Bienvenue sur ce blog de dégustation


Le vin, ça se partage ! c'est comme le bonheur... Le bonheur simple d'une dégustation de grand vin de Bourgogne ou d'une belle syrah ! Alors n'hésitez pas à consommer ce blog sans modération... A me faire des retours, des commentaires ou à me retrouver sur Le groupe du vin...

mardi 30 décembre 2008

Un grand plaisir : Beaune Rebourgeon Mure 06 et Medoc Potensac 97

Bonjour,

Ouvert avant les fêtes pour un petit diner impromptu, tant j'avais envie de confronter mes sensations de dégustation en cave, avec un "Tast" à table :

Beaune 1erC Vignes Franches Rebourgeon Mure 2006 : Un nez gourmand panier de fruit mûr, groseilles, mûres, myrtilles, aux notes fraiches de ronce et une pointe épicée. La bouche est large dans une structure droite très sapide pinotant joliment sur le fruit rouge la ronce les épices. Les tanins, tout en rondeur, lissent bien une finale fraiche et lui donne ampleur dans une persistance de joli longueur, tout en gourmandise de fruit rouge mûr, d'épice réglissée-zan, de rosée de sous-bois... Un très bon vin et super rapport qualité/prix ! déjà Très Bien 88-90

Ensuite, j'attrape à la volée dans l'armoire, Médoc Chateau Potensac 97 : Un nez de cassis pûre aux notes de ss bois débutante sur un fond fûmé avec une petite pointe kirchée. La bouche corpulente est large, construite sur le fruit noir mûr, assez souple tanins ronds bien couvrant mais peu de profondeur. La finale est un poil souple mais bien large et persistante sur le fruit noir un peu compoté, les épices réglisse et un fond sous-bois/champignon, très agréable et la meilleure des bouteilles bues jusqu'à présent ! Très Bien 86

Amicalement, Matthieu

Un succès à la magistrature fêter avec un Gevrey Justice, bien sûr !

Bonjour,

Pour fêter le succès d'un de mes camarades à la magistrature, j'ai sorti, pour l'occasion, une quille qui se devait d'être bû à cette occasion ;-) :
Gevrey Chambertin La Justice Domaine Bouchard 2002 : Un nez discret de cerise, de fruit rouge avec une pointe kirchée et des notes de réglisse, plutôt élégant. La bouche est droite, un peu raide comme la justice sur le fruit rouge, les ronces et des tanins ronds charnues mais un poil astringent. La finale est fraiche, quelques traces de verdeur renforçant l'impression d'acidité et finit court sur le fruit rouge, la ronce. Au final, le vin valait surtout par le clin d'oeuil. Bien 84

Comme nous étions nombreux, j'ai poursuivi avec :

Côte Rôtie Guigal Brune et Blonde 1995 : Un nez classe typique de la syrah avec son cassis, note de poivre sur fond lard fûmé. La bouche est charnue, droite, longue, et toujours tendue mais les tanins soyeux commencent a joliment l'envelopper le tout sur le cassis et le lard fûmé. La finale fraiche a gagné en douceur et s'étire longuement sur une pointe amer en relançant les arômes du nez ! Un vin déjà dégusté 5 fois qui gagnent à chaque dégustation ! Très Bien 88

Amicalement, Matthieu

lundi 29 décembre 2008

Top rapport qualité prix : Bourgogne Chardonay Morey Coffinet 2007

Bonjour,
Un incroyable rapport qualité prix que ce simple Chardonay de Morey Coffinet 2007 : Un nez de coing, de fruit jaune mûrn sur un fond grillén léger réduit avec des notes crayeuses, puis mentholées. La bouche est droite sur le fruit jaune mûr, note de craie, matière ronde et douce qui enrobe une structure longue acidulé qui finit dans une finale fraiche, presque vive, mais de bonne persistance sur les arômes du nez. Très Bien 86. et note rapport Q/P : 93
Amicalement, Matthieu

vendredi 26 décembre 2008

Avant les fêtes : Daumas Gassac, Sancerre Edmond, Guigal brune blonde, Vouvray Huet Mont sec

Bonjour à tous,

Quelques bouteilles dégustées avant les fêtes, histoire de se chauffer :

Sancerre Alphonse Mellot Cuvée Edmond 2005 : Un nez discret de poire aux notes mentholées et un petit côté fûmé. La bouche est suave, droite sur la poire avec un fond crayeux et fruit mûr. La finale acidulée est large bien tenue par une fraicheir enveloppé de poire, de craie. Très Bien 87-89. Mais il manque, actuellement, à ce vin très bien fait, un peu de folie pour en faire un ténor de mon goût !


Vouvray Domaine Huet Le Mont sec 2007 : Un nez d'agrume sur fond crayeux, aux notes d'acacia, de fruit blanc et un côté menthol. La bouche est acidulée, droite, matière ronde et douce proposant un beau toucher sur le fruit mûr, des notes crayeuses insistantes. Une finale acidulée, droite, presque tranchante mais longue sur le fruit mûr, la craie la fleur. Bien fait mais manque d'équilibre et d'éléguance sur cette bouteille, chaque élément jouant sa partition de façon séparé. Très Bien 86-88 mais j'avais mieux gouté l'extraordinaire 2005 et le très bon 2006.

Côte Rôtie Guigal Brune & Blonde 2002 : Un nez séduisant de cassis , un coté lacté, des notes poivre, de cuir sur un fond chocolat. La bouche est corpulente, large dégageant de généreux arômes de cuir, de cassis, de fûmé avec des tanins ronds bien couvrant. La finale est fraiche sur le fruit rouge, un côté animal-cuir sur fond de chocolat. Une fois de plus c'est très bien, très agréable. Certes pas la plus grande B&B mais elle procure le bonheur simple des bons vins ! Très Bien 88



Coteaux Languedoc, Daumas Gassac 2000 : Un nez de cassis sur fond animal avec des notes fûmées de fruit rouges mûr. La bouche est droite, charpentée sur la longueur avec des tanins ronds légèrement séchants sur des arômes cassis et animal. La finale est souple, tient sur l'alcool avec un bel amer, entrainant une longueur de cassis mûr, de fruit rouge, et d'animal fûmé. Joli vin sur la finesse, loin des la puissance languedocienne. Très bien 88

Amicalement, Matthieu

lundi 22 décembre 2008

Vosne Romanée Rion 1989

Bonjour à tous,
Bu à table sur une belle pièce de boeuf, ce Vosne Romanée Village de D.Rion 1989 m'a procuré un bien joli plaisir ! Au fait, qui a dit que les villages ne se gardaient pas ?Vosne Romanée, Domaine Rion 1989 : un nez un peu sucré sur la griotte mûre, le pruneaux, des notes framboises sur un fond fumé chocolaté. La bouche est droite, corpulente sur la longueur car bien tenue par une fraicheur enrobé de tanins ronds sur la framboise, le pruneaux. La finale est fraiche, en longueur sur la framboise, le pruneaux et un fond fûmé chocolaté. Un bien joli vin, Très Bien 88.
Amicalement, Matthieu

samedi 20 décembre 2008

Tout les oppose : Clos de la Roche, Bouchard 1970 et Medoc, Haut Condissas 2005

Bonjour,

Dégusté récemment avec quelques amis, ces 2 vins que tout oppose :

Clos de la Roche Grand Cru, Bouchard pere & Fils 1970 : Un nez de cèpe, d'humus sur du fruit mûr un peu doucereux puis notes chocolatées, fûmées. La bouche est archi fondue, se présentant large avec des tanins satinés sur le champignon le sous bois les fruits mûrs, type cerise noire. La finale est souple évoquant les arômes du nez mais peu pregnante. Un joli vin à maturité. Très Bien + (90)



Médoc, Chateau haut Condissas 2005 : Un nez de fruit noir mûr dominé par un élevage grande classe de chêne grillé, fumé moka. La bouche est large, robuste, sur le cacao, le moka. Les tanins sont veloutés et l'esemble dégage une certaine profondeur et droiture. La finale, astringente, est droite et enveloppante et présente une très belle persistante sur le fruit noir compoté, le moka, le chêne grillé sans paraître trop sucré mais tutoie quand même l'écoerant (le 3eme verre deviebt difficile). Très Bien + (89-91) et je ne suis pas surpris que ce vin sorte très bien dans les dégustations marathon en aveugle.



Amicalement, Matthieu

jeudi 18 décembre 2008

Comparaison : Madiran Brumont Montus et Prestige 2001

Bonjour à tous,

Dégusté en parallèle sur 2 jours, ces Madirans de Mr Brumont issu d'un millésime bien médiatisé seront dégustés sur un magret puis sur un confit pomme sarladaise, comme il se doit !

Madiran, Montus 2001 : Couleur noir, bord carmin. Un nez de fruit noir mûr, compote de mûres dominé par un beau chocolat issu d'un boisé ambitieux de moka, grillé avec quelques notes d'alcool qui évolueront kirché le lendemain. La bouche est large, robuste, puissante fermé le premier jour, elle s'ouvrira le 2eme sur le fruit mûr compoté, le moka avec une grosse matière ample et ronde avec un côté légèrement séchant et astringent qui le restera sur les 2 jours. La finale est large, un peu chaude et persiste sur le fruit noir compoté, le moka. Bien-Très Bien dans un style moderne (85-87)

Madiran, Montus Prestige 2001 : Un nez classe issu d'une ambition réussie sur le fruit noir mûr, le pruneaux, des notes fleuries fraiches qui équilibre le côté mûr et encore marqué de moka, de vanille, grillé, quelques notes alcool quand même à l'ouverture. La bouche est robuste, droite, puissante, plus longue et dense que la cuvée de base avec un développement en millieu de bouche de tanins soyeux, beaucoup plus fins que sur la tradi, sérrés encore un peu fermé à l'ouverture, l'aération va révéler le fruit noir mûr compoté, et le boisé classieux torréfié-toasté. La fin de bouche est un poil astringente mais moins séchante et cela s'atténue avec le temps et disparait à table. La finale est acidulée, un peu de notes alcool mais longue et persistante sur le fruit noir mûr compoté et encore marqué d'un élevage classe de boisé torréfié tossté. Très Bien+ (89-91)

Pour avoir d'autres retours sur cette dégustation parallèle, consultez cette dégustation commune
Amicalement Matthieu

dimanche 14 décembre 2008

WE last, Diner Exceptionnel : Chambertin Echezeaux Leoville Barton Chateauneuf Volnay Corton

Bonjour à tous,
Après une petite pause pour récupérer et préparer les bouteilles, c'est avec une grande exitation que nous rejoignons le domaine Buisson Charles à Meursault pour un dîner dégustation exceptionnel ! Les retrouvailles avec la délicieuse famille Buisson/Essa sont chaleureuses, et le plaisir est intense de revoir Nico et le grand filduf, et de rencontrer nos camarades belges Jehan et fdvb. La dégustation en aveugle qui s'annonce est juste folle, les apports de chacun vont s'avérer être magnifique ce qui est rare lorsqu'on dégute plus de 40 vins !

Un délicieux repas a été préparé par Kate, des canapés de foie gras et jambon persillé en entrée, des bouchées à la reine au fruit de mer, un roti de biche, un plateau de fromage énorme et une farandole de gateau en dessert : un menu d'enfer, merci kate pour le temps et le menu.

Résumé personnel de la dégustation qui évidemment est à prendre avec le recul nécessaire : 1 c'est mon goût, 2 c'est mon goût avec au final plus de 40 vins donc même si j'ai mis des notes, elles sont relatives à cette soirée bien sûr et aux influences que se font les vins, les uns après les autres !

Comme il est fastidieux de lire le CR de 40 vins d'affilés et que je ne l'ai pas illustré à la mode IVV, voici un best of simpliste du meilleur :
Vin Exceptionnel :
Chambertin Rebourseau 1966 : 96
Gewurztraminer SGN Ginglinger 1994 : 96
Vin Excellent :
Echezeaux Michel Noellat 1999 : 95
Gewurztraminer SGN Bildstoecklé Schuller 2002 : 94
Volnay Santenots BC 1985 : 94
Saint-Julien Léoville Barton 1978 : 94
Clos de la Roche Lignier Michelot 1999 : 93
Saint-Julien Branaire Ducru 1975 : 93
Riesling Eichberg Paul Ginglinger 1995 : 93
Gevrey Petite Chapelle Rossignol Trapet 2005 : 91-93
Meursault Charmes BC 2002 : 91-93
Volnay Santenots BC 2007 : 91-93
1er Cote de Bordeaux Château Pascot 1964 : 92
Meursault Goutte d'or BC 2007 : 90-92
Meursault Bouche Chères BC 2000 : 90-92
Chateauneuf du pape Guigal 1995 : 91

L'apéro se fait avec l'aligoté 2007 du domaine, un nez discret frais, une bouche fraiche bien enveloppé d'un joli gras et une finale droite. Bien+ 84
Ensuite nous gouttons quelques production du domaine 2007, juste mise en bouteille :
Vin 1 : Nez de poire délicat pûre, bouche longue suave, sur fond crayeux, finale fraiche grillé (Patrick m'indique qu'il ne s'agit pas de réduction mais d'un profil très mûr). Très Bien 86-88 : Meursault Tesson
Vin 2
: Nez poire note fleurie et fûmée, bouche plus structurée, mûre, belle fraicheur acidulée, finale large sur la poire. Très Bien 87-89 : Meursault Cras
Vin 3 : nez réduit poire, note beurrée noisette, fraicheur, bouche large douce enveloppante fruit jaune mur, beurrée, finale large briochée belle harmonie. Très Bien+ 88-90 : Meursault Charmes
Vin 4 : Nez poire ai note menthol brioché, bouche enveloppante droite tendue acidulée sur la poire mûre, finale souple fruit mûr lon note brioche, beurre. Excellent 90-92 : Meursault Goutte d'or.
Vin 5 : Nez grillé fermé réduit, bouche large mentholéée fruit mur mais étriqué, finale fruit mûr discrète. A revoir : Chassagne Blanchot Morey Coffinet 2007
Vin 6 : nez réduit grillé de poire, fin profond, bouche large belle densité sur le fruit blanc mûr, finale fraiche longue droite Très Bien 88-90 : Chassagne Morgeot Château Maltroye 2004

Vin 7 : Nez pétrole hydromel pamplemousse très mûr, bouche large pétrolante opulente, fianle amer très évolué sur les notes pétrolantes Bien+ 85-87 très évolué et peu distingué, ne ressemble pas à ce que je connais : Riesling Shlossberg A.Mann 2001
Vin 8 : Nez de riesling pûre, sur agrume mûr, bouche droite belle puissante attaque droite puis belle amplityude d'une matière large, finale fraiche acidulée longue. Beau vin Très Bien + (90) Riesling pfersisberg Paul Ginglinger 2004
Vin 9 : Nez fûmé très mûr, bouche large mûre belle matieère structure droite, finale longue fraiche fûmée Très Bien + (90) : Meursault Cras BC 99
Vin 10 : Nez opulent évolué fûmé hydromel, bouche dense large chargée fruit mûr, finale trop fûmé même si belle fraicheur. Très Bien 88 : Meursault Genievre F.Jobard 99
Vin 11 : Nez délicat de poire, beurée, bricohée sur fond fumé, bouche ample délicate aérienne fruit mûr fumé, finale noisette brioche très mûr mais avec ce caractère délicat et aérien. Excellent 90-92 : Meursault Bouche Chères BC 2000
Vin 12 : Nez agrume sur fond terpénique, bouche belle matière large enveloppante mais sur fond droit et sec sur les agrumes murs, les notes terpéniques, finale droite longue, saline, terpénique. Très Bien+ 90 : Riesling Zotzenberg Haegli 2000
Vin 13 : Nez agrume avec un poil oxydée très joli sur les notes terpénique, bouche droite sèche bien mûr, gourmande, fianle droite longue tendue mûre. Très beau vin sec. Excellent 93 : Riesling Eichberg Paul Ginglinger 1995


Vin 14 : Nez de melon, florale, une bouche large bien tendue, finale longue fraiche enrobée. Très Bien 88 : Bourgogne Aligoté BC 2006 !
Vin 15 : Nez de poire sur fond fûmé, note de noisette, bouche suave riche fine, finale fraiche longue. Très joli vin, Excellent 91 : Meursault Charmes BC 2002
On passe au rouge après cette belle dégustation de blanc :
Vin 16 : Nez aux notes noyaux discret, bouche large marqué noyau tanin rond, bien mûr, finale fraiche gourmande Bien 84 : Bourgogne PasseToutGrain 06 Guyot
Là, il est décidé de faire passer les vieux respectables en premier lieux
Vin 17 : Nez fondu de champignon, cèpes, cassis, note de cèdres, bois de santal très cabernet à maturité, la bouche est bien mûr fondue avec des tanins soyeux enveloppants, finale longue tendue cèpe, sous-bois, havane, tabac blond retour du cassis, complexe et classe. Excellent 94 : Léoville Barton 78
Vin 18
: Nez chocolat, champignons, cassis, a nouveau cabernet à maturité, bouche mûre, droite, longue, fruit rouge mûr, tanin soyeux large encore astringent, finale fraiche longue gardant une belle jeunesse et de grande longueur. Moins rond et charmeur, plus droit et profond. Excellent 93 : Branaire Ducru 75
Vin 19 : Nez champignon, note mentholée puis arrive le café, un léger fûmé, les épices, bouche souple large sur le moka, le menthol, fruit noir compoté, tanins larges soyeux doux, enveloppants, finale longue puissante, persistance incroyable sur des notes chocolatées épicées, réglisse, épice… Totalement fondu mais tellement doux, complexe et enveloppant, preque un poil trop souple mais magnifique quand même. Exceptionnel 96 : Chambertin Rebourseau 66
Vin 20 : Nez gourmand de truffe, fumé, bouche large merlotante sur la truffe, le sous-bois, finale large souple et douce. Excellent 92 Château Pascot 1er Cote de Bordeaux 64
Vin 21 : Nez de poivre, prune, pruneau sur un fond fûmé, bouche corpulente typé grenache cerise, sur une trame légèrement amer, tanins soyeux tonique, finale fraiche sur le fruit noir mûr, les épices et le fûmé. Excellent 91 : Chateauneuf Guigal 95
Vin 22 : nez discret de cerise aux notes floral, bouche large trame tendue cerise fruit rouge, finale fraiche. Bien+ 85-87 : Larmandier Bernier 2002
Vin 23 : Nez fruit mûr, belles épices, bouche enveloppante soyeuse fruit mûr réglisse large, finale dynamique longue mûre. Excellent 91-93 : Volnay Santenots BC 07 !
Vin 24 : Nez poivre fruit rouge, bouche mûr dense large tanin soyeux imposant, finale fruit mûr un peu marqué alcool volatile. Très Bien 88-90 : Coteaux du Languedoc Roc d'Anglade 2006
Vin 25 : Nez animal fruit mûr, bouche large sucrée, tanin séchant en finale, moins mon style Clot de l'Oum Compagnie des papillons 2004
Vin 26 : nez anis, céleri, bouche large puissante finale droite camion. Encore moins mon style. Cahors Château Clos de Gamot 88
Vin 27 : Nez de poivron rouge sur fond fruit, bouche souple, tanin astringent. Bourgeuil Domaine de la chevalerie 89
Vin 28
: Nez chocolat cassis, bouche large puissante massive tanin musclé, finale large cavalerie. Bien-Très bien si tous se fond correctement 85-88 : Cote du Roussillon, Domaine Sarda mallet, Terroir de mayolles 2001
Vin 29 : nez fleurie cassis poivre lard fûmé thym typé syrah sudiste, bouche robuste large mais joliment tenu sur le fruit noir compoté, le poivre, tanins encore un poil astringent, finale longue sur une belle aromatique finnissant moka café. Très Bien+ (88-90) Pic Saint Loup, Mas Fournel 2001


Vin 30 : Nez syrah boisé caramel, bouche lage astingente tanin séche, finale fraiche. A revoir Cote Rotie Pichon 2006
Vin 31 : Nez fûmé grillé marqué animal cassis chocolat, bouche ample, fruit mûr mais a nouveau tanin sec astringent. Bien+ (85-86) Patrimonio Y Leccia Petra Bianca 99
Vin 32 : Nez de cerise mûre, bouche mûre un peu sucrée large tanin doux, finale souple très mûr. Très Bien (86-88) Nebolio Sandrone Val Magiore 2004
Vin 33 : Nez beau cerise kirchée, fruit rouge compoté, note de cuir, bouche large tanin soyeux enveloppant bien intégré, belle équilibre, finit souple mais long et droit sur les arômes du nez. Excellent 93 Clos de la Roche Hubert Lignier 99
Vin 34 : Nez floral, fruit mûr, plein de promesse, bouche droite, dense, longue bien accompagné de tanin ample, finale fraiche longue bien enrobée. A nouveau très beau vin Excellent 91-93 : Gevrey Petite Chapelle Rossignol Trapet 2005
Là je crois que j'ai zappé le Beaune suivant !
Vin 35 : nez de poivron marqué animal, bouche ronde finale douce un peu brut. Pas noté Anjou Château Passavent Foulque Nera 2003
Vin 36 : Nez délicat cassis fûmé avec une pointe animal/cuir, bouche charpenté mûre kirché cèpe tanins soyeux enveloppants doux, finale fraiche, beaucoup de dynamisme dans la palette aromatique et très longue sur le fûmé, le chocolat. Excellent+ (94-95) Echezeaux Michel Noellat 99

Vin 37 : Nez caféiné, bouche fruit très mûr cassis un poil sucré, finale douce très souple Bien (84) Corton Renardes Maillard 99
Vin 38 : Nez pomme chaude, bouche bulle agressive, finit sucré. Pas noté et c'est un champagne belge !
Vin 39 : Nez fondu fruit mûr, champignon cèpe, sous-bois belle note de cuir, c'est profond et délicat, la bouche est une caresse à l'attaque sur le cassis le cèpe, la finale reste droite et mûre et persiste loingueme,nt sur les arômes du nez. Très beau vin à nouveau dont j'ai reconnu le millésime à l'aveugle. Excellent 94 : Volnay Santenots BC 85
Vin 40 : nez miel hydromel ananas agrume, rose, bouche attaque bien large, matière suave, puis ça se resserre en mileiu de bouche sur la rose, fruit très mûr. La finale est fraiche dynamique sur la rose, l'ananas l'agrume. Sublime et pour moi vin Exceptionnel 96 : Gewurztraminer SGN Ginglinger 94
Vin 41
: nez hydromel miel fruit exotique, bouche sucré botrytis acidulé, finale longue acide mûr cire d'abeille. Un peu moins d'équilibre que dans le précédent mais superbe vin aussi Excellent 94 Gewurztraminer SGN Bildstoecklé Schuller 2002

Ouf c'est fini, car retranscrire plus de 40 vins en dégustation, c'est plus saoulant que de les boire …

Amicalement, Matthieu

samedi 13 décembre 2008

WE 7 : Enfin du blanc, Morey coffinet Chassagne Montrachet, Batard, Puligny Pucelles

Bonjour à tous,

Suite des aventures :
L'après midi est consacré au Blanc… Vous me direz, il était temps et je partage bien cet avis ! Direction Chassagne Montrachet au Domaine Morey-Coffinet ou nous sommes formidablement bien reçu par Madame Morey Coffinet. En pleine forme, nous devisons allegrement sur les people amateur de vins en dégustant, fort bien installé dans le caveau de dégustation de très jolis 2007. A commencer par :
Bourgogne Chardonnay : Un nez de poire, une bouche large pure droite, finale ronde léger fûmé. Bien-Très Bien (84-86) et super rapport Q/P !
Chassagne Village : nez un peu réduit grillé, bouche crayeuse citron confit, finale un oeu saline pure mais un peu courte. Bien-Très Bien (85-86)
Chassagne Cailleret : nez plus travaillé, un pil réduit grillé, bouche plus charnue, note crayeuse, une finale gagnant en longueur sur la poire, craie puis note beurrée citronnée. Très Bien (86-88)
Chassagne En Remilly : Nez distingué mentholé beurré, bouche suave, droite sur une trame tendue, une finale mûr souple sur le fruit, le miel. Très Bien + (88-90)
Chassagne En Romanée : Nez de miel, menthol, beurée, bouche plus marqué roche, savoureuse, plus droite et tendue, matière grasse, finale fraiche puissante longue sur le fruit. Un vin plus "extrême", moins harmonieux que le précédent je trouve ! Très Bien (87-89)
Chassagne Fairande : nez miel, hydromel, bouche large matière délicate, suave très mûre, pêche sucrée, finale sucrée fond de pêche, épicée presque tropical, surprenant et se goûte assez extrême ! Très Bien 86-88

Batard Montrachet : nez complexe avec des notes de zan, de réglisse sur un fonc fûmé, une bouche large, matière demi-corps, belle onctuosité sur la délicatesse, ou se dégage du fruit jaune mûr, une finale équilibrée longue fine sur le réglisse les épices, le fruit jaune mûr. Excellent 92-94
Puligny Montrachet Les Pucelles : Nez réduit grillé, bouche large droite pure aux notes crayeuses sur le fruit jaune mûr, une finale bien mûr avec un léger boisé grillé pêche jaune. Excellent (90-92)

Allez, on remplit à nouveau coffre et direction repos avant d'attaquer la soirée PLBM !
Amicalement, Matthieu

vendredi 12 décembre 2008

WE 6 : Magnifique Visite au domaine Voillot à Volnay avec pommard au programme

Bonjour à tous


Ensuite direction Volnay, chez une des personnalités les plus marquantes des côtes que je connaisse, Jean-pierre Charlot du domaine Joseph Voillot. Le contexte de la dégustation est un peu spécial…

En effet, un des très jeunes ouvriers du Domaine que Jean-pierre a pris sous son aile, vient d'avoir un accident de la route et se trouve dans le coma ! Pourtant, Jean-Pierre nous reçoit avec sa bonhomie, sa gentillesse, sa sensibilité et sa très grande classe bien que l'on sente, au fond de lui, le désarroi qui l'habite devant les aléas de la vie ! Jean-Pierre, je pense à vous, et c'est seulement ceux qui ne font jamais rien, à qui il n'arrive rien ! Vous apportez beaucoup de bohneur et d'émotion autour de vous avec la discrétion, la sensibilté et l'intelligence qui est la votre, la même que l'on ressent dans vos magnifiques vins, a commencer par ces 2007 avec :

Volnay Fremiets : nez fûmé fruit noir mûr sur un fond chocolaté, une bouche large tendue aromatique, une finale tendue longue, complexe batie sur l'amertume. Très Bien+ 88-90
Volnay Cailleret : Nez plus discret, bouche charnue plus rustique de fruit mûr et réglisse, tanin un poil anguleux, finale fraiche Très Bien 86-88. 2eme fût : plus de fruit mais plus acidulé, tanin plus arrondi.
Volnay Brouillard : nez plus réduit de cerise, bouche charnue plus souple et lâche sur la cerise, finale acidulée, mûr même style que fremiet mais plus charpenté et sauvage. Très Bien 86-88
Volnay Champans : Nez mûr épicé sur un fond chocolat, bouche mûre pleine de fruit, réglisse sur une structure corpulente longue droite, des tanins soyeux amples caressants, une finale fraiche dynamique bien enveloppé, longue sur un fond chocolaté… Superbe, Excellent+ 94-96 Pommard Clos Micaut : Nez discret, bouche souple un pau lâche, chococlat, finale un poil caramel. Bien+ 85-87
Pommard Pezerolles : Nez réduit épicé discret, bouche charnue large tranin rond astringent sur le fruit mûr un peu lacté, fnale souple longue. Plus réservé que d'habitude Très Bien 88-90
Pommard Epenots : nez discret, bouche charnue, large, tanin soyeux, finale onctueuse délicate sur la fkeur, le fruit rouge mûr. Très Bien- Excellent 89-91
Pommard Rugiens : Nez très classe fruit noir, fleur, délicat, bouche corpulente droite bien enrobée de tanins rond qui gagne en profondeur en millieu de bouche, finale fraiche mûre longue puissante sur un fond cacao (2 fûts, j'ai fait mon assemblage dans le CR) Excellent 92-94.

Il est temps de partir pour le déjeuner, mais Jean-Pierre dans sa grande générosité ouvre une bouteille qui nous ferait rester des heures à discuter, Pommard Rugiens 85 : Un nez à maturité de cèpe, de truffe, de sous-bois puis survient le fruit noir mûr ensuite un fond de cuir se fait plus insistant, puis le fûmé arrive… bref, de la complexité que l'on retrouve en bouche et qui s'accompagne d'une attaque large, mûr puis les tanins soyeux fondus enveloppent le palais avant qu'une puissance maîtrisée, délicate, prolonge le plaisir dans une finale longue, douce, mûre, complexe ou s'entremêlent les arômes du nez dans une danse sans fin… Très grand, à votre image, merci Jean Pierre, Excellent+ 95.

La pause déjeuner au Cellier Volnaysien est très people, nous déjeunons au milieu de Chevalier et Laspalles et Hubert de Montille… Pourtant nous restons simple avec un beau Puligny MontRachet de Carillon 2006 qui va gagner en amplitude avec l'aération sur un profil classique de poire, noisette, bouche suave droite et longue, une finale droite fruit jaune et notes crayeuses. Le rouge est signé Robert Arnoux et je crois me souvenir que c'est un Chambolle Musigny 2004, bien fait, large soyeux avec ces notes de gentiane caractéristique mais bien accompagné par le fruit noir et la réglisse sur un fond tout en rondeur.

Amicalement, Matthieu

mercredi 10 décembre 2008

WE 5 : Rebourgeon Mure Pommard Volnay

Bonjour à tous,
Jour 2.
A peine remis de nos émotions de la côte de Nuits, nous attaquons la côte de Beaune, le verre à la bouche et le cœur vaillant, mais plus de batterie dans l'appareil photo.
Nous commençons par Rebourgeon Mure à Pommard, ou dans les magnifiques et grandes caves, nous avons pris un cours sur l'histoire Bourguignone en remontant jusqu'à Louis XI ! Pour les vins, cette fois, c'est les 2006 que nous goûtons, des vins frais, naturels, bien pinotant et gagnant en complexité avec les natures de terroir. Je les caractériserais par subtilité, finesse et une aromatique bien pinotante ! De beaux vins de plaisirs.

Beaune village : Nez de framboise, bouche gourmande en rondeur, finale large et souple. Bien 85
Beaune 1erC Vignes Franches : Un nez épicé fruit rouge, une bouche charnue, délicate aux tanins ronds et larges mais bien tenus sur la longueur, une finale longue persistante et épicée. Très Bien (88-90) et excellent rapport Q/P (15 €). Pour la petite histoire il ne s'agit de vigne pré-phyllorexique lmais d'un lieu-dit terroir qui fût attribué aux exploitants par le comte de pommard sans taxes en contre-partie, comme dirait Daniel Rebougeon, ce n'est malheureusement plus le cas aujourd'hui !
Volnay 1erC Santenots : Nez épicé framboise réglisse, bouche corpulente, dense aux tanins ronds, belle mâche, et finale large et puissante. Très Bien+ (88 –90)
Volnay 1erC Mitans : nez plus cassis, bouche charpentée, plus musclée avec des tanins encore astringents, une finale plus souple mais moins expressive. Très Bien 86-88
Volnay 1erC Caillerets : Nez fruit rouge plus mentholée, ronce, bouche corpulente framboise, ronce qui pinote joliment, une finale réglissée large et longue, dynamique, distinguée. Très Bien – Excellent (89-91)
Pommard 1erC Clos Micaut : Nez floral, bouche brut, plus rustique tanin anguleux, finale vive, un peu brute et sauvage. Bien + 85-87
Pommard 1erC Clos Arvelet : Nez floral sur fond de cassis, bouche large fruit noir, un peu confituré tanin soyeux, finale puissante sur le fruit mûr. Très Bien 88-90
Pommard 1erC Grands Epenots : nez floral sur fond de fruit noir, épice, ronce, plus complexe, bouche charpentée large puissante sur fruit mûr tanin soyeux enveloppants une finale longue puissante. Très Bien–Excellent 89-91Une belle dégustation, de beau vin, accessible à l'achat et des prix raisonnables, d'ailleurs, les cartons s'accummulent dans les coffres, c'est un signe !

Amicalement, Matthieu

lundi 8 décembre 2008

WE 4 : Chambolle Musigny JF Mugnier Rayas Bonnes Mares Amoureuses

Aventure Bourguignone, fin de la première journée 1

Du coup, nous avons 30 mn de retard pour le RDV suivant mais finalement nous ne sommes pas les derniers car 6 autres jeunes dégustateurs Parisiens arrive, eux, avec 1 h de retard ! Mais notre hôte, JF Mugnier du domaine Mugnier au magnifique chateau de Chambolle Musigny se montre très gentil et compréhensif.

Nous descandons en cave et visitons les agrandissements qui ont dû être entrepris suite à la reprise du Clos de la Maréchale depuis 2004, doublant la surface du domaine.

Nous attaquons avec le Chambolle village qui en fait est un assemblage de la Combe d'Orveaux et du 1erC Les Sentiers. Le nez est légèrement alcool, kirchée sur fruit rouge mûr doux. La bouche est charnue, gourmande, sur un bel amer de fruit très mûr avec des tanins soyeux délicats, de la finesse, du fruit, de la séduction avec une finale ronde fraiche. Bien - Très Bien 85-87
Le Chambolle Musigny 1erC Les Fuées a un nez kirché très mûr, une bouche corpulente plus structurée et d'une amertume marquée qui se prolonge dans une finale plus imposante mais moins séductrice.
Le Bonnes Mares a un nez discret de cerise, aérien, délicat, une bouche à l'attaque large mais dont l'amplitude s'arrête en milieu de bouche et évolue vers une souplesse qui manque de densité, la finale batit sur l'amertume me semble assez fuyante… Bref, un vin que je goûte étrangement eu égard a son standing. Mais il fait très froid et le vin doit être à moins de 10° ce qui évidemment ne le met pas en valeur aromatiquement ! Bref, j'espère avoir la chance de pouvoir y regouter un jour !
Le Nuit Saint Georges 1erC Clos de la Maréchale qui suit est beaucoup plus conforme, il est même magnifique avec une matière suave, longue, des tanins soyeux, amples et une finale fraiche précise gagnant en finesse sur le fruit mûr, la réglisse, les épices. Très Bien-Excellent 90-92
Le Chambolle Musigny 1erC les Amoureuses présente un nez de cassis élégant, une bouche charnue, très mûr, souple avec des tanins délicats mais qui se relache dans une finale confituré. A nouveau ce vin demande a être regoutté.
Le Musigny présente des notes florales du plus bel effet, relevant délicatement le fond de fruit mûr, épicé. La bouche attaque ample avec des tanins enveloppants et gagne en précision et profondeur pour une finale fraiche persistante fruité et florale et des notes épicées. Très Bien-Excellent 90-92
Ensuite nous gouttons le Nuit Saint Georges Clos de la Maréchale 2006 qui lui, est superbe, un nez très classe ou se mêle sur un fond de chêne grillé parfaitement intégré, le fruit noir mûr, la réglisse, les épices. La bouche est dense, longue avec des tanins soyeux tapissant et une finale fraiche et longue sur la complexité du nez. Excellent 92-94.

Au final, je reste un peu sur ma faim, et je pense que le contexte de la dégustation, le froid, le fait d'avoir déjà dégusté plus d'une 50aine de vins ont un peu perverti cette dégustation.
Nous rentrons dans notre magnifique demeure et le Tanin Addicted s'empresse de s'enfiler sa dose de tanin avec un Margaux, Palmer 93 qui se présente sous un très joli jour. Un nez de cabernet évolué, cassis, cèpe, sous-bois, note de chocolat. La bouche est par contre marqué merlot, corpulente, large, sa trame acide solide est bien enrobé par les tanins satinés fondus et finit long sur des notes cacaotées. Très Bien+ 90
Il est temps d'aller se restaurer au Tonton chez Pepita à Beaune, ou s'est toujours aussi bien, le menu est super et la carte des vins présente des prix réjouissants ! D'ailleurs, du coup, l'assemblée s'accorde à donner sa chance au Rayas 2000. Sur l'entrée, le blanc d'Henri Milan Vdt de provence est moins étonnant que le 2003. Le Saumur Clos Rougeard 2003 est marqué au nez par un fond léger de poivron sur lequel explose le fruit rouge, les épices. La bouche est corpulente mais large et ample et les tanins déjà bien fondus qui accompagne une finale tout en rondeur, maintenue par une belle matière. Très Bien, joli vin : 88
Le Chateauneuf du Pape Rayas 2000 a été servi tôt dans des verres immenses pour l'aérer. Au premier nez, il est doux, mûr, sur la prune, le chocolat, le fruit rouge mais avec de lègères notes alcool volatile. La bouche est large, avec un touché de bouche magnifique de soyeux et de caressants. Par contre, je ressens sur la finale une chaleur alcoolique peu gracieuse. Stephane pense que la sauce au poivre modifie mon feeling sur le vin. En effet, le fond de verre sera moins marqué en fin de repas mais cette finale reste assez courte. Bref, un joli nez de Chateauneuf, une bouche extrèmement sensuelle mais un équilibre discutable. Très Bien+ 90 mais je demande à voir ce vin avec les fameuses 24H00 d'aération ou dans 10 ans !
C'est fini pour ce premier jour et tout le monde se couche et dort du sommeil de l'heureux degustateur !

Amicalement, Matthieu

dimanche 7 décembre 2008

WE 3 : Rossignol Trapet Gevrey Chambertin Chapelle Latricieres

Suite des aventures en terre Bouguignone :

L'après midi commence au temple des Dciens, à Gevrey Chambertin chez les Rossignol Trapet, bien sûr. Et encore une fois quelle claque ! moi, j'adore ! Entre classisme et modernité, le meilleur de ce que la Bourgogne peut offrir à mon goût ! Pas d'esbrouffe, pas de longs discours, juste le pinot savemment cultivé et élevé en tirant le meilleur de ce que le millésime propose ! La très grande classe !
Et la dégustation, un bonheur de discuter avec David, l'humour et la chemise à carreaux de rigueur, du pur plaisir et pourtant, notre petite bande d'énergumen est bien agitée…Mais David a la gentillesse, la finesse et l'humilité des tous grands ! et les vins, tous superbes dans leur genre. En plus, 2007 leur va à ravir même les crus les plus austères ont trouvés dans cette année chaude une expression d'un équilibre sublime !
Le Bourgogne générique du domaine présente un nez un peu réduit de cassis, une bouche pleine large avec des tanins ronds et une finale savoureuse. Bien + (84-85)
Le Beaune Mariage est un peu plus dur, et finit assez court. Bien (82-84)
Mon chouchou de Beaune, les Teurons se porte toujours aussi bien, avec ses arômes de fruit rouge, framboise mûre, de ronce, sa bouche élégante, délicate, aux tanins larges et ronds et sa finale souple mais dynamique et longue sur les épices. Très Bien 87-89
Le Gevrey village a un nez sucré une fois la petite réduction évaporé, une bouche charpenté avec des tanins droits une finale en souplesse. Bien-Très Bien 85-86
Le Gevrey les Etelois sont encore une fois surprenant, avec un nez de cerise mûre, une trame droite et robuste bien enveloppée de tanins soyeux et une finale délicieusement réglissée avec une pointe de fraicheur bienvenue. Très beau vin 88-90
Le Gevrey Cherbaudes est juste incroyable, son nez large opulent envoie le fruit noir mûr, la réglise sur un fond légérement cacaoté, la bouche est dense, large sur une trame droite enveloppé de tanins fins soyeux caressants qui accompagnent une finale d'une grande délicatesse et très persistante sur le fruit mûr, la réglisse, le cacao… Excellent 90-92
Le Gevrey les Combottes présente une nez très mûr, une bouche qui frise le fruit confit et un côté confituré avec une finale souple de dessert. Bien-Très Bien 84-86
Les Corbeaux ont un nez un peu marqué alcool sur la réglisse, une bouche plus carrée, plus solide, enrobée de tanins souples et une finale mûre et large. Un vin plus souple que chez Bachelet mais dans une même veine "viril". Très bien 86-88
Le Clos Prieur a un nez réglissé sur des notes de viandes fûmés, une bouche a l'attaque large mais qui se construit sur la longueur dans une structure robuste avec des tanins sérrés et satinés, une finale droite et longue. Très Bien-Excellent 89-91
Les Petites Chapelles se gôutent merveilleusement bien ce jour. D'habitude assez austère et droit, le millésime mûr lui donne un côté charmeur avec cette bouche mûr et ses tanins soyeux qui enveloppent cette structure droite et longue. Très beau vin ! Excellent 90-92
Le Chapelle Chambertin qui suit est magnifique. Un nez réglissé délicatement fûmé, une bouche savoureuse, suave avec des tanins soyeux, une finale avec une amertume noble et d'une grande longueur sur le fruit mûr, les épices, le fûmé. Excellent 92-94
Le Latricières a le nez épicé qu'on lui connaît habituellement, mais sa bouche est moins charmeuse, droite un peu moins d'amplitude et finit à nouveau sur une amertume un peu plus poussé. Très Bien-Excellent 89-91
Enfin, le Chambertin s'annonce avec son nez majestueux, certes discret mais profond, classe sur le fruit noir mûr, les épices, un boisé distingué, discret, de grillé/fûmé. Cette bouche interminable, corpulente, dense, longue bien enrobée de tanins fin précis soyeux délivrant ses arômes de fruit mûr, de réglisse, de ronce et cette finale de grande persistance, avec une puissance tout en équilibre, vous emmenant vers des arômes fins de cacao amer de fruit noir et rouge… Bref un grand moment. Excellent++ 95-100 !
Une grande dégustation, un grand moment, qui aurait pu durer encire des heures tant on se sent bien acceuilli...merci David ! Et surtout d'avoir gardé son calme dans le bazar des chargements de cartons 2006 et les ajustements de dernière minute ! Tout le monde en veux... il resterait pas des Latricères 2002... Moi je cherche plutôt Beaune Teurons 2002...
Et pour les 2007...

Du coup, l'heure tourne et notre RDV suivant nous attend ! Mais il faut optimiser les places dans le coffre. Mathieu Dr es Espace

vendredi 5 décembre 2008

Vendredi du Vin : Cote Rotie Rostaing 2006

Bonjour,

Dans le cadre des vendredis du vin, dont le thème était Thanksgiving, j'ai profité d'une soupe au potiron et Bacon pour taster un vin en rapport avec le thème. Personnellement, quand y'a du bacon, y'a de la Syrah ! Alors pour ma première participation au VDV, j'ai opté pour mon appellation favorite et sélectionné un vin que je viens de rentrer en cave :
Côte Rotie, domaine Rostaing 2006 : Un nez encore discret mais harmonieux et d'un naturel confandant sur le cassis, de belles notes de violette sur un fond léger cacao. La bouche est charnue, de demi-corps, avec une attaque large et un développement tout en finesse et délicatesse, un peu acidulé sur le fruit noir et fond cacao. La finale est acidulée, aérienne sur le fruit noir et les notes de poivre typique. Très classique, dans un registre naturel et délicat mais long et persistant. Très Bien (86-88)

Amicalement, Matthieu

mercredi 3 décembre 2008

WE 2 : Chambolle Musigny, Domaine Groffier et Crozes Hermitage Graillot

La suite, c'est à Morey Saint Denis avec les Chambolle Musigny du domaine Robert Groffier ou nous attend Stephane pour nous faire une dégustation des 2007, magnifique et enrichissante tant l'échange avec Michel sera riche.
Le PasseToutGrain présente un nez friand de fraise, de cerise, une bouche gourmande dense et pleine qui pinote quand même sérieusement et finit frais et large sur une belle persistance. Bien-Très Bien (85-86)
Le Bourgogne a un nez droit fruit rouge, une bouche droite précise sur le fruit au tanin ample et une finale fraîche Très Bien 86
Le Gevrey Chambertin a un nez réduit de fruit noir, aux notes de réglisse, une bouche corpulente, c'est précis et franc avec une finale tout en fruit, note d'épice et persistance longue. Très Bien 86-88
Chambolle Musigny 1erC Haut Doix, Un nez réduit de cassis, fruit noir mûr, ronce, une bouche large, mûre avec des tanins soyeux enveloppants, dans une structure droite qui se poursuit dans une finale équilibrée, un peu amer, large, délicate explosant de fruit. Très Bien+ (89)
Chambolle Musigny 1erC Sentier : Nez explosif classe, bouche corpulente, un peu plus carrée qui finit souple et moins précis, Très bien quand même 86
Chambolle Musigny 1erC Amoureuses : un nez marqué d'une pointe alcool sur un fruit puissant et complexe, une bouche tout en délicatesse, large, ample, fine qui accompagne une longue finale de fruit, belle pureté et garnde précision. Très Bien-Excellent 89-91
Bonnes Marres : un nez explosif, profond ou les notes florales accompagne les fruits. La bouche est plus puissante, large avec des tanins envellopants magnifique qui enrobent une finale longue fruit fleur épice très persistance. Excellent 92-94
Chambertin Clos de Beze : un nez opulent mélengeant les fruit rouge, les épices, les fleurs, une grande pureté. Une bouche large, à l'attaque souple, sur le fruit rouge mûr, les notes florales, les épices, la réglisse. Les tanins soyeux amples enrobants accompagent une superbe finale équilibrée longue délivrant des flots de fruit mûr, des fleurs, des notes d'agrumes, de réglisse… Superbe, Excellent+ évidemment 94-96.

Un style très classique caractérisé par une pureté de fruit sans artifice, une précision et une délicatesse incroyable, y compris dans une dégustation ou il fait très froid !

La pause déjeuner au castel de Morey Saint Denis permet à tout le monde de reprendre des forces avec un très joli menu à prix très abordables 22 € sur une cuisine raffiné juste comme il faut, et une carte des vins pratiquant une politique tarifaire tout à fait raisonnable ce qui entraîne une grande discussion sur le vin qui sera dégusté. Faut bien dire que ces Landonne et Mouline servi à moins de 200 € sur table pour 8 personnes sont bien tentantes... Mais la raison l'emporte ! Pourtant certains sont d'humeur taquines, voir blageur... Jérôme craque, c'est le manque de tanin !

Le Saint-Aubin en remilly de Lamy 2005 est un joli vin agréable et classsique entre fruit et noisette, rond et tendu, Bien, tandis que le Crozes Guiraude de Graillot 2006 est une syrah tout de fruit et violette, avec une bouche à qui il manque un soupçon de structuture et de complexité qui font la race des grandes syrahs, de mon goût bien sûr !

Il est temps de payer après quelques dernières facéties qui n'empêcheront pas Michel de rester de marbre face à la note ! Allez dépéchons nous avant d'être en retard pour le prochain RDV, faut retourner sur Gevrey Chambertin !

mardi 2 décembre 2008

GJE en Bourgogne 1 : Denis Bachelet Gevrey Chambertin

Bonjour à tous,

La descente annuelle des Gouteurs Joyeux Edonistes* en Bourgnogne ce WE a miraculeusement réuni tous les membres de l'équipe, y compris le Tanin Addicted Jérôme mais qui n'était pas parti sans emmener ces réserves... Et un spécial guest, Michel, vigneron de son état en terre de Riesling au domaine Ginglinger, lui aussi ayant amené de quoi se rincer le gosier avec de belles et vrais Minéraaa…llll…. INTERDIT ! Ah Oui la M est interdite chez les Goutteurs !

Le magnifique gîte de Bligny les Beaune nous a acceuilli avec toute la gentillesse qui caractérise ses propriétaires Bourguignons, ceux-ci se mettant en 4 pour nous installer au mieux dans ce luxueux lieux.

Une fois installé, on attaque tout de suite les hostilités en prenant notre de rasade de tanins afin de faire le plein avant la journée du lendemain. Ce Grand Chenes 2004, Medoc de son état, nous a en effet servi ces notes de fruit noirs mûrs dominées par un élevage très marqué de café/moka/grillé. La bouche robuste, dense, large, tapisse le palais de tanins presque veloutés en vous envahissant de fruit noirs, limite sucré, de moka, de grillé. La finale, à l'unisson, persiste sur ces notes d'élevage moka, confiture de mûre… Un vin très bien fait mais un peu lourd et écoeurant à mon goût. Une bête à concours que l'on est pas surpris de voir sortir devant les ténors dans les dégustations marathons.
Le Bourgogne AOC de J.Roty servit derrière nous ramènera vers des univers plus fins, pinotant gentiment mais manquant un peu de complexité à mon gôut. Bien.

Vendredi 8H00, réviel en fanphare pour l'ensemble des membres du club pour attaquer une journée chargée en côte de nuit. On commence chez Denis Bachelet à Gevrey.

Très bel acceuil, et discussion passionnante entre Denis et Michel sur les différences de vinif sur le pinot noir en Alsace et Bourgogne. Denis nous indique qu'il essaye de maitriser ses Malos pour qu'elle se réalise lentement mais longtemps, dégageant ainsi un gaz carbonique favorisant la pureté du fruit. Et c'est bien ce que l'on retrouve sur ses vins de 2007.
Le Haute Cote de Nuit a un nez de groseille-cerise, une bouche délicate large sur le fruit et une finale droite fine. Bien +
Le Gevrey village a un nez de cerise griotte avec des notes mentholées, une bouche large charnue au tanin rond et une finale fraiche ou je sens une petite pointe de caramel dans une persistance avec de beaux amers légers. Très Bien (86-88)
Le Gevrey 1erC Corbeaux a un nez de cassis plus profond avec de la ronce, une bouche robuste, carrée plus virile et plus puissante, des tanins ronds et une finale fraiche marquée persistante sur le fûmé. Très Bien mais plus imposant, plus extrême (86-88).
Enfin on finit avec le Passetoutgrain qui va être bluffant, pour un passetoutgrain, un nez très classe de cassis sur un fond boisé chêne grillé très distingué, en bouche, c'est corpulent, large, avec des tanins soyeux amples et délicats, une finale gagnant en finesse et profondeur, douce, gourmande, séductrice et longue. Très beau vin, d'une élégance et d'un charme superbe. Très bien-Excellent (90-92), ce Charmes-Chambertin !Très belle dégustation que l'on quitte précipitemment pour aller au stop suivant avec une exitation grandissante.

La suite au prochain numéro, Amicalement

NB : * je sais, pas de H, mais à notre GJE, y'a pas de H sans O…

samedi 22 novembre 2008

Pince-fesse au Grand Tasting

Bonjour à tous,

Passage rapide au grand tasting, invité au pince-fesses d'Idealwine pour la dégustation de vieux millésimes. Un petit tour de 20 mn sur le salon pour me rendre compte du nombre impressionnant de vignerons… Malheureusement, le temps m'oblige à une sélection rapide, d'instinct, qui privélégie ce soir les vins "de tous les jours". Tombé sur un coin de quelques vignerons du haut medoc qui sont mes plaisirs des soirées "tranquilles" : Agassac, Cambon la pelouse, Charmail… Je goute leur production 2005 et 2006 et quelques 2000. On notera, comme supposé, le superbe des 2005 dont la matière supporte très bien les élevages "riches" car au nez ou en bouche, les notes fleuries ne se laissent pas dominées par les boisés classieux de leur élevage, là ou 2006 est clairement facilement dominé !

Un passage chez les Bret Brothers pour leur Macon et Pouilly, confirme la qualité de la production sur ce 2007, toujours autant de naturel, de fruit soutenu par de belles matières rondes et suaves mais qui n'oublie pas la fraicheur, seules les notes mentholées rappellent des élevages travaillées. Un passage à la Rimauresq, mon côte de provence préféré, me confirme la distinction et l'éléguance de ces cuvées sudistes montrant une certaine puissance mais sans sacrifier la finesse. Il faut dire, à ma grane surprise, que ces cuvées sont issues d'une majorité de cabernet Sauvignon, cultivé en coteaux exposés nord, de l'autre côté du massif des Maures (côté Avignon) pour ceux qui connaissent !

Ensuite, c'est festival chez mes amis d'Idealwine, quelques connaissances sont là. Vincent Ravennes et Didier, Pinder, et bien sur F.Audouze que je ne manque pas de saluer.
Le programme est alléchant et confirmera l'intérêt de cette dégustation que je vous relate de mémoire car j'ai oublié mes notes en partant… Pourtant, j'ai essayé de recracher mais faut croire que je ne l'ai pas fait autant que souhaité… C'est dire la qualité de la dégustation !

J'ai attaqué par les bourgognes. Après un blanc, Meursault Clos de la Barre des Comtes Lafont 2000 marqué par un nez grillé réduit sur un fond de fruit jaune mûr, la bouche est opulente large belle matière suave qui garde une certaine structure mais très marquée grillée, la finale persiste sur ces arômes certes classieux mais qui manque de naturel ,et de fraicheur à mon gout. Un style type JFCD moins marqué mais dans la même veine ambitieuse et "m'astuvu". Moins ma tasse de meursault que ceux plus marqués fruit…
Ensuite, j'attaque les Bourgogne rouge, le Clos de Vougeot du château de la tour 78 est un peu "cuit", très, trop tertiaire, pourtant servi en magnum, par rapport aux clos des epenots 78 de cet été, il manque de fruit, de peps et de compléxité, surtout sa finale est vraiment marqué comme un vin ayant dépassé son apogée. Pourtant, il reste plus interessant que la Romanée Saint-Vivant de Latour 88, dont le nez serait facilement daté du même age… marqué par des notes de rose fannées mais c'est surtout la bouche droite mais peu aromatique avec des tanins ronds mais un peu fades et gardant la raideur du millésime sans l'accompagner du velouté des tanins typiques de la romanée, la finale droite évoluant sur ces rose fannées dominant des notes champignons.

On attaque les Bordeaux avec un Saint-Estephe Montrose 86 dont le nez est dominé par des notes faisandées, écuries, sur le fruit noir, peu classe, par contre la bouche corpulente, droite, profonde est belle, les tanins sont soyeux, le tout est très classique et associant une puissance de fin de bouche sur une finale fraiche et longue de tabac blond, de fruit noir, de fûmé. Le Mouton Rotchild 84, Pauillac servie en double magnum a un nez magnifique de Havane, de graphite, de fruit mûr, de cèpe, de sous-bois puis revient sur le fûmé grillé… Un grand et beau nez classique alléchant… la bouche par contre est fluide souple manquant d'intensité et finissant aqueuse certes sur de beaux arômes mais la matièe n'est pas là, millésime surement. L'idéal wine : le nez du mouton, la bouche du Montrose…

Ensuite, je passe à cette Chapelle de Jaboulet 95 qui me titille depuis le début de la soirée (faut dire je l'ai ,en cave), et là, c'est juste superbe ! Certe, plus un vin d'esthète aujourd'hui car encore un peu austère mais quelle structure, tous l'Hermitage fait vin… Droit, profond, fin et complexe, une structure longue, plutôt charnue que corpulente, de demi-corps dirait certain, tel la cathédrale de Notre Dame que les tanins, encore un peu fermés, n'arrivent pas vraiment à amplifier comme les nefs, mais ça viendra. Quelle classe et distinction, le cassis, le poivre, le lard fûmé, une finale fraiche dynamique qui prend de l'ampleur et persite longuement sur les arômes classiques d'une syrah. Même s'il est aujourd'hui agréable intellectuellemnt parlant, il devrait sur les 5-10 prochaines années gagnées en amplitude, en rondeur et en expression et faire un grand vin, du moins je l'espère.

Enfin, les sucres avec ce Sauternes Sudirault 67 qui est absolulent magnifique. Un nez large, suave gourmand, sans excès, de fruit rôti, de miel, d'agrume confit, d'hydromel. Une bouche avec une matière opulente mais aérienne, une structure tendue droite longue et une finale dynamique sur les arômes du nez, un bohneur…
De même que ce Rivesaltes 58, qui allie équilibre, structure et rancio, long en bouche avec ces notes de noix, de café, de miel, il garde une finale parfaitement droite et large là ou le Porto 77 est emporté par l'alcool et ou le Rivesaltes 45 par le rancio et une bouche dissociée. Enfin, le Porto 1909 est un plaisir plutôt intellectuel car le vin reste un peu fluide et éteint mais pour son âge, il tient quand même la route.

Discutant des vins avec Angélique, et lui indiquant ma préférence à la Chapelle, elle saisit l'occasion pour me présenter Caroline Frey que je "branche" tout de suite sur la Lagune, mon vin fétiche. Je vois à son sourire que mon commentaire sur le 68, bu cette année pour mes 40 ans, la réjouit bien qu'elle ne fût même pâs née… Et du coup, elle m'invite au château pour découvrir les secrets de ce vin qui m'a accompagné au long de ma vie œnologique comme de ma vie tout court… Attention Caroline, votre invitation n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd !

Amicalement Matthieu

mercredi 19 novembre 2008

Passionnant interview de Michel Onfray sur le vin, la gastronomie et la philosophie

Bonjour,

Belle interview de Michel Onfray, sur le vin, la gastronomie et la philosophie. Michel Onfray y expose sa vision sous le questionnement de Nicolas LeCha, éminent membre et même modérateur du site ou il a mis en ligne cet entretien Dégustateurs.com. Bravo Nico, super boulot !

Même si on ne partage pas les opinions de Michel Onfray, il reste un des philosophes contemporains les plus engagé et les plus intéressants qui soit. Sa vision sur l'univers du goût est assez classique mais son action avec l'univresité du goût et sa volonté de replacer le plaisir au centre de notre société sont un vrai bain de jouvence !

Pour suivre le débat sur DC et accéder aux vidéos

Amicalement, Matthieu

mardi 18 novembre 2008

Mon blog avis achat techno

Bonjour à tous,

Pour ne pas mélanger les genres, j'ai décidé de lancer un blog spécifique sur mes avis et conseils en terme d'achat de matériel informatique.

Amicalement, Matthieu

dimanche 16 novembre 2008

Belle série de Languedoc : Coteaux du Languedoc Campredon Chabanon 2007

Décidément c'est la loi des séries, ce 2eme vin du languedoc est même plus beau que le précédent et à un prix tout ce qui a de plus abordable !!!!!

Coteaux du Languedoc, Campredon 2007 : Un nez doux de framboise mûre sur fond chocolat/moka et des notes de cassis, poivre, assez typé syrah sur un côté acidulé, frais et fleurie. La bouche attaque franche, sapide, et se développe autour d'une structure corpulente aux tanins soyeux amples, le tout dégageant du fruit mûr, du poivre, du chocolat. La finale est belle, légèrement acidulée avec une certaine puissance et une belle persistance sur le fruit mûr, le moka, le poivre. Un vin sachant allié gourmandise et digestabilité, puissance et finesse, mais surtout montrant une belle harmonie. Très Bien (86) et du coup acheté 11 € un excellent rapport Q/P puisque sa note est de 92,29 !!!!

Matthieu

Un beau languedoc : Saint-Chnian Mas Champart Causse Bousquet 2006

Bonjour,
A la volée sur une pièce de boeuf grillé :

Saint-Chinian, Mas Champart Causse du Bousquet 2006 : Un joli nez de cassis, fruit mûr sur fond légèrement chocolaté et un côté pneu brulé et kirch qui disparait mais quelques notes de volatiles quand même. La bouche est robuste, large, avec des tanins soyeux sur le fruit rouge avec un léger côté acidulé, le tout reste dans les limites de l'équilibre extraction, fruit, fraicheur. La finale est large sur le fruit avec un leger acidulé, un poil kirchée sur fond chocolat. Bien - Très Bien (85). Un très joli vin, bien agréable, complet pas caricatural du tout, j'aime beaucoup !
Amicalement, Matthieu

mardi 11 novembre 2008

2 beaux Bordeaux à maturité : Beychevelle et Pontet Canet 90

Bonjour,


Repas de famille chez la seule qui aime le vin, elle m'annonce, ce sera Beychevelle 90, du coup, je me dis que Pontet Canet devrait donner une réplique intéressante. J'avais été un peu déçu par l'ouverture d'une bouteille bas goulot, limite épaule. La lecture de la dernière RVF qui lui attribue 18, aiguise ma curiosité et Beychevelle me semble être un bon étalon. Les vins seront dégustée sur un beau rôti de boeuf.


Saint Julien, Chateau Beychevelle 90 : Un nez mûr classieux de fruit noir, de fûmé sur un fond de sous-bois signant l'évolution. La bouche charnue est souple avec des tanins ronds bien glissant, une finale souple, intense, mais courte de fruit noir mûr, de fûmé, de sous-bois. Joli vin à maturité. Très Bien (86)



Pauillac, Chateau Pontet Canet 90 : Une parentée de nez évidente avec les fruits noirs mûrs, des notes de tabacs blonds, de havane sur un fond plutôt champignon et humus. La bouche, par contre, est plus dense, c'est corpulent, droit, profond avec des tanins soyeux plus enveloppants. Une finale puissante, fraiche qui persiste joliment sur les arômes du nez. Un vin plus dense, plus puissant, plus de matière. Beaucoup mieux que la dernière bouteille gôuté... Mais celle-ci était mi-goulot. Un beau Bordeaux qui arrrive à maturité et qui devrait gagner en profondeur et complexité. Très Bien (89) mais pour moi ça ne vaut pas 18 (90-92)



Amicalement

dimanche 9 novembre 2008

Noix de Saint-Jacques, Macon Guffens Chavigne 06 et Pessac Carbonieux 2000

Bonjour,

La venue de quelques camarades amateur de fruit de mer dans cette période propice m'a conduit à attaquer les noix de saint-jacques. Le fond de sauternes m'a donné envie de "flamber" les saint-jacques (heu, flamber c'est pour faire genre, parce qu'elles ont quand même dégorgées les St Jacques donc impossible à flamber... en fait, elles ont fini leur cuisson dans le Sauternes), une petite julienne de légume au cidre, une sauce crémée avec la marinade au cidre et c'est parti ! En premier :

Pessac Léognan blanc, Chateau Carbonieux 2000 : un nez discret de fruit jaune mûr, des notes de craie sur fond boisé fûmé. La bouche est large, la matiere ronde et dégage du coing, de la noisette sur fond fûmé puis arrive des notes crayeuses. La finale est large, ronde, boisé fumé et craie, pas d'une grande longueur, manque de tonicité mais agréable. Bien

Puis, un vin que j'ai adoré en 2004 :
Macon Pierreclos, Guffens Heynen 1er jus de Chavigne 2006 : Un nez de pêche mûre sur fond beurrée brioche avec des notes mentholées. La bouche attaque large sur le coing, des notes crayeuses et joli fond biochée, la matiere est suave. La finale est souple, large, sur un fond de craie, de fruit jaune et des notes mentholées. Très Bien, mais actuellement, un peu mono-bloc, je l'ai trouvé moins harmonieux, moins équilibrée que le Chavigne 2004.
Les accords étaient corrects, sans plus ! Le plat étant légèrement sucré, je me suis dit après coup (après ouverture des bouteilles) qu'un demi-sec de loire aurait probablement fait gagner l'accord en accompagnement et fondu.

dimanche 2 novembre 2008

Du bonheur : Beaune Teurons Rossignol Trapet 2002

Bonjour,

Du lait Bio, des pommes de terre bios, de la crème bio, du beurre bio, des oeufs bios... et voilà une délicieuse purée bios... A non, me répond elle ! La noix de muscade, elle était pas bio ! heu, non c'est vrai... Du coup, pas de purée bio, mais un bon hachis parmentier bien classique ! et pour accompagner ce succulent hachis, cette petite quille qui me faisait de l'oeil depuis un moment :

Beaune 1er Cru Teurons Domaine Rossignol Trapet 2002 : Un nez charmeur, typique, de framboise mûr, de fruit noir, des notes de réglisse, des pointes de ronce, des épices, des notes lactée fraise, c'est complet, séduisant, pinotant... La bouche attaque droite puis prend la largeur avec des tanins doux ronds, cajollant sur le fruit mûr, des notes de sous-bois, une belle amplitude et une gande intensité s'expriment dans cette structure droite, solide. La finale est fraiche, légèrement acidulée douce, large tout en charme, belle persistante de fraise des bois, framboise mûr, réglisse, ronce... Un grand vin d'un équilibre d'école, d'une intensité sauvage qui n'a d'égal que la maitrise de son équilibre ! Très Bien-Excellent (90)