et le fond boisé léger. TB 89 (16)

Amicalement, Matthieu

mardi 27 décembre 2011

Et pour le 25, en famille, avec : Côte Rotie, Saint Julien, Vouvray et Meursault

Le lendemain midi, c'est le repas de famille. Menu chargé mais délectable avec :
Placki (prononcé platzki en FR : galette de pomme terre-oignon) au foie gras et au saumon fumé
Gigot de 7H aux légumes anciens, purée de panais
Fromage divers
Buche type Paris Brest et tarte au fruit

Pour accompagner, en entrée quelques blancs de la veille, plus :

Meursault Cras Buisson Charles 2006 : Un nez plutôt discret mais fin et séduisant poire, note de pate d'amande, pointe de tilleul et fond délicatement brioche et crayeux. La bouche est très équilibrée, sapide, grosse attaque spécial cras avec une matière suave puis une belle ligne fraiche sur la poire, la craie, note de brioche, pointe pate amende. La finale est fraiche, tonique, longue sur la poire, pate amende, craie évidemment et fond brioché. Toujours un joli vin classique, pure, fin. Pas d'esbrouffe mais de l'élégance. Une bouteille un peu en dessous du magnum bu en Bourgogne qui était plus éclatant. TB-Excellent 91 (16,5)

Vouvray Moelleux Clos du Bourg 1ere Trie Huet 2006 : Un nez élégant, fin de fruit jaune confit, pointe quinquinat agrume confit, note raisin de corinthe. La bouche est fine classe longue, belle matière suave sur une structure tendue, peu de sensation sucrée mais de beaux arômes de fruit confit, agrume, orange amer, raisin de corinthe. La finale est fraiche, longue, élégante, bien soutenue par l'empreinte savoureuse d'une matière dense mais légère sur les arômes du nez. Excellent 91 (16,5). Les amateurs ont apprécié l'accord foie gras en entrée et sur la tarte en dessert.

Côte Rôtie Terres Sombres Cuilleron 2006 : Un nez séduisant, classe, fin de cassis, de fraise, un léger coté lacté, belles notes de poivre, fond bacon, cuir très classe. La bouche est corpulente, sapide, sur le fruit cassis, fraise, groseille, notes de poivre charmeuses, fond bacon un peu grillé, structure dense, tonique et droite, tanins soyeux amples. La finale est fraiche, large, pointe de gourmandise sur le fruit rouge mûr, légerement acidulé, belle persistance de poivre, épice et fond bacon cuir. Excellent 94 (17,5). Belle bouteille, unanimité à table, et accord plus qu'intéressant sur le gigot fondant, le fruit acidulé répondant parfaitement aux légumes confits (ayant mis du Vouvray moelleux dans la cocotte) d'ailleurs, elle se vide trop vite.

Saint-Julien, Chateau Lagrange 1996 : Un nez classique, profond, de cassis, fruit noir, note d'encre, de sous-bois, fond de cuir, de cédre, bois de santal. La bouche est corpulente, droite, sur une ligne fraiche et profonde, encadré de tanins soyeux, moelleux sur le fruit noir et rouge, note d'encre, de sous bois. La finale est fraiche, tonique, sur le cassis, pointe poivre, sous bois, cuir. TB-Excellent 90 (16). Pas d'une grande complexité mais de bonne gastronomie. Un accord en opposition aromatique avec le gigot, mais en accompagnement de texture moelleuse.

Maintenant préparation du nouvel an avec gibiers en objectif ! Les grands Bourgognes vont être de sortie. Amicalement, Matthieu



Vins du reveillon : Meursault, Riesling, Chablis, Vouvray

Bonjour à tous,

Un réveillon tranquille en petit comité basé sur le produit, le produit, le produit

Huitres Fines de Claire
Escargot pour le petit dernier
Hommard grillé, pomme noisette
Buche glacé au chocolat

Simple, et de bon goût, surtout les 2 beaux homards bien pleins et frais. Pour accompagner ça, valse de blancs :

Riesling Frederic Emile Trimbach 2005 : Un nez très marqué terpénique petrole, quelques notes d'agrume, du foin, sur un fond silex. La bouche reste élégante tout en présentant une grosse matière ronde au touché huileux, style plutôt suave, mais presque mou, toujours marqué pétrole, sur un fond agrume, fruit exotique, silex. La finale présente enfin de la  fraicheur et une longueur honete d'agrume, silex, pointe amer.  Un vin intéressant qui goutte sec mais un peu "mou" et surtout aromatiquement trop marqué pétrole ce qui enlève de la complexité. Pas emballé. TB 89 (15,5)

Chablis Preuses Fevre 2004 : Un nez classe, profond, de foin, herbe seche, fruit blanc, note profonde de craie, coquille huitre, iode sur un fond très léger fumé, silex. La bouche présente un belle équilibre et de la sapidité sur le fruit blanc, le foin, note d'iode, d'huitre, une matière savoureuse sur une belle fraicheur qui dynamise l'ensemble, fond léger fûmé séduisant. La finale est fraiche, tonique bien enrobée avec un touché leger gras, belle longueur fruit blanc, foin, herbe séche et fond silex, iode huitre, une petite pointe caramel/fumé un peu moins distingué en fin de persistance. Excellent 93 (17)

Meursault Genevrières Latour Giraud 1999 : la couleur jaune orangé ne laisse présage rien de bon... le nez confirme avec une soupe de caramel au lait, curry, olive. Oxydé, dommage belle finale fraiche vive

Meursault Genevrières Jobard 1998 : Un nez de fruit jaune mûr, pointe de beurre, note fruit confit noisette, fond léger brioche et agrume. La bouche présente un joli gras, ample, bien structurée d'une fraicheur qui tend le vin, sur le beurre, brioche, fruit sec, pointe agrume et des fruits sec mais qui commence a montrer les premiers signes d'oxydation, car les notes caramel, olive se font présentes en fin de bouche. La finale au touché  huileux se développe sur une ligne fraiche, sur le fruit sec, la brioche, note de fruit sec, et longueur ou arrive le caramel au lait. Bouteille moins joli que la précédente. TB 90 (16)


Vouvray sec Le Mont sec 2007 : Un nez discret mais fin et séduisant de fruit blanc, pointe citron, cevrefeuille, sur un fond de craie. La bouche est droite, matière ronde, soutenu par une jolie fraicheur, c'est droit et incisif sur le fruit blanc, le citron, la craie. La finale est tendue, salivante, sur le fruit mûr, les notes de craie et une persistance honete de citron, craie. TB 87 (15-15,5)
Amicalement, Matthieu

samedi 24 décembre 2011

Avant les fêtes, avant gout de beaux vins : Nuits St georges, Volnay, Vosne

Bonjour à tous,
Avant la période des fêtes et après le retour de Borugogne, farandole de Bourgogne comme confirmé par ma consommation annuelle (voir article ci-dessous). Parce qu'une fois acheté, faut bien les boire !

Nuits Saint Georges, Les Charmottes Chicotot 2000 : Un nez séduisant de framboise, groseille pointe grenadine, notes champignons type évolués et sous-bois, cuir et fond fumé. La bouche est charnue, acidulée à l'attaque, matière ronde large pas très dense, framboise, groseille, grenadine, note champignons, sous bois cuir. Une finale fraiche (!) presque vive (? pour un millésime chaud et mûr) de fruit rouge, cuir, champignon. Bon vin, agréable mais peu d'harmonie, une sensation de "construction". TB 87 (15)

Volnay VV Domaine Joseph Voillot 2009 : Tout juste ramené, tout juste gouté, un nez de cerise noir, burlat, mûr, presque confit, pointe grenadine, notes ronce, de sureau, pinotante qui donne la fraicheur fond léger boisé fûmé pointe vanille. La bouche est charnue, large, ample, pas énorme densité, mais une grande intensité avec des tanins soyeux, de la délicatesse mais aussi de la fraicheur, pas lourd et pourtant, cerise mûr, grenadine, sureau, note de ronce fraiche. La finale est volupteuse mais avec de la fraicheur, longue dynamique cerise mûr, sureau compoté, fond pinotant ronce et léger boisé vanillé/fumé. beau vin dans un registre mûr. A attendre car en gagnet de la complexité et de l'harmonie, on aure une grande bouteille à mon avis. TB+ 89-91

Vosne Romanée Les Beaumonts Rion 2008 : Un nez séduisant, complexe de framboise, sureau, groseille, notes de ronce, pivoine, fond baton réglisse et fumé. La bouche est corpulente, précise, fine, dense, tendue droite avec de l'allonge, de la profondeur, tanin vosnien presque velouté, fruit rouge, ronce pivoine. La finale est fraiche, encore vive, longue sur le fruit rouge friand, sureau, ronce et fond délicatement fumé. Un Beaumont classique, droit et profond mais avec ce touché Vosnien tellement sensuel ! Excellent 92-94 (16,5-17,5)
Chateauneuf du Pape, Usseglio 2000 : Un joli nez, séduisant, de cerise noire mûre, prune, pointe de fraicheur garrigue typée végétal noble, note de noyau d'épice souk sur une fond de figue séchée, agrume confit. La bouche est charpentée, attaque large, des tanins soyeux, jolie précision et belle gourmandise sur la cerise mûre, prune, épices, noyau et pointe de fraicheur garrigue sur un fond de cuir. La finale est équilibrée, mûre, sur le fruit mûr, cerise, prune, figue, note fraiche et noble, fond cuir et léger animal, fourure, qui révèle l'age respectable du breuvage. Très beau vin, Excellent 91 (16,5)

Vosne Romanée Violettes Christian Clerget 2006 : Un nez discret de cerise, pointe kirchée et fugacement volatile, note ronce et fumé et fond léger caramel. La bouche est charnue,  tanins polis à l'attaque mais finisse un poil sec et vif dans un  fond frais, limite vif, sur la cerise griotte, ronce note cacao et fumé. La finale qui chauffe un peu dégage de la cerise, ronce et fond léger boisé caramel. Ouaip, pas convaincu sur le coup. Bien 85 (14)

Pauillac, Chateau Haut Batailley 2004 : Un nez marqué d'un boisé moka, fumé, insistant sur du cassis mûr, et une pointe épice. La bouche est dense, charpentée, puissante, tanin un poil sec, et surtout assez brut, sur un cassis dominé d'un boisé marqué moka fumé. La finale est peu rigide, et envoie la cavalerie sur une longueur honete de cassis boisé moka. Un vin qui est encore dans sa gangue d'élevage. TB 86-88 (14,5-15,5)

Maintenant on va attaquer les vins pour les fêtes ! Amicalement, Matthieu

mardi 20 décembre 2011

Mon profil d'acheteur coincide-t'il avec mon profil de dégustateur ?

Bonjour à tous,
Suite à un sujet sur degustateur, j'ai compulsé ma base de données cave. Si tout y est concernant les achats (enfin moins ce que j'ai déjà bu), tout ce qui est bu n'est pas toujours commenté dans ma base. Mais déjà cela donne une idée de l'évolution en utilisant les fameux TcD d'XL.
Ce que j'ai bu en 2011 :

Bourgogne 31,51%
Bordeaux 17,62%
Alsace 15,38%
Rhone 15,38%
Loire 5,46%
Pays d'Oc 4,47%
Provence 4,22%
Sud-Ouest 3,23%
Espagne 0,99%
NvelleZelande 0,74%
Italie 0,74%
Allemagne 0,25%

Ce que j'ai acheté en 2011 :

Bourgogne 45,76%
Bordeaux 16,46%
Alsace 12,83%
Rhone 7,02%
Loire 6,05%
Provence 3,39%
Pays d'Oc 2,66%
Sud-Ouest 2,42%
Champagne 1,69%
Italie 0,97%
Beaujolais 0,73%

A priori ça colle. (avec une répartition 40% blanc et 60 % rouge)

Ma consommation a-t'elle évolué. j'ai pris comme exemple l'année 2006

Bordeaux 37,42%
Rhone 32,26%
Bourgogne 17,42%
Loire 4,52%
Pays d'Oc 2,58%
Sud-Ouest 1,94%
Provence 1,29%
Alsace 1,29%
Australie 0,65%
Chili 0,65%

Beaucoup de Bordeaux, Whaou 30% de Rhone (15% en 2011) et seulement 17% Bourgogne et 1% d'Alsace ??? !!!!!!!! Les goûts changent ;-)
et en 2005 alors :
Bordeaux 60,39%
Bourgogne 25,12%
Rhone 14,49%
Mais je notai beaucoup moins à l'époque dans ma base

Et les couleurs, bu en 2011 :

Blanc 35%
Rouge 65%
Bu en 2006
Blanc 10%
Rouge 90%

samedi 17 décembre 2011

Pour préparer les fêtes : Meursault, Pouilly, Saint Emilion, Volnay Santenots

Bonjour à tous,

Pour préparer les fêtes, après les premiers gibiers, les premières bouteilles pour faciliter l'accès au fond de la cave !

Chablis 1erC Mont de Millieu Gautheron 2005 : Un nez séduisant sur une pointe miéllée, de fruit blanc, des notes fougère, foin, fond léger crayeux. La bouche présente une matière ronde, tendue, jolie profondeur, fruit blanc, agrume citron, note foin, de craie donne un ensemble séduisant et "typique". La finale est un poil saillante mais pure et précis, grande longueur, fruit blanc, citron, pomme grany, foin et craie. Un beau Chablis, TB 88 (15,5-16)

Pouilly Fuisse Verget Terroir de Vergisson Laroche 2007 : Un nez séduisant de fruit blanc mûr, notes marquées fûmé grillé (réduc un peu, bois sans doute), brioche, pointe agrume et un joli fond noisette tilleul. La bouche attaque sapide, ronde, fruit blanc mûr, pomme, poire, joli fraicheur tend la bouche, note crayeuse puis boisé classe bien intégré typé caramel au beurre salée, fumé, grillé. La finale est fraiche, dynamique, un côté gourmand, sur le fruit mûr, pointe fleurie agrume note crayeuse, puis beurre, brioche, fumé et toasté. TB 90 (16)



Volnay Santenots Buisson Charles 2007 : Un nez discret de cerise, note sureau, pointe épice, ronce, fond sanguin avec un léger boisé. La bouche est corpulente, large attaque puis c'est tendue, droit, long, sur la cerise griotte, épice, sureau, ronce. La finale est fraiche, droite, longue, sur la cerise, le sureau, pointe ronce et de jolies notes d'épice. Le vin est moins expressif qu'il n'a été mais n'a pas encore gagné de la complexité. TB 90 (16)

Saint-Emilion, Chateau Soutard 1986 : Un nez évolué, discret, profond, sur le fruit rouge, fraise, champignon, note de cuir et fond léger fumé. La bouche est corpulente sur le cassis, le champignon, pointe d'encre, note cuir, tanin rond, tendue, un ensemble faiblement expressif et manquant d'harmonie. La finale fraiche présente une pointe verte typée poivron, un peu fuyante, persistance de fraise, cuir, champignon. TB 87 (15)
Cote de Provence, La Rimauresq 2006 : Un nez puissant, mûr, de fruit noir, note garigue typé fraicheur, orange sanguine, fond chaleureux cacao, chocolat pointe boisé toasté. La bouche est robuste, dense, tanin soyeux enrobant, large, fruit noir, mûre, épice, chocolat, cerise. La finale présente une pointe de fraicheur digestive, puissante, fruit noir mûr, note orange sanguine et fond cacao chocolat. TB 88 (15,5)

Amicalement, Matthieu

dimanche 11 décembre 2011

Avec les premiers gibiers : Volnay Santenots, Puligny Pucelle

Bonjour à tous,

Les premiers gibiers (merci Christophe) récupérés fin novembre m'ont permis de faire plaisir à quelques amis (Thibault, alors...) et d'ouvrir les premières grandes bouteilles d'age respectable. On a commencé avec 2 jolis perdreaux, bien faisandés et dont les restes ont fait l'objet d'un traitement précieux pour donner les futurs fond de sauce aux faisans et autre poule faisanne. Quelques bouteilles ouvertes pour accompagner ses jolis repas

Puligny Montrachet, Pucelle Marc Morey 1998 : première bouteille oxydée, la deuxième bouteille se présente un peu mieux avec tout de même une pointe oxydative légère, fruit jaune mûr, notes crayeuses, agrume, fond riche  beurrée léger toasté. La bouche présente une grosse attaque, matière moelleuse, large, ample puis ça se tend, belle allonge, le vin se fait plus fin, fruit jaune, craie et roche, pointe beurrée, note agrume voir citron. La finale est fraiche, presque vive, qui évite la molesse, longueur honete fruit jaune, épice, poivre, presque menthol, craie, citron et fond beurrée. Un beau vin en forme conique, ce que je retrouve assez souvent avec ce terroir des Pucelles. TB 90 (16). Par contre, le vin n'a pas tenu à l'aération évoluant rapidement sur une oxydation prononcée.

Sur les fameux perdreaux, Volnay Santenots Pierre Boillot 1996 : Un nez fin complexe, évolué, ou se mele le cassis, la cerise, le champignon , le sous bois, des notes légères kirchées, un fond épicée pointe orange confite. La bouche est charnue, large à l'attaque sur un fond droit tendu, matiere soyeuse qui enrobe la fraicheur, délicatesse, sur le fruit rouge, pointe cerise léger kirch, champignon, sous bois, léger cuir. La finale est bien enrobée d'une matière moelleuse mais sous tendue d'une belle fraicheur, persistance sur une pointe de vivacité, longueur intéréssante, fruit macérée, champignon, sous bois. Un très beau 96 ou la fraicheur est bien enrobée. Excellent 92 (17)

Chambolle Musigny Amiot Servelle 2006 : Un nez pinotant, ouvert, séduisant, de fruit rouge mûr, framboise, groseille, pointe de ronce, note de sureau, léger boisé fumé. La bouche est corpulente, tanins précis, fins, sérrés au beau toucher soyeux, de la fraicheur qui tend l'ensemble, belle sapidité de groseille, ronce, sureau. La finale est fraiche, délicate, fine et de belle longueur sur la groseille, le sureau, note de ronce et très léger fûmé. TB+ 90 (16)

Sancerre, Mellot, Moussières 2006 : Un nez expressif, classique du sauvignon avec ces notes de buis, de pin sur de l'ananas, du fruit jaune mûr, pointe silex pierre. La bouche est tendue, droite, sapide avec une matière ronde bien enveloppante qui adoucit la structure fraiche, sur l'ananas, l'agrume mûr, note de buis, de pin, fond citron silex très séduisant. La finale équilibrée est salivante et de très belle persistance sur l'ananas, buis, citron, silex, et fond fougère. Une cuvée que j'aime beaucoup qui jeune est assez peu typique mais dont la typicité se fait jour au vieillissement. TB+ 90 (16)

Amicalement, Matthieu

samedi 3 décembre 2011

WE bourgogne 2011 : colonie de vacance

Bonjour à tous,

 Notre classique WE Bourgogne de fin novembre a tourné à la colonie de vacance cette année !!! Pas un repas sans moins de 10 personnes. Mais l’occasion de croiser Dany et sa charmante femme, des suisses en vadrouille, des parisiens égarés, il ne manquait qu’un Nancéen trop pressé pour faire de Meursault, le lieu DCien le plus people du WE ;-)

Pas pris beaucoup de note cette année, décidé avant tout à profiter dans les brefs moments sans organisation à gérer.

Personnellement, 2010 est un millésime que j’apprécie, en blanc comme en rouge, équilibre, joli maturité avec tension et énergie. M’a fait penser à 2005 avec moins de force, d’énergie interne, et un peu moins de matière.



Entre diners (photos du diner master) et visites, beaucoup de vins dégustés. Des 2008 très digestes, dont l’acidité se trouve de mieux en mieux enrobé par la matière, des 2009 assez inégaux, de bons vins assez faciles mais un peu "plan plan" parfois, un style tendre, des réussites magistrales lorsque la matière et la fraicheur sont bien combinés (Derrière la Grange d’Amiot Servelle !!!!!).
Les plus beaux vins dégustés :

Pommard Rugiens Voillot 69 : tout y est, aromatique, équilibre, puissance et douceur, dynamisme et longueur. Grand terroir, beau millésime et le domaine Voillot.

Meursault Bouche Chères BC 2005 : Immense magie entre matière, délicatesse, légereté, densité, équilibre. Le plus beau blanc du WE. (et 2010 s’annonce dans la même veine !)



Ducru Beaucaillou 86 : grand vin rive gauche, élégance, classe, longueur, profondeur.

Leoville poyferre 78 : Gourmandise, rondeur, tout en gardant complexité et finesse.

Chassagne Cailleret Morey Coffinet 2010 : d’habitude, ce n’est pas mon préféré chez Thibault. Cette année je l’ai trouvé magistral. Aérien, puissant, en harmonie de bout en bout, une révélation, peut-être le plus beau vin chez Thibault cette année (Bouche Chère chez Patrick, du même acabit)



Chambolle Derrire la Grange Amiot Servelle 2009 : potentiel immense, énorme matière soyeuse à peine sauvage, profondeur, aromatique superbe, fraicheur surprenante, persistance hors classe, pas le profil d’épinal du chambolle, mais le profil du grand vin.

Vosne Romanée Beaumont Rion 08 : tendu, élégant, salin, fin, précis, un Beaumont très classique entre soyeux vosnien et profondeur.



Volnay Village Rebourgeon Mure 62 : quoi, ça, un village 62 ?! Et oui monsieur (certes 40% de 1er cru) mais quel vin. Complexe, fruit, café, cuir, bouche soyeuse, harmonieuse, finale dynamique. Incroyable (mais pas surprenant tant la qualité des vins du domaine sont à l’opposé de sa faible notoriété, mais pas localement). Volnay Cailleret, Pommard Clos Arvelet et Grands Epenots 08 et 09 de grande classe.

Marsanay Champs Salomon 2009 de Bart, un vin magnifique, l'archétype du grand 2009, de la matière, de la maturité mais aussi de la fraicheur, grande bouteille à 15 €..., je dis ça, je dis rien...



De très beaux blancs : Chassagne MC Romanée 2010 : très complet, harmonieux, bel équilibre et grande tension ; Meursault Cras 2006 BC : très beau, caressant sans lourdeur, séduisant sans fardage, très beau vin ; Meursault Charmes 95 : évolué, long, complexe ; Meursault Poruzots Jobard 07 et 08 : un Meursault puissant, de la matière, de la densité et de beaux équilibres.



De très beaux rouges : St Chinian Terrasse Grillées Moulinier 98 : une côte rotie qui s’ignore, une syrah lardé et fûmé à souhait, belle bouche soyeuse et profonde ; Chasse splean 90 pour vous redonner le moral, un 90 excellemment réussie, un grand cru classé ?, non un Bourgeois d’un grand millésime ; Pommard Charmot vaudoisey creusefond 2005, un grand cru ? non, un grand millésime, un beau terroir, un bon vigneron. Intensité, précision, densité, longueur, tout y est. Pommard Rugiens Voillot 91, un millésime pas réputé mais un grand terroir et grand vigneron, et voilà une grande bouteille. Léoville Barton 2008 : nez d’un bordeaux jeune mais déjà de la complexité, bouche superbe tanins soyeux, équilibre, longueur et grande persistance.



Et beaucoup d’autres…



Amicalement, Matthieu

dimanche 20 novembre 2011

Je goutte très différemment de la RVF : Pomerol Rouget 2001, Gigondas, Meursault

Bonjour à tous,

Suite aux derniers N° de la RVF sur les caves people de courchevel, j'ai parcourru les 450 vins dégustés et commentés en 2011. Et bien le moins que l'on puisse dire c'est que je ne goutte pas du tout comme eux. Déjà, sur les Saint-Julien 2008, il mette en avant Las Cases et descende Barton, pour moi c'est exactement l'inverse, à date ! Du coup, voyant également une dégustation de 2001, j'ai attrapé cette bouteille de Rouget, très bien noté, que j'ai également disponible à portée de main.

Pomerol, Chateau Rouget 2001 : Un nez très fruit, pur, précis, de cassis, mûre, note gourmande mûr lait fraise, pointe chocolat cacao et fond fumé torréfié léger, bien intégré. La bouche est corpulente, sapide, joli densité de tanin soyeux, précis, structure droite trendue, profonde, dynamique, sur le fruit noir mûr, pointe épice réglisse, fond torréfié fumé. La finale est fraiche, bien équilibrée, de la sagesse et grande persistance dominé par le fruit mûr,  avec des notes cacao, pointe épice et fond torréfié fumé léger. Certes un très joli vin Excellent 93 (17,5). Mais ça ne vaut pas 18,5 (97) de mon point de vue.

Sinon quelques jolies bouteilles dégustées récemment :

Meursault Les Cras Buisson Charles 2006 : Un nez fin, délicat, de poire, fruit blanc, note  tilleul, noisette pointe de craie et fond très légèrement beurrée toasté. La bouche est très cras, attaque ronde, ample, puis ça s'étire, joli fraicheur, poire , noisette, note de craie, fond un peu caramel au beurre salée mais très séduisant. La  finale est ronde, pointe de gras mais ça reste dynamique sur une jolie longueur de poire, noisette, tilleul et fond léger toasté, caramel beurre salée. TB-Ex 16 (90)

Gigondas, Domaine du Terme 2003 : Un nez qui commence à évoluer sur la prune, la figue, pointe kirchée, note de cuir classe et fond cacao. La bouche est corpulente avec des tanins soyeux, amples, qui tient l'ensemble, belle sapidité de prune, pointe cerise kirchée et note d'épice, poivre, de cuir et fond cacao. La finale est ronde, un poil fuyante/souple mais de jolie persistance de prune, figue, épice, cuir et fond cacao. très joli vin, mais surtout très belle évolution. TB 89 (15,8). 5 eme bouteilles et on passe de 84 à 89 graduellement.

Amicalement, Matthieu

samedi 12 novembre 2011

Les dernières dégustées : Pommard Pezerolle, Montus, Chateauneuf Janasse

Bonjour,

Après avoir grandement apprécié Montus 2001, les magrets étaient l'occasion de tester la version Prestige .

Madiran, Chateau Montus Prestige 2001 : Un nez puissant, classe, profond, de cassis mûr, pointe encre, note graphite, fond balsamique, boisé toasté classe. La bouche est charpentée, tanins soyeux puissants, un poil rigide, sur une structuire fraiche, ensemble encore un peu en retrait sur le cassis mûr, encre, graphite, note fruit rouge léger confit gourmand, sur un fond boisé fûmé. La finale est fraiche, dynamique et longue sur le fruit noir et rouge mûr, pointe acidulée gourmande, note d'encre, de graphite qui donne de la profondeur mais aussi encore une pointe austère sur un fond balsamique, fumé et toasté. Un très beau vin encore en devenir. Excellent 91-93 (17-17,5)

Dnas la série, ou j'en suis avec mes gouts, qu'en est-il des Chateauneufs que je trouve maintenant lourd. Expérience avec la Janasse :

Chateauneuf du Pape, Domaine Janasse 2003 : Un nez discret, élégant, de prune, figue, des notes d'épices type souk, pointe kirch et fond léger cacao. La bouche est corpulente, attaque large, tanins poudrent un peu avec encore une pointe astringente sur la prune, note léger kirch, épice, cacao amer. La finale est ronde, un poil souple, longueur honète de prune, kirch, cacao, épice. Tanin mieux à table et très agréable sur des fajitas. TB+ 89 (16)

Depuis mon expérience avec les Epenots 2006 de Rebourgeon Mure, j'avais envie de regouter un pezerolle de l'ami Jean Pierre. Un beau roti de boeuf me paraissait un compagnon idéal :

Pommard Pezerolle Voillot 2006 : Un nez friand, corbeille de fruit rouge, note réglissée gourmande, épice multiple, pointe de fraicheur ronce et fond boisé léger caramel (Première fois que je ressens ça sur les vins de JPC). La bouche est corpulente, sapide, large à l'attaque, puis arrive des tanins fins, précis, soyeux, sur une structutre fraiche, droite, longue, de fruit rouge, note de carroube et sureau, réglisse, épice, beaucoup d'élégance mais encore un peu réservé. La finale est fraiche, grande friandise, et belle longueur fruit rouge, pointe acidulée, note de ronce, réglisse, épice, et fond léger boisé. Un vin encore sur la réserve, du plaisir déjà, mais surement beaucoup plus dans quelques années, à attendre 3 à 5 ans. Excellent 91-93 + (16,5 - 17,5).

Amicalement, Matthieu

dimanche 6 novembre 2011

De jolies bouteilles ces derniers temps : Ormes de Pez, Volnay, Trevallon, Schlossberg

Bonjour,

Après la relative déception à la dégustation du riesling Schlossberg de Mann apporté par Nicolas S pour la finale du rugby, j'ai ouvert une des miennes pour en avoir le coeur net !

Riesling Schlossberg Albert Mann 2004 : Un nez classqiue, élégant, d'agrume confit, épice, pointe miel, de kumquat, note silex craie minérale fond léger pétrole. La bouche plus équilibrée que la dernière fois, attaque en rondeur, mais très vite structure droite, tendue, bien enrobée par une matière pointe de gras, belle sapidité d'agrume confit, pointe minérale silex, craie, épice badiane léger sucre. La finale est ronde, léger gras mais bien tendue (jolie fraicheur) et e belle longeur sur l'agrume confit, la mandarine, épice douce, miel, fond léger pétrole. Excellent 93 (17+)

Riesling Drei Exa Ginglinger 2010 : Un nez précis de fruit blanc mûr,  d'agrume, note fleurie, guimauve, violette, fleur d'oranger, fond silex  "minéral". La bouche est tendue, droite, limite vive, traçante enrobée d'une matière bien mûr, fruit blanc, agrume, pointe amer, note fleurie, et fond silex, roche. La finale est fraiche, traçante, vive, effilée comme une lame et joli longueur agrume, fleur roche, de l'essence de Riesling. TB 88-90. (15,5-16)
Saint-Estephe, Chateau Ormes de Pez 2003 : Un nez discret mais fin de cassis, tabac, note épice, pointe fraicheur fleurie, fond encre graphite début de cuir. La bouche est corpulente, belle densité de tanins satinés, de la droiture, cassis, encre, graphite, tabac, pointe épice. La finale est équilibrée voir fraiche, cassis, encre, graphite et fond tabac léger fumé, pas d'une gde longueur. Pas le profil du 2003 lourd, très agréable, joli vin. TB 90 (16)
VdP Bouche du rhone, Trevallon 2008 : Un nez appétant de fruit rouge mûr, fraise, grenadine, pointe kirch, note d'épice, côté lacté chupachups et fond sur le végétal, la fraicheur. La bouche est charpentée, tanins soyeux mais un poil accrocheur, pointe austérité, dans une structure droite, de la profondeur, peu de compléxité à date, fruit rouge, note épice, encre. La finale est droite, profonde, longue, délicate, fruit rouge mûr, encre, épice poivre, enfin garrigue, fond léger fûmé. TB-Ex 89-91 (15,5-16,5)
Saint-Joseph, Delas Sainte Epine 2006 : Un nez discret en retrait, cassis mûr, léger poivre, note alcool légère, viande et fond boisé lardé. La bouche est charnue, creux attaque tanin rond, pointe amer, cassis léger, boisé lardé. La finale est fraiche, courte, cassis, fond fûmé lardé. B+ 86 (14,5)
Amicalement, Matthieu