Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

mercredi 9 décembre 2009

Grand format au grand tasting avec Idealwine

Je rentre du grand tasting ou je suis passé en fin de journée, invité par IdealWine que je remercie vivement ! J'ai eu le temp de faire un tour sur le salon et même d'y croiser Mr Bettane Himself en grande discussion sur le stand de Marcel Richaud avec 2 personnes sur un sujet auquel Patrick aurait adoré se méler mais nous y reviendrons !


En 30 mn j'ai eu le temps de constater que :

Pibarnon a fait bon, voir très bon en 2008, que 2009 déjà présenté Malo fini (décidément la Bourgogne n'est pas la seule région ou les malos 2009 se font à la vitesse de la lumière) risque d'être pas mal dans un style gourmand, suave, belle structure et matière déjà très policé ce qui pour du mourvedre de 4 mois... Que 2004 confirme qu'il sera très bien (merci hamitan), que 2006 est très souple !

Que les Bret Brothers, avec qui je suis rentré en métro et qui loge à 20M de chez moi, font toujours de très jolis vins... Au fait, ami DCien Parisien, je les ai branché pour que la prochaine fois qu'ils viennent à Paris, on organisera un dîner.

Que j'ai goutté la dernière cuvée de vigne franche (pré-phylloxera) de Joguet car la parcelle est arrachée depuis et qu'au delà d'un nez très animal, la bouche est toujours aussi délicate et ronde.

Que j'ai pu gouter les vins de Luciano Sandrone, dont le Barolo la vigne 2005 est superbe de constitution, de structure et de complexité mais à attendre au moins 5 à 10 ans, tandis que le Valmogiore 2007 est tout en finesse et délicatesse.

Que les vins de Nicolas Rossignol 2007 sont effectivement de beaux vins, dans un style classique Bourguignon avec un soupçon de rondeur les tirant vers la "modernité" positive, que ces épenots sont très élégants... Et que le personnage est tout à fait sympathique, bien que je ne sois pas encore capable de partager sa vision de la Grande Bourgogne (il est très Roumier, Rousseau, a date j'opterai plutôt pour Groffier, Mugnier) mais que j'ai aimé son hommage à Joseph (voillot) et Marius...

Enfin que Marcel Richaud est un personnage étrange qui ne m'est pas particulièrement sympathique. Certes, je dois être la 300eme personnes qu'il voit ce jour et j'arrive en provoquant un peu, lui rappellant l'anedocte de ma première visite au domaine ou j'avais beaucoup aimé ces Ebrescade 96 et ou il m'avait répondu, c'est pas moi qui l'ai vinifié... j'ai à peine eu droit à un grognement... Pendant ce temps là, Mr Bettane devise fortement avec 2 "jeunes" sur les bienfaits des levures indigènes et la necessité de passer aux exogènes quand nécessaire, sur l'origine régionnal de ces levures, sur la Bourgogne et ses méthodes... (Patrick tu aurais adoré) Marcel écoute d'une oreille lointaine, sans pour autant préter plus d'attention à mes propos sur le millésime controversé 2008... mais quand son portable sonne, il n'a même pas un regard, prend son téléphone et parle... Je suis devenu invisible, inexistant... et me laisse planter là en pleine dégustation... Au bout de 5 mn sans même un regard, et c'est long 5 mn.., je pars, je n'ai pas gouté le Cairane, ni l'Ebrescade....Si vraiment vous vous en foutez et que vous êtes là uniquement pour faire plaisir à Mr Bettane, Mr Richaud, envoyez votre fille ou quelqu'un d'autre... et restez chez vous, je sais que les salons sont difficiles mais quand même... Un petit coup d'oeil, un signe de tête pour faire comprendre, ça ne coûte pas beaucoup...

Enfin, arrive l'heure de la dégustation Ideal. A l'entrée, beaucoup de visage connu bien sûr, Gweno, Frgo, Vincent Ravene (BDE), Pinder (LPV), Denis Dfried (LPV) et d'autre dont je ne connais pas les pseudos... Le thème Grand Format, et nous ne sommes pas déçu, voici les vins proposés (il y avait aussi 3 champagnes non dégustés et quelques vins sucrés)

Je commence par hasard par le vin de la soirée : Dagueneau Silex 2003 Magnum : juste énorme, incroyable. Nez complexe, fruit mûr, craie, silex, miel léger, fleur... Bouche droite, enrobée d'une matière douce, ronde, enveloppante, tenue par une trame fraiche, dynamique, finale aérienne, dense, ample, dynamique, longue... Bref très grand vin qui, a mon avis, ne plait pas forcément au passioné de Silex car plus mûr, plus ronde, que les millésimes frais,mais quel vin : Exceptionnel 96

Le Chablis 1er C Butteaux de Raveneau 2006 est un bon vin mais peu typé, surtout ne le buvez sur des huitres dans sa jeunesse... Après au viellissement, je demande à voir. En l'état, ça ressemble plus à un Puligny ou à un Meursault, certes 2006 ne l'aide pas non plus pour capter le côté sec et "minéral" de Chablis. Nez grillé, boisé/fûmé, bouche ronde joli trame droite avec grosse matière, finale ample plutôt cavalerie. Très Bien 88

Corton Charlemagne Boillot 2006 : Petite réduction, puis fruit mûr, note de miel qui se retrouve dans une bouche droite avec une matière ronde mais pas épanouie. Finale grillée. Joli vin qui manque un peu de peps et de dynamisme en finale à mon gout et de chair en milieu de bouche. Très Bien 89-91

Le Saint Estephe Le Crock 2003 magnum présente un nez mûr, des tanins ronds gras et amples et une finale encore jeune -soutenue par sa structure- et très digeste. Très Bien 87

Le Margaux Siran 86 en mathusalem au moins est un Bordeaux à maturité, avec ces notes de cèpes, de sous bois sur un fruit noir mûr, une bouche charpentée bien construite avec une attaque ronde et des tanins soyeux, le tout plutôt musclé, qui en impose comme 86 le propose souvent. La finale est peu souple, large avec de beaux arômes de Bordeaux à maturité. Un margaux plutôt masculin. Très Bien+ 90. Sur la fiche il est indiqué que Parker lui donne 95... Décidément, il aime bien les corps musclé et les finales souples...

Là se présente Sassicaia 2002 en magnum, la star italienne : un nez dominé par le bois puis à l'aréation arrive le graphite, le bois de santal, des notes florales, sur un fond de cassis mûr, belle complexité. La bouche est large, charpentée avec des tanins soyeux, amples, beaucoup de volume mais grande élégance et délicatesse sur le fruit noir mûr, la mine de crayon, quelques épices, muscade et notes florales. La finale tout en équilibre prolonge la fin de bouche avec une pointe de fraicheur sur une aromatique identique un peu plus acidulée sur une grande longueur et belle persistance. C'est très beau. excellent 92-94. Ce vin se boit parfaitement actuellement sur la gourmandise, l'élégance et l'équilibre.

Leoville Poyferre 2000 en plus que magnum : Un nez marqué empyreumatique et balsamique (c'est savant, j'aime bien) ou arrive le cassis mûr, un fond de poivron grillé frais, agréable. Bouche de cabernet mûr, corpulente, large, belle tenue, fruit mûr, poivron grillé, fûmé, tanin bien soyeux qui accompagne une finale, ample, longue, beau bordeaux qui commence à pouvoir se boire avec plaisir, surtout si le "bois" continue à se fondre harmonieusement : excellent 90-92

Beaune Grèves "Vignes de l'enfant Jésus" 95 Bouchard père et fils en magnum : Nez kirchée cerise sur fond de champignon et note fûmé, bouche charnue attaque un peu fluide avant que la trame droite donne la structure, tanin assez stricte, finale droite. Bien-Très bien 86 mais pas d'une grande gourmandise, structure assez austère.

Clos des lambrays 99 : Nez assez baroque de cuir, de café sur un fond cerise, gelée de cassis, note épicée et kirchée. Bouche charnue, très mûre à l'attaque sur une trame droite assez rectiligne avec des tanins ronds mais manquant d'amplitude sur le café, les notes kirchées. Finale droite, fruit noir mûr confituré, presque sucré, souple. Très Bien 89 car séduisant aromatiquement pour qui aime les arômes presque confits mais pour un 99, la structure manque de chair, d'homogénéité, de fraicheur, de plénitude.

Hermitage Pavillon 2001 : Nez mûr cassis, pointe vanillée, bouche attaque large, ample, sur une belle structure corpulente, longue, beaucoup d'allonge, tanin velouté déjà poli, cassis, épice, note de vanille discrète, finale équilibrée, pointe de fraicheur dynamique, longue, très belle bouteille encore toute jeune, mais beaucoup d'élégance et de classe, grande persistance. Grand vin en perspective dès que la complexité viendra. Excellent + 94-96

Enfin le vin mystère, type vin mûté, orange, nez de champignon de Paris et d'écorce d'orange, bouche marquée par la truffe blanche, grosse matière mais bel équilibre, plus de sensation sucrée, finale un poil pateuse. J'ai dit pacherenc mais c'est pas ça !

Bouh ! grosse soirée et 2 vins : Le silex de Dagueneau et le Pavillon de Chapoutier. Merci aux organisateurs, vous soignez vos clients ! reste plus que les CR du WE Bourgogne, jsute une petite 100aines de vins...

Amicalement, matthieu