Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

lundi 7 juin 2010

Magnifique série pour la crémaillère de Serge : Ampuis Guigal Ducru Beaucaillou Leoville Poyferre Malescot Frederic Emile

Bonjour à tous,

L'ami Serge et sa charmante femme Emmanuelle nous ont organisé un superbe repas pour fêter leur nouveau palace de l'ouest Parisien ! Connaissant les goûts de Serge pour les bouteilles de nobles origines, chacun y est allé de sa spécial réserve afin de faire de ce repas la plus belle série de l'année. Jugez plutôt :



A l'apéro, un HCB blanc vif et sympathique, a mis tous le monde en appétit.
Sur la salade de daurade crue, je vois cette bouteille à la forme Alsacienne qui pourrait tout à fait être un Riesling et se marier parfaitement avec la salade. Bingo, c'est bien un Riesling, car son nez est typique de ce noble cépage après quelques années de bouteille.

Le nez est précis sur l'orange confite, la pomme, des notes florales et un fond naphte/pétrole superbe. Si la bouche finit un peu courte à l'ouverture, sorti du frigo, la remontée en température va libérer la belle matière ample, enrobant l'acidité traçante et donner la pleine mesure dans une finale puissante d'agrume mûr, de miel, de fleur et ce petit fond délicieusement pétrolant et quel accord avec la daurade ! parfait. Riesling Trimbach Frederic Emile 1998. Excellent 93, ça démarre fort.

Ensuite un Ladoix 1erC De Maratray Dubreuil 2005 nous présente un nez avec une pointe de réduction, pierre à fusil puis de la poire, des notes mentholées, de la frangipane et un fond de brioche grillé. Une bouche ronde avec une belle matière, de l'allonge et une finale fraiche longue sur la frangipane. Très Bien + 90
 
Le Corton Charlemagne présente un fond oxydatif d'olive, de curry qui n'est pas mon style, de même que le fond boisé coco caramel qui prolon,ge une finale puissante. Bien 85
 
On attaque les rouges sur du magret, purée écrasée, à la main bien sûr. Le nez est très séducteur et typique d'un pinot à maturité avec de la groseille, de la myrtille, du fruit mûr, des notes de pivoines, de ronce, une pointe réglissée et un fond délicieusement fûmé. La bouche est charpentée, mûre avec des tanins amples mais construit tout en longueur sur le fruit mûr, réglisse, poivre, la finale est équilibrée longue avec des pointes de cuir, de sous-bois. Excellent 92 et après une forte hésitation entre Nuits et Vosne, je le place à Nuits et en 90 au vue de la patine, perdu ! Vosne Romanée Beaumonts Rion 99.
 
Le vin suivant à un nez jeune qui m'évoque le Languedoc avec du noyau de l'olive, une bouche robuste d'un bloc, de beaux tanin mais une pointe boisé caramel, et une finale légèrement poivrée. Bien+ 85. Hermitage Faurie 2008.
 
Ah, le nez suivant, tout ce que j'aime : du cassis mûr, du poivre, des notes de cuir, une pointe bacon grillé, des épices. La bouche est superbe, de l'attaque franche ou développement ample et soyeux, belle densité, charpentée a souhait, intense sur le cassis mûr, le cuir, le poivre et une finale fraiche dynamique persistante, Grand vin, pas une once de boisé cette fois ! Côte Rôtie Chateau d'Ampuis Guigal 96. Excellent 94.

Le suivant nous fait traverser la France avec ces notes de cassis mais sur un fond de bourgeon qui ne trompe pas, un fond de poivron grillé, des notes de sous-bois, de cèdre, grande élégance. La bouche est robuste, pleine, longue, aromatique à souhait avec des tanins soyeux qui s'épanouissent dans une finale longue et  équilibrée, l'ensemble présente tout l'élégance d'un Rive gauche mûr, tout en allonge, dense, mais avec une certaine finesse. Si l'ensemble de la tablée a vite identifié le millésime 96. Bravo Serge, c'est bien Margaux, Chateau Malescot Siant Exupéry 1996, et décidément j'aime vraiment cette cuvée ! Excellent 93.

On poursuit dans cette voie avec un nez plus mûr, plus complexe ou s'ajoute au fruit et sous-bois, des notes de moka, de cuir, de feuille séchée, de tabac. Waouh, superbe ! La bouche attaque direct, charpentée mais térriblement soyeuse, le vin se développe en caresse veloutée tout en gardant une force, une allonge qui s'étire jusque dans la finale, un poil acidulé mais tellement jouissive, allez, on lui passe même ce petit côté très léger de surmaturité/confit tellement cette trace s'éface dans ce kaleidoscope d'arômes, tour à tour, de sous-bois, de tabac blond, de moka, de cassis, de cuir... Magnifique. Meilleur vin bu cette année. Exceptionnel 96 et après avoir hésité entre 78 et 70, j'ai bien identifié Saint-Julien, et ce Leoville Poyferre 70 est superbe. Merci à Mathieu, et bon anniversaire ;-).

Enfin le dernier rouge prolonge le plaisir de la rive gauche, cette fois un nez un peu plus marqué d'arôme évolué type sous-bois, feuille morte, cuir et un peu moins complexe. La bouche à l'inverse fait plus jeune, robuste, bel équilibre, grande longueur et belle allonge, tanins soyeux, sur le cassis, le sous-bois, les feuilles mortes, la finale gagne en puissance et finit sur un beau fûmé, très élégant. Pas de doute, c'est un Saint-Julien, je le situe en 86 et connaissant l'ami Serge, je sobodore un Ducru Beaucaillou, c'est bien ça mais en 85. Très beau vin. Excellent 92

Le Clos Dady 2001, fera tout à fait son office sur le super Tiramisu d'Emmanuelle.
Merci à vous deux pour ce super repas, quelle série de vins...
PS : on a eu assez peur au départ car le temp lourd et orageux sur la région parisienne pouvait laisser craindre une dégustation moins flatteuse.