Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

dimanche 6 septembre 2009

La dernière côte... : Napa Monticello Jefferson Cabernet Lagune 90 Haut Medoc

Bonjour à tous,

C'était la dernière côte de l'été et donc nous l'avons honoré ! Divinement saisie sur un tapis de braise de chêne rougeoyante, son attaque ferme et son coeur fondant nous ont saisie de bien être. Pour l'accompagner :

Haut Medoc, Château La Lagune 90 : Un nez marqué tertiaire de champignons, cèpe, belles notes de cuir sur fond de fruit mûr. La bouche est corpulente, large à l'attaque, avec de beaux tanins soyeux, et gagne en profondeur mais aussi en souplesse à l'aération sur le fruit noir et rouge mûr, le cuir, le champignon. La finale reprend de la fraicheur et finit persistante sur les arômes du nez avec un petit coté fruit rouge compoté très agréable. Sur cette bouteille, le style est plus souple que sur la précédente. 91 Excellent.

Napa Valley, Monticello Vineyards, Jefferson Cuvée Cabernet Sauvignon 2005 : Un nez compoté de fraise, de cassis, de banane, avec des pointes vanillées. La bouche est sphérique, corpulente, avec des tanins veloutés procurant une sensation de douceur et volupté accompagné de l'inévitable pointe de sucrosité qui transparait dans le côté glace cassis vanille. La finale est large et gagne en fraicheur pour se prolonger sur le fruit compoté, un coté léger amer, des notes de poivron et un fonc grillé/fûmé. Une "crème" de vin qui n'est pas de mon style mais qui se boit agréablement. Très Bien + 88-90

Personnellement, l'accord Lagune m'a bien plus d'autant que j'avais déniché quelques girolles abordables au marché permettant aux arômes fumées grillées de la viande et aux girolles de répondre à ceux du vin. Par contre, le côté cassis vanille du Monticello se mariait moins bien aromatiquement, là ou la struture veloutée qui gardait de l'allonge, accompagnait parfaitement la consistance de la viande ! Un pomerol évolué aurait été un bon compromis ! (c'est souvant un bel accord avec la côte en Bordeaux, sinon, un Grand Volnay ou une belle Côte... de Beaune).

Pour finir, il restait du Sauternes Rayne Vigneau 96 vacuviné depuis quelques jours : Un nez marqué par l'ananas sur fond de cire, de fruit confit. La bouche est large, dense, sensation sucré sur des arômes d'orange confite, de cire. La finale est large, toujours une pointe sucrée, assez persistante sur les arômes du nez. Plus épanoui et délié qu'à l'ouverture, le vin reste tout de même puissant et encore sucré. Très Bien 85-87
Amicalement, Matthieu