Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

lundi 23 février 2009

Une Saint Valentin avec des amoureuses : Chambolle Musigny Amoureuses Amiot Servelle 2004

Bonjour à tous,

Bon, bien sûr, c'est assez classique et conventionnel, mais si c'est pas à la Saint Valentin, alors quand les boit-on ses Amoureuses ?

Chambolle Musigny 1erC Les Amoureuses, Domaine Amiot Servelle 2004 : Un nez profond, fin, précis de framboise, de groseille sur un fond de ronce, de mousse, sous-bois, des notes épicées et une pointe légère de girofle. La bouche est charnue avec une attaque large, et de très beaux tanins veloutés qui emplissent la bouche avec de l'ampleur, du fruit rouge, de la ronce, mais une pointe caramel apparait peu gracieuse et un poil d'amertume se fait sentir. La finale est fraiche, élancée, sur une explosion de fruit rouge et noir, petite amertume, persistance de mousse, humus, et à nouveau cette pointe caramel qui me plait moyennement, dommage. Très Bien-Excellent 90-92.

Un vin que je trouve finalement peu marqué par 2004 et ces notes de gentiane ici plutôt girofle. Très belle bouche suave, soyeuse, pleine... Dommage que cette touche de caramel..., mais est-ce moi ce soir qui goutte spécial ou vrai impact boisé ?

Amicalement, Matthieu

samedi 21 février 2009

Deux beaux Bourgognes a très bon rapport qualité prix, Morgon Cote du Py Les Lumières Jadot et Beaune Vignes Franches

Bonjour à tous,

Voilà une bouteille qui fait bien plaisir :
Morgon, Cote du Py, Chateau Les Lumières 2005 : Un nez gourmand complexe de fruit noir, de réglisse, d'épice, de ronce avec des notes de cuir, de fûmé très classe. La bouche est large, dense, gourmande ,charpentée et droite avec des tanins soyeux, amples sur le fruit mûr, les épices. La finale est fraiche, longue sur le fruit noir mûr, des notes de réglisse, de ronce, d'épice puis cela finit par un beau fûmé, classe, mûr. Très joli vin, beaucoup de bonheur. Très Bien + 89-91 et note rapport qualité prix de 91,6...

Une autre, dans un style plus attendu et pleine gourmandise et de fraicheur :

Beaune 1er C Les Vignes Franches Domaine Mazilly 2006 : Un nez friand de fruit rouge et noir mûr, de réglisse avec des notes épicées, quelques notes de noyau, de grenadine qui marque la jeunesse et fond de ronce. La bouche est franche, charnue, droite avec des tanins ronds, sur le fruit noir, la réglisse. La finale est large, un peu courte, mais de beaux fruits et quelques épices plus un côté zan. Très Bien 86.
Parcelle jouxtant celle de Rebourgeon Mure, on notera sur ce même cru Beaune Vignes Franches moins d'amplitude et de longueur dans la finale et une expression moins précise et développé !

Amicalement, Matthieu

vendredi 20 février 2009

De jolis Syrahs et enfin un Chapoutier qui me plait : Meysonnier 05 et Grand Deffand 04

Bonjour à tous,

Enfin, j'ai goûté un vin de Chapoutier qui me plait :

Crozes Hermitage les Meysonniers Chapoutier 2006 : Un nez frais fruit rouge et noir mûr sur fond de noyau avec notes de poivre, d'épices. La bouche svelte-charnue attaque large, droite sur le fruit rouge mûr, le poivre avec des tanins soyeux. La finale gourmande est fraiche sur le fruit mûr, le poivre et une jolie persistance. Bien-Très Bien 86

Puis une autre syrah, bu sur quelques jours :

Côte du Lubéron, Château La Verrérie Grand Deffand 2004 : Un nez de fruit noir et rouge mûr, des notes de poivre, d'épice, de girogfle mais aussi un peu marqué alcool. La bouche attaque discrète, charpentée qui met du temps à dégager ses notes de fruit noir, de poivre mais les tanin soyeux sont beaux. La finale est un peu chaude, marquée alcool, sur le fruit noir, poivre blanc, épice et finit courte. Bien + 84
Amicalement, Matthieu


dimanche 15 février 2009

Des brunes, des blondes et une Australienne... Cote Rotie Guigal de 88 à 01 et Syrah Australienne

Bonjour à tous,

Et non, il ne s'agit pas d'une orgie tendance échangiste mais juste une dégustation d'un cru emblématique de Guigal, la Cote Rotie Brune et Blonde. L'idée me trottait depuis longtemps dans la tête d'organiser une petite verticale de ce cru que j'affectionne beaucoup afin de déterminer dans une confrontation directe, quel millésime je préfère. Mes camarades, à force de gouter les différents millésimes que je leur présente ont finalement approuvé l'idée d'une mini verticale.

D'autant que certains d'entre eux n'ont pas laissé passées quelques enchères interessantes ! Et c'est ainsi que nous prévoyons de "taster" les millésimes 88 89 90 91 95 96 et 01. Il est décidé de commencer par 01, puis 96 et 95 enfin le quator magique 88-91 en aveugle.

Par contre, comme je suis taquin et que je n'ai pas retrouvé la 90, j'ai habilement transvasé une syrah australienne cuvée luxe Parable Kilikanoon 2005 dans un col de 90. Je l'ai ouvert la veille au soir, histoire que la dominante boisé fûmé s'estompe !

Alors la Brune et la Blonde, c'est quoi ? :

Géologie du sol : Parcelles en terrasses escarpées. Côte Blonde : sol silico-calcaire, Côte Brune : sol riche en oxydes de fer.
Encepagement : 96% Syrah ; 4% Viognier. Ce que je ne savais pas !
Age moyen des vignes : 35 ans environ.
Vinifications : Cuves inox closes. Pigeage automatique et températures des fermentations alcooliques contrôlées. Temps de cuvaison de 3 semaines et demi en moyenne.
Elevage de 24 mois minimum en fûts de chêne. Rendements : 38 Hl/Hectare
Production : 200.000 bouteilles, ce qui est beaucoup et là on se rend compte de la qualité du cru maolgré cette production !

A l'apéro, j'ai amené un Aligoté Buisson Charles 2004 qui a déjà 2 jours d'ouverture, et pourtant le vin est encore très joli, seul son côté frais devient maintenant plus acide mais il reste très agréable ! Stéphane a amené lui une quille qui se présente avec un nez qui ne me trompe plus, ce côté âcre dominant le fruit exotique et l'agrume confit, c'est un Riesling Allemand. La bouche est superbe attaquant droite comme I, sur une trame acidulée traçant vers la finale avant que la matière ne s'épanouisse pour adoucir la bouche et enrober cette belle finale d'amer, de confit, de notes terpéniques, longue persistance de pamplemousse, de fruit de la passion, de silex, de craie et de "pétrole". C'est Un Herman Lowenstein 2001 mais je n'ai pas noté la cuvée !Très Bien+

Enfin, on attaque dans l'ordre :

CR B&B 01 : Un nez encore marqué d'une légère réduction évoluant sur le cuir, le fumé. La bouche est charpentée, dense à l'attaque et construite sur une trame acidulée la rendant droite et longue. Les tanins ronds permettent d'adoucir la fin de bouche qui prend un caractère sucré. Du coup la finale évolue sur l'acidulé dégageant du fruit noir mûr, et des notes fumées de belle persistance mais à l'aération apparait sur la finale des notes caramels peu gracieuses ! Très Bien 88

CR B&B 96 : Un joli nez de viande fraiche sur du cassis, du lard, de la suie puis du fûmé, du cuir, c'est très engageant. La bouche est large à l'attaque, corpulente mais quant les tanins ronds s'installent, l'ensemble s'affaissent un peu avant que la finale ne reprennent du peps et présente un bel équilibre, de la finesse mais la persistance eest courte sur le cuir et le cassis. Très Bien 86

CR B&B 95 : Un nez complexe, plus évolué, de fruit noir mûr, avec des notes kirchées, du cuir, du lard grillé, du poivre et des épices. La bouche attaque en gourmandise, charnue, et se développe sur un côté juteux, croquant de fruit de lard grillé. Les tanins qui présentent le coté soyeux de la Guigal Touch, enrobent une joli finale, batie sur la fraicheur, presque acide de fruit rouge et noir mûr, de cuir, de notes kirchées, de fumé mais cela manque encore de persistance pour passer dans l'excellence. Très Bien 89



En suite on attaque le Magic Quator à l'aveugle sachant que je suis le seul a connaitre le piège !

N°1 : Un nez profond de fruit noir mûr, sur un fond fûmé, des notes de cuir, d'épice, de suie, c'est très beau. La bouche est à l'unisson, elle est charpentée avec une attaque douce puis les tanins soyeux amples caressent le palais tandis que fruit noir mûr, cuir, épice se succèdent jusque dans une finale longue droite ample mais surtout persistante et très classe. je vote 91, et c'est bien CR B&B 91 Excellent 94 puis en cours de soirée le vin s'étiole et devient moins dense, plus fluide et perd de sa magie, au final je mets 92 et à mon avis, il est temps de les boire... De bons moment en perspective...

N°2 : Un nez de framboise acidulée, des notes de volatiles importantes sur un boisé fûmé appuyé.

Je vois tout de suite l'air sceptique de mes camarades et j'entands : mais elle est flinguée la bouteille... c'est quoi ce délire de volatile... et puis en bouche c'est ultra-sucrée... Et effectivement, la bouche est ultra mûr, sucrée vanillée avec un gras beurrée de boisé, des tanins velouté mais le tout est fuyant, trop souple. La finale plus proche du porto que du vin mais sans la matière.... Bref, pas une grande réussite... Kilikanoon Parable Syrah 2005.


N°3 : Un nez fin de viande rotie, de cuir. La bouche attaque en souplesse et les tanins soyeux enrobent un développement droit et long mais ce n'est pas d'une grande complexité aromatique. La finale se présente souple et tombe un peu vite. Je ne reconnais pas la 88, j'en déduis donc que c'est la 89. Très Bien - Excellent 90

N°4 : Un nez délicat au départ mais évolué, avec du cuir, de l'encre, de la violette. La bouche est large, gourmande, très mûr avec un coté souple qui se retrouve dans ces tanins soyeux mais pas d'une grande finesse. La finale souple est un peu fuyante, avec un ressenti sucré et pas d'une grande persistance ni d'élégance. Très Bien 86 Mais je ne retrouve pas non plus la 88 ! On décache les bouteilles et surprise, celle ci est bien la CR B&B 89, et c'est la 3 la CR B&B 88.

On y revient à cette CR B&B 88 et là c'est la métamorphose. Le vin à l'aération c'est développé, la complexité est venue. La bouche a gagné en amplitude, en expression aromatique, c'est dense mais fin, c'est délicat et complexe et surtout c'est bien structuré avec un équilibre d'école. Très belle côte rotie que je retrouve telle que je la connais... Excellent 94

C'est là qu'on revient sur la 91 qui s'est elle étiolée comme écrit plus haut ! Du coup mon classement final : CR B&B 88 puis 91, 95, 01, 89, 96 !

Amicalement Matthieu

samedi 14 février 2009

Un Medoc de belle facture, Tour Seran de Jean Guyon

Bonjour à tous,

Mon ami Stéphane, de retour de vacance , m'envoie un mail pour me raconter qu'il a rencontré en plein désert le soir du nouvel an, un passionné de vin qu'il me propose de rencontrer. RDV est pris au fin gourmet, bld ST Germain.
La discussion est animé autour des vins, d'internet, du marché actuel autour d'une queue de boeuf parfaitement mitonée.
Au moment de se quitter, Alain, me donne quelques bouteilles à goûter.

La première sera donc un Médoc de Jean Guyon, Chateau Tour Seran 2002 : Un nez gourmand de fruit noir sur fond toasté, un peu sucré et des notres fraiches. La bouche est large, charpentée avec des tanins soyeux limite crémeux le tout dégageant du fruit noir compoté et du toasté grillé mais avec une jolie fraicheur qui tient le vin et ne le rend pas écoeurant. La finale est longue et se développe sur l'amer avec quelques notes discrètes de verdeur qui donne de la fraicheur à ce fruit noir compoté qui enchaine avec une belle persistance sur l'amer et le toasté. Un joli vin dans un style moderne qui sait éviter le côté écoeurant amer des grosses maturités, des extractions poussées et du fût neuf ! Très Bien 89

La suite, ce sera une syrah du Lubéron !

lundi 9 février 2009

3 jolies bouteilles : Sociando Mallet 90, Vosne Romanee Chaumes Rion 71 et Riesling Sommerberg 04 Boxler

Bonjour,
La venue de l'ami Nicolas pour un passage sur paris a été l'occasion de sortir 2 jolis bouteilles histoire de le consoler d'avoir raté la cote rotie La Turque il y a 15 jours ! Proposé en aveugle à l'apéro, Nico égal à lui même, reconnaitra le millésime 90 avec un beau Médoc, par contre sur la 2eme bouteille il voit plutôt un Volnay 85, faut dire que le vin est bluffant de jeunesse !
Pour l'entrée Nico a amené un Riesling GC Sommerberg 2004 de Boxler : un nez d'écorce d'orange, de fruit jaune mûr sur un fond légèrement crayeux et de belles notes fleuries. La bouche attaque large avec douceur dû à une matière qui s'installe progressivement pour donner un équilibre plutôt gras mais tout en finesse et qui tend vers de beaux amers. La finale reprend plus de tranchant et de peps pour et s'envole avec un côté léger, aérien, vers l'orange mûr sur un fond crayeux et de petites notes terpéniques très agréables. Très Bien 89 et superbe accord avec la salade de fenouil à l'orange et coriandre, le vin renforçant les notes de coriandre, la salade rendant la bouche superlative de finesse !
Haut-Medoc Chateau Sociando Mallet 90 : un nez séduisant de cabernet mûr avec son fruit noir, ses notes de poivrons rotis mûr qui gagne en profondeur à l'aération avec des notes de havane sur fond de cèdre, de tabac. La bouche est corpulente avec une attaque suave qui se développe en longueur tandis que des tanins soyeux, amples, investissent le palais en délivrant du fruit noir mûr, du poivron grillé, du tabac. La finale reprend du peps bien enrobés des tanins, une lègère fraicheur qui persiste joliment sur les saveurs du nez, très élégant, de plus en plus salivant avec l'aération et très digeste, un excellent compagnon de repas ! Excellent 94

Vosne Romanée 1erCru Les Chaumes Armel et Bernard Rion 1971
: Un nez mûr au pointe kirchée, aux notes d'oranges confites, sur fond de champignon, de cerise à l'eau de vie et une poine fûmée. La bouche est charnue et se développant sur l'acidulée avec des tanins, pleins, denses, gourmands sur le fruit rouge à l'eau de vie, de l'orange sanguine, de la fraise acidulée jusque dans une finale pleine de peps, de vie, rebondissante et qui persiste longuement sur des saveurs acidulées de cerise kirchée, de champignon, d'agrume confit puis un léger fûmé mais le tout devient un poil écoerant ! Excellent quand même 93


Sur le boeuf bourguignon, si le Vosne est agréable sur le premier verre, son côté acidulé va se voir renforcer par le plat là ou le Sociando joue une partition sans faute de gorumandise !
Aicalement, Matthieu

dimanche 8 février 2009

Cette fois, je partage les avis de RP : Vacqueyras Sante Duc Les Aubes 2006

Bonjour,
Cette fois, je suis en plein accord avec RP, le vin est bien équilibré et très gourmand et à mon avis plus réussi que le Gigondas Prestige des Hautes Garrigues :
Vacqueyras Domaine Santa Duc Les Aubes 2006 : Un nez frais gourmand, de prune, de framboises aux notes de rhubarbes, sur fond d'épice. La bouche est charnue avec une attaque large mais qui se développe en longueur avec une tonicité dû à une fraicheur bienvenue avec de la prune, des épices. Les tanins, simples, n'en demeurent pas bien ronds mais un poil sec, dommage. La finale est fraiche et développe de beaux arômes de prune, d' épices, de rhubarbe, pas d'une grande persistance mais de belle gourmandise, un bel équilibre ocillant entre maturité et sudisme ! Très Bien 89

mercredi 4 février 2009

Promos cave à vin sur GrosBill

Bonjour à tous,
Ce matin j'ai reçu cette info : Promo cave à vin. Alors comme je les aime bien, je relaie l'info pour ceux qui visent un achat de cave à vin. !
Il propose 20€ de réduc sur les modèles :
- Petite Cave vin Climadiff : cave d'appoint appartement
- Modèle cave 2 compartiments vin blanc et rouge pour préparer avent service
- Le modèle que j'ai moi comme cave d'appart et que je trouve très bien car permet d'avoir une large sélection de vins dispos à la maison : cave Climadiff grise mais moi, elle est bordeaux ;-) !
Amicalement, Matthieu

dimanche 1 février 2009

Duo de langoustes grillées, flambées et son risotto pousse d'épinard avec Meursault Clos Mazières Jacques Prieur 90

Bonjour à tous,

Pour ce faire plaisir, j'ai profité de 3 belles queues de langosute pour faire une variation sur le thème grillées, flambées.

Deux langoustes furent grillées au beurre pendant que la troisième fut découpée en tranches, revenue avec quelques échalottes puis flambé au whiski et déglacé à la crème pour un résultat tout a fait remarquable avec cette couleur or ambré.


Pendant ce temps, je lançais un Risotto pousse d'épinard en utilisant un bouillon type Pho vietnamien, ce qui donna un petit gout épicé des plus agréables...


Au final, ce duo de langouste et risotto pousse d'épinard nouc combla de bohneur et pour accompagner ce joli plat, j'ai sorti un Chardonnay de noble origine qui me faissit de l'oeil depuis un moment dans la cave




Meursault Clos de Mazières Jacques Prieur 1990 : Un nez évolué de poire miéllée, un côté leger oxydé, hydromel olive mais aussi naphtée, sur fond beurrée brioche noisette. La bouche est dense avec un toucher soyeux, large, qui s'impose, bien mûr sur le fruit jaune mûr, des notes de miel. La finale est large, ample tout en finesse mais un peu courte sur le fruit mûr, des noisettes, du beurre, de la brioche. Très Bien 89.

Un bien beau dîner que malheureusement on ne peut pas faire souvent !