Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

dimanche 28 juin 2009

Les vins malins 2eme vague : Vouvray Chidaine Bouchet Saint Romain Gras

Bonjour à tous,
La suite des avantures avec les Vins Malins de vin-malin.fr ! 2 blancs cette fois :

Vouvray Chidaine Le Bouchet 2006 demi sec : Un nez miéllé avec un côté cire d'abeille sur le fruit jaune mûr. La bouche est ample, large, beaucoup de matière, riche, à la limite de la sensation sucré sur le miel, le fruit jaune confit. La finale évolue vers l'amer ce qui dynamise un peu le côté sucré, c'est ample, volumineux, et assez persistant. Très Bien 87 mais plutôt à l'apéritif ou sur un dessert.

Saint Romain Alain Gras 2007 : Un nez avec des notes de réduction grillées marquées, après aération, on distingue du fruit blanc, des notes citronées sur un fonc crayeux. La bouche est fluide, large, matière droite, fruit jaune, sur un fond crayeux imposant. La finale est large, fraiche, sur la craie, le fruit jaune.
Un vin de fraicheur a déguster à 12 ° Bien 84

Amicalement, Matthieu

jeudi 25 juin 2009

Le Volnay a maturité, c'est aussi très bon : volnay Fremiets Boillot Montus Arcins

Bonjour à tous,
Un énorme plaisir avec ce retour d'un pinot à maturité sur la table en accompagnement d'un filet mignon cuit à l'étouffée et ses pommes de terre confite au soja :
Volnay, Domaine Boillot 1er Cru Fremiets 1988 : Un nez complexe de vieux cuir, d'agrume, de fruit noir mûr, des notes de sous-bois, de champignon. La bouche est corpulente, large à l'attaque, puis belle allonge, dense avec des tanins soyeux, droits, un poil ferme, sur le fruit mûr, le cuir. La finale devient longue, droite, sur le fruit noir presque confit, le cuir, le sous bois. Excellent 93

Beaucoup de plaisir avec ce vin a maturité ou les tanins un peu ferme sont bien compensé par le caractère charnue des Fremiets.

Sinon, dégusté également, dans la série primeur 2006, un vin qui n'a rien à voir :
Madiran, Château Montus Brumont 2006 : Un nez opulant de fruit noir mûr, lacté avec un côté animal, sur fond de grillé, toasté, un poil vanille. La bouche est robuste, puissante, dense sur le fruit noir compoté, un côté animal avec des tanins soyeux sur un fond légèrement sucré. La finale est encore astringente, sur le fruit confit, un côté animal, amer, grillé fûmé, je l'ai trouvé un peu too much, en espérant que le temp l'assagira ! Très Bien 86-89

Amicalement, Matthieu

mercredi 24 juin 2009

Larcis Ducasse, c'est bon, même avant Derenoncourt ! Saint-Emilion Larcis Ducasse 1970 1990

Bonjour à tous,
Voici un vin dont on parlait peu et qui, sur quelques bons millésimes, présentait un superbe rapport qualité prix pour qui aime bien le clacissisme Bordelais. Depuis son rachat et la patte Derenoncourt, on en parle beaucoup plus... Reste à savoir si le vieillissement leur apportera autant de charme... En attendant, 2 illustrations récentes qui m'ont apporté beaucoup de plaisir :
Saint Emilion, Château Larcis Ducasse GCC 1970 : Un nez de fruit noir, réglisse sur un fond de cuir, des notes champignons mais aussi un coté kirché, limite alcool. La bouche est charnue avec une attaque franche, large, des tanins soyeux fondus, une trame acidulé sur le fruit noir, réglisse, puis champignon et cuir. La finale est acidulée sur le réglisse, le fruit noir et une persistance de cuir, de champignons. Joli vin, mais avec un acidulé marqué qui n'est pas assez enrobé par la matière... ceci dit le vin reste remarquable par rapport à son âge !. Très Bien 88

Saint Emilion, Château Larcis Ducasse GCC 1990 : Un nez gourmand, profond, sur le cassis, le fruit rouge, le poivron rouge mûr grillé, un coté lacté et un fond de cuir. La bouche est large, dense, corpulente, beaucoup de profondeur avec des tanins soyeux amples, de fruit noir mûr, du cuir, des notes fûmées. La finale est encore marquée de tanins encore un poil sec, mais c'est long et persistant, belle équilibre, fin, élégant sur le cassis mûr, un poil de graphite, du cuir, des notes fûmées. Excellent 94
Ce doit être la 3eme bouteille c'est toujours aussi bien... Le vin a besoin d'une aréation d'une heure pour se révéler, il délivre alors la profondeur, la complexité et la magie des grands Bordeaux à maturité. A table, c'est magique, incrachable et une furieuse envie d'y revenir après chaque bouchée avalée. Un vin qui magnifie les plats (de viande), comme lui même est boosté par le plat...
Amicalement, Matthieu

lundi 22 juin 2009

De relatives déceptions : Digoine de Villaine Pessac Haut Bailly 2006

Bonjour à tous,
Voici 2 vins qui m'ont un peu déçu, soit j'en attendais trop, soit je ne les ai pas compris mais toujours est-il que je percevrai !

Côte Chalonnaise, Domaine De Villaine la Digoine 2007 : Un nez discret de framboise, sur un fond noyau assez marqué, note de "vert" à peine perceptible (rafle ?, maturité ? Millésime ?) et léger fûmé. La bouche est svelte avec des tanins ronds, droits, gros creux en attaque puis arrive un léger fruit rouge et le noyau. La finale est fraiche, un peu amer, sur la longueur sur les arômes du nez mais avec une grosse dominant vin jeune. Soit le vin s'est refermé, soit ce n'est pas mon style de vin, soit les 2 !

Pessac Leognan, Chateau Haut Bailly 2006 : Un nez classe, discret, de fruit noir mûr, de chêne grillé, un côté frais et profond de fruit rouge, fraise, sur un fond fûmé grillé. La bouche est charnue, large, belle trame tendue, profonde, belle allonge avec des tanins ronds. La finale est fraiche, dynamique, sur le fruit noir, un peu fluide. Manque un peu de densité et d'expression actuellement. A suivre. Très Bien + 89-91

Amicalement, Matthieu


dimanche 21 juin 2009

Ils sont malins chez Vin-Malin : Saint-Joseph Cheze Ro-Ree Maranges JC Regnaudot & fils

Bonjour,


Il y a quelques temps, j'ai été sollicité par mail par ce caviste en ligne vin-malin.fr pour gouter certains vins et réaliser des CRs de dégustation. Personnellement, je n'ai jamais souhaité monétiser ce blog avec de la pub. Donc, au delà de la satisfaction de mon égo, je trouve cette approche plus intéressante que la pub et plus riche pour l'internaute. Cette sollicitation m'a aussi fait sourire dans le contexte du débat ouvert par l'ami Olif, ici et qui a généré bon nombre de discussion ici ou parmi les amateurs sur les "territoires" entre critiques pros et web-degustateur. Et les vins envoyés, 6 bouteilles ecclectiques, avec quelques noms comme Chidaine et Chèze et des producteurs moins connus dont je me fais une joie de goûter les vins... En voici 2 déjà :




Saint-Joseph, Domaine Cheze Ro-Ree 2006 : Un nez marqué de note d'élevage boisée, fûmé torréfié, grillé, mais pas outrancier sur un fond de cassis mûr, le tout dans un style aguicheur mais sans lourdeur. La bouche est large, dense, corpulente, avec une matière soyeuse, sapide sur le cassis mûr, des notes de poivre un fond lacté grillé. La finale est équilibrée, mûre, large et belle persistance de cassis, de fûmé. Pas très complexe mais très bien fait dans un "modern style international" sans être trop mangé par le bois. Très Bien 88 et très bon rapport Q/P à 13 €uros



Maranges, Domaine JC Regnaudot & fils 2004 : un nez discret sur des notes de gentianes, un peu marqué alcool, et saveur medicinal sur un fond noyau. La bouche est svelte, large, avec des tanins ronds un poil sec, l'ensemble est fluide sur le fruit rouge, avec une trame fraiche. La finale est fraiche, limite acide marqué alcool sur la framboise, la gentiane (un vin qui s'accomode de son millésime) Assez bien.

Les autres à suivre !
Amicalement, Matthieu

vendredi 19 juin 2009

Enfin le temp de parler de 2 beaux vins : Pavie Macquin 2006 Nuits Thorey Magnien 2002

Bonjour à tous,
Pris par une vie professionnelle trépidente à courrir au 4 coins de l'IDF pour décrocher les contrats que la crise retarde... Je n'ai même plus le temp de poster mes CR ! Ce soir, je le prends pour vous parler de beaux vins bus récemment :
Saint Emilion, Chateau Pavie Macquin 2006 : Un nez gourmand de fruit noir, de noyau, sur des notes noisette, café, fûmé. La bouche est robuste, large, dense, avec des tanins taffetas sur le fruit noir mûr, noisette, café. La finale est ample, longue, dense, grande persistance de fruit noir mûr, de café. Encore dans sa gangue d'élevage et donc un peu monolithique, la structure, la longueur et l'équilibre d'un grand vin en devenir ! Excellent 90-94

Après des séries de Bordeaux, une énorme envie de pinot m'a conduit à ouvrir :

Nuits-Saint-Georges, Les Thoreys 1erC Magnien 2002 : Un nez de fruit noir mûr, un coté lacté, fond de ronce, de sous-bois, de rafle, petite pointe alcool, et léger fûmé. La bouche est large, corpulente, dense, sur le fruit noir, réglisse, épice, avec des tanins soyeux, amples bien enrobants. La finale est fraiche très pinot, sur le fruit rouge mûr, les épices, la ronce, c'est long, et finit avec un délicat fûmé (bcp mieux arès 24H aération, plus brouillon et amer à l'ouverture). Très beau vin de pinot, du plaisir pur pour les amateurs de pinot vinifié intermédiaire. Très Bien + 89-91
Amicalement, Matthieu

dimanche 14 juin 2009

Etude Riesling et terroirs

Bonjour à tous,

Ce fut donc le 10 juin que nous nous sommes retrouvé au quasi-complet bien que je me sois trompé à l'initial dans la date… pour déguster une sélection de Riesling et étudier l'impact du terroir sur le vin. Merci à tous de votre rapidité de réaction !


La soirée en plus d'être conviviale, fût très instructive et en cela, je remercie chaleureusement Nicolas Sholtus qui sût à merveille nous expliquer le cépage, les terroirs les millésimes en gardant humour et simplicité !
Enfin, pas de soirée réussie, sans hôte de qualité et en cela, je remercie l'équipe de crus.fr pour leur accueil, leur disponibilité et leur sens du rythme de srvice impeccable !

Bien sûr, nous n'avons pas pu nous empêcher d'ajouter au dernier moment quelques bouteilles à la liste déjà impressionnante prévue des vins à déguster ! Et je ne les ai pas noté !

Nous avons commencé par quelques créments d'Alsace en attendant les derniers pour lesquels je n'ai pris de note mais je me souviens du troisième qui fût un joli vin !

Ensuite nous attaquons les Riesling après une explication didactique de Nicolas sur les sols. L'odre prévu, c'est d'abord les Granitiques, puis les calcaires et les Marnes avec quelques variantes et mélanges comme le sol d'Alsace sait le proposer !

Riesling Allimant-Laugner GC Praelatenberg 07 : Granit et Gneiss
Nez frais agrume pamplemousse et belles notes fleuries sur fond amer. Bouche attaque souple sur le fruit mûr, belle matière, la finale devient tranchante et persiste sur le pamplemousse et l'amer. Très Bien 89

Riesling Fernand Engel GC Praelatenberg 07 : Granit et Gneiss
Nez miéllé, rond, plus séducteur sur fond légèrement terpénique. La bouche est large, ronde, gros volume à l'attaque mais qui tombe sur une finale sucrée. Bien 84

Riesling Burghart-Spettel GC Schlossberg 07 : Granit
Un nez complexe fleuri sur un fond d'agrume type orange mûr avec des notes silex. La bouche attaque large, dense, puis prend de la profondeur avec une belle trame droite, allongée, enrobée d'une joli matière sur l'agrume, la fleur le silex. La finale est fraiche,puissante, acidulée, un poil sucré sur l'orange confite, le pamplemousse et le minéral. Très bien + 90

Riesling Justin Boxler GC Sommerberg 07 : Granit
Nez frais de fruit jaune avec des notes guimauves, de flrut blache, sur un fond bonbon acidulés. La bouche attaque large avant que ne se déploie une belle acidité traçante, droite ,qui donne la profondeur et une longueur enrobée d'une jolie matière qui persiste longuement dans une finale riche mais fraiche droite et longue sur les arômes du nez. Excellent 92

Riesling Alfred Meyer GC Wineck-Schlossberg 07 : Granit + (calcaire ? ou marne)
Un beau nez mentholée sur le fruit blanc, la fleur d'oranger. La bouche est large, sur le fruit blanc mûr, la fleur d'oranger, elle finit en souplesse dans une finale mûre, belle élégance aromatique mais moins dynamique et vive que les précédents. Très Bien + 90

1ere invité : Riesling ?
Nez puissant marqué alcool sur l'encaustique, note terpénique. La bouche est puissante, grasse et s'affaisse un opeu dans une finale discrète et un peu pataude. Bien 84

Riesling Armand Hurst GC Brand 07 : Granit
Un nez classe de fruit sec, d'amende sur un fond d'agrume, de fruit jaune mûr. La bouche attaque droite puis la matièe ample enveloppe le palais tandis qu'une belle acidité fine étire le vin le tout sur le ciron, le fruit blanc mûr, des notes de fruit sec. La finale est fraiche, élégante, un poil amer sur le citron et persiste longuement sur des notes silex. Excellent 92-94

2eme invité : Riesling schyste
Un nez de foin, d'hydromel. Une bouche souple large sur le fruit exotique, une finale grasse, large sur un fond exotique et des notes de foin de tabac. Très Bien 88

Riesling Philippe Zinck GC Pfersigberg 07 : Calcaire + argile
Un nez fleurie fin assez discret sur un fons d'agrume. La bouche est fleurie, fine aérienne belle élégance de structure mais l'aromatique reste en dedans; la finale est fraiche longue actuellement essentiellement sur des notes fleuries. Très Bien 90

Riesling Cave Vinicole de Hunawihr GC Rosacker 07 : calcaire + Argile
Un nez discret avec des notes de fraises. Une bouche droite ou malheureusement le TCA même léger gache l'ensemble.

Riesling Roland Schmitt GC Altenberg de Bergbieten 07 sélection VV : Marne
Un nez doux, miéllé. Une bouche grasse, mangue, papaye qui évolue en souplesse jusqu'à une finale bien mûr, avec quelques sucres sur un fond amer, encaistique et toujours ces fruits exotiques. Très Bien 87 (spécial dédicace Romic)

Riesling Cave Vinicole de Hunawihr GC Schoenenbourg 07 : Marne
un nez d'ananas sur un fond agrume. Une bouche large, acidulée avec des notes bonbons anglais, fruit jaune pêche très mûr, matière ample, finale acidulée courte sur l'orange confite. Très Bien 88

Riesling Clos Saint Imer GC Goldert 05 : Calcaire
Un nez terpénique de fruit mûr, roti. Une bouche droite friande sur le fruit roti, belle matière ample et déliée dans une structure très équilibrée entre matière et fraicheur, finale légèrement acidulée longue persistante d'agrume confit, de note terpénique. Excellent 92

Riesling Seppi Landmann GC Zinnkoepfle 05 VT : Calcaire
Un nez de fruit rouge, un côté fruit blette sur fond sucré. La bouche est large avec une attaque café puis raison de corinthe, fruit confit, bel équilibre, pas trop de sucre et finale acidulée droite orange confite, raisin de corinthe, belle persistance Excellent 91-93

Riesling Seppi Landmann GC Zinnkoepfle 98 VT : calcaire
Un nez de fruit jaune mûr aux notes évoluées terpeno'pétrole. La bouche est équilibrée, belle matière, poire, miel et fond tourbé, finbale acidulée droite souple qui finit long sur le cédrat, le tourbé. Excellent 92

Riesling Henri Schoenheitz Herrenreben 05 cuvée Aurélie : Calcaire
Nez complexe, évoluant au fil de l'aération après une attaque de foin de camphre, des notes d'agrumes confites, un côté menthol, un peu d'encaustique, puis du fruit rouge, du miel. La bouche est ample droite longue, beaucoup d'élégance car le sucre se sent à peine à l'inverse des arômes épicées, de groseille à maquereau, d'ancaustique. La finale garde cette élégance et se présente longue mentholée, sur le foin, le camphre, la groseille. Excellent 94

Riesling Hugel VT 83 :
Un nez complexe, frais acide, sur le vieux cuir, l'iris. La bouche est sèche, fine à l'attaque avant qu'elle ne devienne fluide et aqueuse dans sa finale. Par contre longue persistance fûmé tourbée cuir. Pas notable
Merci à tous pour cette belle soirée ! Et à la prochaine

Amicalement, Matthieu

dimanche 7 juin 2009

Pour fêter une future arrivée : Margaux Issan 75 Vouvray Huet moelleux 89

Bonjour à tous,

Dégusté pour fêter la future arrivée d'un nouveau petit bout, ces quelques bouteilles ont parfaitement accompagné ces excellentes nouvelles :

Margaux, château d'Issan 1975 : Un nez profond, droit, fruit noir mûr, champignon, cèpe, poivron grillé (cabernet, sur un fond fumé havane). La bouche est droite, profonde, robuste sur le cabernet mûr, avec du fruit noir, du poivron rouge, un côté compoté, des tanins droits, un peu rigide et ferme, sur un fond champignon. La finale est fraiche, droite, élancée, longue sur le fruit noir mûr, le cèpe, le havane. Un beau vin, assez marqué du millésime surtout au niveau de ces tanins. Très Bien 89

Et un accord très réussi avec un filet mignon confit à la fonte.

Puis pour le dessert :
Vouvray Huet Le Mont moelleux 89 : un nez de fruit jaune confit, d'hydromel, de camphre sur fond de miel, d'encaustique, note de fleur d'oranger, de pétrole. La bouche est fondue qui a mangé ses sucres, matière mûre enveloppante ample, sur une trame droite fraiche, reste léger, sur l'encaustique, le miel, la fleur d'oranger. Une finale ronde, suave, de fruit confit, un côté agrume, miel, encaustique pas d'une persistance délirante mais très subtil. Excellent 91

Amicalement, Matthieu



vendredi 5 juin 2009

Canicule et crus tannés à Bordeaux : Leoville Barton, Haut Bailly, Gruaud Larose, Sociando Mallet, Saint Pierre...

Bonjour à tous,

Nous nous sommes retrouvés entre camarades amateur pour une soirée sur le thèsme 2003 et vieux Bordeaux. Comme d'habitude, beaucoup d'enguelades, de pleurs, de franche inimitié, j'en ai vu garder pour eux les bouteilles amenées... Bref une soirée ratée, mais vous vous en doutez ,sinon quel intérêt de la raconter !

Les vins (enfin ceux que j'ai réussis à gouter en utilisant des trésors d'ingénuosité) :

Vin 1 : Nez de poire sur fond grillé pointe de réduc avec des notes de fleurs d'oranger très distingué et un petit fond mentholé. La bouche acidulée se développe large à l'attaque avec une matière rond d'un joli gras enrobant une acidité fine mais présente presque trop d'ailleurs, donnat au vin son allonge. Finale bien enrobée, marqué d'un acidulée de bon aloi avec une jolie persistance mentholée grillée et de belles notes d'écorce d'orange. On sent clairement un très joli vin et un beau terroir. J'avais suggéré à Stéphane la bouteille de ce vigneron que je souhaitais goûté mais dans mon souvenir, il s'agissait d'un Meursault Perrières et je m'exclamais donc : "C'est fou ce que cela fait plus Puligny que Meursault..." Comme quoi ! Puligny-Montrachet PC Perrières 2004 d’Etienne Sauzet. Très Bien 89 .

On attaque les Bordeaux 2003 avec un vin bouchoné.


Vin 2 : Un nez classe, mûr presque gourmand, de fruits noirs et rouges un peu compotés, sur fond de grillé, de havane, tabac avec des notes épicées, réglisse. La bouche est dense, sapide, charpentée, droite, avec des tanins soyeux qui finissent par poudrées légèrement (ce qu'ils n'avaient pas la veille au soir à l'ouverture) sur le fruit mûr, le tabac, le havane, un côté épice orientale assez étonnant pour un Bordeaux. La finale est longue, très persistante, gourmande avec son fruit compoté, son fond fumée, tabac, havane, et toujours ces notes d'épices. Personnellemnt pas trouvé spécialement austère car s'exprimant fort bien, mais bien typé "cabernet" donc, droit, long, traçant son chemin... Beau compagnon de table qui se laissera pas impressionné par les plats. Haut Médoc Sociando-Mallet 2003. Excellent 90-92. 2eme très beau millésime bu de SM après 90.

Vin 3 : Un nez de fruit noir avec des notes fleuries sur un fond de fruit confit, de fûmé, un nez très friand. La bouche est robuste, large, à nouveau belle densité, délivrant du fruit noir mûr sur un fonc fûmé grillé. La finale est large, un côté aérien et souple mais pas sucré, donné par des notes fleuries, fruit confit... et une belle persistance pour ce joli vin dans un style plus "merlot" que j'avais placé en rive droite. St Estèphe Château Meyney 2003. Très Bien + 90. Et au fait Jérome, tu te les coupes ou quoi...

Vin 4 : Un nez marqué par le vernis, la volatile et l'alcool ou l'on distingue après aération, des épices, des notes fleuries, du fruit confituré sur un fond boisé fûmé. Pour moi ça fait très tempranillo espagnol nouvelle génération. La bouche est confite, charnue, très souple avec des tanins un peu séchants et une pointe de caramel. La finale tombe un peu du coup, sur ses notes de fruits confits mais surtout elle est marquée d'une pointe de chaleur. Là, pas de soucis, c'est un 2003, mais personnellement je l'aurai placé en Espagne tant le côté sucré un peu extravagant (et donc écoeurant à force) me fait penser à ces vins Internationaux qui cartonnent au 4 coins de la planète. Pas mon style, mais cela reste un vin pour ces amateurs là. Côte de Bergerac L’Excellence du Château les Tours des Verdots 2003. Bien+ 85

Vin 5 : Un nez de fruit noir mûr sur un boisé classieux mais un peu dominateur très grillée toasté, avec des notes de poudre de riz qui donnent une certaine distinction. La bouche est charpentée, droite longue avec des tanins veloutés et pour l'instant assez uniforme fruit noir mûr et toasté mais on sent une belle matière, qui ne demande qu'à digérer son élevage. La finale est droite tout en éléguance sur les arômes du nez. Pour l'instant le vin est encore en phase de "travail" mais la matière et la qualité de l'élevage laissent augurer d'une très jolie bouteille dans les 5 à 10 ans. St Julien Château St Pierre 2003. Très Bien - Excellent 89-91. Là j'étais plutôt sur St em !

Vin 6 : Un nez de cassis mûr sur un fond très typé grand cabernet rive gauche, ce doux mélange de poivron rouge grillée et de havane, des notes balsamiques, un fond délicatement fûmé... grand classe. La bouche est charpentée avec des tanins soyeux, fins, délicat et de belles amplitudes, c'est droit et équilibré de bout en bout jusque dans cette finale harmonieuse entre fruit mûr, un poil sucré et le boisé noble. C'est très racée et je l'ai reconnu car dégusté il y a 1 an, c'est St Julien Léoville Barton 2003. Excellent 92-94.

Au final, une série étonnement prête à boire, sans trop d'aspect confit, certes pas des parangons de fraicheur, masi pas non plus de souplesse excessives, de lourdeur... Bref, ça évolue bien et surtout pas de vin fermé ! Ensuite on attaque ce que j'aime beaucoup, les vieux Bordeaux, faut dire, je suis atteint d'O12 depuis quelques années...

Vin 7 : Un nez de fruit rouge, un poil kirchée sur un fond animal viande plus que cuir avec de très belles notes fleuries, des épices variées qui donnent un côté chaleureux, oriental. Surprenant de jeunesse et de fruit. La bouche est charnue, fondue, tanin taffetas, amples enveloppant une très belle fraicheur qui tient le vin, sur le fruit rouge mûr, les épices. La finale présente une pointe de fraîcheur qui la rend jeune, dynamique élancée, bien enrobée et une belle persistance de fruit confit, de cèpe presque truffant indiquant l'age respectable du breuvage... mais quand même, 70, je suis scotché ! Très beau vin que ce Margaux Château Bel Air Marquis d’Aligre 1970. Excellent+ 95

Vin 8 : Un nez kirchée sur le cèpe, la framboise confite, un léger fûmé, des notes de sous-bois, c'est profond et délicat, plus classique que le vin précédent. La bouche est charpentée, droite, avec des tanins fondues veloutant, enveloppant moins précis et sérré que sur BAMA, le tout est assez classique du Bordeaux à maturité, fruit rouge mûr, cerise, fumée, cèpe. La finale présente un côté plus souple mais c'est long et persistant sur le fruit confit, le champignon, le ss bois et un léger fûmé. Belle complexité Bordelaise, grand classique que ce St Emilion Château Soutard 1975. Excellent 93.

Vin 9 : Un nez de cabernet avec du poivron mûr, du fruit noir, du fûmé. La bouche est droite, charpentée, profonde sur le fruit mûr et le fûmé. La finale est fluide, un peu lâche avec son poivron rouge grillé, un fond de fruit noir mûr et toujours ce fûmé. Très classique mais manquant un peu de comlexité. Je me laisse embarqué en rive gauche medoc à cause du poivron, alors que j'aurais dû mieux analysé ce fûmé caractéristique... Pessac Léognan Château Haut Bailly 1978. Très Bien + 90

Vin 10 : Un nez complexe, profond, de fruit noir confit, des notes balsamiques, moka, cacao. La bouche est charpentée, tanins ronds encore jeunes, un poil séchant, c'est assez puissant mais bien équilibrée par une fraicheur qui donne l'allonge et le dynamisme que l'on retrouve dans une finale droite longue sur les arômes du nez. Je penche pour un 90 tant l'équilibre entre mûr et frais est réussi et que le vin fait encore jeune ! Encore 10 à 15 ans pour que ce St Emilion Château Soutard 85 devienne fondu ! Excellent 92-94

Vin 11 : Un nez très cabernet mûr, fruit noir, poivron grillé sur un fond de sous bois, des notes de cuir, de champignon. La bouche est robuste, avec des tanins denses et ronds, belle équilibre entre maturité et fraicheur, sur le fruit mûr, les épices, la réglisse, et un fond légèrement fûmé. La finale présente une petite pointe de chaleur, et devient amer sur le fruit confit, le champignon, un coté fûmé mais un peu too much, presque écoeurant ! J'hésite entre 82 et 90, c'est St Julien Gruaud Larose 1990. Très Bien + 90

Au final, beaucoup de plaisir et y'a pas à dire les vieux Bordeaux (20 à 30 ans), sont de très beaux compagnons de table !

Amicalement, Matthieu

jeudi 4 juin 2009

Primeur rentré, primeur goûté : Cote Rotie Terre Sombre Cuilleron Haut Medoc Agassac

Bonjour à tous,

C'est devenu une tradition au fil des ans que de gôuter les primeurs rentrés. Histoire de se donner une idée de l'évolution des bouteilles ou pour évaluer leur capacité de garde ou simplement pour me faire une idée du vin, chez les vignerons que je ne goûttent pas en primeur ou que je suis chaque année. J'ai donc profité de quelques dîners entre amis pour "taster" :

Cote Rotie, Terre Sombre Cuilleron 2006 : Un beau nez séducteur de cassis mûr sur fond de lard grillé avec des notes délicatement fûmées. La bouche est large, sapide, douce, tanins amples, soyeux enrobant une belle structure charpentée et bien droite, sur le cassis mûr, le fûmé, le lard grillé, et des notes poivrées typiques. La finale est large, ample, un petit côté acidulé qui donne du dynamisme sur le fruit rouge mûr, le cassis, le fûmé, le lard... Encore une fois, une très belle côte Rotie de style intermédiaire, parfaite maitrise de la vignification, décidément j'adore cette cuvée ces dernières années. Excellent 91-94.

Haut Medoc, Château d'Agassac 2006 : Un nez de fruit rouge et noir mûr sur un fond fûmé. Une bouche large, acidulé, sur le fruit rouge, un fond fûmé mais aussi des épices, poivre. La finale gagne en fraicheur bien qu'une pointe de chaleur se fasse sentir, sur le fruit rouge acidulé, le fumé. Bien – Très Bien 86-88 mais rien d'agaçant quand même !

Pour l'instant y compris le Calon Segur bu il y a peu, j'aime bien ce millésime de plaisir que je trouve plutôt ouvert, avec de joli fruit mûr sans tomber dans le confituré et avec des élevages peu marquées sur ce que j'ai bu, bien sûr !

lundi 1 juin 2009

Savoie plaisir : Chignin Bergeron Louis Magnin Grand Orgue 2005

Bonjour à tous,
Un petit tour en Savoie avec ce Chignin Bergeron qui accompagnait des pavés de saumon rôtis.

Savoie, Chignin Bergeron, Domaine Louis Magnin Grand Orgue 2005 : Un nez séduisant de guimauve fleurie sur fond de miel avec des notes agrumes mentholées. La bouche est large, un peu de gras sur une trame droite, matière ronde, sur le miel, la craie, et une pointe amer qui se prolonge dans une finale large, mûre, mentholée sur l'agrume et le miel. Ce vin présente une aromatique proche d'un riesling et une structure proche d'un Chardonnay ! Très bien 87

Une jolie bouteille très agréable à table et qui s'est bien marié avec le saumon.

Amicalement